Entretien de Jean-Pierre Chevènement accordé à Marianne, vendredi 17 avril 2015. Propos reccueillis par Alexis Lacroix.


"Pour être fier d'être français, il faudrait déjà avoir de la mémoire"
Marianne : La France ne mérite t-elle pas d'être aimée, car elle est le lieu par excellence où se déploie l'idée républicaine ?
Jean-Pierre Chevènement :
Aujourd'hui, il est banal de se dire républicain, mais la cohérence même du concept échappe à la plupart. « La République est un grand acte de confiance », disait Jaurès. Or, aujourd'hui, les citoyens n'ont plus confiance dans l'intégrité des responsables politiques, et les responsables politiques ont perdu leur confiance dans le civisme des citoyens. J'ai été beaucoup attaqué pour avoir souligné qu'en matière de politique économique européenne la droite et la gauche conduisaient des politiques également désastreuses. Bien entendu, des différences existent entre ces deux familles politiques, mais les dirigeants qui sont issus de l'une comme de l'autre acceptent identiquement le corset européen qui limite leur marge d'action, y compris en dehors de l'économie. Un exemple lourd de sens : en Ukraine, les Européens, sous l'influence d'une partie des responsables américains, de Joe Biden à la CIA, se laissent entraîner à un affrontement qui eût été et serait encore parfaitement évitable avec la Russie. Ils conditionnent la levée des sanctions à l'application stricte des accords de Minsk dont la partie ukrainienne refuse de mettre en œuvre le volet politique (élections locales, révision constitutionnelle en vue de décentraliser le pays). On nous a dit : « L'Europe, c'est la paix ! » Ne serait-ce pas la guerre froide, et même parfois la guerre chaude, avec cette volonté purement idéologique d'exporter ses normes pour, ultérieurement, frayer la voie à l'Otan ? Pour remonter le courant, la France et l'Allemagne ont inventé le « format Normandie », mais celui-ci ne nous affranchit pas des décisions prises à 28. Or, l'européisme conduit à l'inféodation, c'est-à-dire à l'effacement de la France.

Rédigé par Chevenement.fr le 20 Avril 2015 à 15:13 | Permalien | Commentaires (3)

Les actes du colloque du 19 janvier 2015 sont disponibles en ligne sur le site de la Fondation Res Publica.


Actes du colloque de la Fondation Res Publica : "L'ingérence"
  • Accueil de Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation Res Publica

Rédigé par Chevenement.fr le 20 Avril 2015 à 13:06 | Permalien | Commentaires (0)

Discours de Jean-Pierre Chevènement prononcé à Moscou, le jeudi 16 avril 2015.


La « zone euro atlantique  va de « Vancouver à Vladivostok », pour reprendre l’expression du Secrétaire d’Etat américain James Baker en 1990. Elle englobe donc le territoire des Etats-Unis, du Canada de l’Europe et de la CEI. Cette zone n’est pas exempte de conflits. La crise ukrainienne vient immédiatement à l’esprit. Mais elle ne saurait faire oublier les autres « conflits gelés » qui résultent de l’implosion de l’ex-URSS, ni les conflits qui affectent des pays proches, au Moyen-Orient et en Afghanistan ou encore la menace globale du terrorisme djihadiste.

I - Dans cette zone coexistent plusieurs instruments politiques et militaires dont beaucoup remontent à la guerre froide mais pas tous. Ainsi en va-t-il de l’OTAN, une organisation principalement militaire mais aussi politique car il faut distinguer l’OTAN et l’Alliance atlantique conclue en 1949 par douze pays à l’origine.

Notons que le pacte de Varsovie, qui rassemblait autour de l’URSS les démocraties populaires, a disparu en 1990. Un Ambassadeur de France qui a représenté mon pays à l’ONU, M. Dejammet, raconte : « En décembre 1991, les ministres de l’ancien pacte de Varsovie étaient invités à une réunion des ministres de l’Alliance atlantique à l’occasion d’une offre de l’OTAN de créer un « partenariat pour la paix ». A la veille de Noël, un texte était sur le point d’être signé lorsque le représentant russe, après avoir téléphoné à Moscou, déclara : « Je suis désolé. Je ne peux signer ce texte qui mentionne l’URSS, car l’URSS n’existe plus ». Qu’allaient faire les pays qui avaient appartenu au Pacte de Varsovie ? Qu’allait faire l’OTAN ? »

Il me semble que de cette époque date la recherche d’une « architecture de sécurité » qu’en fait nous n’avons pas encore trouvée. Le Président Mitterrand a bien proposé, le 31 décembre 1989, une « Confédération européenne » comprenant la Russie mais cette proposition n’a pas eu de suite parce qu’elle avait oublié les Etats-Unis et que les anciennes démocraties populaires n’en voulaient pas.

Rédigé par Chevenement.fr le 16 Avril 2015 à 18:09 | Permalien | Commentaires (4)

Commentaire du discours prononcé par Charles de Gaulle à Bayeux, par Jean-Pierre Chevènement, au Théâtre de Cergy, le 08 avril 2015.


I. Première partie du discours de Bayeux : La légitimité.[1]

Cette première partie du discours de Bayeux est d’abord une affirmation de la légitimité incarnée par de Gaulle dès le 18 juin 1940. Elle contrarie la mode qui s’est instituée depuis qu’en juillet 1995 Jacques Chirac a déclaré à propos de la rafle du Vel’ d’Hiv : « La France a commis l’irréparable », la France et non pas « l’Etat français ».

Pour de Gaulle, au contraire, le gouvernement Pétain, pourtant nommé par le Président de la République de l’époque, Albert Lebrun, le 16 juin 1940, perd sa légitimité dès le lendemain 17 juin quand Pétain demande à Hitler à connaître les conditions de l’armistice.

- Premier point. De Gaulle explicite sa pensée dès le 18 juin et plus encore le 22 : « La France a perdu une bataille mais elle n’a pas perdu la guerre car cette guerre est mondiale » (18 juin).

- Deuxième point. « Ce n’est pas seulement l’honneur mais c’est aussi l’intérêt de la France de continuer le combat. Que resterait-il de la France si elle se retirait d’une guerre mondiale où le camp de la liberté aurait fini par triompher ? » (22 juin). J’insiste sur cette vision : l’Etat pour être légitime doit reposer sur l’intérêt de la nation. Cette guerre est mondiale : elle entrainera tôt ou tard les Etats-Unis et l’URSS, elle-même dans le camp des Alliés.
En trahissant l’engagement pris vis-à-vis de la Grande-Bretagne de ne pas conclure une paix séparée, le gouvernement du Maréchal Pétain commet une erreur politique et une faute morale.

Rédigé par Chevenement.fr le 9 Avril 2015 à 11:48 | Permalien | Commentaires (1)

Entretien de Jean-Pierre Chevènement paru dans Défis, avril 2015.


"Patriotisme économique et Europe européenne"
Défis : La notion de patriotisme économique vous paraît-elle légitime dans le discours politique ?
Jean-Pierre Chevènement : Le patriotisme économique doit être soigneusement distingué du nationalisme économique. Le patriotisme économique est la défense de l’intérêt général du pays concerné, et cet intérêt général ne s’oppose pas forcément à un intérêt plus vaste. Il n’y a sur un aussi vaste sujet que des réponses particulières. Par exemple, la France est aujourd’hui un pays en voie de rapide désindustrialisation dont le déficit commercial en 2012 atteignait 75 milliards d’euros. Face à une telle désindustrialisation, il est nécessaire de se préoccuper de redresser le cours des choses, si l’on raisonne à l’aune des intérêts de la France. Mais qui raisonne encore aujourd’hui dans l’univers politique et économique à l’aune des intérêts de la France ? Le paradigme européen s’est substitué au paradigme national dans les années 1980- 1990 et aujourd’hui parler d’intérêt national est très mal perçu par un certain nombre de gens. C’est une erreur car, hormis le cas des très jeunes Etats qui ne constituent peut–être pas encore véritablement des Etats-nations (notamment en Afrique), le monde reste fait de nations. Les pays dit « émergents » sont des nations sûres d’elles-mêmes, conquérantes, qui veulent laver l’humiliation qu’elles considèrent avoir subie à l’époque où elles étaient colonisées ou plus ou moins mises en coupe réglée, comme la Chine. On ne peut pas comprendre le dynamisme chinois actuel sans avoir saisi que la Chine souhaitait purger le siècle d’éclipse qu’elle a connu du milieu du 19ème siècle jusqu’à 1949.
La conclusion d’un accord entre les puissances occidentales, la Russie d’une part, et l’Iran d’autre part, met fin à une situation qui n’était plus tenable. L’Iran renonce à acquérir l’arme nucléaire, en contrepartie les sanctions internationales qui pénalisaient le développement de ce grand pays doivent être levées. La France, soucieuse de garanties, ne doit cependant pas donner le sentiment de mener un combat d’arrière-garde en freinant l’accord définitif qui interviendra en juin. Elle doit contribuer à un équilibre de sécurité stable entre l’Iran et les puissances sunnites au service de la paix. La France et l’Iran ont beaucoup de choses à faire ensemble.

Rédigé par Chevenement.fr le 3 Avril 2015 à 11:52 | Permalien | Commentaires (3)

Intervention de Jean-Pierre Chevènement, représentant spécial de la France pour la Fédération de Russie, à l'Assemblée générale de l'Association du Dialogue franco-russe, jeudi 26 mars 2015.


Je remercie le Dialogue franco-russe de m’avoir invité à participer à son Assemblée générale, en présence notamment du Vice-Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Mechkov, et de Monsieur le Président Yakounine que je suis heureux de saluer.

Nous vivons avec la crise ukrainienne un moment difficile mais, comme le dit le proverbe, « c’est dans les crises qu’on voit ses véritables amis ». La France est particulièrement soucieuse de préserver l’avenir de la paix et de la relation franco-russe, comme l’ont montré les initiatives prises par le Président Hollande pour hâter une sortie de la crise ukrainienne.

J’organiserai mon propos en trois points.
  • cette crise, selon moi, était évitable ;
  • le Président de la République a tenté une médiation qui a abouti aux accords de Minsk II dont l’application doit permettre la levée des sanctions ;
  • il faut enfin et surtout donner un contenu positif à la sortie de crise en unissant nos efforts pour stabiliser l’Ukraine politiquement, mais aussi économiquement.
Mots-clés : france otan russie ukraine

Rédigé par Chevenement.fr le 27 Mars 2015 à 16:57 | Permalien | Commentaires (0)
Monsieur Sarkozy commet une grave faute en prônant « le ni-ni » au second tour des élections départementales entre les candidats du Front National et les candidats de gauche.

Je suis d’autant plus choqué que M. Sarkozy avait manifesté, il y a peu de semaines, l’intention de rebaptiser l’UMP de la seule épithète « Les Républicains », prétention en elle-même déjà très choquante.

Comment en effet un parti pourrait-il s’approprier, sans autre précision, la République qui, par définition, est la chose de tous ? Et comment M. Sarkozy peut-il renvoyer dos à dos l’extrême droite, de quelque façon qu’elle se maquille, et la gauche qui structure le paysage politique français depuis 1791, c’est-à-dire depuis plus de deux siècles ?

J’en appelle aux électrices et aux électeurs pour que dimanche 29 mars il fassent aller de pair la République et l’exigence qu’elle comporte.


Rédigé par Chevenement.fr le 25 Mars 2015 à 15:38 | Permalien | Commentaires (8)
1 2 3 4 5 » ... 198

Derniers tweets
Mon entretien à Marianne : "Pour être fiers d'être français, il faudrait déjà avoir de la mémoire" http://t.co/9JVPsdhULm
Lundi 20 Avril - 15:17
Les actes du colloque "L'#ingérence" de @fondarespublica sont maintenant en ligne http://t.co/3O9i2jNLsT
Lundi 20 Avril - 13:16
Mon discours à #Moscou : "Le rôle des instruments militaires et politiques dans la sauvegarde de la sécurité (...)" http://t.co/yDR7x4QAKI
Jeudi 16 Avril - 18:13

Abonnez-vous à la newsletter

1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire







Dernières vidéos