Carnet de Jean-Pierre Chevènement

"Relève ton front, mon frère !"



"C'est toujours un moment de grande émotion que de voir un peuple prendre en mains directement son destin. Et quel peuple ! Le peuple égyptien millénaire, cœur vivant du monde arabe tout entier.

"Relève ton front, mon frère !". L'appel de Nasser au peuple égyptien il y a un demi siècle, retentit dans la révolution égyptienne aujourd'hui.

Comment la France, héritière des idéaux de la Révolution de 1789, ne sympathiserait-elle pas de tout cœur avec cet élan ?

Les Français forment le vœu ardent que le peuple égyptien trouve son chemin vers la démocratie. Celle-ci est un régime de responsabilité. Pour ma part, j'ai grande confiance dans les réserves de générosité et d'humanisme qui sont dans le cœur du peuple égyptien, ami du peuple français. Celui-ci saura, j'en suis sûr, ne pas lui ménager son soutien dans la voie qu'il a choisie.


Mots-clés : égypte
Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Samedi 12 Février 2011 à 15:31 | Lu 3239 fois



1.Posté par Gérard Couvert le 12/02/2011 16:07
Comment peut-on être aussi naïf ?
Dans quelques mois les prévaricateurs seront au pouvoir ou bien ce seront les prédicateurs.


2.Posté par Tissot Odile le 12/02/2011 16:21
Facebook
Merci Jean Pierre pour cette prise de position qui prouve encore une fois tes compétences d'homme politique véritable et estimable

3.Posté par Wahid Ben le 12/02/2011 18:50
Facebook
et s'il le souhait des Egyptiens est d'être gouvernés selon les règles d'un régime théocratique alors il faudra le respecter et se garder de porter un jugement moral sur ce choix !

4.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 12/02/2011 23:30
Première leçon : la démocratie ne s'exporte pas, du moins avec les chars (voir l'Irak, par exemple) où un gouvernement fantoche ne gouverne pas la moitié de Bagdad, et où la guerre civile couve et ressurgit en permanence. C'est aux peuples eux-mêmes de conquérir leurs droits et leurs libertés, sous des formes qui pourraient être différentes des nôtres : en France, la déclaration des Droits de l'Homme n'a que 200 ans, le droit de vote des femmes à peine plus de 60 ans... c'est à dire un "pouillième", une femtoseconde dans l'histoire de l'humanité.

Après Mai 68 et Sartre, nous sommes entrés dans l'époque de "l'inexistentialisme", de l'instantanéïté, du monde virtuel, de l'absence de projection dans l'avenir et de conscience du passé... Cetrtes, nous ne sommes plus des anthropophages au sens strict. Aujourd'hui, on se dévore les uns les autres par d'autres moyens, dits "civilisés". L'homme ne considère l'histoire qu'à l'aune de sa propre durée de vie...
C'est une peu court, n'est-ce pas, pour juger des soubresauts de civilisations milinéaires sans l'apport desquelles nous serions encore en train de compter en chiffres romains ?

5.Posté par Gérard Couvert le 13/02/2011 10:59
La démocratie ne s'exporte pas, surtout elle ne s'applique pas comme un peinture sur un support qui n'est pas destiné à la recevoir.
Notre démocratie est l'héritière d'Athènes de Rome et de Paris (1793) elle puise dans l'invention de la philosophie, dans la mise en œuvre de l'état de droit, dans des principes politique qui n'ont jamais eu cours dans la "civilisation" arabo-musulmane ; je mets des guillemets parce que "civil" n'est guère adapté à ce cas d'espèce.

Monsieur Delalandre vous rendez-vous compte que votre dernière phrase n'est pas autre chose qu'une soumission au complexe du colonisateur ? ce que vous appelez les chiffres "arabes" ne sont pas utilisés par les "arabes", quand à la numérotation par position c'est une invention indienne et sans les invasions musulmanes nous les aurions sans doute adoptés bien avant.

6.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 13/02/2011 12:26
Monsieur Couvert, je suis trop jeune pour être soumis au complexe du colonisateur. Pour ce qui est du système de numération décimale, du système de position avec l'invention du zéro, référez vous à la somme de Georges Ifral, "Histoire des nombres". Plusieurs civilisations (dont la civilisation indienne, bien évidemment), l'ont découverte, utilisée et exportée.

J'ignore pourquoi vous déniez à la civilisation arabe son apport dans les mathématiques. Serait-ce une adhésion inconsciente à "l'air du temps" ? Je n'ose le croire, mais votre prise de position a le mérite de renvoyer à des questions politiques d'actualité, quelle que soit votre intention...

Connaissez-vous Al-Khawarizmi (IXe siècle, vous voyez, je l'écris en chifres romains, sans sectarisme aucun) qui, entre autres mathématiciens, n'est pas pour rien dans le développement de l'algèbre et des algoritmes utilisés en informatique, et dont l'appelation trouve son origine dans son patronyme...
Bien à vous.

7.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 13/02/2011 12:40
Pardon, je voulais écrire Georges Ifrah. Je voulais bien sûr parler du monde arabo-musulman. Courte citation:
"Al-Khawarizmi, mathématicien perse, est l'auteur de l'ouvrage intitulé Al-ĵabr wa'l-muqābalah, qui signifie « La transposition et la réduction », publié en 825. Le terme al-jabr fut repris par les Européens et devint plus tard le mot algèbre. Son autre ouvrage, disparu, Kitāb 'al-ĵāmi` wa'l-tafrīq bī h'isāb ’al-Hind « Livre de l'addition et de la soustraction d'après le calcul indien »), est le premier à parler du système des chiffres indiens (...) Son nom, al-Khuwārizmī, latinisé au Moyen Âge en Algoritmi, algoritme"... And so...

8.Posté par Gérard Couvert le 13/02/2011 15:33
Monsieur Delalandre, je crains que ce soit vous qui humiez l'air du temps, celui de la soumission à l'islam, ce qui en soit est un pléonasme.
Faites donc le compte des apports aux mathématiques des "arabes" et ceux des "occidentaux" vous verrez bien où se situe la masse d'inventions, de recherches et de travail, entre le IXeme et le XXeme. il s'écoule plus d'un millénaire ! Je note au passage que, spontanément, vous citez un Perse, dont la nation -prolixe et originale- n'avait pas encore succombé totalement aux razzias et au pillage à l'époque que vous indiquez.
Vous êtes dans le plaisir morbide de minorer notre civilisation en croyant ainsi vous rangez dans le camp des objectifs, des non-racistes, etc. c'est le réflexe "touche-pas-à-mon pote", dont on voit chaque jour les ravage dans l'assimilation en panne de dizaines de milliers de "français", qui le sont de jure mais pas de d'âme.
C'est au contraire en exaltant l'apport au monde de l'occident, et singulièrement de la France, que vous rendrez service aux progressistes du monde arabo-musulman.

9.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 13/02/2011 16:54
Ce qui nous différencie, monsieur Couvert, c'est que je ne dénigre aucun apport, d'où qu'il vienne, au progrès de la pensée (au sens large).
Vous me prêtez des étiquettes qui ne sont pas les miennes.
Et même si je partage certains de vos questionnements concernant l'actualité, et plus encore l'avenir, je ne m'engagerai pas sur la voie du dénigrement systématique de ce qu'a pu apporter l'échange entre civilisations, entre penseurs, qui furent historiquement, en grande partie, des échanges interméditérannéens.
Et je me fiche de savoir qui en premier a "inventé" tel concept. Pour les algoritmes précités, on peut aussi remonter à Euclide.

Mais la source du progrès scientifique (mathématiques, philosophie, astronomie, etc.) réside dans les échanges d'idées. Auriez-vous peur des échanges ? Ce serait symptomatique de notre époque.
Et puisque le sujet du jour est bien l'Egypte et son soulèvement, pourquoi ne pas parler de l'apport de la culture égyptienne antique aux civilisations helleniques et romaines ? (et réciproquement) !

Je ne dénigre pas, contrairement à ce que vous croyez me faire dire, cette "émulsion de la pensée" provoquée par l'échange d'idées, quelle qu'en soit l'époque. Je ne dénigre pas la culture occidentale, et pas seulement Française : celle des Russes dont on n'a découvert certaines prouesses qu'après la chute du rideau de fer, une fois les oripeaux de la propagande de la Guerre Froide balayés,, des Polonais d'origine (les Curie), et bien d'autres chercheurs ou penseurs du Sud que vous qualifiez, je vous en sais gré, de "progressistes du monde arabo-musulman".

10.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 13/02/2011 17:10
Pour en revenir à la source de cette discussion, l'Egypte, et en fonction des affirmations de M. Couvert (s'il me range dans le camp des "non-racistes", ce dont je suis flatté, cela signifie-t-il, en creux", qu'il se rangerait dans celui des "racistes ?), je ferais une comparaison osée avec les origines et les solutions possibles du conflit israëlo-palestinien : si l'on devait céder, comme le font certains, y trouvant le prétexte pour écarter toute solution, à la tentation de remonter le cours de l'histoire sur des millénaires, rien ne bougera.
Il faut cesser de se crisper sur des aspirations mythiques et chercher des solutions concrètes avec pragmatisme, en partant du réel.
Et je suis heureux que les militaires devant assurer la transition vers la démocratie en Egypte aient tenu à réaffirmer la validité des accords internationaux passés par ce pays, accords de paix avec Israël compris.

11.Posté par Gérard Couvert le 13/02/2011 18:25
Déjà Monsieur Delalandre je n'ai en rien dénigré mais simplement relativisé, parce que à l'évidence votre intervention se rattache au vulgate social-démocrate, à la pensée unique et pour finir à l'absence d'objectivité.

A part le fait que les mathématiques "musulmanes" sont indiennes, que l'art "musulman" est essentiellement Perse, que l'architecture et une poursuite peu inventive de l'architecture romaine (hamam = thermes par exemple) je crois que les échanges dont vous parlez étaient fort peu nombreux, souvent très étirés dans le temps et n'avaient en aucun le cas le caractère humaniste que vous leur prêtez. Vous croyez sans doute que cette position que vous défendez est nouvelle, moderne, juste, novatrice, progressiste, iconoclaste en vérité elle est "admise" depuis 20 ou 30 ans et c'est au contraire celle qui minore l'importance (numérique ou qualitative) des échanges, particulièrement à partir du XVeme. siècle, qui est à la pointe du débat sur ce sujet : vous avez un combat de retard.
Essayez de répondre à la question de savoir pourquoi le monde arabo-musulman, si prolixe et savant selon vous, qui détenait des richesses immenses, avai une puissance considérable n'a rien pu en faire ? Parce que après tout nous n'avons pas volé -en vilains colonialistes- ni le transistor ni la pénicilline !

Bien que en aucun cas je ne l'ai affirmé, vous imaginez que je crois que tout est cloisonné, bien sur que non, mais l'occident à peu profité d'apport musulmans pour la simple raison qu'ils étaient de peu d'importance, qu'ils n'étaient pas fondamentaux dans la quête des "savants" occidentaux. L'héritage greco-latin par exemple n'était pas tant ignoré que cela. Vous semblez avoir une idée un peu étrange de l'Histoire, ainsi lorsque vous parlez de la culture Égyptienne vous paraissez peu faire de distinction temporelle, et pourtant il y a le temps en plus de 20 dynasties ! Il y a eu quelques apports de l'Égypte moyenne à Mycène puis par ricochet au Grecs, mais là encore rien de fondamental. Ensuite avec Alexandre la cause est entendue, mais dans l'autre sens.
Je suis tellement exaspéré par les monsieur-propres de l'anti-tabac que je suis presque prêt, à 59 ans, à me mettre à fumer ; c'est un peu pareil pour l'anti-racisme compulsif, c'est tellement stupide que je préfère encore me dire de l'autre bord, en plus c'est infiniment plus animé.
Le réel dites-vous ? ce sont 220 millions de voisins abreuvés de coran dont les 2/3 sont des prescriptions sur la vie courante, tatillonnes, débiles, liberticides et le tiers restant des appel au meurtres des infidèles, juifs en tête. Après avoir lu Mein Kampf, pouvions-nous faire la paix avec Hitler ?
Je suis comme vous je voudrais bien y croire, mais je ne pense pas que le compte y soit. Déjà les balourds de Washington -qui sont derrière tout cela- avec leurs bons sentiments et leur vénalité vont avoir tôt fait de décevoir, de plus Hussein Obama sera probablement remplacé l'an prochain par un président qui ne poursuivra pas la politique pro-musulmane ...
En Tunisie c'est à peine mieux,
Vous parliez d'apport, c'est bien là le problème c'est que les musulmans n'ont jamais accepté le moindre apport politique ou philosophique de l'occident, donc la démocratie leur est étrangère, mais surtout les fondements, les racines intellectuelles de la démocratie sont inconnues - et selon moi inconnaissables- des masses arabo-musulmanes.

12.Posté par Julien Landfried le 13/02/2011 18:56
landfriedj
Bonsoir,
A M. Couvert et Delalandre, je vous invite à poursuivre votre discussion sur la messagerie privée du réseau social de ce blog et non dans les commentaires, qui sont publics, et n'ont pas vocation à être un forum de discussion.
Merci de votre compréhension.

13.Posté par Jean-Philippe Delalandre le 13/02/2011 19:18
Merci Julien Landfried, je m'apprêtais à écrire quelque chose de semblable : mais je n'ai nullement l'intention de poursuivre ce débat hos-sujet, ni ici, ni ailleurs. Cela n'apporte rien à ceux qui consultent ce blog. Cela ne m'apporte rien non plus. Merci encore, et désolé.

14.Posté par Pascal Olivier le 13/02/2011 20:42
"Le peuple égyptien millénaire" écrit JPC, ce qui veut dire plusieurs fois millénaire. Voilà qui ne doit pas être du goût d'al-Azhar pour qui l'obscurantisme prend fin avec l'hégire. Bravo Jean-Pierre !

Si à Tunis les enfants de Didon, d'Hannibal et de Tertullien et au Caire et à Alexandrie les enfants de Pharaon, des Ptolémée et d'Athanase décident d'en finir avec le carcan islamique, alors oui tout devient possible.

Il est vrai qu'entre un paysan sous son olivier en Provence, en Calabre, dans le Péloponnèse et en Kabylie, il n'y a guère de différence sinon que pour ce dernier on peut déplorer qu'il vive sous un joug politico-religieux (l'islam) qui est une insulte à sa civilisation, celle de l'olivier.

Nous saurons assez vite de quel poids pèsent les frères musulmans en Egypte, crédités jusqu'à 70% des suffrages selon les estimations en cas d'élections libres. Le baromètre sera le sort réservé aux coptes ainsi que celui réservé au principe constitutionnel égyptien selon lequel le Coran est la seule source du droit. On verra bien si la condamnation à la mort civile des apostats (notamment la dissolution du mariage et l'ouverture de la succession du condamné) perdurera. Les islamistes ne trouvent pas suffisant cette mort civile.

Je souhaite de tout cœur que les valeurs universelles dont nous sommes porteurs, celles de liberté, d’égalité et de fraternité règnent sur l'ensemble du mare nostrum. C'est pourquoi je dis à mes frères de Méditerranée : Relève ton front, mon frère, et rejette 14 siècles d'obscurantisme !

15.Posté par Julien Landfried le 16/02/2011 22:40
landfriedj
Bonsoir,
Bis repetita, je viens de modérer deux commentaires a posteriori (ils ont donc été publiés quelques minutes seulement).
Aucun jugement sur le fond ni la forme, je répète simplement que pour ce type de discussions, la réseau social du blog propose une correspondance privée. Sinon, le web propose quantité de forums de libre expression.
Je désactive donc les commentaires sur ce post.
A bon entendeur,
JL


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:18 A propos des primaires à gauche

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:47 Deux bonnes décisions




Derniers tweets
.@BrunoLeRoux, connaît bien les problèmes de sécurité. C’est un homme d’expérience qui saura « tenir la boutique » https://t.co/x1zLhueHLv
Mardi 6 Décembre - 11:51
La désignation de @BCazeneuve comme Premier ministre répond pleinement à l’intérêt supérieur de l’Etat https://t.co/x1zLhueHLv
Mardi 6 Décembre - 11:49
RT @vtremolet: La gauche,l'islam,la France.Le 11 janvier @chevenement invité des grandes rencontres du @Le_Figaro Réservations https://t.co…
Lundi 5 Décembre - 22:15

Abonnez-vous à la newsletter