Jean-Pierre Chevènement était l'invité du 7/9 de France Inter pour l'interview politique de Léa Salamé, le lundi 18 février


Verbatim

  • Léa Salamé, France Inter : Vous publiez un document politique très fort, Passion de la France chez Robert Laffont, collection Bouquins : 1600 pages qui racontent un demi-siècle de vie politique. Vous dites « Il faut retrouver le sens de l’intérêt public, je m’inquiète du déclin du civisme en France ». A ce titre, l’agression verbale d’Alain Finkielkraut samedi est-elle une nouvelle preuve de ce déclin du civisme ?

    Jean-Pierre Chevènement : A l’évidence. Alain Finkielkraut est un homme tout à fait respectable. De le voir pris aux abords de la gare Montparnasse par des antisémites qui l’injurient n’est pas acceptable. C’est une ligne qu’on ne doit pas laisser franchir.

  • Vous écriviez déjà dans les années 2000 l’émergence de vents mauvais.

    J’écrivais ceci : « Comment le cœur ne se serrerait-il pas à la vue des malheurs grandissants qui courent, comme nuées d’orage à l’horizon ? (...) La confusion entretenue de toute réserve visant la politique israélienne avec un renouveau du vieil antisémitisme européen n’est pas toujours innocente. Elle n’est pas seulement une manière de placer cette politique au-dessus de toute critique ; elle vise à convaincre les juifs de la diaspora qu’ils n’ont pas d’autre patrie qu’Israël. Or, plus les juifs de la diaspora s’identifient à Israël, plus monte la judéophobie dans le monde musulman. C’est désormais le Juif en tant que tel que visent les attentats kamikazes. C’est le Juif qu’il faut tuer, extirper du reste de l’humanité comme intrinsèquement pervers. La judéophobie se confond alors avec l’antisémitisme ». (Passion de la France, pages 430-431)

    Cette fusion entre la judéophobie, née des problèmes du Moyen-Orient, et l’antisémitisme le plus traditionnel, je la discernais déjà il y a 20 ans.

Rédigé par Chevenement.fr le 18 Février 2019 à 09:40 | Permalien | Commentaires (1)

Entretien de Jean-Pierre Chevènement pour Le Monde, propos recueillis par Sylvia Zappi, 16 février 2019.


"Il faut retrouver l’esprit de la Ve République, le sens de l’intérêt public"
Le Monde : Quel regard portez-vous sur la situation sociale créée par les « gilets jaunes » ?

Jean-Pierre Chevènement : C’est une crise française mais aussi européenne. Elle touche tous les pays engagés dans la mondialisation depuis près d’un demi-siècle. Il n’y a pas une nation européenne qui ne soit en crise. En France, celle-ci revêt des caractéristiques originales. Les « gilets jaunes » s’inscrivent dans une tradition de jacquerie, d’émeute populaire.

On pourrait évoquer le sans-culotisme. Encore que ce dernier débouchait sur un projet républicain, plus ou moins illuministe, au sens des Lumières, ou égalitariste, au sens du babouvisme. Rien de comparable avec les « gilets jaunes ». Mais nous constatons, à l’aune de cette crise, une fracture sociale, territoriale, démocratique, institutionnelle et européenne qui vient de loin.

C’est-à-dire ?

La fracture sociale est l’effet d’une désindustrialisation consentie depuis quarante ans par nos classes dirigeantes : la part de notre industrie dans notre production est passée de plus de 20 % à 10 %. Les classes moyennes inférieures sont socialement les plus touchées, en France comme dans les pays les plus anciennement industrialisés.

Vient ensuite la fracture territoriale : treize trop grandes régions et le relèvement à 15 000 habitants du seuil des intercommunalités. On en est même venu à vouloir élire leurs présidents au suffrage universel ! C’est le meilleur moyen de délégitimer les maires et de saper la commune en tant qu’échelon de base de la démocratie.

A quarante ou cinquante communes, les décisions ne sont plus prises par les maires mais par le directeur général des services !

Rédigé par Chevenement.fr le 18 Février 2019 à 08:00 | Permalien | Commentaires (0)

Actualités



Le nouveau livre de Jean-Pierre Chevènement, parution le 14 février 2019 (Editions Robert Laffont, Collection Bouquins, 1568 pages, 34 euros).


Passion de la France
"Jean-Pierre Chevènement jouit dans l'opinion d'une estime qui dépasse tous les clivages. On reconnaît à son caractère et à sa pensée une force et une cohérence qui lui valent respect et admiration. Ses livres sont inspirés par sa connaissance de la société française et par une vision de notre histoire en relation avec celle des autres peuples.

Ce volume illustre les moments forts de son expression publique, tout au long d'un demi-siècle de vie politique, et regroupe les grands thèmes qui donnent sens à son engagement : la Nation et la République, l'État et le citoyen, l'Europe et la relation franco-allemande, le défi de l'islam radical...

Le lecteur pourra ainsi apprécier l'évolution de la pensée de Jean-Pierre Chevènement et sa continuité depuis qu'adolescent il s'est irrésistiblement senti attiré par la politique. Son sens, pour lui, n'a jamais changé : c'était l'Histoire en train de se faire, et pas n'importe quelle histoire, celle de la France. On ne naît pas impunément en 1939. C'est de la brûlure suscitée par une défaite sans précédent qu'est née sa " passion " de la France, au sens premier du terme : une souffrance naturellement sublimée.

Jean-Pierre Chevènement revient ici sur cinquante ans d'engagement politique inspiré par l'idée d'une République de justice et d'exigence. Il évoque son admiration pour Charles de Gaulle, ses relations complexes avec François Mitterrand, ses combats, au sein et en dehors du Parti socialiste, une fois reconnues " les impasses de la gauche ", jusqu'à l'élection d'Emmanuel Macron, dont il fournit ici une subtile analyse. En un temps de grande incertitude, en France comme dans le monde, cet ouvrage offre à nos dirigeants comme à chaque citoyen le solide ancrage d'une conception républicaine de la nation, à la fois rempart contre l'extrémisme et tremplin d'une refondation."
Mots-clés : passion de la france

Rédigé par Chevenement.fr le 16 Février 2019 à 14:44 | Permalien | Commentaires (3)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité d'Audrey Crespo-Mara pour l'interview politique de la Matinale d'Europe 1, le mercredi 13 février


Verbatim

  • Vous publiez chez Robert Laffont, collection Bouquins, Passion de la France, des moments de toute votre expression publique tout au long d'un demi-siècle de vie politique. Aujourd’hui, on a l’impression que vous avez de la sympathie pour Emmanuel Macron. Faites-vous partie des 36% de Français qui se déclarent satisfaits de son action ?

    Je n’ai pas l’habitude de me ranger dans les catégories toutes faites, mais je considère qu’Emmanuel Macron est le président de la République, qu’il a été élu pour 5 ans et qu’il doit donc aller au terme de son mandat. A charge pour lui de trouver une issue satisfaisante à la crise actuelle. C'est une crise qui vient de loin, qu'on ne peut certainement pas imputer uniquement à Emmanuel Macron. Elle a ses racines, je le montre dans ce livre, dans les années 1980, dans les choix erronés qui ont été faits à cette époque-là : l'ouverture sans précaution du néo-libéralisme, de la désindustrialisation, de la paupérisation des classes moyennes et notamment des gens qui ont de la peine à joindre les deux bouts.

  • Emmanuel Macron est à la fois libéral et europhile, ce qui n'est pas votre cas. Qu'aimez-vous le plus chez lui finalement ? Son tempérament ? Ses idées ?

    C'est un homme intelligent qui est capable de rectifier ses erreurs. C'est sa principale qualité. Il faut qu'il trouve une issue démocratique et je préférerais un référendum à questions multiples sur, par exemple, la remise en cause du quinquennat, qui contribue à rigidifier excessivement notre démocratie. Je n'étais pas contre, mais à l'usage – et il faut tenir compte de l'expérience – c'est catastrophique, on l'a vu avec le quinquennat de Jacques Chirac, celui de Nicolas Sarkozy, de François Hollande et maintenant d'Emmanuel Macron.

Rédigé par Chevenement.fr le 13 Février 2019 à 12:19 | Permalien | Commentaires (2)

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, ancien maire de Belfort, ancien ministre de l'Industrie, suite au rejet par la Commission européenne du projet dit de "fusion" entre Alstom et Siemens, le mercredi 6 février 2019.


La décision de la Commission Européenne de rejeter le projet dit de "fusion" entre Siemens et Alstom, mais en réalité de simple absorption du second par le premier, ouvre à nouveau l'espoir du développement de l'industrie ferroviaire française.

Les attendus de la Commission sont peut-être critiquables mais pourquoi le gouvernement français s'est il toujours refusé à rendre publiques les garanties données par Siemens ? Il y a quelque chose d'inexplicable dans la position du gouvernement. L'argument de la concurrence chinoise ne tient pas la route : dans quel secteur ne s'appliquerait-il pas pour justifier l'absorption de toute entreprise française par un concurrent allemand plus puissant ? Une telle conception de l'Europe signifierait l'effacement de la France, il est temps de remettre les choses à l'endroit. L'Europe ne peut se justifier que dans le prolongement de la nation.

Rédigé par Chevenement.fr le 6 Février 2019 à 17:38 | Permalien | Commentaires (4)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Discours de Jean-Pierre Chevènement lors de l'hommage public rendu à Georges Sarre à la Mairie du 11ème arrondissement de Paris, le mardi 5 février 2019.


Georges Sarre a d’abord été un pionnier, qui a renouvelé l’offre politique de son temps et son rôle a été décisif. C’est le secret de notre amitié.

Amitié, un mot souvent galvaudé en politique, où les proclamations d’amitié ne manquent pas mais où on connait plus souvent les manquements à l’amitié que le don de soi qui va avec l’amitié. Or Georges m’a apporté cette amitié qui n’impliquait nul renoncement de sa part à ses convictions. Une amitié véritable, entière, indéfectible, une amitié sans faille pendant plus de cinquante ans, née le jour de décembre 1964 où nous avons adhéré ensemble à la 14ème section du Parti socialiste, Villa Duthy. 1964, c’était aussi l’année du mariage de Georges Sarre avec Jacqueline qu’il avait rencontrée dans une fête populaire à Chénérailles.

Sur une poutre de la Villa Duthy, une inscription de Bracke-Desrousseaux : « Le socialisme n’a pas besoin de surhommes, il a besoin d’hommes sûrs ». Sûr, Georges l’était assurément, comme une forteresse de convictions, républicaines, laïques et bien sûr socialistes, mais il avait aussi un petit côté « surhomme ». J’y reviendrai.
Mots-clés : georges sarre

Rédigé par Chevenement.fr le 6 Février 2019 à 12:56 | Permalien | Commentaires (1)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès de Georges Sarre


Georges Sarre vient de nous quitter. Il fait partie des rares hommes dont on peut dire qu'ils ont permis par leur action personnelle, à la tête de la Fédération de Paris, aux Congrès d'Epinay et de Metz, l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.

Nombreux avec moi ceux qui te disent salut et fraternité, Georges.
Mots-clés : georges sarre

Rédigé par Chevenement.fr le 31 Janvier 2019 à 12:45 | Permalien | Commentaires (1)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement concernant le projet de Traité franco-allemand d'Aix-la-Chapelle, le 21 janvier 2019


Le projet de Traité d’Aix-la-Chapelle comporte une avancée notable sur l’urgence de se saisir ensemble du défi africain. Pour le reste, il éclaire a contrario les problèmes que nos deux pays doivent résoudre.

L’excédent extérieur allemand, proche de dix points de PIB, fait théoriquement l’objet d’une procédure de la Commission européenne pour excédent excessif. Jusqu’ici l’Allemagne n’a pas vraiment répondu au projet d’un budget européen contracyclique que proposait le président de la République. Pourtant le contexte économique s’y prête.

En deuxième lieu, l’excédent commercial allemand, notamment automobile, aboutit à la prise en otage de l’Europe tout entière par les GAFA américaines ou par l’industrie chinoise des panneaux solaires. L’Europe n’a pas une politique commerciale à la hauteur des défis que lui jettent les deux Grands. L’Allemagne et la France peuvent-elles mieux résister ensemble ?

En troisième lieu, la relation avec la Russie n’a pas été assainie. Or elle conditionne la sécurité européenne future. Les pressions nécessaires n’ont pas été exercées notamment sur l’Ukraine pour que les accords des Minsk puissent s’appliquer vraiment. Le soutien au projet Nord Stream 2 n’est pas affirmé, or il correspond aux besoins européens et allemand en particulier.

Enfin, il est beaucoup question de défense et de sécurité mais le traité d’Aix-la-Chapelle n’a pas besoin d’un préambule pour affirmer sa subordination à l’Otan. Aujourd’hui comme hier. Le pacifisme de fait de l’opinion publique allemande installe le protectorat militaire américain sur l’Europe.

Faut-il attendre du Traité d’Aix-la-Chapelle qu’il permette d’avancer sur ces difficultés réelles ? On peut le souhaiter, à défaut ce ne serait qu’un catalogue de vœux pieux.
Mots-clés : allemagne europe france

Rédigé par Chevenement.fr le 21 Janvier 2019 à 12:51 | Permalien | Commentaires (3)
1 ... « 4 5 6 7 8 9 10 » ... 243


Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter




Derniers commentaires