Actualités

Taxe carbone : Chevènement (MRC) est "pour, sous réserve"


Dépêche AFP, 3 septembre 2009, 13h02.


Taxe carbone : Chevènement (MRC) est "pour, sous réserve"
Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), s'est déclaré jeudi favorable à la taxe carbone "sous réserve qu'on rembourse les ménages défavorisés", afin que cette mesure environnementale ne devienne pas "anti-sociale".

"Je suis pour, sous réserve qu'on rembourse les ménages défavorisés", notamment ceux "qui habitent dans les zones péri-urbaines", a-t-il dit sur France Culture. "Il ne faut pas qu'une mesure environnementale devienne une mesure anti-sociale", a-t-il poursuivi.

Le sénateur de Belfort a jugé qu'il y avait "énormément de complaisance vis-à-vis des Verts dans les médias mais aussi dans les forces politiques". "On fait la fête à M. Cohn-Bendit, les yeux doux à Mme Duflot", "sur le fond c'est une catastrophe pour le PS", a-t-il dit, alors que Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, est invitée à l'Elysée par Nicolas Sarkozy jeudi en fin d'après-midi sur la taxe carbone.

"Il y a eu 60% d'abstention aux européennes. Si vous ramenez le pourcentage des Verts à ce qu'il est réellement par rapport aux électeurs inscrits, c'est à peine plus de 6%", a-t-il affirmé.


Mots-clés : les verts, taxe carbone
Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 3 Septembre 2009 à 14:41 | Lu 2894 fois



1.Posté par Olivier Amiel (MRC Perpignan) le 03/09/2009 14:49
Faire un « coup » aux européennes n'assure pas des « lendemains qui chantent »



La Presse française s'emballe sur une prétendue confrontation entre les Verts et le PS à l'occasion des prochaines élections régionales. Les écologistes, forts de leur score aux européennes qui les a placés à seulement 0,2 % des socialistes, se sentent pousser des ailes pour les régionales de 2010. En effet, la ligne principale du parti qui tient actuellement son université d'été, tend pour la composition de listes autonomes, chose impensable il y a encore quelques mois.



Seulement voilà, les deux élections sont différentes.



Le mode de scrutin tout d'abord n'est pas le même, et les régionales, avec la « prime au vainqueur » et ses règles strictes de partage des sièges, favorisent les listes d'union menées par des grands partis dès le premier tour. De plus, les listes d'Europe-Ecologie étaient composées de personnalités médiatiques (Bové, Joly, etc.) qui ne sont pas membres des Verts : seront-ils présents pour les régionales ? Ne seront-ils pas en concurrence avec les élus Verts issus des exécutifs régionaux sortants ?



Enfin et surtout, l'histoire des scrutins européens montre qu'il s'agit d'une élection singulière qui n'assure pas un avenir radieux aux formations qui y réussissent.



Il en va ainsi du PS qui fait un gros score aux élections de 2004, mais connait, à peine un an plus tard, un conflit interne destructeur à propos du référendum sur la Constitution européenne. Un épisode qui a des conséquences durables en divisant les socialistes, et ce jusqu'aux présidentielles perdues de 2007.



En 1999, les socialistes arrivent en tête, suivis du Rassemblement pour la France et l'indépendance de l'Europe que mènent Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Ces derniers devancent la liste officielle de la droite (RPR / DL), mais leur association ne fait pas long feu puisqu'ils se séparent dès 2000, et le candidat Jacques Chirac gagne la présidentielle de 2002...



Enfin, en 1994, les deux « sensations » aux européennes sont les listes menées par Bernard Tapie (Energie Radicale) et par Philippe de Villiers (Majorité pour l'autre Europe) qui talonnent la liste de Michel Rocard. Pourtant, ni Tapie, ni les radicaux de gauche ne profitent longtemps des lauriers de ce succès, et Philippe de Villiers réalise le score de seulement 4,7 % aux présidentielles de 1995.



Les français ont pris l'habitude de « se lâcher » pendant les élections européennes. Et le score des Verts peut prévoir un avenir similaire à celui de leurs adversaires historiques de Chasse Pêche Nature et Tradition qui avaient également fait un joli « coup » aux élections européennes de 1999... mais qui préfèrent désormais s'unir à l'UMP dès le premier tour des régionales.


