Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Je me souviens d’une période où Léon Blum, revenu de déportation, disait que le socialisme, c’est-à-dire l’éradication des inégalités sociales, pouvait se réaliser pour l’essentiel par deux voies : l’Ecole et la réforme de l’héritage. Il est frappant de voir que M. Sarkozy, dans son programme, ne dit à peu près rien de l’Ecole et qu’il prévoit l’exonération des droits de succession.

M. Sarkozy peut bien citer Léon Blum. « Le ventre et l’esprit, disait Barrès, se nourrissent à des sources différentes ».
Mots-clés : blum nicolas sarkozy

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 15 Janvier 2007 à 15:38 | Permalien
Jean-Pierre Chevènement tiendra une conférence de presse en 12h et 13 h au club de la presse de Lyon, consacrée aux enjeux de 2007.
A 15 heures, il se rendra, à l'invitation du groupe Rhône-Ain-Loire de la Société Française de l'Energie Nucléaire (SFEN), à une réunion débat sur le thème «Quelle politique énergétique pour la France ?» dans les salons de l'Alizé, Lyon Part-Dieu.
Il clôturera enfin sa journée lyonnaise entre 17h30 et 19h par une rencontre-dédicace autour de son livre La Faute de Monsieur Monnet, à la FNAC Lyon Part-Dieu.
Mots-clés : lyon

Rédigé par Chevenement.fr le 12 Janvier 2007 à 16:39 | Permalien
Au programme, des entretiens avec la presse locale (La Montagne et France Bleue Auvergne et à 20h30 une conférence à l'ESC Clermont sur le thème «La République et l'Europe».
Mots-clés : clermont-ferrand

Rédigé par Chevenement.fr le 12 Janvier 2007 à 16:25 | Permalien

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



«Je suis convaincu, a déclaré M. Sarkozy, que je dois rassembler et apaiser ». Faut-il voir dans cette déclaration un début d’autocritique ? Car M. Sarkozy ne rassemble pas ; il divise. Il n’apaise pas. Il suscite les conflits.



Les émeutes urbaines de 2005 illustrent la faillite de sa méthode. M. Sarkozy a sciemment détruit la police de proximité dont la nécessité avait été reconnue, en premier, par Charles Pasqua dans la loi d’orientation et de programmation de la sécurité de janvier 1995 et que j’ai conçue et mise en œuvre à partir de 1999-2000 : une police territorialisée, avec des commissariats de secteur, du « bleu » dans les quartiers, une police citoyenne qui connaissait la population et était connue d’elle, une police à la fois préventive et répressive, agissant en partenariat avec les gardiens d’immeubles, les principaux de collège, les commerçants etc... dans le cadre de contrats locaux de sécurité, bref une police républicaine.

A Toulouse, où cette police de proximité avait rétabli le calme, en particulier dans le quartier du Mirail, M. Sarkozy a déclaré devant les caméras en février 2003 : « La police n’est pas là pour faire du social et pour jouer au foot avec les gamins des quartiers. Elle est là pour interpeller ».

Et il a révoqué le Directeur de la Sécurité Publique, le Commissaire Havrin, malgré les protestations du maire, M. Douste-Blazy.

On a vu le résultat : des interpellations à l’aveuglette, une tension croissante dans les quartiers, une recrudescence continue des agressions contre les personnes, l’explosion de la délinquance des mineurs, etc.

M. Sarkozy est dangereux. Il semble, d’après ses propos, qu’il commence à s’en rendre compte. Les Français l’ont compris, eux, depuis longtemps : ils lui donneront un repos mérité pour calmer son agitation et lui permettre plus de réflexion.

Ce sont les vœux que je forme pour Nicolas Sarkozy en 2007.
Mots-clés : nicolas sarkozy

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 12 Janvier 2007 à 10:58 | Permalien

Jean-Pierre Chevènement est l'invité de Raphaël Enthoven jeudi 11 janvier à 19h30 sur France Culture pour 1 heure d'émission.


L'émission peut être écoutée sur le site de France Culture ou ci-dessous.

Rédigé par Chevenement.fr le 10 Janvier 2007 à 18:42 | Permalien

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Les économistes « institutionnels » pleurent tous les jours dans les gazettes sur la BCE transformée, selon eux, en bouc émissaire de la croissance faible qui caractérise la zone euro : « Voyez l’Allemagne, premier exportateur mondial, nous disent-ils, avec ses 160 milliards d’euros d’excédent commercial ! Epargnez M. Trichet, et songez plutôt à flexibiliser le marché du travail ! »


Ce qu’ils oublient :

1) L’Allemagne dispose encore de positions encore monopolistiques dans les biens d’équipement et la chimie fine. Ses exportations sont tirées par la flambée de l’investissement et de la croissance dans les pays émergents. Cela ne durera pas. La Chine crée sa propre industrie des biens d’équipement. Celle-ci sera demain plus compétitive que l’industrie allemande pour les raisons que nous savons : la Chine a toutes les capacités nécessaires et le niveau des salaires y sera durablement de un à dix fois inférieur à celui de l’industrie allemande.

2) Depuis cinq ans, l’Allemagne a assis ses efforts de compétitivité sur une forte compression de la demande intérieure : augmentation de trois heures de la durée réelle du travail mais stagnation des salaires. Les plans dits « Agenda 21 » et « Harz IV » ont coûté cher au Chancelier Schröder. Ils bénéficient aujourd’hui à Madame Merkel, mais au prix d’un chômage qui touche 4 millions de personnes en Allemagne.

3) Enfin, après la phase des délocalisations à l’Est, il faudrait prêter attention aux stratégies de relocalisation des productions à plus forte valeur ajoutée sur « le site de production Allemagne ».

Les grands groupes industriels allemands savent depuis longtemps organiser une gestion très politique de leur développement. Ils jouent aujourd’hui l’Allemagne et le monde. Ils oublient aisément « l’Allemagne européenne » dont nous parlait encore le Chancelier Kohl au début des années 90.

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 10 Janvier 2007 à 18:32 | Permalien

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, mardi 9 janvier 2007.


Dans le cadre de l'accord électoral PS-MRC, le bureau national du Mouvement Républicain et Citoyen, réuni hier soir, lundi 8 janvier 2007, a validé pour les élections législatives les candidatures suivantes :

Comme candidats titulaires :
  • 08 Ardennes (3ème) : Gisèle Dessieux, ancienne inspectrice générale de l’Education Nationale – membre du CA de la Mission laïque française
  • 23 Creuse (2ème) : Georges Sarre, ancien ministre
  • 26 Drôme (4ème) : Catherine Coutard, médecin urgentiste
  • 36 Indre (2ème) : Marie-Françoise Bechtel, conseiller d’Etat
  • 59 Nord (12ème) : Christian Hutin, maire de Saint-Pol-sur-Mer
  • 94 Val-de-Marne (10ème) : Jean-Luc Laurent, maire du Kremlin Bicêtre – Vice-Président de la Région Ile de France

    et comme candidats suppléants :
  • 50 Manche (1ère) : Michèle Lemeaux, conseillère régionale de Basse Normandie
  • 62 Pas-de-Calais (2ème) : Bertrand Alexandre, architecte
  • 69 Rhône (8ème) : Thierry Lucas, professeur certifié d’histoire géographie
  • 75 Paris (21ème) : Jean-Yves Autexier, Conseiller de Paris

    Les circonscriptions concernées par l’accord MRC-PS et non encore pourvues le seront lors d’un prochain Bureau National.

    Mise à jour : le Bureau National du MRC a validé pour les élections législatives les candidatures suivantes :
    Comme candidats titulaires :
  • 13 Bouches du Rhône (9ème) : Béatrice Négrier (candidature validée le 18 mars 2007)
  • 77 Seine et Marne (3ème) : Sami Naïr, universitaire (candidature validée le 18 mars 2007)
  • 83 Var (1ère) : Alain Jaubert, technicien à la DGA, Ministère de La Défense (candidature validée le 10 février 2007)

    Mise à jour :
  • Territoire de Belfort (2ème) : Jean-Pierre Chevènement

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 9 Janvier 2007 à 22:29 | Permalien

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



L’URSS existe-t-elle toujours ? On pourrait le croire en lisant la « une » du Monde du 10 janvier 2007 : « Le chantage au pétrole de la Russie inquiète toute l’Europe ». De quoi s’agit-il ? En fait d’un conflit entre la Russie et la Biélorussie au sujet d’une taxe douanière instaurée par cette dernière sur le transit du pétrole russe par l’oléoduc « Droujba » qui dessert aussi la Pologne, l’Allemagne, la Slovaquie et la Hongrie. Les deux protagonistes se rejettent la responsabilité de la fermeture de cet oléoduc.

Minsk prélevant le pétrole en contrepartie de la taxe que les Russes refusent de payer, ceux-ci ont réduit leurs livraisons. Une rupture d’approvisionnement s’ensuit. L’affaire est montée en épingle comme si nous étions encore au temps de la guerre froide. Le Commissaire européen à l’énergie, M. Andris Piebalgs a demandé des explications aux deux parties. Tout laisse penser que, comme l’a indiqué le ministre allemand de l’Economie, M. Michaël Glos, une reprise rapide des approvisionnements interviendra.

Pourquoi donc cette montée d’adrénaline ? Serait-ce pour justifier une diversification des voies de transit du pétrole et du gaz à travers le Caucase et la Turquie à la veille d’un sommet européen sur l’énergie, au prétexte de l’indépendance énergétique de l’Europe ? Cette agitation ne serait pas raisonnable : il n’est pas sûr en effet qu’il y ait assez de gaz dans les ex-Républiques soviétiques d’Asie Centrale pour rentabiliser le projet Nabucco censé « ouvrir à l’Europe de nouvelles sources d’approvisionnement » (Le Monde du 30 décembre 2006) L’essentiel du pétrole continuera à venir du Golfe par voie maritime. Idem pour le gaz du Qatar et de l’Iran. Deux gazoducs existent déjà en provenance de l’Algérie. D’autres pistes bien plus prometteuses sont à explorer pour assurer la sécurité des approvisionnements énergétiques de l’Europe : nucléaire – charbon – biomasse – économies d’énergie.
Mots-clés : russie énergie

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 9 Janvier 2007 à 21:17 | Permalien
1 ... « 241 242 243 244 245 246 247 » ... 261


Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter



Dernières notes