Chevenement.fr | le blog de Jean-Pierre Chevènement

Sous réserve d’informations complémentaires, je considère que le compromis auquel le gouvernement est parvenu avec General Electric préserve les intérêts de la France.

La montée de l’Etat au capital d’Alstom à hauteur de 20% est un peu faible. Mais d’autres garanties semblent avoir été prises.

Il faut féliciter le Président de la République et le gouvernement, tout spécialement Arnaud Montebourg, d’être parvenus à ce résultat qui paraissait hors d’atteinte il y a deux mois quand l’annonce d’une simple reprise d’Alstom par General Electric a été faite.

Je forme mes vœux pour la réussite de la coopération Alstom-General Electric dont j’espère qu’elle s’avèrera aussi fructueuse dans l’avenir que celle tissée depuis quarante ans dans les moteurs d’avions entre General Electric et Snecma-Safran.

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 20 Juin 2014 à 20:56 | Permalien | Commentaires (5)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de l'Opinion mardi 18 juin 2014. Il répondait aux questions de Nicolas Beytout.


Verbatim express :

Sur la réforme territoriale
  • La réforme territoriale vise à substituer un couple intercommunalité-région au couple républicain traditionnel commune-département.
  • Je pense qu'on ne peut pas supprimer la commune. Les intercommunalités sont faites pour permettre aux communes pauvres de réaliser un certain nombre d'objectifs qu'elles ne pourraient pas atteindre si elles étaient laissées à elles-mêmes.
  • Il faut laisser tranquille les intercommunalités. On ne peut pas leur confier des attributions qui seraient celles des départements, ce serait complexifier énormément les choses.

Rédigé par Chevenement.fr le 18 Juin 2014 à 15:36 | Permalien | Commentaires (7)

Dépêche AFP du samedi 14 juillet 2014 à 16h36.


Chevènement (MRC) ne se représentera pas au Sénat
Jean-Pierre Chevènement, 75 ans, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) et sénateur du Territoire de Belfort, a indiqué samedi qu'il ne se représenterait pas lors des élections sénatoriales prévues le 28 septembre.

"J'ai décidé de ne pas solliciter le renouvellement de mon mandat, et ma décision, qui ne date pas d'hier, ne signifie nullement que je renonce à mon engagement politique. Au contraire", explique M. Chevènement dans une déclaration publiée sur son site internet et prononcée devant l'assemblée des maires du Territoire de Belfort.

"J'ai aimé le Sénat qui procure, selon le mot de Clemenceau, +le temps de la réflexion+. J'y ai élargi mes horizons, en maints domaines. Mais l'important aujourd'hui est que le relais soit pris sur le terrain par des hommes et des femmes dignes, compétents et d'abord dévoués à l'intérêt public", a développé M. Chevènement qui fait "entièrement confiance" à son suppléant, Christian Rayot.

Ancien ministre, notamment de l'Éducation nationale (1984-1986), de la Défense (1988-1991) et de l'Intérieur (1997-2000), candidat à l'élection présidentielle de 2002, M. Chevènement a été député du Territoire de Belfort entre 1973 et 1997, puis de 2000 à 2002, et sénateur depuis 2008.

Rédigé par Chevenement.fr le 14 Juin 2014 à 16:51 | Permalien | Commentaires (1)

Intervention de Jean-Pierre Chevènement au Congrès de l'Assemblée des maires ruraux, Pérouges, samedi 14 juin 2014.


Je veux d’abord remercier l’Association des maires ruraux, son Président, M. Vanik Berberian, et son Vice-Président, mon ami Pierre-Yves Collombat, de leur invitation à laquelle, comme sénateur mais aussi comme ancien ancien ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, je suis particulièrement sensible. Je salue également les parlementaires de l’Ain et notamment mon ami, le sénateur Jacques Berthoud.

Je sais la somme de dévouement que représente, avec des moyens souvent limités, l’administration d’une commune rurale. Mais la France ne serait pas le beau pays qu’elle est sans ses villages et leurs clochers et sans ce maillage de solidarités et de proximité que comme maires ruraux vous incarnez. Avec le souci des services publics et des valeurs de solidarité qui fondent votre action, vous êtes bien souvent le meilleur rempart, voire le dernier rempart, de la cohésion sociale.

Je ne me suis pas exprimé jusqu’à présent sur le projet de réforme territoriale : c’est que je voulais vous donner la primeur de mes analyses, qu’elles concernent le milieu rural ou plus généralement l’organisation territoriale de la République. C’est un sujet auquel, en tant qu’élu local pendant plus de trente ans et ancien ministre de l’Intérieur, j’ai naturellement beaucoup réfléchi.

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement, extrait de son intervention devant l’assemblée des Maires du Territoire de Belfort (discours complet ci-joint), le 14 juin 2014 à Belfort.


J’ai été très fier d’être élu sénateur du Territoire de Belfort le 21 septembre 2008, au deuxième tour de scrutin, face à la fois à un candidat de l’UMP et à un candidat PS, par ailleurs Président du Conseil Général, qui n’avait pas cru bon d’appliquer à mon égard la règle du désistement républicain.

J’ai décidé de ne pas solliciter le renouvellement de mon mandat, et ma décision, qui ne date pas d’hier, ne signifie nullement que je renonce à mon engagement politique. Au contraire.

J’ai servi avec passion les intérêts de mon pays et ceux de ce petit coin de France qu’est le Territoire de Belfort. Je remercie du fond du cœur les maires et les grands électeurs de la confiance qu’ils m’ont témoignée.

J’ai aimé le Sénat qui procure, selon le mot de Clemenceau « le temps de la réflexion ». J’y ai élargi mes horizons, en maints domaines. Mais l’important aujourd’hui est que le relais soit pris sur le terrain par des hommes et des femmes dignes, compétents et d’abord dévoués à l’intérêt public. C’est pourquoi je fais entièrement confiance à mon suppléant, Christian Rayot, Républicain de progrès, maire de Grandvillars et Président de la Communauté de Communes du Sud Territoire, pour défendre les intérêts du département du Territoire de Belfort et manifester à la tribune du Sénat l’exigence d’un patriotisme républicain sans faille.

Je suis parlementaire depuis plus de quarante-et-un ans mais il y a mille manières de servir sa patrie ailleurs qu’au Parlement et par d’autres voies.

Mon combat politique a toujours été un combat d’idées et à ce combat je veux consacrer tout mon temps, car la tradition du républicanisme civique doit être relevée dans notre pays. Je resterai, bien entendu, disponible pour le salut public.

Je continuerai à agir par la pensée et par la plume et prendrai prochainement les initiatives nécessaires à l’œuvre de refondation républicaine.

intervention_jp_chevenement_ag_maires_belfort_14juin2014.pdf Intervention JP Chevenement AG Maires Belfort 14Juin2014.pdf  (98.49 Ko)


Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 14 Juin 2014 à 13:37 | Permalien | Commentaires (3)

Intervention de Jean-Pierre Chevènement devant la Direction des Applications militaires (CEA) à Bruyères-le-Châtel, mercredi 4 juin 2014.


Vous m’avez demandé de m’exprimer sur l’avenir de notre dissuasion nucléaire au XXIe siècle. A Bruyères-le-Châtel, je parle devant des experts. C’est donc que vous attendez de moi que je m’exprime en politique.

J’avais vingt ans quand le général de Gaulle a prononcé à l’Ecole militaire son célèbre discours sur la dissuasion tous azimuts. J’ai tout de suite compris ce que cela voulait dire : quelle que soit la configuration géopolitique, la France devait être capable d’assurer par elle-même sa défense. Ce qui était vrai au XXe siècle le demeure au XXIe. Le général de Gaulle exprimait une vue d’homme d’Etat. Bien sûr, il y avait la guerre froide et la France, sans renier ses alliances, et d’abord celle qui la liait depuis si longtemps aux Etats-Unis devait quand même éviter que son territoire ne soit à nouveau ravagé. De là découlait le refus de la « doctrine MacNamara », dite de « riposte graduée, » qui était, certes, rationnelle du point de vue des Etats-Unis, mais pas du point de vue de la France. Notre dissuasion serait donc stratégique, seul un intérêt vital pouvant entraîner non son exercice, mais le déclenchement du feu nucléaire.

Celui-ci n’a été employé qu’une seule fois, il y a près de soixante-dix ans, à Hiroshima et à Nagasaki. Depuis lors, l’arme nucléaire a gelé les conflits, ou les a contenus en-dessous d’un certain seuil (guerres de Corée et d’Indochine notamment).

Rédigé par Chevenement.fr le 5 Juin 2014 à 16:04 | Permalien | Commentaires (5)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de Mediapolis sur Europe 1, samedi 31 mai 2014. Il répondait aux questions de Michel Field et Olivier Duhamel et débattait avec Sylvie Goulard.


mediapolis_31_05_14_124819279.mp3 Europe 1 - Mediapolis  (16.57 Mo)

Verbatim express

Sur l'UMP, l'affaire Bygmalion et l'avenir de la droite
  • « Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume du Danemark », disait Skakespeare. Je pense qu'il y a quelque chose de pourri dans ce système. Il y a des règles qui ne sont pas respectées. Le dépassement pour le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy est de 11 millions d'euros, par rapport aux 22 millions autorisés.
  • Il y a une enquête judiciaire. Si les juges se tournent vers le Parlement européen pour demander la suspension des immunités concernant Jérôme Lavrilleux, on verra bien. Mais il faut suivre les règles.
  • Selon le tribunal constitutionnel de Karslruhe, le Parlement européen n'est pas un vrai parlement, mais n'est que la juxtaposition de 28 peuples.
  • Les difficultés de l'UMP sont immenses. Elles ne datent pas de cette affaire. L'élection européenne les avait également mise en valeur. Je ne me réjouis pas, pour ma part, de l'implosion de la principale force d'opposition. L'élection de Jean-François Copé avait été très contestée. La mise en place d'une Troïka nous conduira à je ne sais quel Congrès extraordinaire, quand, et selon quelles modalités. L'échec de M. Sarkozy en 2012, malgré tous les dépassements de frais qu'a occasionné sa campagne, l'incroyable forêt de drapeaux que Bygmalion a pu financer, tout cela a aboutit quand même à son échec.
  • Il faut quand même revenir à l'abandon par la droite de l'héritage du général de Gaulle, dans les années 80 et 90 : le vote, avec les socialistes d'ailleurs, de l'Acte unique et du traité de Maastricht, qui enlevait à la France sa souveraineté monétaire, puis le traité budgétaire.... Tout cela s'est fait d'un même mouvement.
  • Moi je suis pour l'idée européenne, mais pas pour l'Europe comme substitut des nations. Je veux une Europe construite dans le prolongement des nations, où chaque pays pourrait retrouver ses billes.
  • Aujourd'hui, on assiste aussi bien à droite qu'à gauche, à une espèce de mouvement parallèle : à gauche ils veulent ressusciter la gauche plurielle, retrouver les communistes, Melenchon, etc, et à droite ils veulent unir le centre et l'UMP, alors que tout cela est un univers désagrégé. Je pense que c'est l'abandon de leurs positions fondamentales, cohérentes du point de vue politique, par la droite et par la gauche, qui nous a conduit à ce séisme que nous avons connu lors des dernières élections européennes.

Carnet de Jean-Pierre Chevènement


Le Wall Street Journal anticipe une décision de la justice américaine annonçant une amende de 10 milliards de dollars infligée à BNP-Paribas pour avoir violé l’embargo américain sur l’Iran et Cuba.

Les Etats-Unis se comportent comme les rois du monde. Dans le même temps, nous négocions avec eux un accord de libre échange transatlantique qui devrait soumettre à leurs juridictions les litiges concernant les firmes et les Etats. On croit rêver !

L’alliance avec les Etats-Unis ou même plus largement des accords de rapprochement avec certaines de leurs grandes firmes, dans des secteurs vitaux comme l’énergie, n’ont de sens que sur la base du respect de l’indépendance de la France.
Mots-clés : cuba états-unis iran ttip

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 30 Mai 2014 à 17:54 | Permalien | Commentaires (18)
1 2 3 4 5 » ... 194
1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire

Ma conférence à #Alger : "#France-#Algérie, une ambition à forger au service de la #paix dans le monde" http://t.co/RzdHbEYcSm
Samedi 18 Octobre - 10:35

Abonnez-vous à la newsletter









Dernières vidéos
15/10/2014 | 1150 vues
1 sur 60