Les Français, en mettant Emmanuel Macron au second tour, ont choisi le renouvellement des visages et d'un personnel politique usé par un bipartisme devenu de plus en plus artificiel.

Mais ils n'ont pas choisi la continuité, comme en témoigne le score élevé sinon majoritaire des candidats souverainistes. Emmanuel Macron devra s'en souvenir à l'heure des choix.

Une période est close. Les forces qui ont gouverné la France depuis un demi-siècle ont dévissé. Le Parti socialiste est divisé en trois. Le cycle d'Epinay est allé à son terme logique et depuis longtemps prévisible. La droite républicaine a perdu une élection qui paraissait imperdable. Comme le PS, elle entre dans une crise profonde et durable.

Dans l'immédiat, il faut que nos concitoyens se mobilisent pour écarter Marine Le Pen au second tour. Son score sans précédent doit obliger les forces républicaines à réviser enfin leur politique, comme elles ne l'ont pas fait après 2002 pour répondre au besoin de protection qu'exprime le pays. C'est dans cet esprit que j'appelle à un vote résolu pour Emmanuel Macron au second tour.


Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 23 Avril 2017 à 20:35 | Permalien | Commentaires (0)

Jean-Pierre Chevènement répondait aux questions de France Culture, jeudi 13 avril 2017.


"J’ai assez honte qu’avec de tels problèmes à résoudre notre pays en ait été ramené à cette campagne de caniveau"

jean_pierre_chevenement.mp3 France Culture  (3.42 Mo)


Verbatim :
Le débat politique est tombé très bas. Il n'y a plus d'objectivité, de sens de la nuance, et même la reconnaissance qu’il peut y avoir de vrais débats. Prenons cet exemple : la rafle du Vél' d'Hiv a été ordonnée par M. Bousquet, secrétaire général de la police, et par, on peut le penser, Pierre Laval, président du Conseil, peut-être avec l'accord de Pétain. Naturellement, cette rafle obéissait aux désirs des occupants allemands, et en particulier du chef de la Gestapo, Oberg. Il y a eu des accords entre Oberg et Bousquet. On peut rappeler ce fait et à partir de là dire : le gouvernement de Vichy est le responsable de ce crime atroce qu'a été la déportation de 20 000 juifs vers l'Allemagne. Faut-il dire la France a commis l'irréparable, comme l'a dit Jacques Chirac en 1995 ? Pour ma part, je ne le pense pas, comme l'ont pensé à peu près tous les hommes politiques responsables en France jusqu'à Jacques Chirac. Car il y a une responsabilité pénale qui s'applique aux criminels, une responsabilité politique, qui s'applique aux peuples à travers les gouvernements qu'ils se sont donnés. Mais est-ce que le gouvernement de Vichy était un gouvernement légitime ? C'est la question de fond.

Sur le champ, un historien, Marc Bloch, à travers un livre intitulé L’étrange défaite, a parlé de coup d’état. Il a parlé des « nouveaux Bazaine » qui avaient trahi la République en offrant nos armées à la capitulation en sollicitant par radio cette capitulation alors que l’armistice n’avait pas déjà eu lieu. De Gaulle, à Londres, a lancé l’appel du 18 juin, en proclamant l’illégitimité du gouvernement qui venait de se constituer à l’époque à Bordeaux. C’est une thèse historique qu’il faut quand même rappeler parce que ce n’est pas un Président de la République ni même deux, ni même trois qui peuvent faire la vérité historique. Il y a un débat et moi je considère que le peuple français n’est pas coupable, on ne peut pas dire qu’il a commis l’irréparable parce que l’immense majorité du peuple français n’était évidemment pas d’accord avec cela.

C’est une illustration de la confusion du débat dans une campagne que je juge de très mauvaise qualité occultant les grands enjeux auxquels la France doit faire face et qui mériteraient un autre traitement. Il reste encore dix jours aux Français pour faire le meilleur choix en fonction des intérêts de la France: c’est un choix difficile.

J’ai assez honte qu’avec de tels problèmes à résoudre notre pays en ait été ramené à cette campagne de caniveau où les grands sujets sont très maltraités.

Source : France Culture

Rédigé par Chevenement.fr le 13 Avril 2017 à 19:17 | Permalien | Commentaires (13)

Tribune collective de Jean-Pierre Chevènement, Marie-Françoise Bechtel, Éric Conan, Franck Dedieu, Coralie Delaume, Éric Delbecque, Estelle Folest, Jean-Pierre Gérard, Christophe Guilluy, Emmanuel Lévy, Michel Onfray, Jean-Philippe Mallé, Natacha Polony, Jean-Michel Quatrepoint, Claude Revel et Paul Thibaud, parue dans Le Figaro, vendredi 24 mars 2017.


Europe: la supranationalité a échoué, faisons confiance aux nations
Nous avons connu l'Europe balbutiante, puis l'Europe triomphante, le temps est maintenant venu de l'Europe affaissée que même les coups de boutoir d'un Trump ne réveillent pas. À ces phases d'une «construction» dont le ciment est aujourd'hui irrévocablement fissuré ont correspondu de la part des peuples d'abord l'indifférence, puisla résignation («c'est l'Europe»), enfin le rejet. Une seule certitude aujourd'hui: l'Europe ne va plus de soi. Trente années de dérégulation sur le marché et de mise sous contrôle des politiques nationales ont rendu ce constat aveuglant.

Le plus préoccupant dans l'affaire est l'incapacité de la classe politique dans son ensemble à répondre à cette nouvelle «crise de la conscience européenne». Les principaux partis de gouvernement se taisent ; ils ont enfin compris que l'invocation à «l'Europe mieux expliquée», à «l'Europe des projets», à l'Europe à laquelle «il faut redonner du sens», tout cela est dépassé. Mais ils n'osent franchir le pas vers une vision nouvelle.

En face d'eux, les casseurs d'Europe prédisent un avenir de tumulte: dénonciations désordonnées et improductives, confondant dans un même opprobre le tout marché et l'immigration incontrôlée, chez le Front national. Insoumission fondée sur la révolte des peuples chez Jean-Luc Mélenchon comme si la seule désobéissance aux règles et directives les plus choquantes tenait lieu en soi d'horizon politique.
Mots-clés : europe

Rédigé par Jean Pierre Chevenement le 23 Mars 2017 à 22:12 | Permalien | Commentaires (8)

Dépêche AFP, jeudi 23 mars 2017, 11h49.


Chevènement "voterait plutôt" Mélenchon... s'il s'agissait de reconstruire la gauche, mais pas pour la France
Paris, 23 mars 2017 (AFP) - L'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement "voterait plutôt" pour Jean-Luc Mélenchon s'il se plaçait dans la perspective de "la reconstruction de la gauche", mais pas s'il se place "du point de vue des intérêts de la France", a-t-il indiqué jeudi.

L'ancien président du Mouvement républicain et citoyen (MRC) a regretté sur Europe 1 que la campagne pour l'élection présidentielle n'ait "pas véritablement commencé", estimant que les "affaires" portent "un grave tort" à "la démocratie républicaine".

"Les électeurs expriment le rejet, beaucoup ne veulent pas aller voter, et ce n'est pas ce que je leur conseille", a-t-il dit, leur conseillant "de se placer d'un point de vue plus élevé".

"Il y a ceux qui veulent privilégier la reconstruction de la gauche, si je me plaçais dans cette perspective, moi je voterais plutôt Mélenchon", a-t-il développé, tout en soulignant ne pas être d'accord avec lui sur "un certain nombre de choses". "Mais je trouve qu'il a du talent et qu'il est porteur d'une certaine capacité de renouvellement", a-t-il ajouté.

Rédigé par Chevenement.fr le 23 Mars 2017 à 21:38 | Permalien | Commentaires (2)

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de Fabien Namias sur Europe 1 pour l'interview politique, jeudi 23 mars 2017.


Verbatim express sur Europe 1

Rédigé par Chevenement.fr le 23 Mars 2017 à 21:36 | Permalien | Commentaires (0)

Entretien de Jean-Pierre Chevènement à L'Express, propos recueillis par Anne Rosencher, 7 mars 2017.


"Je suis inquiet pour l'avenir de notre démocratie"
L'Express: Que vous inspire la situation politique actuelle ?
Jean-Pierre Chevènement:
Je suis très inquiet pour l'avenir de notre démocratie. Même si, pour des raisons d'opportunité, François Fillon a adouci son ton à l'égard de la justice, je comprends l'état d'esprit de ceux que choque la convocation judiciaire du candidat de la droite à deux jours de la clôture des parrainages. La date de cette convocation est de nature à fausser le fonctionnement normal de nos institutions, et je m'alarme des conséquences que cela pourrait avoir. Comment l'électorat qui avait choisi François Fillon va-t-il réagir si ce dernier est conduit à retirer sa candidature, ou ne peut valablement poursuivre sa campagne? Je crains qu'une partie de ces électeurs n'accepte pas ce glissement vers ce qu'on appelle le gouvernement des juges. Il y a une dizaine d'années, je m'étais alarmé dans une tribune au journal Le Monde que son directeur d'alors, M. Colombani, nous vante "la judiciarisation de l'espace public et le règne de l'opinion comme le sommet inégalé de la régulation des sociétés démocratiques, en passant par pertes et profits les ravages qu'exerce le préjugé". Je n'y voyais déjà rien de tel : "L'étroit concubinage de la justice et des médias a entraîné la désuétude du secret de l'instruction et de la présomption d'innocence, le tribunal devenant bien souvent pilori", écrivais-je. Je ne changerais pas un mot aujourd'hui.

Etes-vous de ceux, dès lors, qui préconisent une trêve judiciaire le temps des campagnes ?
Je pense que le Parquet national financier a pris son temps, contrairement aux juges qu'il a désignés. Une convocation deux jours avant la clôture des parrainages, voilà qui pose problème. Et n'en déduisez pas que je soutiens pour autant le programme économique de François Fillon, ni la regrettable confusion qu'il fait entre "islamique" et "islamiste". Ma réflexion porte sur le fonctionnement de notre démocratie : la république, c'est d'abord le suffrage universel et la sérénité avec laquelle les citoyens doivent pouvoir s'exprimer.

Il y a quelques semaines, Marcel Gauchet mettait en garde contre la pluie d'opprobres qui pourrait s'abattre après l'affaire Fillon, pas seulement sur le personnel politique, mais aussi sur les médias et le pouvoir judiciaire. Craignez-vous également cette sorte de déréliction démocratique ?
Oui, je la crains. On semble oublier que le Front national est tout de même à plus de 40 % au deuxième tour dans les sondages. Tout cela devrait imposer à chacun un minimum de déontologie et de sens des responsabilités.

Source: L'Express
Mots-clés : 2017 fillon justice

Rédigé par Chevenement.fr le 8 Mars 2017 à 07:04 | Permalien | Commentaires (18)

Les actes du colloque du 12 décembre 2016 sont disponibles en ligne sur le site de la Fondation Res Publica.


Actes du colloque de la Fondation Res Publica: "Quel avenir pour la francophonie?"

Rédigé par Chevenement.fr le 28 Février 2017 à 19:32 | Permalien | Commentaires (0)

Jean-Pierre Chevènement présente sa contribution à l'ouvrage collectif "Notre intérêt national. Quelle politique étrangère pour la France?", sous la direction de Thierry de Montbrial et Thomas Gomart, Editions Odile Jacob, janvier 2017.



Rédigé par Chevenement.fr le 24 Février 2017 à 11:48 | Permalien | Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 223


Derniers tweets
Une période est close. Le PS est divisé en trois. La droite républicaine entre ds une crise profonde et durable https://t.co/5SaSTYrOGb
Dimanche 23 Avril - 20:49
.@EmmanuelMacron .@EmmanuelMacron devra se souvenir à l'heure des choix du score élevé sinon majoritaire des candid… https://t.co/S50iX2F6zi
Dimanche 23 Avril - 20:48
J'appelle à un vote résolu pour @EmmanuelMacron au second tour. Il faut écarter Marine Le Pen https://t.co/5SaSTYrOGb
Dimanche 23 Avril - 20:46

Abonnez-vous à la newsletter