Actualités

Accord du PS avec le MRC pour «une accélération du travail commun» à gauche


Dépêche AFP, lundi 7 avril, 16h35.


Accord du PS avec le MRC pour «une accélération du travail commun» à gauche
Le PS s'est déclaré lundi d'accord pour une "accélération du travail commun à gauche", au lendemain de la prise de position du MRC de Jean-Pierre Chevènement en faveur de "la constitution d'un grand parti de la gauche".

"Nous partageons avec lui la préoccupation que la gauche se réunisse et se mette au travail autour de ses comités de liaison ou de structures fédératrices dès que cela sera possible", a affirmé le secrétaire national Bruno Le Roux lors du point de presse hebdomadaire du parti.

"Nous partageons cette nécessité d'accélération du travail commun à gauche. Nous prendrons avec lui et avec d'autres les initiatives permettant d'accélérer ce travail commun à gauche", a ajouté le responsable PS.

Réuni dimanche, le conseil national du Mouvement républicain et citoyen (MRC) a exprimé "la volonté du MRC de s'inscrire dans un processus de refondation républicaine par la création d'un grand parti de toute la gauche", en soulignant que "cette refondation ne saurait en aucun cas être confondue avec une adhésion au PS".

Président d'honneur du MRC, M. Chevènement avait pris position en ce sens au lendemain du second tour de l'élection présidentielle de 2007.


Rédigé par Chevenement.fr le Mardi 8 Avril 2008 à 00:31 | Lu 5554 fois



1.Posté par Serge MAUPOUET le 08/04/2008 08:52
Structures fédératrcies, comités de liaison : si l'on veut.
Absorption dans le PS : pas question !
Il me semble, en lisant ce texte, et cet "accord du PS" tombé si rapidement (?!), qu'on met la charrue avant les boeufs.
En bonne politique, d'abord, on rassemble son camp, ensuite on s'élargit aux autres.
Donc, il faut déjà rassembler les républicains de gauche, tous ceux qui sont encore hors du MRC, ceux qui n'y sont pas venus et ceux qui en sont partis, pour telle ou telle raison, mais qui, en réalité, partagent notre ligne politique. Il faudrait donc lancer d'urgence un appel à l'union, ou là fédération, de ces républicains là !
C'est la condition nécessaire pour construire une force suffisante afin de, ensuite, négocier avec le PS.
Si on commence, de but en blanc, par négocier avec le PS, nous allons nous faire avaler. Or, cela, le Conseil national a bien dit que c'était inconcevable ...

2.Posté par C.Tasin le 08/04/2008 16:05
Entièremetn d'accord avec Serge Maupouet. La réponse du P.S. sent sa "gauche plurielle" à plein nez ... Hors de question que le P.S., majorittaire actuellement en nombre de voix, nous impose sa façon de voir et de faire.

3.Posté par Jean Louis SCHOONHEERE le 08/04/2008 22:27
Décidément je n'y comprends plus rien ... J'ai quitté le MDC peu après l'élection présidentielle de 2002, désappointé par certains ralliements au sein du pôle républicain trop à droite à mon goût, puis par le virage "à gauche toute" des législatives qui ont suivi ...
Et à nouveau, vous allez vous jeter dans les serres du PS, ce parti libéral qui vous - nous - déteste ?
La seule alliance possible selon moi est celle avec TOUS les souverainistes de gauche - Parti des travailleurs y compris - et les gaullistes.
Le front uni ne doit pas bien sûr aller racoler chez De Villiers mais chez tout souverainiste prêts à dépasser le clivage droite gauche sans pour autant renier son identité propre.
Désolé, mais le danger pour la Nation est trop grave pour continuer dans l'enculage de mouche avec les républicains de droite en faisant de la retape au PS ...
Je suis et resterai de gauche, mais me concernant, plutôt Pasqua que DSK ...

4.Posté par Instit le 08/04/2008 23:15
D'accord à 100 % avec Jean Louis SCHOONHEERE.

La gauche plurielle est de retour. Au secours ! La gauche plurielle revient !

Une petite fable :

Quand le lapin MRC épouse la carpe PS, que se passe-t-il ?

Le mariage ne dure pas : le lapin MRC meurt noyé.

5.Posté par Jean Louis SCHOONHEERE le 09/04/2008 09:52
On a beaucoup reproché à Nicolas Dupont Aignan d'être le leurre républicain de l'UMP - ce qui est pour moi vrai en grande partie - ... J'ai bien peur que le leurre républicain du PS soit en train de se mettre en place également, en échange de la sauvergarde de quelques strapontins MRC de ci de là ...
Un peu de courage, les têtes du MRC, que diable !!! Il suffirait que vous preniez le "risque" - quel risque ? - de vous affirmer en tant que républicains patriotes de gauche pour faire (re)venir vers vous toute une frange de l'électorat - dont je fais partie - qui ne sait plus vers quel bannière se tourner ... Ah c'est sûr vous perdrez l'amitié de Ségolène, de Jack et consorts ... Quelle tristesse, hein ...
(Et puis, entre nous, arrêtez un peu avec votre "nouveau projet européen", ça fait rire tout le monde ... Sortie de l'UE avec retour à une monnaie nationale, v'là un programme républicain qui a de la gueule ...
L'UNION EUROPEENNE SIGNE LA MORT DE TOUTES LES NATIONS, ET EN PRIORITE DE CELLE QUI A L'OUTRECUIDANCE D'Y RESISTER, SOIT LA NOTRE...)

6.Posté par helene le 09/04/2008 10:39
http://www.rue89.com/2008/04/07/john-monks-nous-ne-reculerons-pas-sur-les-salaires

extrait :

John Monks: "Nous ne reculerons pas sur les salaires"

Par Peggy Corlin | Journaliste | 07/04/2008 | 22H03

L'anglais John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES),
est la voix des syndicats des 27 pays européens face aux employeurs et aux institutions européennes.
Défenseur du modèle social scandinave, il dresse un tableau sombre de la situation du marché du travail européen. Rencontre en cinq points.

1. "Nous ne reculerons pas dans cette campagne sur les salaires"
2. Les entreprises doivent assumer les garanties de flexsécurité
3. « L’Europe sociale ne fait pas partie des priorités de la présidence française de l’UE"
4. "J’espère que l’Angleterre va bientôt se montrer plus mûre sur la question sociale européenne"
5. "Les Français sont durs avec eux-mêmes"

A lire sur le site et écouter rue 89.com

7.Posté par mael strom le 09/04/2008 14:55
Entièrement d'accord avec Jean Louis SCHOONHEERE.

Dans votre "grand parti de gauche", quelle sera la place pour la défense de la souveraineté de la France ? quelle place pour la lutte pour l'unité et l'indivisibilité de la République ?

On vous attibuera une siège au conseil, 5min de temps de parole mais pas plus! Les "amis" du PS ne partagent pas nos convictions républicaines.

Il faut s'unir entre républicains et non pas avec les socio-démocrates européistes du PS.

Il n'est pas trop tard, pour réaliser cette union des républicains pour les européennes de 2009 !!

quelle sera votre stratégie pour les européennes de 2009 ? Une union contre nature avec le PS ?

remarquez peut être que le MRC n'existera déjà plus en tant que parti en 2009, qu'il sera dissous dans le "grand parti de la gauche".

La République nous appel ...

8.Posté par Instit le 09/04/2008 16:39
C'est quand même incroyable que certains au MRC veuillent revenir aux alliances avec le PS !

A mon humble avis, il faudrait que les Républicains de gauche et les Républicains de droite commencent à se parler pour essayer de présenter une seule liste aux élections européennes de 2009.

Par exemple, cette coalition républicaine ne devrait pas dissoudre chacune de ces deux tendances. Cette coalition républicaine ne ferait que regrouper tous les patriotes pour aller au combat tous ensemble. Elle aurait l'avantage de proposer une alternative républicaine à tous les partis politiques favorables au traité de Lisbonne.

En revanche, si les Républicains de gauche présentent leur liste, et si, au même moment, les Républicains de droite présentent eux-aussi leur liste, les élections européennes de 2009 seront un désastre pour tous les patriotes.

9.Posté par C.Tasin le 09/04/2008 19:13
Entièrement d'accord avec la proposiiton d'Instit. Réunissons les républicains de gauche ( il en est quelques-uns auPS, qu'attendent-ils pour quitter ce parti qui nous a vendus aux technocrates de Lisbonne ??? ) et ouvrons aux républicains de droite pour former, à nouveau, un Conseil National de la Résistance, parce qu'ill y a urgence et que nous avons besoin de toutes les bonnes volontés.

10.Posté par Jean Louis SCHOONHEERE le 09/04/2008 20:43
Rien à rajouter, m'sieur l'instit et M'ame Tasin ! On doit sans problème arriver à établir une liste républicaine pour les Européennes avec un "Plus Petit Dénominateur Commun", soit - par exemple - pour moi :
- Retour à une souveraineté nationale intégrale.
- Retour à une défense nationale.
- Sortie définitive de l'OTAN.

Rien que ça, c'est 10 % assurés ! C'est paradoxalement aux élections européennes que les souverainistes ont le plus de chance de se faire entendre ...
Mais bon, on peut compter sur les souverainistes en peau de lapin pour nous savonner la planche ...

11.Posté par Laurane le 09/04/2008 21:45
Pas d'accord. J'aurai encore plus de mal à voter pour Dupont-Aignan que pour Moscovici. Vous perdrez toutes les voies des gens de gauche comme moi qui sont en totale opposition avec certains discours de DA. Et je ne suis pas sûre que vous trouverez beaucoup de socialistes pour faire liste commune avec lui.
Il serait beaucoup plus cohérent de rassembler la gauche du non. Il faut faire quoi aux européennes, 7-8%? Si on arrivait à rassembler la gauche du non, on pourrait faire beaucoup plus.

12.Posté par Xavier DUMOULIN le 09/04/2008 22:12
Dans tous les cas nous marquons des points avec ce discours de Jean Pierre. Et ça urge de réorienter la gauche. Personne ne peut dire le contraire !

13.Posté par helene le 09/04/2008 22:53
bonsoir,

après 40 ans de vote à droite (ancienne Gaulliste), j'ai voté en 2007 pour la gauche.

Je suis particulièrement attachée aux valeurs républicaines de
JP Chevènement,
mais je ne crois plus que ces valeurs puissent être défendues à droite (j'en malheureusement vu la déliquescence au fur et à mesure du temps).

Evidemment, une partie du ps m'a profondément choquée en bafouant le droit du peuple français pour l'adoption du TUE,
mais c'est fait, alors aujourd'hui, je pense qu'il vaut mieux essayer
de se battre avec lui, pour ne pas qu'il se tourne définitivement vers le modèle socialiste européen.

Je me trompe peut-être, mais ça vaut le coup d'essayer.

pour vous aider à le convaincre, voici un article écrit en 2005 dans le monde diplo que j'ai retrouvé.
C'est intéressant en 2008 de voir que les prévisions de l'auteur étaient les bonnes

A lire sur le lien :

http://www.monde-diplomatique.fr/2005/10/GOBIN/12821

14.Posté par domino78 le 09/04/2008 22:56
Tout d'abord, Bravo et merci à J.P. Chevénement pour réactiver l'idée républicaine de gauche.

Tout est dit dans son texte d'orientation du 6 avril : "Un contenu et un chemin pour la création d'un grand parti de toute la gauche" et tout est défini dans le "Projet du Mouvement Républicain et Citoyen".
De plus, J.P. Chevénement, qui a plus de temps libre ainsi que l'esprit libérée de ses fonctions électives, envisage de reprendre les rênes du mouvement républicain de gauche. Que demander de plus ? que de nombreux républicains le rejoignent.

Malgré tous ces articles, certains, à commencer par le PS, lisent autre chose.
Je cite : "le PS s'est déclaré lundi d'accord pour une accélération du travail commun à gauche".
Quand J.P. Chevénement parle de "création d'un grand parti de toute la gauche", le PS pense que ce grand parti, c'est lui et il réagit vite, dès le lendemain matin, en proposant quasiment de tout intégrer. Il commence à prendre peur.

Moi quand je lis " création d'un grand parti", je lis que ce grand parti n'existe pas et qu'il faut le CREER. Donc cela ne peux pas être le PS qui existe déjà. Je pense que tout est clair dans l'esprit de J.P. Chevénement, ce grand parti n'est pas le PS et il faut le créer. Il faut donc que tous les républicains de gauche le soutiennent dans cette initiative. Certes il faudra toujours des accords électoraux entre ce nouveau grand parti et le PS mais le rapport de force peut rapidement s'inverser tant il y a un espace important, que dis-je un boulevard, entre le PS qui se recentre sur sa droite, et l'extrême gauche incarnée par la LCR.
Ce grand parti ne sera donc pas non plus le MRC, mais le MRC veut prendre l'initiative de sa création. C'est ce que je lis dans les écrits de J.P Chevènement (mais je me trompe peut être ou alors je lis ce que je veux y lire).

Quant à un rapprochement avec N. Dupont-Aignan, il est possible sur l'idée de la nation mais je doute que NDA, qui est quand même un homme de droite, fasse siennes toutes les propositions définies dans le "Projet du Mouvement Républicain et Citoyen".

Maintenant que l'idée de "création d'un grand parti de toute la gauche" est lancée, il faut que le projet républicain en soit la base (comme le disait un intervenant, 80 % des français doivent se reconnaître en lui).
Il faut donc lire, relire et diffuser ce projet dans le but de l'amender, de le perfectionner afin qu'il devienne la cheville ouvrière de ce "nouveau grand parti de gauche". Enfin !!

Espérons que le soufflé ne retombe pas.

15.Posté par Laurane le 10/04/2008 00:52
@ domino78

Que demander de plus? Beaucoup de choses en fait!
Il ne suffira sans doute pas de créer un grand parti de toute la gauche pour remettre en cause l'hégémonie des Royal-Hollande-Moscovici-Delanoë-Valls qui pour les médias représentent la gauche.
Il faut surtout que la gauche du PS, les républicains de gauche, les communistes, la gauche des verts, parviennent à faire front commun pour briser le mur médiatique qui est dressé devant eux. Qu'ils parviennent à faire des listes communes aux européennes - c'est la seule manière de donner un sens à la victoire de 2005.

16.Posté par Laurane le 10/04/2008 01:00
Merci Hélène, très intéressant, cet article

17.Posté par Jean Louis SCHOONHEERE le 10/04/2008 09:07
Non, non et non ...L'histoire montre qu'un rassemblement de toute la gauche, de l'extrême gauche à la social démocratie, ne fait jamais que renforcer le poids et l'influence de cette dernière ! (Cf programme commun, gauche plurielle et autres pitreries) C'était déjà le bordel avec les communistes et les écolos , qui n'ont jamais été foutus d'adopter un semblant de ligne directrice -ni séparément ni ensemble - et qui de ce fait se sont alignés sur le parti majoritaire, soit le PS (Sans oublier le MDC, bien sur, qui n'a pas fait mieux ...) Les gauchisses et les altermachins ne feront pas mieux non plus.
A la rigueur le projet est viable si on opte pour le modèle "Die Linke", mais surement pas avec l'extrême gauche française.
Si le MRC se voit dans un parti où les concepts de Nation ou de Patriotisme se verront mis à mal par l'aile gauche sous le sourire bienveillant de l'aile droite, très peu pour moi...

18.Posté par Serge MAUPOUET le 10/04/2008 15:06
Le débat instauré ici, au sujet du contenu de la dépêche de l'AFP, par le moyen des commentaires, est très riche.
Je suis très intéressé par la lecture de domino78 (commentaire 14). Si cette lecture est la bonne, et s'il s'agit vraiment et effectivement de créer un grand parti de gauche sur une base républicaine, je ne peux qu'applaudir ! Evidemment, c'est ce que les républicains de gauche peuvent souhaiter de mieux !
Mais le texte laissait subsister une ambiguïté, d'où mon premier commentaire "sur le vif" (commentaire n°1), qui laissait poindre une inquiétude ... que je crois relever d'ailleurs aussi dans le commentaire de domino78 à propos de la réaction du PS.
D'accord aussi sur le fait qu'il ne faut pas se tromper de positionnement ou d'alliance : la priorité est à un positionnement clairement à gauche !
Si la lecture de domino78 est la bonne, je dis : d'accord, il faut tenter.
Nous verrons bien quelle orientation se dessine dans les jours qui viennent ...

19.Posté par republicain le 10/04/2008 15:54
quelle gauche ???

la gauche libérale et européiste du PS ? celle du facteur de la LCR pour qui la nation est un concept fachiste ?

le clivage droite/gauche est stérile et dépassé.

Je n'aime pas du tout l'expression qu'emploi parfois JPC du "peuple de gauche". Il n'y a pas de peuple de gauche, il y a un peuple français.

Maintenant j'ai beaucoup de respect pour JPC et pour son action politique d'homme droit et intègre.

Une seule (mais importante) déception : qu'après la présidentielle de 2002 il n'ai pas continué dans sa défense des valeurs républicaines au délà de la droite et de la gauche, au service de la France et de la République.

donc voilà, la République, c'est n'est ni la droite , ni la gauche, c'est au dessus de ce clivage.

Je rêve que pour les européennes de 2009, les républicains de tout bords et de toutes tendances s'unissent enfin pour la défense de nos valeurs et de notre souveraineté.

Et que les républicains arrêtre leurs divisions artificelles qui les condamnent à être les cautions républicaines de grands partis qui eux ne défendent pas du tout nos valeurs.

Le meeting commun entre NDA et JPC était porteur d'espoir, mais hélas la machine tarde à ce mettre en route, j'espère quand même de listes républicaines unitaires pour les européennes.

20.Posté par Playtime le 10/04/2008 20:29
D'accord avec Laurane. Je voterais sans hésiter pour une liste unique d ela gauche du non mais j'aurais bien du mal à la faire pour une liste avec la droite.
D'autre part, tout le monde ici n'a pas la même notion de la souveraineté, manifestement. Pour moi (comme pour Jean-Pierre Chevènement d'ailleurs), la souveraineté populaire peut s'exercer à un niveau supranational (moyennant quelques conditions dont les garanties sur la réversibilité et sur le caractère réellement démocratique).
L'amélioration des conditions de vie (qui ne se gagne qu'à gauche) et la souveraineté populaire (pour laquelle on peut faire alliance avec certaines composantes de la droite comme Séguin ou Dupont-Aignan) sont des buts en eux-mêmes ; la souveraineté nationale n'est qu'un moyen et je ne m'allierai(s) pas à la droite pour elle si cela oblige à faire l'impasse sur les droits sociaux.

21.Posté par Instit le 10/04/2008 20:34
Laurane écrit : " Il faut surtout que la gauche du PS, les républicains de gauche, les communistes, la gauche des verts, parviennent à faire front commun pour briser le mur médiatique qui est dressé devant eux. Qu'ils parviennent à faire des listes communes aux européennes "

Le seul problème, c'est que chacun de ces quatre mouvements est d'accord pour rassembler ... à condition d'être le rassembleur en chef ! Chacun de ces quatre mouvements attend patiemment dans son coin que les trois autres viennent le rejoindre pour se mettre à son service !

Pendant ce temps, l'UMP - Nouveau Centre - MoDem - PS poursuivent leur politique.

22.Posté par Jean Louis SCHOONHEERE le 10/04/2008 22:21
@Playtime
J'avoue humblement que le concept de souverainisme supranational m'est inconnu... Si vous pouviez développer ...

23.Posté par la fourmi rouge le 11/04/2008 11:02


Entièrement d'accord avec Hélène, Laurane et surtout le dernier § du post de Playtime.

1 - les droits sociaux

2 - les droits sociaux

3 - et enfin .....les droits sociaux.

Demander à NDA combien il consacre de logements sociaux par exemple, à Hyères. On a alors compris que ce type d'union a de sacrées limites.
C'est pourquoi je n'ai pu suivre au MRC.


24.Posté par domino78 le 11/04/2008 18:13
@ la fourmi rouge

NDA est maire de Yerres dans l'Essonne et non de Hyeres dans le Var.
Je pense qu'il y a plus de logements sociaux dans l'Essonne (surement pas assez) que dans le Var.

25.Posté par la fourmi rouge le 11/04/2008 19:06
oui ,Yerres exact. Erreur dans mon orthographe du nom.


Dans l'Essonne oui, mais pas chez le monsieur en question...


Je te parie un pin's et 2 cacahuètes grillées que le seuil des 20% est très franchement loin d'etre franchi !
Car il y a le discours du "Gaulliste social" et la pratique du Maire avec ses adminitrés qui n'aiment ni les pauvres (même s'il en faut bien pour cirer les parquets, et récurer le carrelage....) ni les gens du voyage par exemple.
NDA est très bien dans certaines de ses positions, mais il est de droite, élu par un électorat UMP basic.

26.Posté par helene le 11/04/2008 20:14
@ fourmi rouge,

vous savez sur ce coup là, je suis comme vous, un peu fourmi (pas encore tout à fait rouge ;-)))

lorsque l'on a comme moi, vécu mai 68 à 21 ans,
et que contre absolument tous mes amis (de gauche dont majorité ceres)
il a fallu que je me batte des heures et des heures pour soutenir le Gal de Gaulle, on peut s'imaginer que ce n'était pas choses aisée.

Alors ayant toujours les valeurs gaullistes ancrées en moi,
si aujourd'hui je mets ma confiance en JP Chevènement,
c'est parce que, à des époques décisives, il a su défendre notre nation comme nul autre.
Et il ne l'a pas décrèté, il l'a prouvé.

27.Posté par domino78 le 11/04/2008 22:05
M'dame la Fourmi rouge, vous avez gagné !!

Une rapide recherche sur notre ami Google indique qu'il y a actuellement un taux de 13,5 % de logements sociaux à Yerres alors que la loi en demande 20% minimum).
Pas de doute : NDA est bien un homme de droite.

Voici le lien : http://www.ps-yerres.org/npds/sections.php?op=printpage&artid=42
(les mauvaises langues diront que c'est une note du PS mais ces chiffres doivent être vérifiables).



28.Posté par républicain le 12/04/2008 00:02
bah 13,5 % c'est quand même pas si mal...
et puis il a quand même été réélu avec 79% des voix, donc il doit pas trop mal gérer sa ville (qui était PS avant qu'il soit maire, donc pas une ville genre Neuilly)

et puis de toute façon comme Républicain souverainiste y a plus grand monde.

Le Che a laisser tomber le flambeau républicaine en 2002 après les présidentielles. Il a délaissé la France pour sauver Belfort. L'ironie c'est qu'il a même fini par perdre Belfort.
Alors maintenant il se contente d'une vague promesse d'être la 6ème roue du carosse du parti socialiste qui renie toutes ses convictions (nation souveraine...)

29.Posté par la fourmi rouge le 12/04/2008 01:07


* C'est sympa domino :

D'habitude j'ai le pif pour ces trucs là. Je ne suis pas toujours délicates pour les dire ( Laurane me l'a fait remarquer gentillement....) mais je mets le doigt où ça fait mal sans trop de peine : c'est une évidence politique !
....grâce aux "privilèges" de l'expérience et de l'âge !( ...comme dirait Jospin ) et à "la compétence des sages actifs" ( ça c'est du lolo dans le texte !)

* Hélène

Je suis Jean-Pierre depuis Epinay : moi non plus il ne m'a pas déçue.

Sauf avec le MRC que je ne sentais pas avec les Abitbol, Alexandre Adler and co.....des hommes visqueux, et d'autres que je ne veux même pas connaître ou dont j'ai tenu à oublier le nom.

Là, JPC relève la tête, et retrouve ses marques d'il y a 40 ans, lorsqu'il animait le CERES au PS.
Il a la force intellectuelle de laisser ces 40 ans derrière lui, pour regarder la France, L'Europe, les effets de la mondialisation...tels qu'ils sont aujourd'hui., pour rebondir.

Sa pensée retrouve une cohérence dont on reconnaît à 100 pas la colonne vertébrale.

On sait où l'on va et pourquoi, et comment.
Certains ici réticents, vous s'y rallier très très vite, avec des vivats.

Bonne nuit, Hélène et domino.

30.Posté par mael le 12/04/2008 15:00
Tout à fait d'accord avec ce dernier message sur la cohérence de la pensée et des analyses de J.P Chevènement. Son interview à France 24 est très réussie. L'analyse est solide, responsable.
S'agissant du grand parti, l'idée est intéressante mais comment faire pour ne pas construire une nouvelle gauche plurielle ?
Sur la sécurité, la Nation , il y a encore du chemin à faire auprès de l'extrême gauche et des bobos.
Cela étant, prendre l'initiative de cette construction et convaincre sur les idées, voilà une tâche exaltante.
Maël

31.Posté par Playtime le 13/04/2008 19:20
@ Jean Louis SCHOONHEERE (message 22 faisant référence au message 20)

Sur la forme, je n'ai pas parlé de "souverainisme", donc pas non plus de "souverainisme supranational". Je m'en suis tenu à la notion de souveraineté populaire.

Sur le fond, "le peuple est souverain ou il n'est pas. Privé de sa souveraineté, il cesse d'exister comme peuple au sens républicain du terme. Pour autant on peut admettre, me semble-t-il, en restant fidèle à l'inspiration du grand historien Claude Nicolet, l'idée d'une "délégation de compétences" (terme retenu par la Constitution) dès lors que ces compétences ont été strictement définies, qu'elles restent démocratiquement contrôlées par les peuples et leurs représentants légitimes, et qu'enfin elles demeurent révocables. (...) L'euroréalisme prend en compte les nations dès lors qu'elles-mêmes se reconnaissent dans des valeurs universelles. C'est une "Europe des nations" et c'est une Europe républicaine. Attentive au contrôle démocratique que les peuples doivent continuer d'exercer sur leurs affaires, une telle Europe peut permettre de trouver une voie démocratique pour surmonter le faux dilemme entre "Etat supranational européen", infaisable, et "repli national" (que les tenants de la "nation républicaine" n'ont, au demeurant, jamais préconisé)." (J.-P. Chevènement, La faute de M. Monnet, p.100-101)

Je ne saurais mieux dire.

32.Posté par Jean Louis Schoonheere le 14/04/2008 09:05
@Playtime
Je vous pose la question sans cynisme aucun, mais avec une réelle interrogation Comment comptez vous que l'Union Européenne se dirige vers une Europe des nations alors que nous sommes les SEULS parmi 27 à défendre cette théorie ??? A moyen terme, peut être que 2 ou 3 pays, de par leur histoire, seraient à même de rejoindre cette position. Mais l'Allemagne ? Les pays de l'Est ? Bon sang vous savez bien que ces pays seront encore opposés à l'idée de nation pour encore au moins deux ou trois générations ? Vous avez l'intention de mener un combat qui va au mieux porter ses fruits dans 50 ans ???
Je suis désolé mais une telle vision de la politique s'inscrit dans une logique qui m'échappe ... Bien sur que le concept d'Europe des Nations est éminement respectable ... Comme la fin de la faim dans le monde, l'arrêt de toutes les guerres, etc ... Mais l'utopie n'a jamais fait avancer les choses et rendu le monde meilleur, ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs, il a toujours fallu des faits, des actes, pour faire avancer le monde ... et les faits ne se planifient pas en décennies ...
Une Europe des nations ? Pourquoi pas, mais pas sans un électrochoc au niveau européen ... La sortie de la France de l'UE en serait le meilleur exemple ... quitte à la réintégrer par la suite sous certaines conditions...
Et ne me parlez pas de repli sur soi ou de nationalisme, le fait d'être une Nation indépendante n'a jamais empêché un pays d'entretenir d'excellentes relations avec le reste du monde ...

33.Posté par Playtime le 14/04/2008 21:02
@ Jean Louis Schoonheere

Je ne comprends pas en quoi les pays de l'Est seraient opposés à l'idée de nation ou d'Europe des nations. Je crois au contraire que plusieurs "PECO" sont sur la même longueur d'ondes que vous : ils ont recouvré leur souveraineté depuis trop peu de temps pour l'abandonner avec entrain : c'est particulièrement le cas de la Pologne, où la notion de nation a tout son sens. (Il paraît cependant que l'arrivée des subventions communautaires change un peu la donne : info ? intox ?) Dans un autre genre, la Suède et le Danemark pourraient être sur la même ligne. De toute manière, ça ne résout pas la question.

1) la France menace de sortir de l'UE si elle n'obtient pas une réorientation de l'Europe ;
2) elle passe à l'acte et quitte l'UE ;
3) elle retrouve des marges de manoeuvres juridiques (débarrassée de la CJCE) et monétaires (Banque de France d'avant l'Euro), voire budgétaires (sans la pacte de stabilité) ;
4) elle mène une politique sociale.
Je crains que l'utopie, ce soit ce scénario.

En fait, on manque d'exemple car les seuls pays occidentaux "indépendants" ont un avantage compétitif dont nous ne disposons pas (la Norvège avec le pétrole, la Suisse avec ses banques et sa fiscalité). Le Japon, qui correspond peut-être le mieux, connait, malgré la liberté de sa politique budgétaire, son temps de travail et ses excédents commerciaux, un accroissement de la précarité et de la pauvreté.

Quoi qu'il en soit, votre question se pose, j'en conviens.

34.Posté par Laurane le 22/04/2008 12:59
Instit a écrit:

Laurane écrit : " Il faut surtout que la gauche du PS, les républicains de gauche, les communistes, la gauche des verts, parviennent à faire front commun pour briser le mur médiatique qui est dressé devant eux. Qu'ils parviennent à faire des listes communes aux européennes "

Le seul problème, c'est que chacun de ces quatre mouvements est d'accord pour rassembler ... à condition d'être le rassembleur en chef ! Chacun de ces quatre mouvements attend patiemment dans son coin que les trois autres viennent le rejoindre pour se mettre à son service !


Tu as raison.
J'ai trouvé sur le site de L'Humanité des propos dans lesquels je me retrouve:
Après les Congrès de cette fin d'année 2008 "Restera la prise de conscience des acteurs qui, ici et là, dans des partis de gauche et dans les associations veulent tendre à unir la gauche véritable. La fin de l'année 2006 avait mis cette gauche devant l'impasse de ses logiques d'appareil et de personnes. La gauche du non: ce parti qui n'existe pas encore."

On doit en tout cas faire pression pour que tous les acteurs d'une gauche opposée aux régressions sociales s'unissent enfin, non? Parce que c'est nécessaire, urgent, et qu'il est stupide de se condamner à l'impuissance en choisissant la fragmentation.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter