Actualités

Préserver et - pourquoi pas ? - développer la relation franco-russe en 2014


Intervention de Jean-Pierre Chevènement au colloque France Russie organisé par l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), jeudi 24 avril 2014.


Préserver et - pourquoi pas ? - développer la relation franco-russe en 2014
Ma thèse est que la relation franco-russe, en 2014, doit rester dominée par ses fondamentaux : une relation enracinée dans l’Histoire de nos deux peuples que la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale va encore illustrer, en rappelant le rôle qu’a joué le front russe de 1914 à 1917 dans la victoire finale des alliés ; relation nourrie par la complémentarité économique des deux économies et par l’intérêt réciproque de leur développement ; relation faite de l’attraction que deux des plus grandes cultures européennes exercent l’une sur l’autre ; relation politique et diplomatique enfin, entre deux puissances membres, à titre permanent, du Conseil de Sécurité de l’ONU, aucun grand problème à la surface de la Terre n’étant soluble sans le concours d’au moins un de nos deux grands pays et le plus souvent par le concours des deux, qu’il s’agisse de l’Afghanistan, de l’Iran, de la Syrie, du problème israélo-palestinien, de l’Ukraine, de la sécurité du Sahel, du développement de l’Afrique, de la lutte contre le terrorisme djihadiste partout où il se manifeste, du contrôle des armes nucléaires et de la paix dans le monde. Combien de sujets où il est nécessaire que nous parvenions ensemble à une vue plus générale et plus cohérente des choses, pour mieux servir la cause des hommes !

Bien sûr, il peut y avoir et il y a des divergences de points de vue entre nos deux pays, mais il y a surtout de puissants intérêts communs – ce n’est pas que mon avis car il est partagé par beaucoup de responsables politiques en France. Dans le cours du XXIe siècle, il y a toutes les raisons de rapprocher l’Ouest et l’Est de notre continent européen. C’est ainsi que nous serons fidèles à la vision formulée, en son temps, par le général de Gaulle, d’une « Grande Europe », existant par elle-même et pour elle-même, et allant de l’Atlantique non pas à l’Oural, mais jusqu’au Pacifique, jusqu’à ces rivages auxquels la Russie a reculé les limites de la civilisation européenne.

Nous ne devons pas céder aux mirages du temps court, à la fascination de l’instantanéité qui caractérise trop souvent la perception de beaucoup de politiques, comme si ceux-ci devaient adopter les grilles de lecture simplifiées des présentateurs de télévision. La politique ne se résume pas à la communication. Elle implique la perception de la longue durée, bref de l’Histoire.

La crise ukrainienne sera résolue par la voie politique, parce que tout autre choix serait suicidaire. Ramenons-la par avance à ses véritables dimensions et cherchons ensemble à comprendre le point de vue de l’autre. Le cinéaste japonais, Kurosawa, a montré que la réalité ne se laissait pas enfermer dans une interprétation unique. Dans « Rashomon », il livre quatre récits différents d’un même crime, émanant de ses trois protagonistes et de son unique témoin. Aucun ne recoupe l’autre. Il est toujours important de se demander ce qui se passe dans la tête de l’autre : de toute évidence cet exercice salutaire est peu pratiqué. Ainsi les Etats-Unis et l’Union européenne ne voient pas l’avenir autrement que comme l’extension indéfinie de leurs normes économiques et politiques : libéralisme économique et démocratie à l’occidentale. A leurs yeux, l’accord d’association proposé à l’Ukraine allait dans ce sens. Son rejet par le Président Yanoukovitch valait condamnation morale de celui-ci et légitimait le soutien apporté à « Maïdan », mouvement qu’on peut qualifier de « révolution » aussi bien que de « coup d’Etat », selon le point de vue auquel on se place.

Toujours est-il que la Russie, se sentant poussée dans ses retranchements par un processus évidemment anticonstitutionnel, s’est crue autorisée à remettre en cause un principe fondamental du droit international : l’intégrité territoriale d’un Etat, au nom d’un autre principe : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Si l’affaire est complexe, la Crimée étant historiquement russe, chacun comprend que la conciliation des deux principes reconnus par l’ONU ne peut résulter que d’une négociation et d’un accord avalisé par le Conseil de Sécurité de l’ONU et donnant lieu à un référendum. Tel n’a pas été précisément le cas. A un processus assurément inconstitutionnel, mais interne à l’Ukraine, la Russie a répondu par la prise en gage d’un territoire formellement et juridiquement ukrainien. L’attachement au droit international est une question politique de fond. La Chine elle-même l’a rappelé par son vote à l’ONU. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir comment éviter la déstabilisation de l’Ukraine telle qu’elle a été historiquement dessinée en 1920 et qui pourrait engendrer une crise économique et politique grave en Europe. Il faut d’abord appliquer l’accord de Genève conclu entre les quatre parties : Ukraine – Russie – Etats-Unis – Union européenne. Celui-ci prévoit l’évacuation des bâtiments publics. Il prévoit aussi l’octroi d’une autonomie substantielle aux régions. Il faut avoir la volonté d’appliquer ces accords en réunissant des tables rondes entre le gouvernement de Kiev et les représentants des régions russophones de l’Ukraine. A défaut, les élections du 25 mai risquent de mal se passer mais la déstabilisation durable de l’Ukraine n’est de l’intérêt de personne, ni de la Russie, ni de l’Union européenne. Le problème ukrainien comporte au fond trois dimensions. C’est un problème économique. C’est aussi un problème de structure politique. C’est enfin un problème de statut politico-militaire.

Ces problèmes peuvent être résolus sur la base de principes à la fois réalistes et conformes au droit international. Telle est ma conviction, parce que c’est l’intérêt commun de tous les Européens. Ni l’Union européenne ni la Russie n’ont intérêt à une nouvelle guerre froide. Les bases matérielles et idéologiques de celles-ci, à savoir deux systèmes économiques et politiques antagonistes, n’existent plus.

Je ne pense pas que le Président Poutine veuille recréer l’URSS, comme certains le prétendent, mais il veut assurément faire de la Russie un grand pays moderne et qui compte. L’URSS appartient définitivement au passé. C’est pourquoi j’ai confiance : la réalité et le réalisme l’emporteront sur l’idéologie. Il suffit pour cela de replacer les problèmes qui se posent dans leur véritable et plus vaste contexte : la création d’un espace de libre circulation de l’Atlantique au Pacifique. Tel est d’ailleurs l’objet du partenariat Union européenne – Russie lancé en 2003 et que nous avons malheureusement laissé s’enliser.

Il faut donc aider à la désescalade et à l’assainissement négocié de la situation actuelle. Un statut qui ferait de l’Ukraine un pont entre l’Union européenne et la Russie est parfaitement concevable. Ce statut tourne autour de quelques mots :
- fédéralisation ou décentralisation poussée de l’Ukraine, l’essentiel étant une répartition claire des compétences entre le niveau national et les régions ;
- neutralité internationalement garantie ;
- remise à niveau économique, ce qui implique une aide extérieure quelle qu’en soit la forme : subventions, prêts, tarifs préférentiels pour le gaz, à condition qu’y répondent des réformes de structures permettant de mettre un terme aux phénomènes de rente et de corruption. L’Union européenne et la Russie pourraient veiller, avec le concours du FMI, à la bonne utilisation de cette aide extérieure.

Si j’ai insisté sur l’assainissement d’une situation de crise qui pèse sur la relation franco-russe, c’est que je crois nécessaire de revenir rapidement aux fondamentaux de cette relation. Je n’aborderai pas le fond politique des grands dossiers internationaux, encore que je sois convaincu que ce qui nous rapproche soit infiniment plus important que ce qui nous divise. Je me concentrerai sur la relation économique, sans oublier les autres questions : libéralisation des visas – reconnaissance des diplômes – promotion des échanges culturels, universitaires et scientifiques.

La France est en Russie un investisseur important : environ 12 milliards d’euros. Les exportations françaises ont atteint 9,1 milliards en 2012, le solde global de nos échanges étant cependant déficitaire de quelques milliards du fait de nos importations de gaz et de pétrole (13 milliards en 2012). Nous exportons, pour plus des deux tiers, des biens de haute technologie. Nous sommes cependant surclassés quant au montant total de nos échanges par l’Allemagne et l’Italie.

