Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement


Benalla, Hulot, deux péripéties. Rugy illustre l’air du temps. Comme le marxisme à l'époque de Jean-Paul Sartre, l’écologie est l’horizon intellectuel de notre temps. De tout cela, le Président s’accommode.

Mais il n’a pas encore répondu au problème de fond : le défaut de compétitivité de l’économie française que traduit un déficit du commerce extérieur de près de 70 milliards d’euros, malgré une croissance plutôt poussive. Cette faible croissance plombe les arbitrages budgétaires. Tout irait mieux si la conjoncture se redressait. La seule solution serait une politique contra-cyclique à l’échelle de l’Europe que le gouvernement de Madame Merkel ne souhaite pas.

Heureusement pour le Président de la République, la coalition de ses opposants, dont aucun n’offre d’alternative, n’en constitue pas une non plus.

Le beau temps ne dure jamais toujours. Après les changements majeurs intervenus depuis 2017 aux Etats-Unis et en Europe, il y a des révisions à opérer dans notre politique. Je m’exprimerai bientôt sur ce sujet.

Rédigé par Chevenement.fr le 5 Septembre 2018 à 13:46 | Permalien | Commentaires (2)

Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Parisien, édition du 2 septembre 2018.


Bonnes vacances, Monsieur Hulot !
Dans toute démission, dans celle de Monsieur Hulot comme dans d’autres, il y a la forme et il y a le fond.

La forme en a surpris plus d’un, à commencer sans doute par le Président de la République.

Puis-je rappeler un souvenir ? A deux reprises, sur la politique industrielle et sur la guerre du Golfe, François Mitterrand m’a demandé de surseoir à ma démission de plusieurs jours et même de plusieurs semaines. « Vous n’allez pas démissionner la nuit, comme Rocard ? » m’avait-il ainsi interrogé le 29 janvier 1991. Nous sommes convenus que la passation de pouvoirs à l’Hôtel de Brienne se ferait le surlendemain et François Mitterrand connaissait ma décision depuis le 7 décembre 1990 !

Aujourd’hui tout se gère à l’aune de la « communication ». Monsieur Hulot était pour le Président Macron une splendide prise médiatique. Il a plutôt une bonne tête. Depuis Ushuaia, l’émission qui l’a rendu célèbre, il jouit de la faveur de l’opinion. De surcroît, Monsieur Hulot n’est pas vraiment un « Vert ». Il était là pour permettre au gouvernement de gérer cette petite frange de l’opinion qui met la notion vague d’écologie au sommet de ses priorités.

Soyons clairs : que les questions environnementales et la préservation des biens communs à toute l’humanité (eau, air, sol, etc…) soient d’une importance primordiale, je suis le premier à en convenir. Mais il en va tout autrement de l’idéologie des Verts qui est une forme de millénarisme : depuis 1945, l’humanité a substitué à son horizon le mythe de la catastrophe en lieu et place de celui du progrès. En réaction au nazisme, le philosophe allemand Hans Jonas a inventé le « principe de précaution ». Ce principe, inscrit dans notre Constitution, n’a rien de scientifique. Un gouvernement qui voudrait l’appliquer pleinement ne devrait pas se borner à abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes. Il lui faudrait fermer toutes les usines non seulement nucléaires mais chimiques, renoncer aux grands projets d’infrastructures, multiplier les conflits avec les agriculteurs et les entrepreneurs à force de réglementations tracassières. Tel n’était pas l’état d’esprit de Monsieur Hulot. Depuis qu’on sait qu’il ne trouvait plus le sommeil, l’opinion s’interrogeait : que cachait depuis six mois ce chantage public et permanent à la démission ? Comment se terminerait ce ballet d’hésitations ? Sur quel grand sujet le ministre choisirait-il de tomber ?

Depuis quelques jours, on respire : ce n’était que la chasse et la présence d’un « lobbyste » à l’Élysée ! Comme si les politiques ne passaient pas une grande partie de leur temps à écouter – et d’ailleurs à juste titre – les représentants des intérêts particuliers, leur tâche étant de faire prévaloir, in fine, l’intérêt général.
Mots-clés : nicolas hulot écologie

Rédigé par Chevenement.fr le 3 Septembre 2018 à 08:51 | Permalien | Commentaires (2)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite à la démission de Nicolas Hulot du gouvernement.


La démission de Nicolas Hulot du gouvernement est la dernière figure d’un ballet d’hésitations contraire aux intérêts de l’Etat et devenu lassant depuis longtemps. La réception des chasseurs à l’Elysée n’est qu’un prétexte. En République, la concertation et l’écoute des intérêts particuliers sont normales avant la décision politique qui doit être guidée par le souci de l’intérêt général. Ce sont les soi-disant écologistes qui depuis trop longtemps se comportent comme un véritable lobby installé au cœur de l’Etat. Ils inspirent en matières énergétique, industrielle et agricole, des politiques qui sapent la compétitivité de la France. Celle-ci est le principal problème que nous avons à résoudre, comme en témoigne le déficit (75 milliards d’euros) de notre balance commerciale. Il est temps de se recentrer sur l’essentiel.
Mots-clés : nicolas hulot

Rédigé par Chevenement.fr le 28 Août 2018 à 13:58 | Permalien | Commentaires (3)

Les actes du colloque du 27 février 2018 sont disponibles en ligne sur le site de la Fondation Res Publica.


Actes du colloque de la Fondation Res Publica : "Désertification et réanimation des territoires"

Rédigé par Chevenement.fr le 13 Juillet 2018 à 10:37 | Permalien | Commentaires (0)

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement.


J'ai écrit à Monsieur Bruno Le Maire en date du 4 mai 2018 pour lui demander où en étaient les engagements pris par General Electric en 2015 lors du rachat de la branche énergie d'Alstom.

La réponse qui vient de tomber n'est pas satisfaisante.

Les engagements pris, même dans un univers ultra-libéral, doivent être tenus, pacta sunt servanda. Ce n'est pas nuire à l'attractivité de la France que de faire respecter l'autorité de l’État.

Rédigé par Chevenement.fr le 15 Juin 2018 à 11:22 | Permalien | Commentaires (5)

Représentant spécial de la France pour la Russie, président de la Fondation Res Publica, Jean-Pierre Chevènement était l'invité de l'émission "Le Débat" présentée par Raphaël Kahane sur France 24. Il débattait avec Jean De Gliniasty, directeur de recherche à l’IRIS, ancien diplomate, et Sylvain Kahn, professeur à Sciences Po, chroniqueur à Explicite.


Verbatim

  • A propos de l'émission de TV russe "Ligne directe" durant laquelle le Président Poutine répond aux questions de téléspectateurs sur leur quotidien

    C'est une pratique assez constante de Vladimir Poutine de répondre aux questions des citoyens russes devant les médias, ce n'est pas nouveau
[ndlr l'émission existe depuis 16 ans]. Cette pratique en elle-même n'est pas choquante. On pourrait même penser qu'interroger le ministre compétent en public sur le prix de l'essence ne serait pas une mauvaise chose. Il est sûr que le prix du pétrole augmente : depuis quelques mois, le cours est revenu à 75-80 dollars le baril alors qu'il était tombé à moins de 40 ; naturellement, cela a des répercussions. Je ne vois pas en quoi c'est critiquable du point de vue de la démocratie. C'est un exercice de transparence qui a pour but de mettre un peu d'air dans le système.

  • A propos de la Coupe du Monde de football organisée en Russie et du retentissement que cet événement pourrait avoir sur l'image du Président et du peuple russes

    Les trois-quarts de la population russe se situent à l'Ouest. Il faut rappeler que le peuple russe est un peuple européen entre quatre mers : la Noire, la Blanche, la Baltique et la Caspienne. Au XVIIème siècle, c'est l'extension à la Sibérie par le fait des Cosaques. Et puis il y a aussi cette Russie ultra-périphérique qui est aussi bien Kaliningrad, ex Königsberg, que les Kouriles, Kamtchatka, qui sont particulières mais ouvrent la Russie sur l'océan mondial.

    ll y a, pour tout pouvoir politique, un intérêt à organiser la Coupe du Monde de football. J'ai été ministre de l'Intérieur en 1998 quand la France l'a organisée, il y a toutes sortes d'intérêts. Mais il faut aller plus loin. Quand on connaît les villes russes et qu'on visite un peu la Russie, on voit qu'elles bougent de plus en plus. Et pas seulement Moscou, qui est une ville moderne, jeune, branchée d'une certaine manière, mais Saint-Pétersbourg, Kazan, sur les bords de la Volga, Samara, les villes de l'Anneau d'Or
[ndlr espace du Nord-Est de Moscou]. Il y a une classe moyenne jeune qui n'a pas connu l'époque soviétique et qui crée aujourd'hui une atmosphère très européenne en Russie.
Mots-clés : europe poutine russie ukraine

Rédigé par Chevenement.fr le 8 Juin 2018 à 11:04 | Permalien | Commentaires (3)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de Zemmour & Naulleau sur Paris Première, mercredi 30 mai 2018 (à partir de 1h52).


Verbatim

  • Sur la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine – première visite du président français en Russie à l’occasion du Forum international économique de Saint-Pétersbourg, 24-25 mai

    Il faut reconnaître au président Emmanuel Macron le talent de redresser des situations qui paraissaient très compromises:après l'affaire Skripal et celle des frappes americano-franco-britanniques sur la Syrie, il y avait un grand trou noir dans la relation franco-russe.

    Après le très long tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le résultat a été tout à fait remarquable. Sans nier les désaccords, le président Macron a su trouver les points de convergence et prendre appui sur eux pour aller vers des solutions, sur l'Ukraine ou la Syrie, qui sont à la portée de la main. Je n'en dirais pas autant sur l'Iran, qui est un problème infiniment plus complexe et qui a pesé sur toute la rencontre car la décision du président Trump bouleverse évidemment la donne.

    Cette visite a été un grand succès y compris au Forum, devant plus de 2000 hommes d'affaires, où étaient présents les présidents Macron et Poutine, le premier ministre japonais Shinzo Abe, un vice-premier ministre chinois et Madame Lagarde. Le discours d'Emmanuel Macron fut d'une rare qualité. Par ailleurs, de très grands contrats ont été signés.

    On ne peut établir d'équivalence entre Donald Trump et Vladimir Poutine : Donald Trump procède souvent par foucades ; Vladimir Poutine est un homme d'Etat réaliste, qui est au pouvoir depuis 18 ans, qui est très populaire dans son pays. Il a été réélu avec 76 % des voix il y a peu avec un taux de participation très honorable de 67 %. C'est un autre type d'homme, un réaliste pragmatique. On le voit de manière caricaturale en France où, très souvent la Russophobie se dissimule sous la Poutinophobie, si je puis dire.

    Poutine a cherché à redresser l'Etat en Russie, il y est parvenu d'une certaine manière puisque si l'on prend par exemple l'indicateur de développement humain, la Russie est maintenant à une place tout à fait honorable, ce qui n'était pas le cas quand Poutine est arrivé au pouvoir. Il y a eu une croissance assez forte pendant les 10 premières années, elle a ralenti mais elle reprend, et cela sera sans doute conforté par la remontée du prix du pétrole.

Rédigé par Chevenement.fr le 31 Mai 2018 à 09:25 | Permalien | Commentaires (0)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès de Serge Dassault


Serge Dassault a su faire fructifier l'héritage que lui avait transmis son père Marcel Dassault en maintenant ou en mettant à la tête de son groupe des responsables de grands talents. Il a su à la fois développer une activité militaire et une activité civile, les avions d'affaires. Comme ministre de la Défense, j'ai homologué en 1990 le premier exemplaire très contesté du Rafale. Serge Dassault m'a téléphoné pour me remercier, politesse rare chez les industriels de l'armement.

J'adresse à sa femme, ses enfants et sa famille mes condoléances attristées.
Mots-clés : serge dassault

Rédigé par Chevenement.fr le 29 Mai 2018 à 10:08 | Permalien | Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 235


Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter




Derniers commentaires