Agenda et médias

"Si les autres candidats de gauche n'ont pas des propositions qui nous permettent de sortir de l'impasse, ce sera un devoir de me présenter"


Jean-Pierre Chevènement était l'invité du Talk Orange Le Figaro, mardi 13 septembre 2011. Il répondait aux questions de Judith Waintraub. En voici le podcast ci-dessous.


  • Sur sa candidature : Si les autres candidats de gauche n'ont pas des propositions plus performantes, qui nous permettent de sortir de l'impasse où nous sommes, ce sera un devoir.
  • Sur l'affaire Bourgi : Tout cela mérite d'être étayé par autre chose que des souvenirs opportunément révélés à la veille d'une campagne présidentielle.
  • Concernant l'encadrement militaire des jeunes : On ne peut pas demander ça aux militaires. Ce qu'on peut faire, c'est demander à d'anciens militaires ou à des enseignants, ou d'anciens enseignants, disponibles, d'encadrer ces jeunes
  • Je vois qu'il y a quand même un candidat qui se rapproche des thèses que j'ai défendues, (...) qui est un critique de la mondialisation libérale : c'est Arnaud Montebourg. Je le constate, c'est un fait.
  • C'est un concours de beauté, ces primaires. Ils ont tous le même programme, on ne voit pas tellement la différence entre eux.
  • On ne peut pas se comporter comme si on était un candidat à une présidence routinière. Non. Il va y avoir des choix qui seront décisifs pour l'avenir de la France.
  • On est capable de remonter la pente et de rompre avec une parité monétaire surévaluée qui étouffe notre industrie, qui provoque les délocalisations, le chômage.
  • Il faut à mon avis sortir de l'étouffoir dans lequel nous sommes. Je crois que la crise de l'euro peut permettre des changements décisifs

  • Sur les banques : Charles de Gaulle les avait nationalisées à bon escient en 1945, il faudrait y revenir. On peut le faire sous la forme d'un contrôle public, avec des actions donnant des droits de vote multiples pour l'État.
  • Concernant l'éducation nationale : Il y a certainement des postes à créer, ne serait-ce pour donner à l'école primaire et aux écoles maternelles les moyens de lutter contre l'échec scolaire, qui est très précoce.
  • Dans le supérieur, si nous voulions porter la moitié d'une classe d'âge au niveau d'un diplôme à bac+3, comme nous nous y étions engagés au sommet de Lisbonne en 2000, il faudrait aussi créer des postes.
  • Sur les 80% d'une classe d'âge au niveau du bac : Les gens n'ont pas compris, mais c'était très clair : le niveau du bac n'est pas le bac. Je n'étais pas partisan de "donner" le bac.
  • Mon mot d'ordre était tout à fait judicieux : il a permis le doublement du nombre des lycéens et des étudiants.
  • Le bon niveau de formation d'un peuple est un avantage comparatif sans égal dans la compétition mondiale.
  • Sur Paul-Marie Coûteaux : Il ne m'engage pas, je tiens à le dire. Il n'engage que lui.


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 14 Septembre 2011 à 00:01 | Lu 2273 fois



1.Posté par Jean Charles Tabacchi le 14/09/2011 14:32
Facebook
Monsieur Chevènement bonjour,

Eva Joly à déclaré:( désolé si c'est un peu long),le 27 Août 2011– Mouans-Sartoux – Université d’été RPS

Cher(e)s ami(e)s,

Je suis particulièrement heureuse de partager avec vous ce moment de réflexion et d’amitié, ici, à Mouans-Sartoux, en Occitannia !....... Je salue aussi Max Simioni qui avec son frère Edmond lutta contre les boues rouges avec le soutien du peuple Corse. Le régionalisme et l’écologie sont de vieux complices ! ......... Je pense aux militants de l’Union démocratique bretonne qui se sont battus pour préserver Plogoff. Je pense aux militants occitans qui se sont levés pour lutter contre l’implantation du camp militaire au Larzac. Je pense aux militants Alsaciens qui ont lutté parmi les premiers contre la centrale de Fessenheim. Les régionalistes ont été avec les écologistes des précurseurs. Nous devons maintenant transformer l’essai et proposer des solutions pour mettre l’écologie au pouvoir dans les régions et à Paris.
Nous allons mener ensemble une belle campagne. Elle sera l’occasion de mettre en avant des thèmes communs comme par exemple la prise en compte des langues et cultures régionales. Si je suis élue je reviendrai sur l’article 2 de la constitution, adopté en 2008, qui n’est qu’un leurre. Au lieu de reconnaître la charte européenne des langues régionales, le gouvernement Sarkozy/Fillon a fait adopter une vague phrase (« Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France»)......... Je proposerais la reconnaissance des langues et cultures régionales dans un paquet institutionnel instaurant la 6èmeRépublique...... C'est-à-dire un pouvoir législatif étendu pour les régions.
C’est ce qu’ont obtenu les peuples Gallois, catalans, basques, les lander allemands et c’est ce qui est en train de devenir la norme en Europe. C’est ce qu’on appelle l’autonomie politique des régions...... Vous avez créé l’Alliance Libre Européenne qui travaille en étroite collaboration avec les Verts européens dans le cadre du groupe dans lequel nous siégeons, François Alfonsi et moi-même...... Nous voulons enfin que la région soit avant tout un espace politique de débats démocratiques et de prises de décisions au lieu de devenir simplement un territoire en concurrence avec d’autres...... nous revendiquons aussi bien l’autonomie pour une région basque de la taille d’un demi-département que la réunification de la Bretagne, par le rattachement de la Loire Atlantique, la fusion entre la Basse et la haute Normandie ; une région de la Savoie, une collectivité unique de la Corse...... Des redécoupages administratifs visant à une meilleure cohérence, notamment la création d’un espace « occitan entre Italie, France et Espagne » à côté de « la réunification de la Bretagne », d’une « autonomie basque » incluant le versant espagnol et français, ou encore d’ « une collectivité territoriale unique de la Corse » il est temps d’accorder enfin aux régions un pouvoir réglementaire élargi, voire un pouvoir législatif secondaire, permettant d’adapter aux réalités régionales les normes nationales dans nombre de domaines : culture, environnement, littoral, etc. L’inflexion forte en matière de compétences et de budgets doit évidemment s’accompagner de l’institutionnalisation d’un véritable gouvernement régional....

Monsieur Chvènement, que pensez vous de ce discours ? Si vous êtes au second tour des élections Présidentielles ou si vous y soutenez le candidat de gauche le mieux placé ferez vous des concessions aux Verts/Europe Ecologie sur ces sujets ?

2.Posté par Judith ARDON le 14/09/2011 19:12
Ceci est très intéressant. La reprise en main de la politique par les citoyens passe par une politique de proximité. Il faut redonner (ou donner) au local plus de pouvoir. L'hypercentralisation française est néfaste à plusieurs degrés. Par exemple, toutes les mesures prises sont adaptées aux villes mais pas aux campagnes. Elle privilégie la création de mégapoles au détriment du tissu rural. Donner plus d'autonomie aux régions n'est pas suffisant à partir du moment où un élu rural est inexistant politiquement face à un élu citadin. Un état n'est pas seulement un groupe de personnes, c'est aussi un territoire. Aujourd'hui on ne raisonne qu'en quantité d'électeurs et non en superficie. Conclusion, les communes rurales font la course aux habitants pour avoir plus de poids, et ce au détriment des terres agricoles. Quelle bétise ! On assasine nos agriculteurs et maintenant on peut s'approprier des terres non rentables (bien que productives) pour essaimer des lotissements bon marché. Quelle honte quand on sait que les chinois vont jusqu'en Afrique pour acheter des terres arables... Ceci est un vaste sujet de réflexion.

3.Posté par Michel PILLIER le 14/09/2011 21:54
Le discours d'Eva Joly m'attriste car j'avais de l'admiration pour elle quand elle se battait courageusement pour faire éclater la vérité et la justice dans les affaires économico-politques des années 90. Qu'est-elle donc aller faire dans la galère écolo ? Sa candidature et le discours qu'elle est obligée de tenir pour plaire à ses nouveaux amis s'apparente pour moi à une descente aux enfers...
Bien sûr qu'une politique de proximité est une bonne chose si elle ne se fait pas au détriment de l'unité nationale. Mais ce n'est pas par le régionalisme que nous obtiendrons "la reprise en main de la politique par les citoyens", c'est par un discours clair et confiant dans l'avenir de la nation.

4.Posté par Jean-Yves LE GOFF le 14/09/2011 23:53
Je ne comprends toujours pas ce dénigrement de la centralisation qui, contrairement à l'impression que l'on peut avoir à lecture du commentaire de Mme ARDON, ne signifie pas la sclérose.
À l'heure d'un monde où l'information circule autrement plus vite et plus facilement que du temps de Colbert, la France centralisée continue d'être une chance et une source de progrès. Dans un État centralisé, les décisions sont plus fidèles à l'intérêt général, davantage à l'abri des influences locales et les tentations de la corruption sont circonscrites. Les éléments nécessaires à la prise de décisions peuvent être facilement transmis par internet. Tout citoyen en possession d'éléments utiles à une prise de décision devrait pouvoir lui aussi transmettre ses éléments aux décisionnaires.
Cette position quasi régionaliste de Mme JOLY m'inquiète.

Pour répondre à Mme ARDON, un État centralisé peut tout à fait prendre des décisions équilibrées et tenir compte des villes et des campagnes. C'est une question de volonté politique.
Les lois de décentralisation ont déjà créé de l'injustice et de l'inégalité dans notre pays. Un exemple ? Dans le département de la Nièvre, les collèges disposent d'équipements informatiques à jour et cet équipement est accessible au public le soir pour des formations aux techniques multimédia pour une somme modique : les Cyberbases . Les collèges sont équipés et la structure utilisée intelligemment. Dans d'autres départements, aucun programme de ce type, et les collèges se retrouvent avec du matériel inadapté, peu utilisable et peu utilisé. C'est un exemple parmi de nombreux autres.

5.Posté par Bernard DECOME le 15/09/2011 08:56
La possible arrivée d'un gouvernent Socialiste-Vert au pouvoir m'inquiète de plus en plus. Lorsque je lis ce qu'a déclaré EVA JOLY dans un discours je me demande où nous amènerait une politique initiée par ces deux partis. D'un côté un PS qui n'a rien compris aux causes de la crise et qui n'a pas d'autres solutions pour la résoudre que celles envisagées par N.Sarkozy. De l'autre côté, les verts dont le discours programme de Mme Joly n'a rien de rassurant.
Renvoyer N. Sarkosy à ses chères études nous sommes nombreux je pense à le souhaiter mais pas à n'importe quel prix. Pour moi, je ne vois qu'une solution, il faut que JPC se présente,
Les Français ont les pieds sur terre et ils sauront faire la différence entre une politique qui nous amène au gouffre et une autre politique réaliste mise en place par un véritable homme d'état dont les compétences dans tous les domaines ne sont plus à démontrer.
Alors M.Chevènement n'attendez plus pour vous déclarez que les lignes bougent. Elles ne bougeront pas le PS est incapable de reconnaitre ses erreurs..

6.Posté par Albert Fontez le 20/09/2011 15:28
Facebook
Je pense que cela est de bon augures que de décrire la situation ,d une façon aussi précise..; comme vous le faite..,de la situation actuelle .Il est évident que ses sujets sont soumis a énormément de pressions de la part des parties traditionnelle..;il faut évoluer vers d autres critères Loin de critiquer vos orientations et en expriment toute ma sympathie en votre encontre ,je me permet avec votre permission, de situer le débat économique et politique .Le malaise est" général "et d une maniéré simple comme vous l indiquez..Crise ,Banques ,Euro...les socialistes sont ils coupables?en quoi les prochaines élections en 2012 vont elles faire changer les choses ou les lignes. L éducation est elle la "formule magique".?ce sont des sujets très "sensibles" et donc remplies d espérance...amicalement

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter