Actualités

Réaction de Jean-Pierre Chevènement à la crise ukrainienne


Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, ministre d'État et président d'honneur de la Fondation Res Publica


La décision du Président Vladimir Poutine de reconnaître les républiques séparatistes pro-russes de Donetsk et de Lougansk est une atteinte au droit international tel qu’il résultait des accords passés en 1991 entre les présidents de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie.

On ne peut que saluer les efforts du Président Emmanuel Macron pour trouver le chemin d’une désescalade. On ne peut refaire l’histoire. Faute que les accords de Minsk, qui prévoyaient l’autonomie linguistique et administrative pour les deux républiques de Donetsk et de Lougansk, aient pu s’appliquer du fait, principalement, de l’Ukraine, et malgré les efforts des diplomaties française et allemande (le compromis Steinmeier), on pouvait bien imaginer le danger qui résultait du maintien d’un conflit gelé au cœur de l’Europe.

Les mobiles du Président Vladimir Poutine sont difficiles à comprendre. Une nouvelle guerre froide n’est dans l’intérêt ni de l’une, ni de l’autre partie de l’Europe. Des sanctions commerciales frapperont la Russie, mais également les pays d’Europe occidentale.

Quoi qu’il en soit, les voies de la diplomatie doivent rester ouvertes et le Président Emmanuel Macron saura, j’en suis sûr, maintenir une politique de fermeté, tout en restant vigilant quant à la possibilité d’un retour à la normale sauvegardant l’intégrité territoriale de l’Ukraine et assurant la sécurité collective en Europe.


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mardi 22 Février 2022 à 16:15 | Lu 2620 fois



1.Posté par PATRICE ZAHRA le 22/02/2022 18:45
Quelle autre solution pour les habitants du Donbass vivant dans des caves et sous les tirs depuis plus de cinq ans ?
L'inertie de Macron sur la non-application des accords de Minsk par Kiev est coupable.
De Gaulle aurait fait stopper l'escalade de l'Otan contre la Russie et n'aurait pas envoyé des troupes françaises en Roumanie.
L'Allemagne a eu une position insuffisante mais plus responsable.
La vraie cible de l'Otan est une nouvelle fracture en Europe continentale.

2.Posté par Carl GOMES le 22/02/2022 21:02
L'Ukraine est un pays de tradition russe. De plus Poutine avait prévenu qu'il ne tolérerait pas d'avoir des armes de l'OTAN à ses frontières dirigées contre lui. Sa réaction est au contraire fort logique.
Cet article montre que le souverainiste Chevènement, le soi-disant Représentant spécial de la France pour la Russie, n'est plus devenu qu'une carpette de Macron! Son unique condition est de boire ses paroles.

3.Posté par Emile BENTOZA le 24/02/2022 10:51
Poutine a déjà évoqué dans ses discours qu'il considérait que l'éclatement de l'URSS est, selon lui, une aberration politique et inacceptable. Il veut reconstruire l'URSS en récupérant, un à un, même morceau par morceau tous les territoires de l'ex URSS et en devenir le nouveau Tsar !. Il s'est approprié tous les biens du pays en les partageant avec la "nomenklatura" russe, et tous les riches et puissants qu'il a autorisé dans son pays. Les investissements russes en Europe et dans le monde n'ont d'autres buts que d'affaiblir les sanctions "potentielles" qui pourraient être prises contre la Russie. Qui aura le courage de virer les propriétaires russes des clubs de football qu'ils possèdent en Europe ? Qui serait près à bloquer les comptes en banques des oligarques russes dans les banques européennes ? Qui serait près à confisquer les propriétés qu'ils possèdent en France et en Europe ? Quand on voit les anciens dirigeants européens devenir des tapis sur lesquels Poutine s'essuie les pieds, je ne cois pas que beaucoup de nos dirigeants actuels en Europe auront ce courage? Poutine a encore de beaux jours devant lui et l'Ukraine est me semble t-il condamnée comme l'a été la Crimée. Après l'Ukraine, il s'attaquera aux autres territoires n'en doutons pas.

4.Posté par Herm HERM le 24/02/2022 11:46
@M. Gomes :
En quoi la possibilité que l'Ukraine serait de tradition russe - ce qui peut déjà être questionné - lui interdirait d'avoir sa propre diplomatique et de mener ses propres alliances ?
Les liens historiques, linguistiques, culturels, etc. ne sont pas suffisants pour justifier une invasion militaire ?
La voie diplomatique aurait probablement permis à Poutine d'obtenir que l'Ukraine ne rejoigne pas l'OTAN. Ce n'est pas donc pas cela la première motivation de cette invasion militaire.

5.Posté par Henri MAZARS le 24/02/2022 14:42
Quand Macron a été reçu par Poutine ce dernier n'a pas vu en lui le président français et de l'UE mais un membre essentiel de l'OTAN prenant ses ordres à Washington et promouvant une défense européenne. Si la France n'était pas membre de l'OTAN mais seulement de l'Alliance comme du temps de de Gaulle et Mitterrand, sa voix aurait été plus écoutée. Quant à la défense européenne, arrêtons de rêver. Les matériels militaires de nos partenaires de l'UE sont essentiellement anglo-saxons et nous n'osons pas souligner que nous disposons d'une dissuasion nucléaire indépendante et de la meilleure armée opérationnelle de l'UE. En découle une charge budgétaire qui devrait nous valoir une exemption dans le cadre des obligations du traité de Maastricht et des diktats de la BCE.
Il est temps d'imposer à l'UE notre position de leader militaire de l'UE comme la RFA l'est du point de vue économique et monétaire quitte à menacer de sortir de l'OTAN et de laisser nos partenaires sous le parapluie américain.
.L' Europe va de l'Atlantique à l'Oural et non de Hawaï à Boston et malheureusement le dialogue Paris-Moscou n'a pas été entretenu par crainte du pouvoir d'influence anglo-saxon.
Pour la Russie l'OTAN n'est pas une alliance défensive comme l'ont prouvé ses interventions au Kosovo sans mandat de l'ONU sur une situation qui concernait Slaves et Orthodoxes et qui entraina des bombardements au cœur de Belgrade. Ultime humiliation : aucun hymne et drapeau russe pour les vainqueurs des épreuves à Pékin par décision d'instance sportives qui ferment les yeux à l'endroit d'autres cas de dopages et qui s'inclinent devant les pouvoirs financiers du Qatar. La globalisation économique et financière oublie à ses dépens que les peuples et les nations ont une âme.

6.Posté par Carl GOMES le 27/02/2022 11:46
@M. Herm : Poutine ne veut pas de pays de l'OTAN au niveau de ses frontières européennes avec des armes de l'OTAN braquées contre la Russie. Il l'a déjà exprimé. Et c'est compréhensible. Que diraient les US si la Russie venait mettre des base russes près de la frontière avec le Mexique avec des armes dirigées contre eux?

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html



Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter



Dernières notes