Actualités

Mémoires de Jean-Pierre Chevènement, "Qui veut risquer sa vie la sauvera"


Les Mémoires de Jean-Pierre Chevènement, parution le 14 février 2019 (Editions Robert Laffont, 506 pages, 22 euros).


"Jean-Pierre Chevènement nous fait entrer, pour la première fois, dans sa vie personnelle et familiale pour mieux nous raconter cinquante ans d’histoire française, d’engagements et de combats hors du commun.

D’une enfance meurtrie dans la France occupée, il tirera l’énergie de paris successifs, mû par l’idée que celui « qui veut risquer sa vie la sauvera » (saint Matthieu). Il rencontre « l’Histoire en train de se faire » durant la guerre d’Algérie. À son retour, il entreprend avec une poignée de camarades de construire une autre offre politique à gauche, qui passe par la création du CERES, la rencontre avec François Mitterrand, le congrès socialiste d’Épinay, d’où s’élance une génération avide de « changer la vie ». Le « Che » nous raconte la conquête du pouvoir de 1971 à 1981 comme un véritable roman, où se mêlent audaces stratégiques et luttes opiniâtres.

Multipliant savoureuses anecdotes et portraits sans concession, il démythifie la « deuxième gauche » et croque avec une douce ironie son leader, Michel Rocard. Il évoque Mitterrand à différents moments d’une relation de trente ans, où la complicité le dispute à l’affrontement. Il dépeint aussi les figures de Laurent Fabius et de Lionel Jospin, et rappelle le rôle injustement sous-estimé de Pierre Mauroy et de Jacques Delors qui surent dire « non » à Mitterrand.

Éducation nationale, Défense, Intérieur : pendant près de dix ans, Chevènement donnera une colonne vertébrale à l’État. Quand viennent, en 1989-91, le grand retournement du monde et le triomphe planétaire du capitalisme financier, il ne renonce pas : non à la guerre du Golfe et au clash des civilisations ! non à Maastricht et à une Europe coupée des peuples ! Il éclaire les raisons toujours actuelles qui le conduisirent à mettre en pratique à trois reprises sa célèbre formule « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne », contre la « parenthèse libérale » en 1983, contre la guerre du Golfe en 1991 et contre le démantèlement de l’État républicain en Corse en 2000. Bref, il nous explique comment nous en sommes arrivés là.

Ce récit majeur passionnera tous ceux qui se demandent comment relever les défis d’aujourd’hui et de demain. Il permet aussi de mesurer la dimension exceptionnelle de l’homme d’État, son exigence morale et intellectuelle qui lui valent aujourd’hui respect et considération."

Retrouvez la table des matières ci-après et :
- faites connaître du livre autour de vous en partageant cette page sur vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter) avec les boutons prévus à cet effet
- commandez le livre (format papier ou numérique) sur les plate-formes d'achat (fnac, amazon) ou chez un libraire près de chez vous.

Table des matières

Préface

Première partie : Une jeunesse entre deux guerres
1 – Enfance d’une passion
2 – Apprentissages
3 – L’Algérie, engagement et tragédie

Deuxième partie : L’aventure de l’Union de la gauche
4 – Génération CERES
5 – D’Épinay au Programme commun : inventeurs de l’avenir ou faiseurs de roi ?

Troisième partie : La conquête du pouvoir
6 – Mai 1981, Mitterrand, Rocard et le CERES
7 – Belfort, citadelle républicaine

Quatrième partie : Ni périr ni trahir
8 – Recherche et Industrie : les ides de mars 1983
9 – De l’Éducation nationale à la Défense, le détour républicain

Cinquième partie : Le retournement du monde
10 – 1990, la grande rupture
11 – De la guerre du Golfe à Maastricht, l’effacement de la France

Sixième partie : À l’Intérieur, l’idée républicaine en action
12 – La parenthèse républicaine
13 – Un aller-retour au Val-de-Grâce
14 – Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

Septième partie : D’une turbulence l’autre
15 – 2002, la recherche d’une alternative
16 – Résister
17 – Sagesse et, à nouveau, turbulence
18 – Pouvait-on faire autrement ?
19 – La crise du système

Conclusion : Puissance des idées


Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 17 Septembre 2020 à 07:00 | Lu 2324 fois



1.Posté par Michel LAMI le 05/11/2020 10:41
michel-lami
Je viens de terminer votre livre. Dans la conclusion vous affirmez qu'il est d'abord destiné aux jeunes. Ce n'est pas mon cas. J'ai fréquenté le lycée Victor Hugo à la même époque que vous, et j'ai eu pour co - disciple Raymond Besson que vous citez dans votre livre. J'étais présent à son mariage, célébré par le père Kammerer, à Villars saint Georges. Par la suite nous nous sommes perdus de vue. En lisant votre livre j'ai été faire un tour sur Internet, pour savoir ce qu'il était devenu, et je suis tombé sur l'annonce de son décès.

D''autre part ma sœur Nicole a poursuivi ses études d'allemand avec votre sœur Annie.

La lecture de votre livre m'inspire quelques questions

- Jacques Chirac s'est rendu en Algérie les 2 et 3 mars 2003. A sa mort, tous les journalistes ont commenté son refus de suivre W dans sa "croisade" irakienne, mais à ma connaissance aucun n'a parlé de son voyage à Alger. Pourquoi cette omerta?

-la liberté d'expression: j'entends dire par quelques beaux esprits qu'elle doit être totale. Il faudrait donc admettre sans réagir le flot d'insanités, appels au meurtre, calomnies, images pédophiles, ..., qui circulent sur la toile. La liberté d'expression, est ce vraiment cela? Pour moi, c'est plutôt l'interdiction faite au pouvoir exécutif de censurer arbitrairement un écrit ou une parole, faute de quoi l'information devient propagande, et la démocratie devient dictature. Mais il y a des lois, qui sont faites pour être appliquées: interdiction de faire l'apologie du crime, de propager des informations mensongères, de tenir des propos racistes ou xénophobes. Or la publication des caricatures de Mohamed est, par destination, raciste et xénophobe. Dalil Boubakeur avait, en son temps, porté plainte. Il a été débouté. C'est bien dommage, car une condamnation de Charlie Hebdo aurait évité bien du sang et bien des larmes.

Maintenant, un témoignage. J'ai créé un site sur lequel je relate l'expérience que j'ai acquise à EDF. Les informations qui s'y trouvent ont été exploitées par de nombreux pays, mais essentiellement par les Etats Unis et par le Maghreb. Mais je n'ai jamais reçu le moindre remerciement des Etats Unis, alors que les trois pays du Maghreb n'en ont pas été avares. Ce sont des gens qui savent dire merci ... mais qui n'apprécient pas quand on ne leur dit pas merci!

amicalement

Michel Lami

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html



Derniers tweets

Abonnez-vous à la newsletter



Dernières notes

Derniers commentaires