Agenda et médias

"La France peut jouer un rôle pour la levée des sanctions contre Moscou"


Jean-Pierre Chevènement était l'invité de RT France, jeudi 3 mai 2018. Il répondait aux questions de Stéphanie de Muru.


Verbatim :

Après la rencontre du Président Macron et du Président Poutine à Versailles le 29 mai 2017, le Président Macron a redéfini la politique française notamment vis-à-vis de la Syrie en souhaitant une formule inclusive, c’est-à-dire comprenant toutes les parties, y compris les représentants du gouvernement de Damas.

Cela rompait avec la politique antérieure, qui nous a mis dans une position que l’on ne peut que regretter. C’est ce changement qui m’a fait accepter la proposition d’Emmanuel Macron de reprendre la mission de Représentant spécial de la France pour la Fédération de Russie.

Je me suis rendu à plusieurs reprises en Russie, à Moscou, pour favoriser la relation franco-russe et mettre de l’huile dans les rouages. Je suis également allé en Sibérie pour l’inauguration des installations gazières de Yamal dans le cadre du projet franco-russe très important entre Novatek et Total.

Je suis allé à Moscou les 25 et 26 avril derniers porteur d’un message du Président Macron au Président Poutine : le Président a le souhait de réduire nos divergences et de marquer nos convergences, qui sont nombreuses. J’ai rencontré le ministre de l’Economie, le vice-ministre des Affaires étrangères ainsi que d’autres responsables russes à la tête de grande entreprises publiques.

Je crois très profondément à l’intérêt tout particulier de la relation franco-russe : c’est une relation spéciale qui vient de loin dans l’histoire et répond à de profondes affinités culturelles. Je veux croire qu’il y a des fondamentaux pour notre politique, notamment notre politique étrangère.

[Sur l’affaire Skripal] Je ne suis jamais heureux quand des incidents troublent notre dialogue. Les autorités françaises ont considéré qu’elles détenaient des éléments probants ; on n’en sait pas beaucoup plus pour le moment. C’est en tout cas la position de la France, et nous sommes par ailleurs les alliés de la Grande-Bretagne dans l’OTAN et dans l’UE, qu’elle n’a pas encore quittée. Cette affaire méritera d’être élucidée par les réseaux diplomatiques et judiciaires habituels, sans que ce soit un sujet qui nous dresse les uns contre les autres.

Sur la Syrie, la position de la France a toujours été de veiller à interdire la production, la détention et l’utilisation de armes chimiques. J’étais ministre de la Défense lorsque nous avons signé la convention interdisant les armes chimiques en 1989. Il y a une organisation internationale, l’OIAC, qui veille au respect de cette interdiction. Je m’étais réjoui en 2013 de la décision visant à démanteler l’arsenal chimique syrien. S’agissant des frappes [celles du 14 avril 2018 opérées par Paris, Washington et Londres], elles n’ont fait aucune victime, la partie russe a été prévenue à l’avance et elle valait coup de semonce par rapport à ce qui semble bien être l’utilisation de chlore et pas forcément de gaz sarin. Je fais confiance à l’OIAC pour remplir sa mission.

Il faut qu’il soit évident pour tous que les armes chimiques ne peuvent pas être employées au niveau des Etats, mais peut-être demain aussi au niveau d’acteurs non-étatiques. Imaginez que Daech ait pu utiliser des armes chimiques dans le métro par exemple. Cela légitime une réaction assez forte.

Je considère Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, comme un ami, mais il n’est pas sérieux de prétendre que la France a une position coloniale en Syrie alors que celle de la Russie, qui y est beaucoup plus présente que la France, avec un contingent de 4000 à 5000 soldats, ne le serait pas. Mais je ne veux pas faire monter la pression inutilement. J’attends que le voyage du Président de la République à Moscou le 24 mai, puis le 25 mai à Saint-Pétersbourg, se déroule. Ce sera un moment important pour les relations franco-russes que nous devons renforcer et améliorer.

Les entreprises françaises sont très présentes en Russie ; cela représente un stock d’investissement de 18 milliards d’euros. Toutes nos grandes entreprises ou presque sont installées en Russie, et nous avons beaucoup de PME et de PMI qui pourraient avoir accès au marché russe sans toutes ces sanctions qu’il faudra bien lever un jour.

La perspective dans laquelle je me place est celle d’une normalisation : le peuple russe est un grand peuple européen, nous sommes des européens et je me situe dans la ligne qui avait été tracée jadis par le Général de Gaulle d’une Europe européenne qui irait de l’Atlantique à l’Oural et même jusqu’au Pacifique, où la Russie a étendu la civilisation européenne.

J’en ai parlé longuement avec le Président de la République ; je l’ai accompagné à Moscou en janvier 2016. La dégradation de nos relations ne répond pas à l’intérêt de la Russie ni à celui de la France. Emmanuel Macron s’est exprimé d’une manière claire devant la presse sur le principe d’une levée des sanctions. Cette dernière est liée aux accords de Minsk et à la résorption de ce conflit qu’on dit gelé mais qui ne l’est pas vraiment puisqu’il y a toujours des morts et des blessés. Tout cela est contraire aux intérêts de l’Europe et de la Russie, et bien entendu de l’Ukraine, qui devrait être un pont entre l’Europe et la Russie plutôt qu’un foyer de discorde de gens qui veulent dresser la Russie contre l’Europe et inversement.

En dehors des dossiers internationaux, il y a une forte relation bilatérale entre la Russie et la France. Les problèmes qui doivent être évoqués [lors de la visite du Président Macron en Russie] sont la levée des sanctions ainsi que l’extraterritorialité du droit américain, qui tétanise nos banques d’une manière générale. La France peut jouer un rôle utile pour que le régime de sanctions puisse être levé.

Nous sommes très présents en Russie et la Russie peut être présente en France. Il y aussi le volet culturel, très important : les Français doivent apprendre la langue russe et inversement. Il y a la diplomatie culturelle, les expositions, comme l’exposition Chtchoukine à la Fondation Vuitton, qui a eu beaucoup de succès.

Source: RT France


Mots-clés : russie, syrie, ukraine
Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 3 Mai 2018 à 21:06 | Lu 1438 fois



1.Posté par Daniel RIGOLLET le 04/05/2018 16:01
On a connu Jean Pierre CHEVENEMENT un peu plus critique dans sa vision du Monde ...
Aligné sur le Président MACRON désormais ??? C'est un peu décevant.
Soumis aux décisions et au diktat de l'OTAN, ça l'est encore plus !
Jean Pierre, ressaisis-toi ...

D.RIGOLLET

2.Posté par Vikash PARIS le 06/05/2018 12:31
On peut suivre J.P Chevènement lorsqu'il défend la levée des sanctions et l'établissement de relations plus étroites, notamment culturelles , avec la Russie. Mais d'accord avec Daniel Rigollet pour s'étonner de sa non désapprobation des frappes en Syrie , sous la bannière de l'Otan avec les Etats-Unis. On l'a connu plus critique et plus soucieux de l'Indépendance de la France. Sans doute, sa fonction de représentation du Président de la République pour la Russie l'empêche-t-il d'être plus critique.

3.Posté par Carl GOMES le 10/05/2018 13:12
Cette nuit (10/05/2018) ont eu lieu des bombardements de sites militaires syriens présentés comme appartenant à l'Iran par l'armée israélienne.
L'attitude d’Israël, qui a franchi la "ligne rouge", doit être fermement condamnés par Mr Macron. Et ce n'est pas la première fois...
J'attends la réaction de Mr Chevènement devant ce qu'on peut considérer comme une agression de la part de l'Etat d’Israël.

4.Posté par Carl GOMES le 10/05/2018 21:04
C'est quand même extraordinaire: je viens de lire une interview de Le Drian, où celui-ci non seulement ne condamne pas les bombardements de l'armée de l'air israélienne, mais présente et résume les événements de cette nuit comme une tentative de porter atteinte à la sécurité d’Israël!!...Et là il y a eu des morts.
Couardise? Mauvaise foi? Langue de bois? Où va t'il s'arrêter?...En tout cas le ton est donné.
Je conseille à Mr Chevènement de quitter au plus vite les fonctions qu'il a accepté auprès de ce gouvernement.

5.Posté par Carl GOMES le 14/05/2018 21:37
Et ça continue!...Après la mort de plus de 50 Palestiniens de ce jour à Gaza, Mr Macron se contente de "condamner les violences" sans même oser désigner Israël comme responsable!... Le même nous parlerait de crimes de guerre si ça se passait en Syrie.Tel est Mr Macron, faible avec les forts et fort avec les faibles, ...

6.Posté par Jean-Paul BIANCAMARIA le 19/05/2018 14:33
Bonjour,
M.Chevènement j'attends d'un républicain attaché à la souveraineté de la France et se réclamant de De Gaulle, une analyse argumentée (donc honnête) sur:
- la situation en Syrie et le rôle joué par les USA (et leurs "vassaux", dont notre pays!) dans le "blocage" d'une solution politique permettant de mettre fin à la guerre étrangère menée contre l'État syrien,
- l'attitude du gouvernement belliciste d'Israël (bombardements réguliers hors cadre légal du territoire de la Syrie,massacres de manifestants palestiniens à Gaza,menaces de guerre contre l'Iran,etc.). Ajoutons à cela que l'État d'Israël possède l'arme nucléaire sans que cela émeuve outre mesure la soi-disant "communauté internationale" si pointilleuse avec l'Iran qui n'en possède pas!,
- le "suivisme" de notre pays dans la reconduction des sanctions stupides contre la Russie,
- la simple riposte verbale à l'ordre donné à nos entreprises depuis Washington, de quitter sans délai l'Iran sous menace de poursuites judiciaires (en l'occurrence au nom du droit "américain"!!!).
Pour les candides je rappelle que l'Histoire nous démontre régulièrement que les USA ont pour objectif principal de maintenir leur hégémonie coûte que coûte et que les "ravis" qui se croient leurs alliés sont considérés en fait comme de simples vassaux et traités comme tels.
La Patrie (rabaissée aujourd'hui au rang d'une province de "l'Empire") est dirigée par des nains que leurs "griots médiatiques" essayent sans relâche de nous faire prendre pour des géants.
Cordialement.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >



Derniers tweets
Les actes du colloque de la @fondarespublica : "Désertification et réanimation des #territoires" sont en ligne >… https://t.co/xkPVAbgj0D
Vendredi 13 Juillet - 10:48
RT @fondarespublica: Le programme d'activités de #ResPublica pour la fin de l'année 2018 : 24/9 : "L'#Europe face à l'#extraterritorialité…
Mercredi 27 Juin - 13:34
"#Alstom#GeneralElectric : les engagements pris doivent être tenus" https://t.co/OUw7Tovt2f
Mardi 19 Juin - 11:43

Abonnez-vous à la newsletter








Mots-clés des 30 derniers jours