Interview donnée le lundi 23 mai 2022


Il ne faudrait pas que la nomination de Pap Ndiaye, à la tête du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, sonne comme l’enterrement de la politique mise en œuvre par M. Jean-Michel Blanquer depuis cinq ans : dédoublement des petites classes dans les quartiers défavorisés, accent mis sur les apprentissages fondamentaux dans les premiers âges de la scolarité pour lutter contre les inégalités, promotion et défense de la laïcité par les enseignants, ouverture de l’école, universalisme, accent mis sur ce qui nous est commun...

Il n’y a pas plus sûre méthode pour désorienter une grande institution comme l’Éducation nationale de la confier tour à tour à deux ministres dont les philosophies de l'État s’opposeraient. C’est de cela que l’école a souffert depuis un demi-siècle, avec les résultats que nous voyons.

Le souci du long terme est celui de la préservation des valeurs de la connaissance et de la transmission vont de pair. Pense-t-on que le différentialisme promu par la « gauche américaine » (à travers le Conseil représentatif des associations noires, par exemple) puisse contribuer à l’égalité républicaine ?
Mots-clés : Education nationale

Rédigé par Baptiste Petitjean le 24 Mai 2022 à 14:20 | Permalien | Commentaires (5)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Hommage de Jean-Pierre Chevènement


Avec Dominique Lecourt, disparaît un grand épistémologue français, reconnu par ses pairs. J'ajoute que je perds un ami très cher auquel m'unissaient des liens d'étroite complicité intellectuelle. Dominique savait allier la rigueur et l'humour. Il m'a apporté un concours précieux.

Ancien recteur, membre de mon cabinet au ministère de l'Education nationale, Dominique Lecourt était un penseur infatigable. Il laisse derrière lui plusieurs livres et essais essentiels qui plaident pour l’universalisme républicain.

Son travail s'inscrivait dans la lignée des Encyclopédistes, Diderot et d'Alembert, avec la coordination de la Nouvelle Encyclopédie à la fin des années 1980. Un ouvrage de prospective qui témoigne des ambitions très vastes que ce grand philosophe des sciences nourrissait. Son apport au débat public, à la revivification de l'idée républicaine, et son combat intellectuel en faveur de l'accès à la connaissance pour tous les citoyens sont immenses.

A tous les siens et aux équipes de l'Institut Diderot, j'exprime la profonde tristesse de toux ceux qui travaillent à la défense et l'actualité des idées républicaines. Dominique Lecourt manquera beaucoup au paysage intellectuel de la France et il manquera à tous ceux qui l'ont connu et aimé.
Mots-clés : Dominique Lecourt

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 2 Mai 2022 à 13:06 | Permalien | Commentaires (2)
Actes du séminaire de la Fondation Res Publica : "La dette"

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 29 Avril 2022 à 11:51 | Permalien | Commentaires (1)

Le lancement du mouvement politique "Refondation républicaine", dont Jean-Pierre Chevènement sera le président d'honneur, aura lieu ce mercredi 27 avril à 10h à l’auditorium du 18, rue de Bellechasse 75007 Paris.


Lancement du mouvement politique "Refondation républicaine"
« Refondation républicaine » entend rendre vie aux idées républicaines, au-delà des différences de sensibilités légitimes en démocratie. Elle réunit des citoyens de tous bords qui veulent donner sens au quinquennat qui s’ouvre. Elle œuvrera à un véritable redressement de la France, appuyé sur la reconquête de l’indépendance en tous domaines, sur la relance du nucléaire et sur le plan d’investissement « France 2030 » annoncés par le président de la République.

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 26 Avril 2022 à 18:54 | Permalien | Commentaires (5)

Tribune de Jean-Pierre Chevènement pour Le Monde, publiée le mardi 19 avril 2022.


Tribune dans Le Monde : «La réélection d’Emmanuel Macron est essentielle pour que la France surmonte les fractures qui la traversent»
La réélection d’Emmanuel Macron est essentielle pour que la France surmonte les fractures qui la traversent, économiques et sociales, mais aussi et peut-être surtout culturelles. La désindustrialisation frappe la France depuis quatre décennies, plus que tout autre pays européen. Arrêtons-nous d’abord sur ces fractures économiques et sociales.

La crise liée au Covid-19 a révélé l’étendue et la profondeur de nos dépendances. Le déficit commercial a atteint 85 milliards d’euros en 2021. Dans le même temps, l’excédent commercial allemand tutoyait, chaque année, les 200 milliards d’euros. Cela veut dire que, depuis près de vingt ans, la position extérieure nette de la France n’a cessé de se dégrader. Ce n’est pas ainsi qu’on prépare l’avenir du pays.

Ce n’est donc pas un hasard si Emmanuel Macron a placé le « pacte productif » au cœur de son projet. La réindustrialisation est l’âme de notre nation et une nécessité impérieuse pour quiconque entend protéger notre « Etat-providence » et nos grandes conquêtes sociales de l’après-seconde guerre mondiale. C’est le sens de l’action d’Emmanuel Macron au cours des dernières années.

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 19 Avril 2022 à 11:30 | Permalien | Commentaires (2)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Hommage de Jean-Pierre Chevènement


La Franche-Comté s'honore d'avoir compté parmi ses enfants, Michel Bouquet, un des plus grands acteurs de tous les temps.

C'est une peine profonde pour tous ceux qui, au-delà de son immense talent, appréciaient l'homme fin et spirituel qu'était Michel Bouquet. J'exprime à sa famille toute ma tristesse.
Mots-clés : Michel Bouquet

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 14 Avril 2022 à 12:37 | Permalien | Commentaires (2)

Un meeting de soutien à Emmanuel Macron aura lieu le mardi 19 avril à 18h30 à la Maison du Peuple de Belfort (salle 327), à l'initiative de Jean Pierre Chevènement et du parti Refondation républicaine.


Meeting de soutien à Emmanuel Macron à Belfort
Interviendront à cette occasion :
- Brigitte Vu, ingénieur en efficacité énergétique des bâtiments, enseignant chercheur au département énergie à l'UTBM, présidente du Comité de réélection d'Emmanuel Macron du Territoire de Belfort (Crem) ;
- Christophe Grudler, député européen, conseiller municipal de Belfort ;
- Denis Sommer, député du Doubs ;
- et Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre, président d'honneur de Refondation républicaine.

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 14 Avril 2022 à 10:42 | Permalien | Commentaires (4)

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au journal "Marianne", propos recueillis par Natacha Polony, Franck Dedieu et Étienne Campion, vendredi 8 avril 2022.


Entretien de Jean-Pierre Chevènement à Marianne : "Emmanuel Macron fait l’objet d’un procès politique permanent que je ressens comme injuste"
  • Marianne : Au regard de la guerre en Ukraine, comment définiriez-vous la position géopolitique que la France doit adopter dans les années à venir ? Comment préserver les intérêts du pays dans ce nouvel ordre mondial ?

    Jean-Pierre Chevènement : Il est d’abord urgent de mettre fin à cette guerre honteuse au cœur de l'Europe. Une guerre qu'on pouvait voir venir depuis longtemps, mais à laquelle personne ne croyait. La paix nécessite la proclamation, par l'Ukraine elle-même, de sa neutralité, avec la garantie que pourront lui apporter un certain nombre de puissances – les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies auxquels pourraient s’ajouter selon moi l'Allemagne et la Turquie.

    Pour le reste, le constat d'une éventuelle violation de la neutralité de l'Ukraine devrait être établi à la faveur d’une procédure assez lourde, pour que les Ukrainiens soient rassurés sur leur capacité à se gouverner comme une nation libre et indépendante, démocratiquement. La preuve a été faite dans cette guerre que l'Ukraine, longtemps constitutive de l’Empire russe et alors appelée « Petite Russie », est, certes, une nation récente, mais une nation bien vivante.

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 8 Avril 2022 à 15:26 | Permalien | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 260


Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter








Mots-clés des 30 derniers jours