Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Déplacé, voire choquant



Il est pour le moins déplacé, alors que la question des approvisionnements énergétiques de la France est bien évidemment un problème d’intérêt national que M. Pinault qui se dit l’ami du Président de la République puisse faire monter les cours de l’action « Suez » et empêcher ainsi une fusion sans doute discutable, mais qui a été voulue par le gouvernement et approuvée par le Parlement.

Cette manœuvre serait encore plus choquante s’il s’avérait que le gouvernement cautionne, dans des conditions financières particulièrement opaques, le démantèlement de Suez pour contourner une décision du Conseil Constitutionnel. Cette intrication des intérêts privés et de l’intérêt public est révélatrice d’un mal beaucoup plus profond : il est temps de restaurer et de faire respecter l’Etat et de distinguer clairement ce qui relève du public et du privé. Si la création d’un deuxième énergéticien français est souhaitable, il convient que la majorité du capital en soit publique, comme cela est d’ailleurs prévu dans l’accord MRC-PS.


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mercredi 3 Janvier 2007 à 19:24 | Lu 5925 fois



1.Posté par Jacques Heurtault le 04/01/2007 19:15
La seule vraie question, c'est l'existence d'une concurrence entre les différents opérateurs. Privatiser à tout va ne présente pas un gros intérêt .... et n'est en aucune façon exigé par les instances de l'Union Européenne.


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Mai 2018 - 10:08 Hommage à Serge Dassault




Derniers tweets
"#Alstom#GeneralElectric : les engagements pris doivent être tenus" https://t.co/OUw7Tovt2f
Mardi 19 Juin - 11:43
RT @Senat_Direct: “Je pense que l’interdiction du #pantouflage est la mesure la plus simple.” @chevenement, ancien ministre #HauteFonction…
Lundi 11 Juin - 11:34
RT @Senat_Direct: “Ce que nous proposions c’était de revenir, par la suppression des grands corps, à la véritable égalité de recrutement de…
Lundi 11 Juin - 11:11

Abonnez-vous à la newsletter




Derniers commentaires