2.Posté par Pascal Olivier le 03/09/2009 16:13
Taxe carbone, "Il ne faut pas qu'une mesure environnementale devienne une mesure anti-sociale" (JPC). Il n'en sera pas autrement.

Bientôt on interdira aux pauvres d'avoir des bicoques ou de garder une maison mal isolé (Pourtant plus efficace contre les acariens, les allergies et la pollution domestique que les logements biens calfeutrés), et on les obligera à des mises aux normes diverses (électricité etc...)

Avec le contrôle technique automobile on avait déjà interdit aux pauvres de garder leurs guimbardes, bientôt se sera les vieux et les malades qui ne pourront plus conduire. Il faudra être riche, jeune et en bonne santé.

C'est cela "Changer la vie". Merci Cécile Duflot.

3.Posté par R o b e r t M O R L O T le 03/09/2009 17:11
Si JPC veut redonner du tonus républicain à son M.R.C. ce prochain week-end à Toulouse, ça n’est pas en se mêlant à la cacophonie de la Taxe Carbone, si chère depuis peu à des déserteurs du P.S..

Il faut quand même ne pas oublier que 25 millions d’automobilistes sont fiscalement pressurés chaque année de 27 milliards d’euros de T.I.P.P.du simple fait de remplir leur réservoir de carburant. Qu’au travers de cette T.I.P.P.qui constitue l’une des plus copieuses recettes du Budget de l’Etat, ils paient donc déjà une taxe carbone sur la base de 200€ la tonne ! Et de bonnes âmes, hélas de gauche, oeuvrent pour encore alourdir cette taxe décidément trop à la mode.

Sans compter, mais il s’agit sans doute d’une babiole, comparée à ces 27 milliards d’euros, qu’un autre milliard d’euros viendra s’y ajouter de ces 12 derniers mois : la recette des pièges auto-routiers, toujours en chantier pour être augmentée d’une année sur l’autre.

S’imagine-t-on que les automobilistes de notre hexagone, dont le niveau de vie se réduit forcément d’autant chaque année, ne font pas partie de ces 60% de nos compatriotes, qui se sont abstenus d’aller jusqu’aux urnes aux dernières Européennes ? Bien au contraire, plus de la moitié d’entre eux en fournissent les gros bataillons, désabusés sinon écoeurés de pratiques dont ils sont les victimes depuis 1974, c’est-à-dire depuis plus d’un quart de siècle….

Si le M.R.C. souhaite que les Républicains, tous les Républicains, retrouvent puis reprennent les chemins de la République, qu’ils n’auraient jamais dû quitter, il faudrait commencer sérieusement par les déblayer. C.Q.F.D.


4.Posté par domino78 le 03/09/2009 23:05
Et bien moi, je suis contre la taxe carbone et sans aucune réserve.

Par principe, une taxe est du même montant ou du même pourcentage quelque soit la richesse de celui qui la paye. Donc 1 € de taxe carbone, ce sera le même montant pour l'ouvrier smicard et pour son patron qui gagne 12 fois le SMIC, ceci n'a pas la même conséquence pour chacun. Mais nous sommes déjà habitué à la TVA, à la TIPP, à la Taxe d'habitation … Au fait, la taxe qui s'appelait "vignette automobile" destiné à améliorer le sort des personnes âgées, en ont-ils vu un jour la couleur ?

Croyez vous que le smicard ou le chômeur n'aimerait pas aussi rouler dans une voiture neuve et propre qui ne pollue pas et pourtant c'est lui, qui proportionnellement paiera le plus. On nous dit qu'il y aura des redistributions mais seul le "bobo" parisien peut y croire.

Tout comme le nuage de Tchernobyl s'était arrêté à la frontière (le ministre de l'époque qui voulait nous faire avaler cela était déjà un certain Sarkozy), l'amélioration de CO2 se fera uniquement dans l'hexagone. Le CO2 de nos voisins n'aura pas le droit de franchir notre frontière et notre air pur n'ira pas chez eux.
On nous prend de plus en plus pour des imbéciles.

Je suis vraiment peiné de voir que JP Chevènement soutient cette mesure. Ce n'est pas comme cela que le MRC se rapprochera du peuple. Tout fout le camp.

5.Posté par ffi le 04/09/2009 02:45
Il faudrait considérer prouvé que le réchauffement climatique, s'il existe - et il semble que tout le système solaire le partage, est effectivement dû à l'augmentation du CO² émis par les activités humaines.
Or, il me semble que le débat scientifique n'a même pas commencé sur la question.
Il est vrai que personne n'a envie de mourir grillé comme un poulet, mais cela reste quand de l'ordre de l'hypothèse, et de la croyance. Depuis quand les politiques fondent-ils leurs politiques sur des hypothèses aussi fragiles ?
C'est même étonnant cette précipitation.

6.Posté par henri34 le 04/09/2009 10:42
Jospin et Fabius ont supprimé la vignette auto,taxe facilement recouvrable et contrôlable dont la progressivité permettait de faire payer cher aux propriétaires de grosses cylindrées.En l'étendant à tousles véhicules à moteur(motos, bateaux de plaisance) et en prenant en compte la nouvelle donne écologique(véhicules électriques par exemple) la contribution sera plus''sociale''.En effet la taxe carbone va augmenter le prix de transport de tous les biens alors que la vignette moteurs ne sanctionne que ceux qui les font fonctionner .

7.Posté par Claire Strime le 04/09/2009 10:54
Contre la gabelle verte!!!!!
Le combat de Sarkozy, Merkel ou Zapatero ou Brown contre la dégradation climatique ou les "excès" de la finance c'est du vent.
Et en tout cas ce ne sont pas les riches qui vont payer.
Il existe en France, venue du fond des siècles d'oppression féodale, une tradition de révolte contre les impots injustes. La monarchie disparut largement du fait des excès des fermiers généraux (taille gabelle) et du parasitisme de l'église catholique (dïme).
Certaines personnalités politiques semblent avoir eu l'instinct que le Peuple ne se laisserait plus tailler à merci (pour les beaux yeux du roi de Prusse).
Plus grave peut-être, le ralliement du vicomte à l'UMP et cette annonce d'1 nouvel impôt injuste vont permettre à Le Pen d'usurper l'esprit français et en tout cas lui donner 1 bouffée d'oxygène.

8.Posté par NorManDik le 04/09/2009 13:21
Voilà une position qui me surprend M. Chevènement. D'autant plus que dans la même dépêche vous dénoncez les "complaisances vis-à-vis des Verts"... Cette gabelle verte (comme l'a joliment formulée Claire Strime) sera injuste socialement, même avec le remboursement des "ménages défavorisés" que vous appelez de tous vos voeux. En parlant de "ménages défavorisés", j'ai bien peur que les tenants de la taxe carbone ne fassent référence qu'aux plus pauvres. Or, une partie des classes moyennes, en voie de précarisation, se trouve dans la même situation que les couches populaires. Quel scandale de taxer les Français alors qu'on ne leur met pas à disposition des véhicules propres et accessibles pour le porte-monnaie !

9.Posté par gasoil le 04/09/2009 14:48
"sur le fond c'est une catastrophe pour le PS" et alors ?
Vous courez donc toujours derrière ce mourant ?
Vous croyez toujours que le MRC peut influencer ce mastodonte de notables bien assis ?
Vous croyez toujours à l'union des "forces de gauche" où personne n'est d'accord sur rien ?
Vous croyez que cette taxe sera socialement juste ? Alors que le Medef et les agriculteurs ont prévenu qu'ils refuseront de la payer ?
Vous me décevez, vraiment...

10.Posté par Maël le 04/09/2009 22:48
La position de J.P Chevènement est étonnante. Telle qu'elle est proposée, la taxe n'est assise que sur la consommation et n'affecte nullement les produits dont la teneur en carbone est importante.

Un mot sur France 2. On se souvient que le documentaire de Yann Artus Bertrand avait été programmé la veille des élections européennes. Ce soir, après la publication d'un sondage révélant le rejet de la taxe par les français, Yann-Artus Brertrand a eu les honneurs du 20h de France 2 pour expliquer que les français n'avaient rien compris !

11.Posté par optimist le 05/09/2009 18:54
Depuis quand un gouvernement considère-t-il qu’une taxe doit être juste et efficace, et qu’elle doit faire de la redistribution sociale ? N’y a-t-il pas d’autres moyens incitatifs à sa disposition pour orienter le consommateur vers les bons choix (au fait, existent-ils vraiment !) ? Faut-il donc mobiliser des fonctionnaires, toujours coûteux, pour en contrôler la perception et la redistribution, au travers des usines à gaz toujours plus tracassières et sophistiquées ? Et quel résultat obtenons nous, face aux grands pollueurs mondiaux, en dehors de nous attacher au pied un boulet plus lourd ?
Il ne faut pas oublier quelques réalités d’évidence que personne n’évoque jamais :
on continue à découvrir de nouveaux gisements/ faites une recherche sur internet.
Il faut savoir que les gisement exploités à ce jour et épuisés n’ont livré que le tiers de leurs réserves. Cela veut dire que si l’on arrive à exploiter le 2e tiers de ces puits, il nous reste encore à exploiter autant de pétrole que ce qui a été extrait depuis le XIXeme siècle !
De nombreux gisement considérés comme non exploitables à ce jour(bitumes) existent et ne figurent pas dans le calcul des réserves exploitables ce qui n’empêche pas les chinois de vouloir les racheter (information de ce jour sur des réserves que la Chine souhaite acheter au… Canada !)
A terme, (mais quand ?), il y aura pénurie et cela ne résoud pas le problème des gaz à effet de serre. Mais essayons de raisonner sur des éléments crédibles. Ma seule
conclusion à ce Jour est que R et D sont d’une importance stratégique , notre survie en dépend : y consacrer la taxe carbone serait plus intelligent que de la redistribuer à des électeurs dont on souhaite acheter le vote ! Il serait encore plus intelligent de ne pas déclencher une pénurie artificielle (d’origine fiscale et limitée à la France) en pleine crise économique mondiale.

12.Posté par Claire Strime le 06/09/2009 16:55
Martine Aubry capable d'amener la gauche à la victoire aux régionales, voire au delà??? Tu parles....


"Fillon est "malhonnête" (Royal)
AP
06/09/2009 | Mise à jour : 16:14 |
Les déclarations de François Fillon, accusant dimanche Ségolène Royal de ne pas tenir ses engagements de la campagne présidentielle sur la taxe carbone, sont "malhonnêtes", s'est indigné le porte-parole de l'ancienne candidate PS, Guillaume Garot. "Les accusations de Francois Fillon sont parfaitement malhonnêtes", a affirmé le député de la Mayenne.
Devant les jeunes de l'UMP réunis pour leur Campus d'été à Seignosse, dans les Landes, le Premier ministre a assuré que Nicolas Sarkozy respectait ses engagements sur la taxe carbone, "contrairement" à Mme Royal, signatrice en 2007, comme les autres candidats à la présidentielle, d'un texte prévoyant sa création. Selon M. Garot, Mme Royal avait écrit "dans une lettre à Nicolas Hulot, en date du 5 janvier 2007" que le "caractère indifférencié" de cette taxe "la rend socialement injuste et difficile à supporter pour les catégories les plus défavorisées".
"Plutôt que de mettre en exergue la taxe carbone", elle avait proposé "de mettre en place une politique énergétique ambitieuse fondée sur les économies d'énergie, l'efficacité énergétique et la promotion des solutions renouvelables, diversifiées et décentralisées", a souligné son porte-parole, pour qui "l'UMP cherche une nouvelle fois à discréditer Ségolène Royal, qui a eu le courage de dénoncer une taxe injuste contre les classes populaires"."

13.Posté par Dominique le 07/09/2009 10:48
Cette "taxe carbone" est une fumisterie et une injustice scandaleuse ! En supposant que tous les ménages français aient les moyens financiers d'investir dans des systèmes de chauffage hors de prix, dans des véhicules neufs hybrides, dits "non polluants", de changer toutes leurs portes et fenêtre en double ou triple vitrages , d'isoler leurs vieux murs en pierre ... quel en serait l'impact sur l'émission de CO2 à l'échelle de planète ?

Les partis politiques ont tous souscrits au "Grenelle de l'environnement" par démagogie envers la dictature verte qui considère qu'une plante verte vaut plus qu'un être humain !

Dans les campagnes, les maigres revenus de bon nombre de retraités, de ménages modestes confrontés à la fermeture de leur usine et à la délocalisation de leurs emplois, de personnes seules chauffées au fioul ne leur permettront jamais de "se mettre aux normes environnementales" : Ils se chaufferont moins, voilà tout avec les conséquences que cela suppose ...

La taxe carbone pendant les périodes froides aura les mêmes conséquences, pour les plus vulnérables, que la canicule de 2003 : les Verts seront alors confortés dans leur dogme selon lequel la "Nature fait bien les choses...".

Qui va avoir le courage de dénoncer cette hypocrisie malthusienne ?

14.Posté par Pascal Olivier le 07/09/2009 20:13
"La nature c'est le meurtre, les lois c'est la civilisation". Je crois que c'est de Baudelaire. A renvoyer aux obscurantistes écologistes quand ils nous assènent que la Nature est bien faite et qu'elle fait bien les choses. A rapprocher du discours que l'on retrouve, entre autres, dans certains documentaires animaliers qui nous présentent les prédateurs comme d'indispensables éboueurs qui débarrassent la nature des faibles et des malades. Nous retrouvons la même idéologie chez des partisans de l'immigration clandestine qui affirment que ça sélectionne les plus forts.


15.Posté par optimist le 08/09/2009 13:50
Je souhaiterais ajouter un commentaire inspiré par la lecture de la presse interntionale hier !
La taxe carbone est une réaction politique du XXème siécle, c'est-à-dire dépassée avec l’inconvénient de rogner le pouvoir d’achat et de compromettre la relance économique tant néçessaire !
Je réagis parce qu’aujourd’hui, dans la presse sont parues deux nouvelles dignes du XXIème siècle, et c’est au Japon : elles apportent des solutions ou des espoirs de solution, ce que cette taxe misérable n’apporte pas !
1/ Showa Shell va ouvrir une usine photovoltaïque géante au Japon

TOKYO - Le groupe pétrolier japonais Showa Shell a annoncé lundi qu'il allait ouvrir une unité géante de production de panneaux solaires au Japon, en achetant et en transformant une usine de Hitachi pour un coût total de 100 milliards de yens (770 millions d'euros).
L'usine, qui ouvrira en 2011 dans la préfecture de Miyazaki (sud), aura une capacité de production annuelle de 900 mégawatts, ce qui portera les capacités totales du groupe à environ 1.000 mégawatts en comptant les deux petites usines déjà existantes, a indiqué Showa Shell

La nouvelle unité sera installée dans une ancienne usine d'écrans plasma de Hitachi achetée pour l'occasion. Les panneaux solaires produits seront destinés au Japon et aux autres pays, a précisé Showa Shell.
Une fois la nouvelle usine en route, les capacités de production de Showa Shell seront similaires à celles de Sharp, actuel numéro deux mondial du secteur qui investit constamment dans l'extension de ses moyens.
Showa Shell dispose d'une technologie propre de façonnage de cellules solaires basées sur d'autres matériaux que le silicium (en l'occurrence du cuivre, de l'indium et du sélénium, CIS).

Showa Shell, née en 1985 du rapprochement d'une émanation de Royal Dutch Shell et d'une firme pétrolière japonaise, voit dans l'énergie solaire un relais de croissance face aux incertitudes du marché pétrolier.
HITACHI
SHARP
ROYAL DUTCH SHELL
(©AFP / 07 septembre 2009 11h10)

2/ Le Japon veut capter l'énergie solaire depuis l'espace
le 7/9/2009 à 11h55 par Karyn Poupée (AFP)

Le
Japon, dépourvu de ressources naturelles mais détenteur de technologies de pointe, ambitionne de construire une centrale solaire spatiale émettrice d'énergie sur Terre par faisceau laser ou micro-ondes.


Un dessin du projet de station spatiale équipée de panneaux solaires sur laquelle planchent les chercheurs japonais

Au terme d'un appel d'offres lancé cet été, l'Etat japonais a désigné cette semaine les entreprises et organismes qui devront développer un dispositif futuriste mais jugé essentiel par les pouvoirs publics. Objectif: placer vers 2030 un engin en orbite géostationnaire (à 36.000 kilomètres de la Terre), équipé de nombreux panneaux solaires. Ces éléments photovoltaïques, à l'instar de ceux employés au sol, convertiront l'énergie des rayons du soleil en électricité, avec une capacité annuelle cinq à dix fois supérieure à aire identique. Ce courant électrique sera à son tour transformé en flux énergétique transmis par faisceau laser ou micro-ondes jusqu'à la Terre où il
sera capté par une gigantesque antenne parabolique dédiée, et retransformé en électricité

"Puisqu'il s'agit d'une forme d'énergie propre et inépuisable, nous pensons que ce système peut contribuer à résoudre les problèmes d'insuffisance énergétique et de réchauffement climatique de la Terre dûs aux gaz à effet de serre", expliquent des chercheurs de Mitsubishi Heavy Industries (MHI), groupe diversifié spécialiste des techniques aérospatiales. "La lumière du soleil abonde dans l'espace", rappellent-ils.

Ce gigantesque défi scientifique et industriel conduit par l'Agence spatiale japonaise (Jaxa) semble tout droit sorti de la science-fiction, mais le Japon planche dessus depuis 1998. Quelque 130 chercheurs, dispersés en une douzaine de groupes de travail, participent au projet, un nombre qui devrait croître. Les ministères de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (Meti) et des Sciences et Techniques (Mext) ont confié le 1er septembre le développement du dispositif et des différents éléments expérimentaux à MHI et à l'Institut de recherches sur les engins spatiaux inhabités, une organisation qui regroupe dix-sept sociétés dont les groupes d'électronique Mitsubishi Electric, NEC, Fujitsu et Sharp ainsi que divers autres industriels.

Plusieurs étapes sont prévues avant l'entrée en exploitation d'un tel système à partir des années 2030, selon les plans actuels. D'abord, "un satellite de démonstration destiné à l'expérimentation de la transmission par micro-ondes devrait être placé en orbite basse par la fusée japonaise" dans les toute prochaines années, explique un des responsables du projet à la Jaxa, Tatsuhito Fujita.
Puis, il s'agira de vérifier la faisabilité d'un assemblage robotisé dans l'espace (en co-orbite avec la Station spatiale internationale, ISS) des éléments constitutifs d'une large structure photovoltaïque flexible d'une puissance de 10 mégawatts (MW). Ceci est prévu aux alentours de 2020.

Ensuite, un prototype d'une puissance de 250 MW sera placé en orbite géostationnaire. Il servira à tester l'ensemble du dispositif et à évaluer sa compétitivité sur le plan financier. La mission finale consiste à produire de l'électricité à un coût qui ne soit pas prohibitif face aux autres énergies. Les chercheurs se fixent pour objectif de développer un système définitif de 1.000 MW qui permette d'arriver à une charge de 8 yens (0,06 euro) par kilowatt-heure (kWh), au même niveau environ que la production solaire sur Terre aux alentours de 2030 et environ six fois moins qu'actuellement.

Mais même si le tarif est attractif, il faudra convaincre les populations. Selon une étude conduite en 2004 par la Jaxa auprès de 1.000 personnes, la sécurité est le premier motif d'inquiétude, les mots laser et micro-ondes faisant peur.

16.Posté par gasoil le 22/09/2009 14:26
Suite à la création de la taxe carbone, qui en apparence partait d''un bon sentiment verdâtre (mais à laquelle je suis opposé), Bercy décide de ne pas reconduire certaines mesures en faveur de l'environnement :le bonus automobile et le crédit d'impôt sur les dépenses favorisant les économies d'énergie

http://www.boursorama.com/patrimoine/information/detail-actualite.phtml?num=3a4fedf758285d193733a20f778042d2

]url:http://http://republicain.noadforum.net/viewtopic.php?f=43&t=30[

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter