Actualités

N’immolons pas notre industrie automobile sur l’autel d’un libre-échangisme dévoyé !


Projet d'intervention en séance du sénateur Chevènement lors du débat sur l'avenir des sous-traitants du secteur automobile, jeudi 26 mars 2009 (seul le prononcé fait foi).


(L'intervention de Jean-Pierre Chevènement commence à 73min et 25 secondes et finit à 81min et 30 secondes)

L’industrie automobile connait la plus grave crise de son Histoire.

Le marché des voitures particulières en France a marqué une baisse de 13% en février avec notamment PSA, qui chute violemment, de 20%. Ma région, la Franche-Comté où bat le cœur industriel de Peugeot, à Sochaux mais aussi dans toute l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard, est particulièrement touchée. Les contrats à durée déterminée ne sont plus renouvelés. Les intérimaires se retrouvent au chômage. L’usine de Sochaux a connu un chômage technique prolongé. Les équipementiers tournent au ralenti. Certains sont en liquidation judiciaire, comme Rencast à Delle, filiale du groupe de fonderie italien Zen, ou attendent une reprise problématique comme Sonas à Beaucourt, Wagon à Fontaine, Key-Plastic à Voujeaucourt.

En résulte une immense inquiétude. La remontée du chômage témoigne de difficultés sociales grandissantes.

Les Etats, contrairement à la Commission européenne, ont réagi en général avec vigueur mais sera ce suffisant ? Je pense d’abord au plan américain de relance du secteur automobile. En France, le 9 février, le Président de la République a annoncé l’octroi d’un prêt de 6 milliards d’euros à un taux de 6 % sur une durée de cinq ans aux deux constructeurs automobiles PSA Peugeot et Renault afin de leur permettre de financer des projets stratégiques en France et de soutenir à juste titre, à travers notamment les pôles de compétitivité, des programmes de véhicules propres. L’offre de véhicules doit anticiper sur la nécessité de voitures plus économiques et de moteurs électriques. En contrepartie de ces aides, qui, pour l’essentiel répondent à l’urgence, les constructeurs auraient dû prendre un engagement sur l’emploi et sur la pérennité des sites d’assemblage en France.

Ces aides considérables ne peuvent en effet être accordées sans contreparties précises, notamment en ce qui concerne le maintien de l’emploi des salariés. Un fonds d’aide aux équipementiers en difficulté a été mis en place à hauteur de 600 millions d’euros dont 200 ont été fournis par l’Etat, à travers le Fonds Stratégique d’investissement. C’est une bonne initiative mais peut être insuffisante. Il est absolument nécessaire d’assurer la reprise au moins provisoire de ces entreprises menacées et de leurs savoir-faire à travers une holding semi-publique où les constructeurs auront évidemment leur part. Des équipementiers aujourd’hui en déshérence comme Sonas, Wagon, Rencast ne doivent pas disparaître. Bien entendu il y a d’autres sites à pérenniser : je pense à Continental à Clairoix ou des marques comme Heuliez en Poitou Charentes, où de nouveaux modèles pourvus de moteurs hybrides ou électriques devraient arriver sur le marché en 2010. Cette reprise provisoire permettrait d’attendre le moment où, les ventes ne baissant plus, les entreprises disposant d’un stock trop faible devront produire davantage.

Nous prenons aujourd’hui la mesure de l’immense erreur, commise il y a plus de dix ans, quand la France a accepté la perspective de la délocalisation de son industrie automobile à travers une mondialisation sans règle vis-à-vis de pays dont les coûts salariaux sont dix fois inférieurs aux nôtres, ou à travers un élargissement non réellement négocié de l’Union européenne aux pays d’Europe Centrale et Orientale.

En délocalisant leur production et leurs sous-traitants, les constructeurs ont créé eux-mêmes les conditions du naufrage actuel. Le Président de la République s’étonnait à Vesoul, le 15 janvier dernier, de ce que notre industrie automobile qui était, il y a peu encore, le premier poste excédentaire dans notre balance commerciale, fût devenue déficitaire. Sa réaction spontanée témoignait en fait de la cécité collective de nos dirigeants politiques pendant les années quatre-vingt dix.

J’ai posé le 27 novembre dernier à Madame Lagarde une question relative à la protection de notre industrie automobile. Madame Lagarde m’a répondu en alléguant le communiqué du G20 rejetant tout « protectionnisme », ce pelé, ce galeux d’où viendrait tout le mal. La seule évocation de ce mot tabou est un moyen de clore par avance toute discussion. Mais n’est-il pas évident, comme l’avait démontré il y a longtemps Maurice Allais, qu’entre des pays ayant des conditions salariales et sociales complètement hétérogènes, il n’y a pas de concurrence bénéfique possible ?

Renault, confronté à un sursaut de la demande de voitures Clio II, vient de décider de créer temporairement 400 emplois à Flins, son usine de Slovénie tournant déjà à plein régime. Aussitôt cris d’orfraie à Bruxelles !

Suite aux déclarations du Président de la République, la commissaire européenne en charge de la concurrence, Madame Neelie Kroes, avait déjà mis en garde le gouvernement français face à « un risque de retour au protectionnisme ». Elle avait ajouté que contraindre des entreprises à investir ou acheter seulement en France n’était pas compatible avec le droit européen.

Le gouvernement a dû convaincre, lors du sommet européen du 1er mars dernier, les différents dirigeants européens, notamment allemands, que le plan français n’était pas en contradiction avec les règles de l’UE. Finalement, la France s’est engagée devant la Commission à ne plus mentionner de conditions quant aux prêts octroyés aux constructeurs automobiles. Force est de constater que le gouvernement tient un discours différent selon qu’il se trouve à Paris ou à Bruxelles !

La véritable dictature de la pensée libérale qui s’est instaurée est devenue intolérable. Les institutions de Bruxelles défendent un libre échangisme dévoyé, alors que croulent des pans entiers de notre industrie. Ils s’exposent, eux, et ceux qui reprennent leur discours, à la juste colère de notre peuple. Osons briser les tabous et parler vrai : la logique industrielle libre-échangiste, en l'absence d’une raisonnable protection, conduit à la disparition potentielle de tous les sites de production français. Toute la production française en effet peut être réalisée dans des pays à très bas coût salarial, faute de protection de notre marché.

Distinguons donc entre les pays de l’Europe Centrale et Orientale dont la plupart ont été admis, en 1999, à faire partie, en 2004, de l’Union européenne et les pays à très bas coût situés hors de l’Union européenne.

1. Pour les pays extra-européens, une taxe anti-dumping social et une écotaxe pour égaliser les conditions de concurrence devraient être maintenant à l’ordre du jour des sommets européens et mondiaux. Face à l’hypocrisie générale, le courage devrait conduire la France à défendre au G20 la thèse non pas d’un protectionnisme aveugle mais d’une protection raisonnable et négociée permettant une concurrence équitable entre les différentes régions du monde, en tenant compte des différences de coûts salariaux mais aussi – j’y insiste – de la nécessité du développement des pays émergents, à condition que leur croissance soit fondée non pas seulement sur les exportations mais aussi sur le développement de leur marché intérieur, comme semble s’y résoudre, heureusement, la Chine, en lançant un plan de relance de 450 milliards d’euros. Il y a un équilibre à trouver entre une relance coordonnée à l’échelle mondiale et une protection raisonnable permettant une concurrence équitable. Ce n’est pas conforme à l’orthodoxie libre-échangiste mais c’est le bon sens et cela se négocie !

2. S’agissant des pays membres de l’Union européenne, les grandes marques automobiles pourraient être associées à un contingentement de la production par pays en fonction des flux enregistrés depuis 1999. L’Europe ne peut pas être l’autel sur lequel la France sacrifierait son industrie automobile. Un tel accord ne peut bien sûr se faire que dans le cadre d’un plan d’ensemble d’aide aux PECOs dont la situation économique et financière est particulièrement difficile.

Mais il faut que le gouvernement français affirme une claire volonté : l’industrie automobile française ne doit pas disparaître. Elle ne doit pas être considérée comme la variable d’ajustement des difficultés des PECOs ! Il est temps de remettre en cause des postulats libre-échangistes et des dogmes d’une autre époque ! N’immolons pas notre industrie automobile sur l’autel d’un libre-échangisme dévoyé !


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Jeudi 26 Mars 2009 à 11:12 | Lu 4572 fois



1.Posté par Couvert Gérard le 26/03/2009 12:09
Appelons un chat un chat !
Protectionnisme (contrôlé), préférence communautaire, négociation entre états ...

Comme toujours J.P. Chevènement illustre tout de son intelligence et de la qualité de sa plume ..

Mais après, si "les autres" ne veulent pas, si les libéraux-suicidaires continuent de tenir les commandes, qu'est-ce qu'on fait ? on attend la fin ?

2.Posté par domino78 le 26/03/2009 13:03
Avant l'automobile, il y eu le textile, la sidérurgie, les chantiers navals et bien d'autres secteurs.
Il est anormal de perdre notre industrie de cette façon et d'être dépendant des autres.

Bientot la France ne sera plus qu'un pays touristique à la grande joie des fortunés d'Europe et d'ailleurs qui viendront s'y ressourcer.
C'est peut être ce qui est prévu.

3.Posté par Couvert Gérard le 26/03/2009 13:32
Ne désespérons pas, nous sommes encore la 6 eme. puissance économique du monde, notre taux d'endettement n'est pas catastrophique, nous avons une bonne productivité (à condition d'abandonner les ISO n° crétinpatenté), notre capacité à produire de l'alimentation est énorme ...
L'idée d'une France "gauloisWorld" est ancienne chez les gens de Bilderberg (tous bons pour la guillotine !) et à été exprimée publiquement par l'entourage de Kennedy au moment de la décolonisation.


4.Posté par Dominique le 27/03/2009 00:20
Vous prêchez dans le désert, hélas ! Il y a vingt-cinq ans que le lavage de cerveau produit ses effets.

Face à la réalité, nos technocrates français et bruxellois, nos "sources autorisées", ou bien dénient cette réalité d'une crise extrêmement grave, ou bien sont comme une poule découvrant un couteau !

Ils attendent, le regard fixé non plus sur la ligne bleue des Vosges mais vers l'Amérique d'Obama comme si Obama qui a été élu pour régler les problème de son pays allait avoir le moindre état d'âme vis-à-vis de ses "amis" européens !

De Gaulle a-t-il eu des états d'âme quand il s'est agi d'assurer la cohésion de la France et de ne pas céder aux chantages des Etats-Unis, de l'Angleterre sans compter de ceux qui venaient de l'intérieur ?

Aujourd'hui, nous n'avons que des bigorneaux accrochés à leur rocher qui tremblent à l'idée de ne pas être réélus ou qui attendent paisiblement leur retraite de haut fonctionnaire pour continuer à sévir dans des commissions ou faire office de "conseil".



5.Posté par Rachid Adda le 27/03/2009 02:18
Cher gérard...

6ème selon quels critères ?

6.Posté par Couvert Gérard le 27/03/2009 08:46
Dominique, en soyez pas amer ni découragé, il y a du vrai dans vos propos mais nous sommes de plus en plus nombreux -avec nos différences- à ressentir qu'une autre France est possible, un autre monde d'ailleurs pourrait naitre de notre résurgence.
Rachid Adda, je n'ai pas eu le temps de lire votre site in-extenso mais je n'y ai pas trouvé d'article sur le classement économique de notre pays ; en revanche des titres m'ont alléché.
L'endettement global -pare que la dette de l'État il suffit de battre monnaie au lieu d'emprunter à des banques que l'on renfloue !) du pays est assez faible, notre démographie n'est pas catastrophique (elle n'est pas encore bonne malgré tout) nos capacités de productions agricoles et nos réserves en eaux sont très largement au-dessus de la moyenne, notre production d'énergie est encore bien ficelée, notre recherche baisse mais est toujours à un niveau correct dans certains domaines, la répartition des savoirs reste large ... tout ceci pour dire qu'il faut apprécier les résultats actuels dans la perspective du redéploiement de l'économie mondiale, sur un an, sur cinq les chiffres ne signifient pas grand chose.
Mais ne voyez pas en moi un optimiste aveugle, la pente est mauvaise, la politique est mauvaise, les hommes au pouvoirs sont mauvais (dans les deux sens !), la logique est mauvaise ; la France ne l'est pas.

7.Posté par Alain FELER le 27/03/2009 12:52
D'accord, comme d'habitude, avec M. Chevènement...
Son raisonnement se limite cependant au court ou moyen terme, car l'auto c'est fini, et "la plus grave crise de son histoire" est encore devant nous.
Cf par exemple http:\\www.manicore.com
Si on en croit ce qui est dit dans un tel site, ou dans le livre "Le plein s'il vous plait", ou "Pétrole apocalypse" de l'ancien ministre de l'environnement Yves Cochet, ou dans "Le plan B" de Lester Brown (classé 'un des 50 américains les plus influents' par je ne sais quel journal), et autres, on peut estimer qu'on a assez de voitures en circulation pour ce qu'il reste de pétrole, et qu'il est en gros tout simplement inutile (et à vrai dire nuisible) d'en fabriquer d'autres, du moins avec les technologies actuelles.
En revanche, à mon humble et personnel avis, Peugeot ferait bien de nous produire à nouveau des deux-roues efficaces, c'est-à-dire économiques (1000€, 1litre aux 100), sûrs (freins et amortisseurs corrects), fiables (100000km, pas 10000), 2 places et de quoi porter des choses.
C'est de ça que le monde a besoin, pas d'un 2501ème modèle de bagnole quelconque, sans avenir.
Mes propos peuvent paraître ahurissants, mais, comme il est peut-être dit dans la Bible : "lisez, et vous croirez".

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter