Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Un sujet clé pour l’indépendance nationale



La décision de sortir du nucléaire, que les Verts veulent imposer au PS, serait suicidaire pour la France. J’attends du candidat socialiste, quel qu’il soit, une fermeté exemplaire sur ce sujet qui concerne au premier chef l’intérêt national : celui de notre approvisionnement énergétique et celui d’une des rares filières technologiques d’excellence, où la France se trouve au premier rang mondial, bref un sujet-clé pour l’indépendance nationale.

Fukushima a d’abord été un accident naturel lié à la vague du tsunami qui a noyé les centrales de refroidissement. Aucune décision ne peut être prise en la matière sous le coup d’une émotion même légitime.

Le choix de l’Allemagne est désastreux pour l’Europe et d’abord pour elle-même. C’est le charbon qui va remplacer le nucléaire. Bonjour le CO2 !

Je demande un débat républicain dans les deux chambres du Parlement sur ce sujet capital.


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mardi 31 Mai 2011 à 16:29 | Lu 3488 fois



1.Posté par J R le 31/05/2011 19:10
Le principe de précaution nous incite à envisager une sortie en douceur du nucléaire, sauf à méconnaitre ce principe et les accidents mortels à TRES LONG TERME de Tchernobyl et Fukushima.
Les coûts de stockage et de gestion du déchet nucléaire représenteront des centaines de milliards d'euros car il faudra les suivre pendant des milliers d'années. Ce coût n'est pas encore intégré dans le coût du KWH nucléaire.
Après tout, l'homme s'est passé du nucléaire pendant des millénaires et il n'en est pas mort.
Le principe de précaution nous incite également à ne pas mettre toutes nos centrales dans le même panier, mais à développer d'autres formes de technologies existantes ou à développer.
C'est bon pour nos technologies, bon pour nos universités et entreprises, donc bon pour l'emploi.

2.Posté par Elsa KOERNER le 31/05/2011 19:29
Bonsoir,nJ'aimerais apporter une remarque quant à votre commentaire de la décision allemande. Le charbon représente aujourd'hui 42% de la production allemande et si l'on y ajoute le gaz, le pétrole et les couplages, 60,3%. Or, selon une étude publiée en 2010 par le DLR, l'IWES et l'IFNE, cette production totale serait réduite à 34,4%, tandis que les énergies renouvelables représenteraient les autres 65,6% de la production allemande d'énergie en 2030. Cette étude prévoit aussi une baisse de la production d'énergie de l'ordre de 50 TW/h/an. Ce commentaire ne serait donc pas strictement exact.nCe que l'on pourrait ajouter, cette fois-ci concernant la France est l'entrave posée par l'Allemagne à notre pays pour une quelconque volonté d'arrêter notre production ou même de la réduire. En effet, si l'Allemagne ne produit aujourd'hui que 130 TW/h/an d'énergie atomique c'est qu'elle compte sur les productions voisines. Dont la notre. Et ainsi avec l'arrêt des centrales allemandes, un manque sur le moment serait à combler.nComme vous le dites bien, une décision de cet ordre ne peut pas être motivée par peur ou populisme. Le débat est effectivement nécessaire. Entièrement d'accord avec J R.

3.Posté par Patrick LENORMAND le 31/05/2011 23:14
On ne peut tout de même pas ignorer qu'avec le nucléaire on joue aux apprentis sorciers !rn
Qu'un évènement exceptionnel se présente, par nature non prévu, comme un crash d'un avion et voila la vie de milliers de personnes bouleversée. Est-ce une situation normale ?rn
Diminuons notre dépendance envers cette énergie en ne prolongeant pas tout d'abord les plus anciennes des centrales.. et en attendant renationalisons edf et créons un grand groupe public de l'énergie.rn
Quand à notre indépendance ...Il semble que l'uranium indispensable ne provienne pas hélas de France ...
Pour retrouver une indépendance réelle sortons de l'euro,! Une nation qui ne maitrise pas sa politique financière ne peut en aucun se dire indépendante (DLR)

4.Posté par J R le 01/06/2011 08:56
Tchernobyl bis repetita ?

La CRIIRAD publie ce jour la carte qui prouve que la France a été contaminée dès le 22 mars 2011 :
1/ les masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de Fukushima daiichi sont arrivées 2 jours avant la date indiquée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) ;
2/ elles ont affecté les trois quarts de la France (et non pas le seul sommet du Puy-de-Dôme) ;
3/ l’activité de l’iode 131 particulaire était plus de 20 fois supérieure à celle annoncée pour le 24 mars.

Ni l’IRSN, ni les grands exploitants du nucléaire, ne pouvaient l’ignorer. Omission involontaire (mais invraisemblable) ou délibérée… mais dans quel but ?

La CRIIRAD a saisi ce jour, le Premier ministre et le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’une demande d’enquête sur la chronologie des faits et les différents niveaux de responsabilités.

http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/sommaire.html

5.Posté par Julien MARTIN le 02/06/2011 22:52
Bonsoir, autant je trouve les idées de M. Chevènement pertinentes sur l'économie, autant j'exprime mon seul point de désaccord avec ce dernier concernant le nucléaire. Je souhaite étayer mon opinion afin que ce sujet ne se limite pas à un parti pris sur la question. Je constate qu'il y a eu 3 accidents majeurs en trois décennies (1979, 1986, 2011). Chaque accident est de nature et de cause différentes. Cependant, pour chacun de ces évènements,il s'agit d'accidents majeurs. L'évolution qu'aurait pu prendre chaque catastrophe et le scénario le plus pessimiste est évidemment effrayant (vie impossible sur une partie de l'Europe avec Tchernobyl, développement de cancers en cas de fuite de plutonium avec Fukushima...). Je considère que le nucléaire est l'énergie du XXème siècle. Cela signifie que d'autres formes d'énergies doivent être découvertes et développées. Cependant, il est possible que le facteur générationnel soit "important" sans être pour autant "déterminant " dans le fait de rejeter l'atome. J'ai 40 ans de moins que M. Chevènement. Je n'ai évidemment pas connu le Général De Gaulle et je ne comprend peut être pas ce que signifie la dissuasion nucléaire. Le nucléaire est bien entendu irremplaçable dans l'immédiat. Le but n'est pas de s'en séparer du jour au lendemain, mais progressivement en priorisant la fermeture des centrales les plus anciennes et les moins sûres qui ne sont qu'au nombre de deux ou trois. Je pense que tous les projets en cours dans cette filière (ITER, EPR) sont extrêmement coûteux et peuvent devenir un gouffre financier majeur avec une absence de rentabilité (aucune assurance de résultats pour le projet ITER, faibles exportations des centrales EPR avec comme point de comparaison le fameux "Rafale" : bourré de technologies, trop complexe, trop cher, et arrivant peut être trop tard sur le marché en ce qui concerne les centrales EPR...). Comme le faisait remarquer Patrick, l'uranium n'est pas une ressource que l'on trouve à profusion en France, quand aux déchets, ils sont stockés pour des siècles ou exportés vers d'autres pays. La sous traitance pose un problème en terme de sécurité. La part réservée à la recherche pour les énergies renouvelables est quasi-inexistante, la quasi-totalité revenant au nucléaire. L'Allemagne possède des atouts dont ne dispose pas la France, à savoir une capacité à s'adapter et à innover. Elle fait le choix de ne pas investir davantage dans des centrales qu'il faudrait entretenir (le coût de l'entretien augmentant avec l'ancienneté des centrales) et dont le coût de démantèlement est exorbitant (la facture pour la France sera très élevée sachant qu'un grand nombre de centrales seront prochainement dans ce cas, bien que des prolongations d'exploitation de 10 années aient été décidées pour certaines d'entre elles, augmentant potentiellement le risque d'accident...). D'autres pays tel que l'Inde ont développé des centrales nucléaires à base de thorium et non d'uranium. Cette matière première semble être moins dangereuse dans les centrales, qui, elles, seraient plus sûres. On trouve du thorium en Bretagne. Pourquoi ne pas pousser la recherche dans cette direction plutôt que dans des projets pharaoniques et hasardeux de type ITER même si ces centrales ne pourraient pas fournir de l'électricité pour tout le pays. Enfin, on peut toujours ressortir les travaux de Tesla sur l'énergie libre, et notamment chercher ses brevets qui ont dû être subtilisés et gardés secrets depuis un bon moment par des personnes avisées... Concernant le pétrole, il y a aussi l'huile de friture et le moteur à eau qui pourraient être développés, mais là encore, on risque de se confronter à plus fort que soi...

6.Posté par J)ean-Marc CELERIO le 06/06/2011 14:47
Bonjour,

"Principe de précaution" et accidents( réels ou potentiels) relatifs à la production d'énergie électrique par les centrales nucléaires :

Les accidents de circulation routière provoquent 1,3 milions de morts chaque année dans le monde et 40 millions de blessés, handicapés (5000 - 125 000 en France) (en sus des dégâts, réchauffement climatique, cancers, provoqués par la pollution issue de la construction automobile ). NB : source OMS.


7.Posté par J R le 06/06/2011 14:57
Bonjour,
Oui et à peu près autant pour les victimes du paludisme mal soigné ...


8.Posté par Antoine Sobocinski le 06/06/2011 17:51
Facebook
Bonjour M. Chevènement.

Je ne suis pas d'accord avec vous sur la question du nucléaire civil pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, l'approvisionnement en uranium, comme l'on dit JR et Julien Martin, ne permet pas de nous mais du bon vouloir d'États comme le Niger. Certes, les énergies renouvelables requièrent l'utilisation de terres rares contrôlées actuellement à plus de 90% par la Chine, mais l'élaboration d'une politique industrielle solide et la hausse des prix devrait permettre l'utilisation de sources situées dans d'autres pays (voir cet article d'Olivier Zajec dans le Monde diplo.
Vous soutenez, il me semble, l'idée de développer les PME/PMI, objectif totalement incompatible avec le nucléaire qui demande des ressources financières et humaines totalement inaccessible pour ces entreprises, au contraire des énergies renouvelables. Malheureusement pour la France, l'avance prise par des États comme l'Allemagne, le Japon, la Corée du sud sera plus que difficile à rattraper.
Le traitement des déchets et leur stockage posent des problèmes de santé publique et environnementaux sur un temps dépassant celui de l'humanité. Le coût sur le long terme de ces déchets et du démantèlement des centrales ne jouent pas en la faveur de cette énergie tout comme les coûts de construction (voir l'EPR finlandais), d'exploitation (justification de la hausse du tarif d'EDF) alors que ces mêmes coût pour les énergies renouvelables ne font que baisser.
Vous justifiez le maintien des centrales nucléaires françaises par un niveau de risques naturels moins important qu'au Japon. Si cela est exact, le risque existe malgré tout sur le long terme avec de nombreuses centrales situées dans des zones de sismicité modérée ou moyenne, en particulier dans la vallée du Rhône. Quant aux inondations, c'est parfaitement possible du fait de la proximité des cours d'eau nécessaires au refroidissement. D'ailleurs, ce dernier est parfois rendu inopérant en période de sécheresse, de plus en plus nombreuse, limitant ainsi la production d'énergie électrique comme le montre très certainement l'exemple actuel de la centrale de Civaux.
À priori, le seul secteur du nucléaire civil à soutenir, outre l'utilisation médicale, est celui de la fusion nucléaire dont les premières applications, moins polluantes et peut-être plus sûres, ne pourront être utilisées à grande échelle que dans quelques décennies.

Cordialement.

9.Posté par Julien MARTIN le 06/06/2011 21:01
Bonsoir, nn1 kilo de plutonium pourrait anéantir toute vie sur terre. La centrale de Fukushima comporte 250 kilos de plutnonium (combustible MOX). Pour la sécurité routière, il suffit d'attacher sa ceinture et de ne pas rouler comme un Jacky. Et si ça ne suffit pas, au moins on n'emporte pas avec soi le reste du monde. C'est juste un détail. Mais chacun voit midi à sa porte...

10.Posté par Antoine Sobocinski le 08/06/2011 10:24
Facebook
Ma réponse à M. Chevènement sur mon bloc-note

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 21:19 Communiqué de Jean-Pierre Chevènement

Mercredi 9 Novembre 2016 - 10:59 Alliés des Etats-Unis mais non alignés sur eux




Derniers tweets
RT @vtremolet: La gauche,l'islam,la France.Le 11 janvier @chevenement invité des grandes rencontres du @Le_Figaro Réservations https://t.co…
Lundi 5 Décembre - 22:15
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17

Abonnez-vous à la newsletter