Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Déclaration de Jean-Pierre Chevènement


Déclaration de Jean-Pierre Chevènement, Sénateur du Territoire de Belfort, ancien ministre, 1er février 2012.


Je me suis porté candidat à la Présidence de la République le 5 novembre 2011, "pour faire bouger les lignes" et mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qu’elles doivent relever.

Dans la grave crise à travers laquelle une construction européenne mal pensée dès l’origine, peut conduire la France à une position définitivement subordonnée, j’ai voulu, à travers cette "candidature pédagogique", rendre nos concitoyens attentifs à quatre enjeux majeurs de la période qui s’ouvre :

1) Pour réindustrialiser le pays, condition de la survie du modèle républicain, il faut, chose non suffisante mais indispensable, une monnaie moins chère que l’euro actuel.

2) Il est nécessaire, en second lieu, d’organiser la croissance en Europe et non pas la récession à perte de vue, comme nous y conduirait le projet de traité européen dont les grandes lignes ont été entérinées hier, le 30 janvier 2012, à Bruxelles. Si le gouvernement de Mme Merkel, qui prétend dicter sa loi au suffrage universel, n’acceptait pas la révision du traité pour étendre les missions de la Banque Centrale européenne et organiser la relance en Europe, mieux vaudrait alors transformer l’euro de monnaie unique en monnaie commune.

3) La souveraineté budgétaire et fiscale de la France doit rester dans les mains du Parlement français. Sa préservation est la condition, à tous égards, de notre indépendance future, y compris diplomatique et militaire.

4) Il est temps de redresser l’Europe à partir de ses nations. Celles-ci sont le cœur vivant de la démocratie. Le but est d’édifier une "maison commune européenne", ou comme disait le général de Gaulle, une "Europe européenne", ouverte vers la Russie à l’Est et vers la Méditerranée et l’Afrique, au Sud. Cette construction se fera avec les peuples, c’est-à-dire par la force des choses, à géométrie variable, avec ceux qui le veulent.

Ayant pu exercer, autant que je le pouvais, le rôle pédagogique que je m’étais assigné, et n’ayant plus aujourd’hui les moyens de continuer ma campagne, je décide de retirer ma candidature à l’élection présidentielle. Je continuerai cependant, demain comme hier, à faire entendre ma voix pour servir la République.

Dans les temps difficiles qui sont devant nous, rien n’est plus important que de maintenir un recours républicain.

J’indiquerai bien sûr, le moment venu, le candidat à l’élection présidentielle auquel, les yeux ouverts, j’apporterai mon soutien.


Mots-clés : 2012, allemagne, bce, euro, europe
Rédigé par Jean Pierre Chevenement le Mercredi 1 Février 2012 à 10:00 | Lu 3325 fois




1.Posté par Josiane NIKO le 03/02/2012 21:05
Monsieur Chevènement,

Permettez-moi tout d'abord de vous dire que j'ai un grand respect pour l'homme que vous êtes et pour les positions que vous défendez.

Il n'est plus à prouver que vous êtes un homme de combats et de convictions de gauche.

Vous n'avez pas encore fait votre choix concernant le candidat auquel vous allez apporter votre soutien...Je suis sure que vous le choisirez en votre "âme" et conscience . Quelle que soit votre décision, je la respecterai.

Je sais que vous êtes très sollicité (par Monsieur Montebourg,entre autres, un homme encore jeune et qui croit pouvoir, comme vous l'aviez espéré aussi, changer la ligne directrice du PS en le ramenant sur sa gauche). Monsieur Mélenchon aussi en faisait partie.

J'espère que votre décision ne se fera pas en fonction d'un "déroulement de carrière" possible, puisque vous avez déjà prouvé par le passé que vous n'êtes pas à l'affût d'un poste ministériel, Vous êtes, en effet, un des rares à avoir eu le courage de quitter vos responsabilités de Ministre en 1983, sous le gouvernement Mauroy. Vous protestiez, à l'époque, contre la « parenthèse libérale » de ce gouvernement PS.

Mais, le PS aujourd'hui ne veut pas changer. Il n'offre pas de perspectives nouvelles pour sortir réellement du libéralisme. Non, ce n'était pas qu'une "parenthèse".

Il reste donc l'un de vos anciens camarades...Monsieur Mélenchon, qui lui tout comme vous, a quitté le PS pour les mêmes raisons que vous (me semble-t-il) et avec lequel vous partagez les idées de République, laïcité, patriotisme et réellement de gauche.

Je vous fais confiance pour choisir entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, celui qui vous conviendra le mieux . Aujourd'hui, nous sommes , plus que jamais, face un réel choix de société. Hollande veut faire de simples aménagements du libéralisme et Mélenchon, veut sortir de ce cercle infernal.

Soit vous vous ralliez à Hollande (depuis 1983, le PS n'a pas changé, vous le savez) et vous risquez d'être encore déçu, soit vous vous ralliez à Jean-Luc Mélenchon, et vous serez conforme à ce que vous attendez d'un réel changement de société.

Monsieur Chévènement,

Beaucoup de ceux qui comme moi, font confiance à Jean-Luc Mélenchon, attendent votre soutien.

Je compte sur vous.

2.Posté par Yves MARCEL le 06/02/2012 20:52
Et bien pour ma part je serais profondément déçu si vous faisiez ce choix de la gauche sectaire alliée au parti communiste (celle qui avec M.Melenchon soutient la Chine communiste contre les droits de l'homme des minorités tibétaines, musulmanes ou chrétiennes, celle qui s'est tue sur les dictatures criminelles du Cambodge à la Corée du Nord, celle qui a soutenu l'occupation de l'Europe de l'Est pedant 40 ans par l'URSS, etc...) Ce front de gauche là n'est au fond pas si différent de l'autre front (de droite) qui demeure dans la nostalgie du nazisme et je ne pense pas que la liberté et les respect des opposants résisterait longtemps à un régime dont M.Melenchon serait le président.

3.Posté par Alain AGASSANT le 11/03/2012 13:17
C'est parce que j'avais du respect pour vous jusqu'à ce jour que je prend de mon temps à vous écrire.
HONTE à VOUS !!! J'avais cru qu'au sénat pour le dernier traité vous aviez clamé à vos désormais alliés PS..."Il est temps de dire NON !!!
Vos collaborateurs ont eu raison de VOUS !!vous vous etes rallié aux carrieristes PS..pour des places en copiant sur les écolos... en balaillant vos dernieres valeurs et en effaçant ainsi ce qui avait fait de vous LE SEUL HOMME d'ETAT refusant TOUJOURS de vous rabaisser à la magouille politicienne!!!
Vous disparaissez donc indignement et pour toujours !!! Dommage vous ne représenterez désormais plus rien dans un moment ou notre PEUPLE REPUBLICAIN a décidé de se SOULEVER ...vous quittez le Bateau piteusement...vous coulez aux yeux de TOUTES et TOUS!!! ADIEU capitaine....

4.Posté par Alain AGASSANT le 12/03/2012 12:29

Je tenais à vous remercier d'avoir accepté de diffuser mon point de vue critique...du 11/03 à 13h17
Devant l'extréme GRAVITE de votre prise de position j'espére que vous pourrez aussi prendre de votre temps pour me répondre(sur mon précédent commentaire) ici meme sur votre BLOG.
J'ai l'impression d'avoir résumé la pensée de trés nombreux Français qui se trouvaient dans l'attente de VOTRE décision.
Croyez ,Monsieur Jean-Pierre CHEVENEMENT , que ma déception se trouve à la hauteur de mon insistance.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire

Ma conférence à #Alger : "#France-#Algérie, une ambition à forger au service de la #paix dans le monde" http://t.co/RzdHbEYcSm
Samedi 18 Octobre - 10:35

Abonnez-vous à la newsletter









Dernières vidéos
15/10/2014 | 1310 vues
1 sur 60