Entretien de Jean-Pierre Chevènement avec Atlantico, propos recueillis par Alexis Franco, dimanche 26 juin 2016.


"Nous sommes l’un des pays fondateurs de l’Europe et même le pays fondateur par excellence. Cela nous donne un devoir de responsabilité pour la suite"
Atlantico : Après plusieurs semaines de débats tendus entre les partisans du maintien et ceux de la sortie, le Royaume-Uni a voté en faveur d’un désengagement de l’Union européenne. En France, le discours eurosceptique jouit d’un écho inédit dans l’opinion au point que selon certains sondages, le camp cumulé en faveur d’une sortie de l’Europe dépasse les 50%. Faut-il, tout comme en Angleterre, organiser un référendum sur ce sujet dans notre pays ?
Jean-Pierre Chevènement :
Je ne suis pas intervenu jusqu’à aujourd’hui (ndlr : vendredi 24 juin 2016) dans le débat sur le Brexit.

C’est une affaire qui regardait d’abord le peuple britannique. Celui-ci s’est exprimé massivement et en toute souveraineté pour sortir de l’Union européenne où la Grande-Bretagne jouit pourtant d’un statut spécial. C’est dire à quel point tous les peuples rejettent le fonctionnement opaque et technocratique des institutions européennes actuelles. La situation de la France n’est pas celle de la Grande-Bretagne. Nous sommes l’un des pays fondateurs de l’Europe et même, on peut le dire, le pays fondateur par excellence, celui qui, seul, pouvait prendre l’initiative de cette construction au début des années 1950. Cela nous donne un devoir de responsabilité pour la suite, quelles qu’aient été les erreurs commises dans cette construction, et il y en eut de nombreuses.

Les traités européens, en effet, sont marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte Unique 1986, traité de Maastricht 1992, traité de Lisbonne qui reprend les termes du projet de traité constitutionnel européen rejeté par le peuple français en 2005). Vous me dites que, selon certains sondages, une majorité de Français serait en faveur d’une sortie de l’Europe. Le problème pour la France ne se pose pas ainsi. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. L’idée européenne mérite de survivre mais sur d’autres bases, essentiellement celle de la démocratie qui vit d’abord dans les nations. C’est pourquoi je propose la tenue d’une Conférence européenne à 27 avec un statut d’observateur pour la Grande-Bretagne en vue de revoir les traités. Il faudrait outiller le conseil européen, seule instance démocratique légitime pour préparer et suivre l’exécution de ses décisions. Le Parlement européen, enfin, serait plus légitime s’il procédait des parlements nationaux. On ne peut construire une démocratie européenne qu’à partir des démocraties nationales. C’est seulement dans l’hypothèse où ces propositions ne seraient pas reprises qu’il faudrait interroger les Français et bien sûr par référendum. Mais nous n’en sommes pas là pour le moment.

Rédigé par Chevenement.fr le 26 Juin 2016 à 18:04 | Permalien | Commentaires (3)

Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre, président du club République moderne, parue dans Le Monde, édition des 26 et 27 juin 2016.


Sortons du déni de démocratie en Europe
Le fonctionnement opaque et technocratique des institutions européennes est rejeté partout. Même la Grande-Bretagne qui s’était pourtant ménagé un statut spécial en Europe vient de manifester spectaculairement son attachement aux prérogatives de son Parlement.

Le peuple britannique n’a pas cédé au chantage et à la peur orchestrés par les milieux économiques dominants. Son vote courageux et massif a montré qu’il mettait la démocratie, c’est-à-dire le contrôle des décisions qui le concernent, au-dessus de tout.

Le Royaume-Uni a manifesté encore une fois son esprit d’indépendance et son caractère qui est justement ce pour quoi nous l’aimons. Le peuple britannique est un peuple insulaire et en même temps c’est un peuple européen. Il vit au rythme de « l’anglosphère ». Cela fait partie des réalités qu’avait discernées jadis avec finesse le général de Gaulle.

Un service rendu à l’Europe
Je demande aux dirigeants européens d’accueillir avec fair-play et sans esprit vindicatif la décision souveraine du peuple britannique. Rien ne serait pire qu’une volonté punitive de la part des élites européennes. La négociation d’un statut d’association du Royaume-Uni au marché unique européen, sur le modèle norvégien, peut intervenir dans les deux ans qui viennent, délai donné par l’article 50 du traité de Lisbonne

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 25 Juin 2016 à 13:07 | Permalien | Commentaires (1)

Tribune de Jean-Pierre Chevènement dans Le Figaro, samedi 25 juin 2016.


Pour la réunion d’une conférence chargée de redéfinir les institutions européennes
Le peuple britannique n’a pas cédé au chantage et à la peur orchestrés par les milieux financiers dominants. Son vote courageux a montré qu’il mettait la démocratie, c’est-à-dire le contrôle des décisions qui le concernent, au-dessus de tout. L’Angleterre a montré encore une fois son esprit d’indépendance et son caractère qui est justement ce pour quoi nous l’aimons. De Gaulle avait raison : elle continue de vivre au rythme de l’anglosphère et du monde, même si son peuple est incontestablement un grand peuple européen.

Je demande aux dirigeants des vingt-sept pays européens de l’Union d’accueillir avec fair-play et sans esprit vindicatif la décision souveraine du peuple britannique. La négociation d’un statut d’association de la Grande-Bretagne au marché unique européen, sur le modèle norvégien, peut intervenir dans les deux ans qui viennent, délai donné par l’article 50 des traités européens. Je rappelle que la Norvège, avec une population de 5 millions d’habitants (onze fois moins que la Grande-Bretagne), acquitte, pour avoir accès au marché unique, une contribution annuelle de 432 millions d’euros.

Allons à l’essentiel : le Brexit peut être un service rendu à l’Europe. Il doit donner une deuxième chance à l’idée européenne : celle d’une refondation démocratique qui articulerait la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire. Il me paraît clair qu’il faut outiller la seule instance européenne aujourd’hui démocratiquement légitime : le Conseil européen, qui réunit les chefs d’État et de gouvernement, afin qu’il dispose des services lui permettant de préparer et de suivre ses décisions. La Commission verrait ainsi redéfinir ses missions. Il faudra surtout restreindre le champ des interventions européennes à l’essentiel et laisser respirer la démocratie.

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 24 Juin 2016 à 22:25 | Permalien | Commentaires (3)

Carnet de Jean-Pierre Chevènement



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, président de République Moderne, vendredi 24 juin 2016


Le peuple britannique n’a pas cédé au chantage et à la peur orchestrés par les milieux économiques dominants. Son vote courageux a montré qu’il mettait la démocratie, c’est-à-dire le contrôle des décisions qui le concernent, au-dessus de tout. L’Angleterre a montré encore une fois son esprit d’indépendance et son caractère qui est justement ce pour quoi nous l’aimons.

Je demande aux dirigeants européens d’accueillir avec fair play et sans esprit vindicatif la décision souveraine du peuple britannique. La négociation d’un statut d’association de la Grande Bretagne au marché unique européen, sur le modèle norvégien, peut intervenir dans les deux ans qui viennent, délai donné par l’article 50 des traités européens.

Surtout, le Brexit peut être un service rendu à l’Europe. Il peut être une deuxième chance donnée à l’idée européenne : celle d’une refondation démocratique qui articulerait la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire.

Je demande la réunion à bref délai d’une Conférence chargée de redéfinir les institutions européennes et de repenser le modèle de développement qui résulte notamment du traité budgétaire dit TSCG de 2012 et qui plombe la croissance européenne.

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 24 Juin 2016 à 11:56 | Permalien | Commentaires (5)
Quatrième rencontre de République Moderne: "Quelle politique étrangère pour la France?" le 15/06 à l’Assemblée nationale
Le grand basculement du monde vers l’Asie – Pacifique, le rôle des nouveaux États émergents, condamnent-ils l’Europe et la France au déclin ?

Comment contribuer à la réorientation de l’Union européenne et à l’essor d’une Europe européenne ?

Quelle contribution la France peut-elle apporter à la solution pacifique des crises au Proche et Moyen Orient, au Sahel, ou au développement de l’Afrique ?

Comment construire l’indépendance nationale dans le nouveau désordre du monde, et définir la politique étrangère d’une France républicaine ?

Quelle politique étrangère pour la France ? »
Mercredi 15 Juin 2016
De 17h à 20h30
A l’Assemblée nationale, salle Colbert, 126 rue de l'université, Paris


Pour en débattre, République Moderne accueillera :
Arnaud Montebourg, ancien ministre
Hervé Gaymard, ancien ministre
Loïc Hennekinne, ambassadeur de France, ancien secrétaire général du Quai d’Orsay
Thierry de Montbrial, président de l’IFRI
et Jean-Pierre Chevènement, président de République Moderne

Rédigé par Chevenement.fr le 31 Mai 2016 à 13:05 | Permalien | Commentaires (0)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de France Bleu Belfort, lundi 3 mai 2016.


"Une formule légère du service national serait acceptée par la jeunesse"

14458_30_05_2016_itema_20997567_0.mp3 France Bleue  (4.46 Mo)


Je pense que supprimer le service militaire en 1995 était une erreur. Je l’ai dit à l’époque au président Chirac, qui était venu à Besançon, et je lui ai expliqué que cela serait très mauvais pour la cohésion nationale et qu’on ne pouvait pas tout subordonner aux OPEX (les opérations extérieures). De toute façon, il était très facile d’avoir des formules de volontariat de service long qui permettraient de conserver pendant 18 mois, 24 mois, voire au-delà dans des formules d’engagement des jeunes que le métier des armes tenterait. Par conséquent, il y avait une diversification du service national qui était possible, une réduction du service militaire et la création d’options qui existaient d’ailleurs (volontariat et service long) mais qui auraient pu être développées encore parce que l’armée a aussi besoin d’informaticiens, de chauffeurs, de cuisiniers et tout cela ne se trouve pas facilement, en tout cas cela coûte cher.

Le service militaire permettait à des gens de toutes conditions, de toutes classes sociales de se rencontrer, cela fortifiait la cohésion civique de notre peuple qui en a bien besoin. Cela permettait aussi à des jeunes d’acquérir un savoir faire, d’obtenir un permis de conduire, et j’ajoute aujourd’hui qu’un service militaire court serait envisageable- il faut quatre mois pour former un fantassin - et au-delà on peut recourir à des formules de volontariat de service long (de un an, deux ans, ou cinq ans). Ce serait praticable, évidemment d’une autre manière que cela a été fait autre fois, avec des camps de toile, avec trois incorporations par an. C’est une nouvelle manière de penser qu’il faudrait apprendre. Cela correspondrait au défi auquel la France doit faire face. Nous avons aujourd’hui le défi du terrorisme. C’est un défi qui va se présenter pendant longtemps et nous aurions besoin d’une jeunesse rassemblée, d’une jeunesse qui serait capable de faire face.

Le service militaire pourrait être réintroduit à condition de bien l’expliquer et de faire preuve de beaucoup de pédagogie. En 1995, il y avait encore 70% des Français qui y étaient favorables en 1996 quand M. Chirac l’a supprimé. Je pense qu’une formule légère, nomadisante, sous toile, serait acceptée par la jeunesse qui y trouverait un moyen d’élargir ses horizons, et déjà sur ce qu’est la France aujourd’hui.

Rédigé par Chevenement.fr le 30 Mai 2016 à 23:18 | Permalien | Commentaires (2)
Troisième rencontre de République Moderne: "Comment réindustrialiser la France?" le 25/05 à l’Assemblée nationale
La part de l’industrie dans notre produit national ne cesse de décroître : elle représentait 29% en 1982 ; elle est ramenée aujourd’hui à 12%.

Il n’y aura pas de redressement de la France sans redressement de notre base productive. Quelles en sont les voies ? Quels en sont les outils ? La Rencontre du 25 mai 2016 « Comment réindustrialiser la France ? » réunira des personnalités fortement engagées dans ce combat.

« Comment réindustrialiser la France ? »
Mercredi 25 mai 2016
De 17h00 à 21h00
A l’Assemblée nationale, salle Colbert


Modèle entrepreneurial, recherche, innovation, patriotisme économique, choix du « made in France », rôle de l’Éducation, de la monnaie, de la fiscalité, politique de l’offre et de la concurrence : autant d’enjeux décisifs pour une politique industrielle républicaine.

Ils interviendront lors de cette rencontre :
Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA
Arnaud Montebourg, ancien ministre
Thierry Breton, ancien ministre
Jean-François Dehecq, co-fondateur de Sanofi, vice-président du Conseil national de l’industrie
Jean-Louis Beffa, président d’honneur de Saint-Gobain
Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique
Marie-Françoise Bechtel, députée de l’Aisne, vice-présidente de République Moderne
Jean-Pierre Chevènement, président de République moderne.

Inscription préalable indispensable avant le jeudi 19 mai à 16h00.

Compte tenu du dispositif de sécurité de l’Assemblée nationale, il est impératif de renvoyer l’ensemble des informations mentionnées ci-dessous à l’adresse suivante : repmoderne@gmail.com jusqu'au jeudi 19/05/2016 (vous recevrez un mail de confirmation). La présentation d’une pièce d’identité à l’accueil de l’Assemblée nationale sera impérative. Nous insistons bien sur l’obligation de nous envoyer ces informations avant la date limite, aucune dérogation ne sera accordée de la part du service de sécurité de l’Assemblée nationale.

Nom : ……………………………………………………………………

Prénom : ……………….……………………………………………….

Date de naissance : …………………………………………………….

Lieu de naissance : …………………………………………………….

Rédigé par Chevenement.fr le 4 Mai 2016 à 16:42 | Permalien | Commentaires (2)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de François Durpaire dans l'émission "Avant j'aimais pas la politique" sur FDM TV.


Mots-clés : 1981 2017 europe gauche

Rédigé par Chevenement.fr le 25 Avril 2016 à 14:56 | Permalien | Commentaires (4)
1 2 3 4 5 » ... 217

Derniers tweets
"Un défi de civilisation", en librairie mi-octobre https://t.co/60ZZLTgLVB
Mardi 27 Septembre - 13:08
Entretien @causeur : "Tous les Français devraient faire un djihad laïque!" https://t.co/2LqAi0TFRJ
Samedi 24 Septembre - 10:24
Sur @franceinfo #Alstom un épisode de la lutte des classes, la saga de la désindustrialisation de la France https://t.co/waEw3n9UcZ #Belfort
Mercredi 14 Septembre - 21:43

Abonnez-vous à la newsletter

1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire