Actualités

Sénatoriales dans le Territoire-de-Belfort: Chevènement compte se présenter


Dépêche AFP, mercredi 11 juin 2008, 12h12.


Sénatoriales dans le Territoire-de-Belfort: Chevènement compte se présenter
Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a annoncé mercredi qu'il comptait se présenter aux sénatoriales en septembre prochain.

"J'espère pouvoir avoir un mandat national pour avoir une tribune et faire entendre la voix du Territoire-de-Belfort", a dit l'ancien maire de Belfort à la presse réunie dans le petit village de La Madeleine-Val-des-Anges.

"Au-delà du MRC, je pense être le candidat des femmes et des hommes de progrès et je sais qu'au-delà du Territoire de Belfort, certains trouvent que ma voix manque en France", a-t-il dit.

L'ancien ministre et ex-député (1973-2002) a expliqué qu'il comptait suivre tout particulièrement les dossiers du futur TGV Rhin-Rhône et du développement de l'Université de Franche-Comté.

Rappelant qu'il résidait depuis 37 ans dans le Territoire de Belfort, il a indiqué qu'il serait opposé à l'UMP Robert Creel, conseiller général, au socialiste Yves Ackermann et au sénateur sortant Michel Dreyfus-Schmidt, candidat dissident du PS.

"Les grands électeurs seront les arbitres pour décider qui sera le meilleur sénateur. Je crois qu'il faut sortir des étiquettes", a-t-il encore dit.

Les prochaines élections sénatoriales sont prévues le 21 septembre.


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 11 Juin 2008 à 17:34 | Lu 4662 fois



1.Posté par Serge MAUPOUET le 11/06/2008 18:13
Une très bonne nouvelle pour le MRC et les républicains de gauche !

2.Posté par TRANNOY le 11/06/2008 20:52
Chevènement, candidat ! Voilà ce qu'on attendait !
Une chance, d'abord, pour le territoire de Belfort et ses communes : quel porte-voix !
Une chance pour toute la gauche.
Souhaitons que se rassemble derrière lui la majorité qui préfigurera le "grand parti de toute la gauche" : MRC, PS, PCF, PRG, défenseurs de l'environnement, et toutes celles et tous ceux, gaullistes de coeur, sans étiquette, tout simplement attachés à "une certaine idée de la République sociale".

3.Posté par Jean-Marc le 12/06/2008 00:21
Mais quel politique responsable pourrait laisser passer ça sans taper du poing sur la table??!!!

Wikipedia accusé d’entraver la communication institutionnelle…
http://www.jmg.over-blog.com/article-20370455.html


4.Posté par Gervasio Pola le 12/06/2008 15:20
Au moment même où le Sénat se révèle de plus en plus comme étant un archaïsme insupportable composés de politiciens finissants entravant les institutions au nom d'une "majorité" politique à sens unique, cette candidature doit nous réjouir et nous motiver à réformer "par nous-mêmes", c'est-à-dire en élisant toujours les personnalités qui, comme Jean-Pierre Chevènement, ont porté haut et fort l'exigence républicaine et l'intérêt collectif au cours de leur carrière. La France doit être demain aux mains d'hommes et de femmes responsables, et non plus à ces bandes de soudards résultant de réseaux mafieux comme c'est le cas actuellement.

5.Posté par BA le 12/06/2008 17:51
Sur le site de Liberation.fr , Alain Duhamel écrit le jeudi 12 juin : « L'Irlande se prononce aujourd'hui par référendum sur le traité européen de Lisbonne, c'est à dire sur le traité institutionnel simplifié, raccourci et atrophié qui cherche à rendre possible le fonctionnement à 27 d'une Union bâtie pour six pays. »

Alain Duhamel est toujours aussi menteur.

1- Le traité de Lisbonne n’est pas un traité simplifié, raccourci et atrophié. Le traité de Lisbonne officiel est lisible à cette adresse :

http://consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/st06655.fr08.pdf

Le traité de Lisbonne fait 478 pages ! Deux fois plus que le Traité établissant une constitution pour l’Europe !

2- Le traité de Lisbonne n’est pas un traité institutionnel. Il aborde des dizaines de sujets qui ne sont pas institutionnels. Il aborde des dizaines de sujets qui sont politiques.

Exemple :

« Par l'établissement d'une union douanière conformément aux articles 28 à 32, l'Union contribue, dans l'intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu'à la réduction des barrières douanières et autres. »

Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Cinquième partie, Titre II, Article 206, page 182.

6.Posté par Xavier DUMOULIN le 12/06/2008 21:40
C'est une très bonne nouvelle pour le Territoire de Belfort et pour la République car il faut des parlementaires de cette hauteur pour relever le débat public et mener le combat républicain dans l'unité. Dans le même temps, le MRC peut trouver de nouvelles capacités pour se faire entendre et conduire un processus de refondation républicaine.
A quelques jours du congrès cette décision paraît tout à fait opportune ! Bravo Jean Pierre pour cette exemplaire détermination.

7.Posté par Xavier DUMOULIN le 12/06/2008 21:50
Et je rajoute que cette posture offensive doit nous inspirer tous quand nous pourrions céder à la déprime face à l'incapacité endémique de la gauche à relever la tête pour porter le débat sur son terrain sans tomber dans le maximalisme verbal, le simplisme des recettes miracles ou l'abandon du monde du travail derrière la fascination pour le capitalisme financier mondialisé. Un équilibre exigeant entre l'ambition du réalisme et la volonté d'ouvrir un nouvel horizon. Tout un projet... pour lequel le logiciel républicain nous prépare de longue date.

8.Posté par BA le 12/06/2008 22:19
Un article écoeurant de cynisme : en cas de NON, le résultat du référendum irlandais sera contourné fin 2009, début 2010, à l’occasion de l’entrée de la Croatie dans l’Union Européenne. L’aristocratie européenne profitera de cette occasion pour rajouter quelques protocoles au traité d’adhésion de la Croatie. Lisez cet article insupportable de cynisme :

« De hauts responsables à Bruxelles préparent des plans pour s'assurer que le traité de Lisbonne sera bien appliqué ailleurs au cas où l'Irlande le rejetterait par référendum. Des mesures comme la création d'un président de l'Union européenne (UE), d'un ministre des Affaires étrangères et de services diplomatiques seront peut-être retardées, mais elles devraient malgré tout finir par être mises en place.

A en croire un diplomate, un "mécanisme de soudure" serait en discussion. Si l'Irlande rejette le traité, peut-être sera-t-elle simplement retirée de la liste des signataires. Elle ne serait ainsi pas légalement contrainte d'en respecter les clauses.

D'ici à la fin de 2009 ou au début de 2010, quand la Croatie entrera dans l'UE, un "traité d'adhésion" ayant valeur d'amendement sera voté par tous les membres, y compris Dublin. Il comprendrait une série de protocoles prévoyant sur le papier des "issues" aux problèmes que l'Irlande peut avoir avec l'UE, comme les pouvoirs fiscaux ou une plus grande coopération militaire.

Ces textes ne seraient pas sans rappeler les clauses d'exemption dont dispose le Royaume-Uni sur la Charte des droits fondamentaux et les questions sociales dans le traité de Lisbonne actuellement ratifié à Westminster. Comme le reste de l'Europe, l'Irlande n'organise pas de référendums sur les traités d'élargissement de l'UE. Avec les nouveaux protocoles, Dublin pourrait faire passer un traité d'adhésion au Parlement irlandais sans avoir recours à une consultation du peuple.

"Ce mécanisme ne serait pas plus incompréhensible ou légaliste que le traité lui-même", déclare-t-on de source officielle. "Il n'est probablement pas plus compliqué que les allées et venues qui ont été nécessaires pour transformer le Traité constitutionnel en traité de Lisbonne après son rejet par les Français et les Néerlandais. Tout est une question de temps."

Bruno Waterfield
The Daily Telegraph

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=86648

9.Posté par BA le 13/06/2008 12:57
13 heures : le NON largement en tête à 59 %.

" Counting of votes in the Lisbon Treaty referendum began at 9am today, and early tallies from around the country showing the vote leaning towards the No side.
In Mayo, the vote appears to be 60-40 per cent in favour of the No camp with the majority of boxes counted. There was a 52 per cent turnout. Fine Gael leader Enda Kenny and the party’s MEP Jim Higgins are conceding that the No campaign have won in Mayo.
Galway West with all boxes counted tallies indicate 53.95 per cent No to 46.05 per cent Yes. There was a significant No vote in rural areas, including 84 per cent voting No parts of Connemara, such as Carna and Cliften.
Minister for Community, Rural and Gaeltacht Affairs Éamon Ó Cuív is conceding defeat for the treaty in the constituency.
In Galway East constituency, the trend from tallies also appears to be against the treaty by a narrow margin with most of the 149 boxes opened. In Tuam, the heartland of Libertas founder Declan Ganley, the No votes were two to one ahead.
Finalised tallies in Cork North Central indicate a two to one vote against the treaty. Cork South Central also appears to be leaning towards a No vote but by a smaller margin. A strong No vote has been reported in Minister for Education Batt O’Keefe’s home town of Ballincollig.

In Dublin South-West, there is a report 60 per cent - 40 per cent split in favour of the No side, and this 60:40 tally is repeated in Dublin North-West, Dublin Central, and Dublin North-East.
Elsewhere in the country, tallies from Limerick West indicate a 59 per cent No vote and a 41 Yes vote.
Tipperary South tallies show 50.3 per cent Yes and 49.7 per cent No vote, while Tipperary North tallies indicate a 50:50 split.
Initial tally figures from Sligo-Leitrim suggest a 66 per cent No vote, Roscommon-South Leitrim indicates a 55 per cent No vote, while Donegal South-West (55 per cent No) and Donegal North-East (63 per cent No) are also showing an anti-Lisbon trend.
In Louth, the tally split was reported to be a 57 per cent - 43 per cent in favour of No. In Meath West and East, the split shows a 60-40 percentage advantage to the No side.
In Cork, the trend also appears to be in favour of the No vote. In Cork North-Central, for example, the tallies are running 65 per cent No, 35 per cent Yes. In neighbouring Kerry, tallies are pointing toward a substantial 60 per cent vote against the Treaty.
Both Kildare constituencies appear to be bucking the trend, however, with early tallies indicating a 57 per cent - 43 per cent vote in favour of Lisbon.
The tallies indicate there has been a strong No showing in rural areas and in working-class urban areas, while there appears to be less support for the treaty in middle-class urban areas than had been expected.
The tallies are early at the moment, however, and all boxes are not opened yet.
Polling stations closed at 10pm last night after 15 hours of voting in the referendum, the result of which will determine the future development of the European Union and its institutions.
Voting began at 7am, and stations in 43 constituencies were open until 10pm to encourage as many people as possible to vote.
Turnout was reported at about 40 per cent by 9pm, up from 20 per cent in some constituencies by mid-afternoon. In general, turnout was reported to be higher in city areas than in rural areas.
By the time polls closed at 10pm last night, around 50 per cent of the three million people registered to vote were understood to have cast their ballots.
Both the No and Yes sides of the treaty debate expressed confidence that the result will go in their favour, but the result may be tight with 17 per cent of voters still undecided in a poll last weekend.
There is concern in other EU countries about the impact of the decision by Irish voters, and the French and German governments are expected to make a joint statement later today once the Irish result is known.
Full coverage of the referendum results will be available on The Irish Times website (http://www.ireland.com/focus/thelisbontreaty), with reports and analysis along with audio commentary from the count centre at Dublin Castle. Results from the count centres will be updated live throughout the day.
Ireland was the only country to hold a referendum on the Lisbon Treaty.


http://www.ireland.com/newspaper/breaking/2008/0613/breaking1.htm

10.Posté par BA le 13/06/2008 13:39
Aujourd’hui, vendredi 13 juin 2008, nous savons donc ce qui va se passer en Europe, notamment en France.

La guerre.

La guerre entre la démocratie (= ce que veut le peuple) et l’aristocratie (= ce que veulent les élites politiques et médiatiques).

Le 13 février 2008, au Parlement européen, le député européen Francis Wurtz et d’autres députés européens de la Gauche Unitaire Européenne déposent un amendement.

Cet amendement demande que le Parlement européen « s’engage à respecter le résultat du référendum irlandais » sur le traité de Lisbonne le 12 juin.

Le 21 février 2008, les députés européens votent pour adopter ou rejeter cet amendement.

499 députés européens ont osé voter CONTRE cet amendement.

Les 46 députés européens de nationalité française qui ont osé voter CONTRE cet amendement sont :

- Centristes (MoDem et Nouveau Centre) : Beaupuy, Cornillet, Fourtou, Gibault, Griesbeck, Laperrouze, Lehideux, Morillon
- UMP et Divers Droite : Audy, Daul, Descamps, Fontaine, Fouré, Gaubert, Gauzès, Grossetête, Lamassoure, Mathieu, Morin, Sudre, Toubon
- Ecologistes (Les Verts) : Aubert, Bennahmias, Libietz
- Parti Socialiste : Arif, Berès, Bourzai, Carlotti, Désir, Douay,Guy-Quint, Hazan, Le Foll, Lefrançois, Navarro, Neris, Patrie, Peillon, Poignant, Pribetich, Savary, Schapira, Vaugrenard, Vergnaud, Trautmann, Weber.

Aujourd’hui, ces 46 députés européens ARISTOCRATES vont devoir répondre de nouveau à cette question essentielle : est-ce que le Parlement européen « s’engage à respecter le résultat du référendum irlandais » ?

Aujourd’hui, les 27 ARISTOCRATES de la Commission européenne vont devoir répondre de nouveau à cette question essentielle : est-ce que la Commission européenne « s’engage à respecter le résultat du référendum irlandais » ?

Aujourd’hui, les ARISTOCRATES qui sont au pouvoir en France vont devoir répondre de nouveau à cette question essentielle : est-ce que les ARISTOCRATES qui sont au pouvoir en France « s’engagent à respecter le résultat du référendum irlandais » ?

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter