Agenda et médias

"Je vais bien sûr faire entendre ma voix, demain comme hier, au long de cette campagne"


Entretien de Jean-Pierre Chevènement à L'Est républicain, jeudi 2 février 2012.


"Je vais bien sûr faire entendre ma voix, demain comme hier, au long de cette campagne"
L'Est républicain: Qu’est-ce qui vous a conduit à renoncer à votre candidature ? C’est la difficulté de récolter les 500 signatures ?
Jean-Pierre Chevènement:
Non, ce n’était pas le plus préoccupant. Il nous restait du temps et j’avais bon espoir d’y parvenir. La raison, c’est le manque de moyens financiers. Je ne suis pas riche, vous le savez bien… Avec 100.000 €, il ne m’était pas possible de faire une campagne.

Les sondages ne vous qualifiaient que de 1 % des voix, cela vous a-t-il découragé ?
Si j’avais mené une campagne démagogique, j’aurais peut-être eu plus de succès. Mais j’ai choisi une campagne délibérément pédagogique, très articulée, qui s’adressait vraiment à l’intelligence.

C’était risqué…
Ce n’était peut-être pas la meilleure solution (rire). Je ne la regrette cependant pas. Elle m’a permis d’affirmer notre identité et le point de vue qui est le mien et celui de mes amis. J’ai pu m’exprimer abondamment dans les médias qui ont bien voulu recueillir mes impressions et mes analyses. J’ai effectué de nombreux déplacements sur le terrain, j’ai visité une vingtaine d’usines.

Qui allez-vous soutenir ? Allez-vous continuer à vous exprimer ?
Le communiqué que j’ai publié suffit à ce stade. Il est assez explicite et je parlerai plus longuement la semaine prochaine. Je vais bien sûr faire entendre ma voix, demain comme hier, au long de cette campagne. Malgré le refus de Mme Merkel, qui prétend dicter sa loi au suffrage universel et refuse d’accepter la révision du traité, j’expliquerai les périls où nous conduit l’euro surévalué, la nécessité d’étendre les missions de la Banque centrale européenne et d’organiser la relance en Europe, l’importance de préserver la souveraineté budgétaire et fiscale de la France, qui doit rester dans les mains du Parlement français.

Ces quelques jours de silence seront-ils occupés à négocier un accord politique avec un autre candidat de gauche, puisqu’ils sont deux, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, à se dire prêts à vous accueillir ?
Il n’y a qu’une négociation qui a été entamée, en mai dernier, entre le MRC et le PS. Elle porte sur les législatives et notre représentativité. C’est tout à fait autre chose et d’ailleurs, il n’y a toujours pas d’accord à l’heure actuelle. C’est le président du MRC, Jean-Luc Laurent, qui s’en occupe. Je vous rappelle que je n’en suis que le président d’honneur… Je n’en dirai pas plus aujourd’hui.

Propos recueillis par Jean-Pierre Tenoux

Source : L'Est républicain


Mots-clés : 2012, allemagne, euro, mrc, ps
Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 2 Février 2012 à 10:54 | Lu 5058 fois



1.Posté par Alain AGASSANT le 02/02/2012 11:43
en 1983 j'etais berfortin...et grace à vous fier de l'etre. Vos positions ont toujours été determinante comme en 2005..je me souviens du meeting avec georges Sarre et toute la gauche sauf,DEJA, malheureusement les dirigeants du PS .Nous sommes à nouveau à un TOURNANT et votre voix SE FAIT ENTENDRE..respectueux..SVP continuez à etre le meme Homme ne vous vendez pas ,comme les verts,pour des strapentinsà Hollande...vous pouvez rectifier ses positions libérales et d'austerite en vous positionnant au 1er tour comme en 2005 avec la gauche de la gauche .. cela fera du BRUIT ...votre vraie place.
Esperant une simple reponse SVP par email sur votre position MERCI!!! FRATERNELLEMENT
Fraternellement

2.Posté par jack simonnet le 02/02/2012 16:08
germinal
Je déplore le retrait de votre candidature nous laissant comme en 2002 "orphelins"
en espérant que vous n'apporterez pas votre soutien à Hollande comme vous aviez fait pour Ségoléne
FH a repris des options de l'odieuse fée verte pour l'abandon de la souveraineté nationale
pas question de donner ma voix à ces traitres
ne restent que Marine Le Pen et Nicolas Dupont_Aignan

3.Posté par Hubert VIALLET le 02/02/2012 16:27
Je salue la belle campagne que vous avez menée jusqu'à ce jour.
J'ai toujours soutenu vos tentatives au sein du PS depuis vos combats au Cérès pour la citoyenneté dans l'entreprise. Ce sujet ne semble guère préoccuper le PS !
Je partage maintenant totalement vos idées sur l'erreur des traités européens qui ont amoindri notre souveraineté, et contribué à la désindustrialisation de la France. A l'époque je dois avouer que j'ai voté oui à Maastricht, espérant, comme le disait Mitterrand dans votre livre La France est elle finie, que l'Europe sociale, fiscale et politique viendrait après. Malheureusement on attend toujours! Vous aviez raison.
Vous avez voulu faire "bouger les lignes" comme sans doute Montebourg a essayé de le faire au sein du PS. Malheureusement les aspects fondamentaux de vos positions (Maastricht, perte de l'industrie, souveraineté) ne semblent pas beaucoup faire bouger Hollande qui reste, quoiqu’on en dise, pour le système social libéral, pour le libre échange, la règle d'or... Votre plan B est totalement ignoré !
Dans ce contexte, soutenir le PG, beaucoup plus proche de vos positions ne serait pas favoriser le FN, au contaire. Si Mélanchon n'arrive pas dans les deux premiers, un bon score serait fort utile pour faire avancer nos idées et peser pour la suite.
Hubert VIALLET

4.Posté par Sesame LENORMAND le 02/02/2012 16:34
Vous dites "l’importance de préserver la souveraineté budgétaire et fiscale de la France, qui doit rester dans les mains du Parlement français"
=> donc exit Hollande ?
Reste Dupont-Aignan le seul candidat républicain qui réclame une France libre.
Mrs CHEVENEMENT-DUPONT-AIGNAN même combat !

5.Posté par jack simonnet le 02/02/2012 16:56
germinal
erratum il s'agit de 2007 et non 2002 mea- culpa
mais tout le monde aura compris !!!

6.Posté par Jules DUNORD le 02/02/2012 18:09
Ecrire « ne restent que Marine Le Pen et Nicolas Dupont_Aignan», c’est aller bien vite en besogne.

D’abord le FHaine n’est pas un parti démocrate et républicain bien que Marine Le Pen joue les sirènes pour attirer les gogos. Mais chasser le naturel et il revient au galop c’est pourquoi elle n’a pas pu s’empêcher d’assister dernièrement à Vienne à un bal de fachos néo nazis.

Quant à Nicolas Dupont Aignan son cas est plus complexe. Lui-même parait sincère et a de bonnes idées et initiatives (la dernière en date consistant à demander la renationalisation des autoroutes). Par contre, il est entouré d’une cohorte d’anciens du FN et un de ses lieutenants se targue d’être « l’inventeur» de la Tva sociale qui pour moi est tout sauf sociale.

En 2007 , l’UMP n’a pas présenté de candidat aux législatives face à Nicolas Dupont_Aignan. J’ai bien l’impression qu’il ne le fera pas non plus cette année tout comme il ne le fait pas pour Bayrou et Morin. J’ai posé gentiment par deux fois la question sur son blog et par deux fois j’ai été censuré par le modérateur. Apparemment c’est une question à ne pas poser.

Pour moi, le seul candidat en lice qui vaille la peine que JP Chevènement le soutienne est tout simplement JL Mélenchon. Il a reconnu ses erreurs sur l’Europe (ce qui est très rare en politique) et ses idées sont proches de celles du MRC.

7.Posté par BRUNO DIAZ le 02/02/2012 18:20
On ne peut que regretter le retrait de votre candidature à la présidentielle, candidature que vous vouliez pédagogique. La pédagogie est plus que nécessaire dans le brouhaha des candidats exploitant le marché des mécontents et de la souffrance ... ou de l'auto-satisfaction d'avoir ouvert de nouvelles brèches dans ce qui fait la France .

Tout projet ne peut être cohérent et solide que si on est bien au fait de ce qui se passe dans le monde , en Europe et en France.
Bien comprendre les grands processus, les tenants et aboutissants est incontournable. Or sans ces éléments et les fondamentaux de notre République que vous rappelez un peuple ne peut influer, maîtriser son destin.
J'ai fais partie des nombreux "vilains" qui auraient fait échouer le malheureux candidat PS de 2002 ! Je ne pouvais voter pour un individu qui "N'y pouvait rien à la crise qui commençait déjà à faire ses ravages!"

Encore une fois je regrette que vous n'ayez pu continuer et bénéficier du temps de parole attribué aux candidats.

8.Posté par Algodème NILLA le 02/02/2012 21:00
M. Chevènement,
Si vous vous ralliez directement avec François Hollande, votre influence sera noyée au milieu de l'establishment social-libéral.
En revanche, en vous alliant avec le Front de gauche, vous pourriez peser réellement sur le candidat du parti socialiste. Seul le rapport de force pourra infléchir les dispositions libérales, communautaristes et post-démocratiques du PS. En vous ralliant avec Mélenchon, c'est un signal que vous adressez à toute la gauche républicaine et nationale, c'est une dynamique qui peut s'enclencher !
Il faut obliger le PS à entendre la voie de la raison, en le mettant au pied du mur. Une alliance de toute la gauche sera alors possible puisque les sociaux-libéraux ne pourront plus mépriser la gauche républicaine.
Alors choisissez Mélenchon, choisissez un front populaire et républicain !

9.Posté par Guillaume DELYE le 02/02/2012 22:08
Quel dommage de retirer une vraie alternative au candidat social-libéral du PS !

Je regrette que la démocratie ne puisse plus donner l'occasion à de "petits" candidats de s'exprimer car la complexité de la situation à laquelle nous sommes confrontés est telle que nous devrions faire appel à des sensibilités politiques nouvelles.

Il est bien dommage qu'un bon nombre de nos concitoyens aient associé la personne de J.P Chevènement à la défaite de 2002 car le piètre score de Lionel Jospin tenait avant tout à la faiblesse de son programme ("qui n'était pas de gauche") et à l'impossibilité pour un premier ministre de remporter une élection en étant en fonction. C'était à lui de se retirer au profit de JP Chevènement et non l'inverse.

Je suis en tout cas très en colère contre la volonté de F Hollande de relever à 750 le nombre de parrainages nécessaires à une candidature à la présidence tout en préconisant un scrutin proportionnel pour les législatives. Voilà la recette idéale pour un retour à la partitocratie à l'italienne. Autant de grain à moudre pour le Front National ...

Je pense que JP Chevènement devrait être cohérent avec lui même: si les lignes ne bougent pas, il faut passer par dessus et rejoindre le Front de Gauche !

10.Posté par Jean-Claude DOZEVILLE le 03/02/2012 12:54
Boujour J-P Chevènement,

J''ai toujours suivi avec attention vos analyses et prises de position. Dès mon adhésion au PS, il y a plus de 3 decennies, j'ai voté sur les positions du CERES. Vous avez eu raison avant tout le monde sur le traité de Maastrich. En 2002, je votais pour vous. Aujourd'hui, après avoir tenté de faire bouger les lignes", vous vous apprêtez à soutenir un candidat. Suspense total, vous seriez dans une telle réflexion au point que votre soutien n'irait pas automatiquement vers F.Hollande?! Et quand les journalistes vous parlent de J-L Mélenchon vous le gratifier d'une bonne et vraie évolution depuis Maastrich. A force de vous observer, maintenant, je pense que vous rejoindrer F.Hollande pour une basse tambouille électorale alors que les positions du Front de Gauche sont bien plus proches des vôtres. Alors, j'ai hâte de connaître votre position en espérant qu'elle ne donnera pas raison à un de vos anciens amis, Max Gallo qui a dit: "Chevènement parle comme de Gaulle et agit comme Guy Mollet" . J'attends donc avec impatience votre décision.

11.Posté par Xavier le 03/02/2012 14:47
Twitter
J'espère que les idées de JP Chevènement vont continuer à prendre la place qu'elles méritent dans la campagne présidentielle. J'espère qu'elles ne seront pas étouffées comme l'est la Démondialisation d'Arnaud Monteboug à présent. Il est vrai qu'on ne peut espérer voir messieurs Hollande ou Strauss Khan tenir le même discours.

12.Posté par Jacques POUZET le 03/02/2012 16:19
Facebook
Pour faire bouger des lignes , encore faut-il qu'il y ait des lignes ! La confusion entre Merkozy et Merkholland me semble s'accroître : pauvre république qui doit livrer son devenir à un processus aussi pervers que l'élection présidentielle 2012. Mélenchon a expliqué plusieurs fois que pour être entendu dans cette cacophonie , il faut crier . Jean- Pierre Chevènement c'est du Mozart , réservé aux initiés.... d'où les sondages.
En plus , l'honnêteté et la dignité de reconnaître qu'il n'a pas les moyens de participer à ce carnaval confirme sa différence... Je ne veux pas croire à la possibilité de quelques petits marchandages de
circonscription : comme PS et EELV ou Mme Montchamp de Villepin à SarkozyQdM

13.Posté par BRUNO DIAZ le 03/02/2012 19:45
Facebook
En réponse à Monsieur Sesame LENORMAND et à bien d’autres…
Le coup de bol des Lepen … et de Dupont Aignan.

C’est vrai le discours économique et social de Marine le Pen et de Dupont Aignan est séduisant. Il est fait pour cela !

Mais cela s’arrête là.

Cette famille Lepen (Père et fille) cultive un nationalisme exacerbé depuis toujours. Ils ne s’en cachent pas. Tout tient et se construit autour du refus des autres, de ce qui est nouveau, de la haine de ce qui est différent, n’hésitant pas à s’appuyer sur une religion mal comprise avec son culte des statues, fétiches et autres préceptes…
Le bandeau sur l’œil n’était pas un signal de faiblesse mais au contraire de force , de combattant contre le fellouze des années 50-60, « l’envahisseur étranger qui maintenant vient prendre le travail des français »(années 70)…
Avec ces thèmes xénophobes, un tantinet racistes, Le Pen fait un faible score moins de 1% en 1974… Or c’est à cette date que les économies en plein développement du monde occidental commencent à basculer dans la mondialisation et dans la crise (1er million de chômeurs en 1975). Les principes de Keynes qui avaient fait les « 30 Glorieuses » ont de moins en moins d’effets sur une économie libérale qui se mondialise et retrouve son vrai visage d’avant les années 30. La concurrence du Japon, Corée, Taïwan, Malaisie… pays à bas coûts de main d’œuvre se fait sentir. La sidérurgie européenne et la métallurgie (construction navale) ne basculent-ils pas vers ces pays, ces années là ?

Devant le désarroi de salariés ou d’artisans français , à la morale forte, qui accomplissent avec conscience leur travail et se retrouvent sans boulot, Le Pen reprend leur colère la canalisant toujours vers « l’immigré qui prend la place du français » mais y ajoute des ingrédients déterminants.
Le PCF n’est plus « à la mode » avec l’effacement du bloc de l’est. Le Pen adapte à son discours des notions chères à ces premières victimes : le « Grand Capital » devient l’ «Establishment» ennemi visible en costume cravate et attaché-case ; les « Travailleurs » deviennent les « Petites Gens » notion plus fédératrice que celle de l’ouvrier et surtout que celle de l’ancien d’Indochine ou d’Algérie ; « les forces d’argent » deviennent les « apatrides » aux luxueux pieds à terre aux 4 coins du monde. La boucle est bouclée : d’un côté les bons, les petites gens ; de l’autre les « forces du mal » : les apatrides immigrés, délinquants et autres financiers, technocrates, délinquants en col blanc, etc.… Bref un excellent opportuniste qui sait jouer sur les tripes des « damnés de la France »! Et son bandeau sur l'oeil a disparu.

La réflexion sur des situations faisant appel à l’ouverture sur le mouvement économique et social du monde ne font pas partie de son registre ! Il obtient en 1988 à prés de 15% des voix.

Il n’évoquait (comme la plupart des partis politiques) ni le mouvement de délocalisations, ni les effets prévisibles du libéralisme avec la réorientation des investissements vers les nouveaux pays émergents à bas coûts et que ces étrangers. Il n’imaginait même pas que ces étrangers qu’il méprisait puissent reprendre l’essentiel de l’industrie française, chez eux!
Il était contre Maastricht non pas comme menace économique, sociale ou dogme d’un libéralisme exacerbé qui allait retirer aux citoyens toute latitude de maîtriser leur destin, mais comme porte d’entrée de dangereux étrangers et de l’effacement de la nation France ! Thème récurrent et aussi cher au trio Pasqua, Seguin et Devilliers.
On doit reconnaître que ces politiciens exposaient leur souci de « protection » des populations européennes et françaises contre diverses agressions mais beaucoup plus humaine qu’économique.
Dupont –Aignan est dans cette lignée là !

Aujourd’hui l’étranger, chez Les Lepen, ne « prend plus le travail du français » mais «Il est source de délinquance, profite du système social et surtout nous impose sa religion »… On adapte le discours, on saisit les opportunités comme de bons politiciens de la politique politicienne des plus classiques.
L’UMP ne chasse-t-elle pas sur ce terrain depuis 10 ans? Certes Dupont Aignan après son échec cuisant à la postulation de la direction de l’UMP s’est écarté de ce mouvement.

Face à la faiblesse de l’analyse économique de son parti Marine Lepen s’appuie sur des d’économistes éminents, démocrates, qui remettent en cause la mondialisation et la finance mondiale (Jacques Sapir, Frédéric Lordon...). Elle se sert des bases de cours d’économie, tout à son honneur, donnant ainsi une clarté et une cohérence certaines à son discours anti-européen et anti mondialiste.
Sur ce point Dupont Aignan rompt également avec la pensée unique et son dogme du «Sans Europe et sans mondialisation point de salut » s’ouvrant ainsi sur des perspectives réalistes pour le futur.
Pour ce qui est de rompre avec la mondialisation, moyennant un recentrage sur la France et l’application de mesures techniques liées à un protectionnisme sélectif il peut y avoir parcours commun avec Dupont. Bref il n’y a pas de souverainisme de droite et souverainisme de gauche. Il y a un souverainisme tout court !

Pour moi, revenir à la NATION est nécessaire non pas par conviction d’une supériorité de ses habitants ou d’un destin de « Fille aînée de l’Eglise », mais parce que c’est la seule structure qui est réactivable rapidement et représente des intérêts et une culture propre à tout un peuple. Comme on le voit ces derniers mois les nations réapparaissent dans le monde financier, désigné comme « Grèce », « Espagne », « bloc des PIGS »,… « France » quand il s’agit de les faire payer, de les mater, mais surtout pas de laisser décider. Tous les Européens vont y passer ! Tous y compris l’Allemagne désignée comme modèle à suivre! Il ne s’agit pas d’un pari hasardeux, mais d’une logique d’alignement sur les marchés et les coûts sociaux des pays de l’axe Corée, Chine, Inde, quartiers très compétitifs du « grand village mondial ».

Reconnaissons le travail efficace et méthodique de ce monde financier. Il réussit à mettre au pas, un pays après l’autre, en substituant des régimes de rigueur,écrasant les plus faibles, à des partis frauduleux de droite (Italie, Grèce…) ou à des Parti Socialistes inconsistants (Grèce, GB, Espagne, Portugal…).
Aujourd’hui, dans le dogme libéral, ce n’est plus le parti communiste ou l’ouvrier syndiqué qui est le danger des investisseurs et des financiers, l’ennemi qu’il faut mater, mais la Nation en tant que structure vivante. Si la Nation reprend la maitrise de son destin cela constitue un contre-pouvoir au jeu des investisseurs dont la seule contrainte est de maintenir le taux de profit. Ainsi Lejaby est détruit pour satisfaire la rentabilité maximale d’un fond de pension pour cotisants eux-mêmes salariés futurs papys.

Or la grande différence entre les Lepen, Dupont Aignan et le socialisme représenté par Chevènement c’est l’HOMME !
Mettre les individus dans une structure France, Europe ou autre…mais après ? Pour quoi faire ?
Dire que l’on choisit la nation pour maitriser son destin collectif c’est nécessaire aujourd’hui pour contrecarrer un déclin inéluctable, mais c’est loin d’être suffisant.
Les outils de sa liberté (éducation, formation), de son autonomie, de son intégration, de son épanouissement, pour le recul de la misère intellectuelle et matérielle tout ceci est aussi important, Les structures pour faire participer les citoyens et des salariés est tout aussi important. Mais 75 ans après 1936 le chantier colossal pour faire reculer la grande misère est redevenu une priorité. Les Plans pour la France mis en place par le CNR ont disparus… Quelque soit le nom de l’outil, feuille de route, projet de développement etc. le pays comme un navire a besoin d’un cap à suivre…
On ne pourra se satisfaire d’une France ayant retrouvé ses prérogatives souffrant des mêmes calamités que celles d’une Europe brouillonne écrasée par la mondialisation…

Le Pen ne s’est pas débarrassé de ses vieux démons et le naturel revient au galop. Quand une démonstration économique s’avère trop compliquée c’est l’éternelle diatribe contre l’immigré. Dupont Aignan tourne depuis toujours autour d’un parti, l’UMP, dont la pratique du copinage, du favoritisme à commencer par le président avec son fils…n’est plus un secret. Leur propension, naturelle à faire supporter aux plus pauvres l’enrichissement des privilégiés est une triste réalité exacerbée ces dernières années. Les statistiques sont imparables sur ce point.

C‘est ça le fossé qui nous sépare !

14.Posté par Richard Roy le 04/02/2012 13:01
Facebook
Monsieur Chevènement,
Je suis un ancien communiste - critique, comme on dit, mais il y en a beaucoup plus qu'on ne dit - et aujourd'hui membre du Parti de Gauche. Et depuis toujours intéressé, intrigué, attiré, voire séduit par votre approche. J'ai lu votre dernier ouvrage. Moi non plus, je ne crois pas que la France soit finie, car je vois bien des énergies inemployées ou gaspillées. Quand vous avez déclaré votre candidature, j'ai regretté que vous n'ayiez pas, alors, fait un ralliement public à J.-L. Mélenchon, mais ensuite j'ai voulu croire avec ce dernier que votre campagne contribuait à donner du volume à la campagne de gauche. Aujourd'hui, vous pouvez réellement peser dans le changement car notre candidat est le seul à porter une volonté et des capacités populaires de faire advenir une vraie renaissance de notre pays. Apportez-lui tout votre soutien et nous pourrons vraiment espérer sortir de ce tunnel libéral qui nous mène tout droit à des affrontements moyennâgeux !

15.Posté par cayla le 04/02/2012 14:53
cayla
Il semble que la presque totalité des intervenants propose à Chevènement de soutenir Mélenchon ...
Il existe aussi au MRC des républicains qui ne se reconnaissent pas dans les dérives du Front de Gauche vers le multiculturalisme et la "diversité" comme valeurs de la République française.
Il est possible de préférer un vote pour un républicain de l'autre rive comme Dupont-Aignan pour le
premier tour, en sachant qu'il faudra ensuite voter pour Hollande au second tour malgré les réserves évidentes que l'on peut faire sur certains de ses engagements.

16.Posté par Christophe Mouton le 04/02/2012 23:10
Facebook
tes. Les bayroueries occupent leur terrain de prédilection, il faudra bien redonner du rose rouge à cette aventure qui risque fort de tournée au bleu ou à l'orange.
Confiant et fidèle, loyauté n'a jamais voulu dire naïveté, je suis persuadé que nous allons assister à de nouveaux événements inédits grâce à votre constance et opiniâtreté, Monsieur Chevènement.
Ma famille est, je suis moi-même, de tout cœur avec vous dans cette ligne droite et nous ne nous précipiterons pas.
Salutations républicaines et socialistes à vous, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Sénateur, Monsieur Chevènement.

17.Posté par Christophe Mouton le 04/02/2012 23:27
Facebook
Bonjour et pardonnez-moi pour le précédent message tronqué.

Pour ma part, je donne du temps au temps et je fais confiance à Monsieur Chevènement pour apporter un éclairage sur les enjeux des semaines qui viennent.
Impatient je ne le suis pas : le parti social-démocrate a retrouvé des accents socialistes. Les bayroueries occupent le terrain, il faudra bien redonner du rose rouge à cette aventure qui risque fort de tourner au bleu ou à l'orange.
Confiant et loyal, ce qui ne veut pas dire naïf, je suis persuadé que nous allons assister à de nouveaux événements inédits grâce à votre constance et opiniâtreté, Monsieur Chevènement.
Ma famille est, je suis de tout cœur avec vous dans cette ligne droite et ne me précipiterai pas.

Salutations républicaines et socialistes à vous, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Sénateur, Monsieur Chevènement.

18.Posté par Christian RENAISSANT le 05/02/2012 10:37
Rien que votre position sur la non intervention de la France dans le conflit en Irak mérite le respect.
Vos autres positions, notamment sur le NON au TCE, indiquent clairement l’orientation politique, philosophique et humaine de votre engagement.

J'ai lu attentivement votre communiqué concernant votre retrait de la présidentielle.
je vous en conjure et en écho a ce qu'a également écrit une personne sur ce blog, intervenez pour vraiment changer la vie de millions de personnes qui souffrent. Nous n’avons pas le droit de laisser ce monde, dans l'état où il est, aux générations futures.

Aidez-nous car ce n'est pas hélas, le programme de F. Hollande qui fera un monde meilleur, la misère ne se gère pas, elle se combat.

Pour la 1ère fois, je ne voterai pas NPA mais je donnerai ma voix au Front de Gauche pour que, même s'il n'est pas présent au second tour, il pèse le plus lourdement possible à gauche, la vraie.

Merci de nous aider en appuyant cette candidature.


19.Posté par Vincent GOMES le 05/02/2012 16:10
Je trouve dommage que Jean-Pierre Chevènement ait du mettre fin à sa candidature. J'aimerais lui témoigner tous mes respects pour ce qu'il a développé durant ces mois.

J'ai lu dans les commentaires différentes possibilités de candidats vers qui reporter nos votes. Il reste à mon avis un nom, celui de Asselineau, un petit candidat méconnu, complètement acculté par les médias, anti-européeiste convaincu, avec qui un débat avec JP Chevènement aurait été je pense fructueux.

20.Posté par Gilbert BLANCHARD le 05/02/2012 20:09
Blanchard
À part vous, il n'y a que Jean-Luc Mélenchon à tenir un discours ferme sur la défense de nos valeurs face à l'Allemagne et à montrer la voie d'un redressement de notre souveraineté nationale en Europe. Soutenez-le, Monsieur Chevènement !

21.Posté par Patrick LENORMAND le 07/02/2012 00:33
@BRUNO DIAZ
Bien sûr que le candidat le + proche de JPC est Dupont-Aignan !
Et faire l'amalgame avec le fn (meme nouvelle mouture..) démontre que vous ne connaissez pas le programme de DLR ..( A toute fin utile www.debout-la-republique.fr) qui correspond au "gaullisme social" dont JPC est très proche.
Vous voyez JPC avec Mélanchon ? J'ai un gros doute et c'est vrai que j'ai bien peur que JPC se tourne, comme d'habitude, vers le PS....
Pour notre pays .. je le regretterai !.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter