La France est-elle finie ?


Autour du livre

La France est-elle finie ?

Le livre de Jean-Pierre Chevènement, sorti le 5 janvier 2011
(Editions Fayard, 320 pages, 19 euros, ISBN 221365445X).
Prix du Livre Politique 2011



Présentation du livre

La France va-t-elle se résigner à sortir définitivement de l’Histoire pour devenir un simple parc d’attractions, à l’extrémité occidentale d’une Europe elle-même marginalisée? Ou bien trouvera-t-elle la force de redevenir la nation de citoyens dont elle a fourni le modèle, pour offrir un avenir à sa jeunesse et continuer son histoire ?

Dans ce livre décapant, Jean-Pierre Chevènement éclaire le chemin par lequel nous en sommes arrivés là. Au moment où la monnaie unique, créée il y a vingt ans à Maastricht, prend l’eau, il montre comment le «pari pascalien» de François Mitterrand sur un au- delà des nations appelé «Europe» n’a pas seulement recouvert le ralliement de la gauche française au néo- libéralisme, mais s’enracine dans un doute plus ancien de nos élites sur la France.

Méditation sur le destin de notre pays entre de Gaulle et Mitterrand, il rend enfin lisible, dans toute sa cohérence, l’histoire de notre dernier siècle. Il fournit ainsi les clés qui peuvent permettre un retour de la France du XXIe siècle au premier rang des nations.

Jean-Pierre Chevènement est l’un des artisans décisifs du Congrès d’Épinay (1971) qui a refondé le Parti socialiste, il est l’auteur des programmes de ce parti en 1972 et 1979 et l’un des négociateurs du Programme commun de la gauche (1972). Plusieurs fois ministre de 1981 à 2000 (Recherche, Industrie, Éducation nationale, Défense, Intérieur), il défend depuis longtemps l’idée d’une « autre politique ». Président d’honneur du MRC, sénateur du Territoire de Belfort, il est aussi vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Plan détaillé

La France est-elle finie ?
Introduction

I – 1971-1983 : La gauche perd la bataille qu’elle n’a pas livrée
Épinay, contradiction motrice
Passer à travers les gouttes
Une victoire à contre-courant
Une « alliance en fer » pour démontrer l’inanité d’une « autre politique »

II – 1983-1989 : Bruxelles-Paris : le chemin le plus court pour la normalisation libérale
Trois cents directives pour déréglementer
L’Europe et la vie des saints

III – 1989-1995 : Le pari pascalien de François Mitterrand
L’Europe est aux nations ce que l’infini est au fini
La question allemande
Enlever à l’Allemagne son mark
« La France ne peut pas s’isoler »
La chute du mur et le forcing de Helmut Kohl
Le marché Mitterrand-Kohl
« Ou vous changez d’attitude, ou vous abandonnez la politique ! »

IV – 1916-1992 : Aux racines du « pari pascalien » de François Mitterrand
Archéologie de la « vision » mitterrandienne
Mesure de la France
Le tragique isolement de notre pays dans les années trente
L’énigme de la dissolution en cinq semaines de l’armée française
« Vaincre notre histoire » ou « passer le témoin » ?

V – 1990-2008 : Le triomphe de l’inégalité
De la mondialisation heureuse à l’ubris
Un monde darwinien
Moutons
Retour à Marx… et à la Belle Époque

VI – 1990-2010 : Le retour de l’Allemagne
L’Allemagne impose benoîtement ses choix : les contours de l’Europe
L’ordre économique et monétaire
L’ordre institutionnel
Une stratégie mercantiliste
Une nation « redevenue normale »
Le déclin du courant fédéraliste et l’adoption du modèle républicain civique

VII – 2008 et sq. : La crise du néolibéralisme
Responsabilités de la finance américaine
La fable d’une « crise morale »
La crise du capitalisme anglo-saxon
L’épuisement d’un modèle

VIII – 2010 et sq. : La crise de la monnaie unique
Une zone monétaire loin d’être optimale
Le vice de conception initial de l’euro
La crise grecque, répétition générale des crises à venir
L’euro sous tutelle américaine
Il y a quelque chose de pourri au royaume de l’euro
Changer les règles du jeu de l’euro
À défaut, un plan B

IX – 1983-2010 : La gauche piégée
Une confusion délibérément entretenue
Pour quelques miettes de croissance de plus
On ne modifie que très difficilement le génome d’un grand parti
Le piège néolibéral
Le piège européiste
Eût-il été possible, pour ne pas en arriver là, de faire autrement ?
Le temps des petites ambitions et des seconds couteaux

X – 1940-2040 : Finis Franciae ?
La déconstruction de la France
L’histoire de la France, un immense échec ?
La France exécutrice testamentaire des idées de la Révolution
La nécessaire estime de soi

XI – 2010-2040 : France-Allemagne : sortir de l’Histoire ou la continuer ensemble ?
L’Histoire, une option écartée ?
Le ralliement à la « culture des vainqueurs » n’ouvre pas la voie à une « Europe européenne »
Une comparaison déséquilibrée des deux « après-guerres »
Napoléon facile bouc émissaire de la « catastrophe »
L’impasse faite par l’Allemagne sur sa défense
La clé de l’« Europe européenne »
Vers une recomposition de la gauche allemande ?
Ensemble continuer l’Histoire

XII – La gauche, la droite et la République du XXIe siècle
Le clivage droite/gauche, un legs de la Révolution française
Ce qui reste du socialisme : une méthode
Les « trous noirs » de la pensée socialiste
Le mythe de la refondation à zéro : tradition et révolution
Au-dessus de la droite, et de la gauche telles qu’elles sont devenues, la République Faire fond sur la France pour redresser l’Europe
L’impasse du fédéralisme : quand les socialistes font voler les coquecigrues
La gauche doit se mettre à la hauteur du défi
Critiquer Nicolas Sarkozy non sur sa personne, mais sur son projet
Se réapproprier les valeurs de transmission
La gauche doit rencontrer la République… et la France

XIII – Le grand pari sur la France au XXIe siècle : faire vivre le modèle républicain
D’abord se comprendre soi-même
Promouvoir et faire vivre le modèle républicain dans le monde
Retrouver le sens de la durée
Rompre avec la dictature de l’instant
Dépasser l’horizon des marchés
Changer les règles du jeu
Deux projets républicains : la politique industrielle
Autre priorité majeure
L’Éducation et la Recherche
La machine éducative enrayée : le « quartile réfractaire »
L’« effet maître »
Prendre une vue « systémique » des choses
À l’articulation du lycée et de l’enseignement supérieur
Résorber les fractures de notre système d’enseignement supérieur et de recherche
L’idéal de l’homme libre
L’École au cœur du modèle républicain civique

XIV – Le grand pari sur la France au XXIe siècle : organiser la « résilience » de l’Europe
Réapprendre à penser en trois dimensions
Deux changements majeurs
La « République européenne des peuples » : un nouveau mode d’emploi des institutions européennes
Intérêt général européen et projet(s) partagé(s)
La Russie
La Méditerranée et l’Afrique
Nouer une relation politique avec les pays émergents
Une France libre, condition d’une Europe résiliente
Y a-t-il une alternative au couple franco-allemand ?

Conclusion