L’Allemagne exporte vers la Russie des montants globalement quatre fois supérieurs aux nôtres. Il n’y a qu’une rubrique où nous faisons mieux que l’Allemagne : c’est l’aéronautique et l’espace. Notre part de marché dans ce domaine est de 52 % contre 10 % à l’Allemagne et 1,3 % à l’Italie.

Même dans le secteur agro-alimentaire, y compris les boissons, les Allemands font trois fois mieux que nous (8,6 % du marché contre 2,5 % à la France et 2,4 % à l’Italie). Il y a là une carence dont j’espère que le voyage de notre ministre de l’Agriculture, M. Stéphane Le Foll, la comblera.

En matière automobile, notre part de marché est huit fois inférieure à celle de l’Allemagne. Cela ne correspond pas à l’investissement de nos firmes sur le marché russe ni à la qualité de nos productions.

En 2013, du fait de la récession ou de la stagnation qui touche nos deux pays, le montant des échanges globaux a régressé de 14,4 %. Pour les onze premiers mois de l’année, les exportations françaises sont tombées à 7,2 milliards et les importations à 9,7, le solde global s’établissant à 2,5 milliards d’euros en faveur de la Russie. Il semble que les investissements français en Russie génèrent trop peu de courants d’exportation de la France vers la Russie malgré leur importance dans des secteurs comme la distribution, l’automobile, l’énergie, etc. Les investissements russes en France restent faibles : 1 milliard d’euros. Ils souffrent sans doute du contexte psychologique actuel.

On note, à l’inverse, les bons résultats de nos exportations dans le domaine de la pharmacie et des produits chimiques.

Au total, la Russie, troisième débouché de la France hors Union européenne, après la Chine et les Etats-Unis, pourrait certainement fournir un relais de croissance plus important à l’économie française et notamment aux petites et moyennes entreprises. La désindustrialisation relative de notre pays n’est pas une explication suffisante à la place encore modeste de nos productions sur le marché russe. Sans doute, certains secteurs méritent-ils d’être davantage promus comme l’agroalimentaire et le luxe, mais c’est tout le tissu industriel français qu’il faudrait intéresser par des missions de prospection d’Ubi France dans les régions russes éloignées. Nos ventes restent sans doute excessivement concentrées sur des régions comme Moscou et Saint-Pétersbourg.

Enfin, certains secteurs comme le nucléaire pourraient-ils faire l’objet d’une coopération plus intense. La stagnation économique dans nos deux pays ne peut seule expliquer le relatif tassement de nos échanges en 2013. Qu’on le veuille ou non, le facteur politique inter-réagit fortement avec l’économie dans la relation entre la France et la Russie. Je suis persuadé que la relance d’une relation politique forte peut aider à surmonter « le trou d’air » actuel. L’idée qu’on puisse « compartimenter » notre relation n’est pas juste, même si naturellement la responsabilité des entreprises dans les flux économiques reste majeure. Mais il appartient aux Etat de recréer un contexte politique et psychologique favorable, en France comme en Russie.

En France, la russophobie de beaucoup de nos médias, essentiellement idéologique, peut être contrariée parce que l’opinion publique dans ses profondeurs reste russophile eu égard aux liens tissés par l’Histoire et que les responsables politiques et économiques ne partagent pas cette orientation profondément contraire aux intérêts du pays. En Russie enfin, il faut que les responsables s’avisent que leur politique de modernisation de la Russie – tel est l’objectif central fixé par le président Poutine – implique la priorité donnée à la négociation dans tous les domaines. Les relations internationales sont tellement intriquées à tous les niveaux que la pédagogie et la sensibilité à l’autre doivent être, des deux côtés, privilégiées. Pour ma part, je reste fondamentalement optimiste quant à l’avenir de la relation franco-russe parce que son développement répond à l’intérêt mutuel de nos deux pays. Il y a un adage qui définit la mode comme ce qui se démode. Alors ne cédons pas aux modes et gardons le cap de l’essentiel.


Rédigé par Jean Pierre Chevenement le Vendredi 25 Avril 2014 à 17:32 | Lu 3169 fois



1.Posté par Carl GOMES le 25/04/2014 21:08
Voilà maintenant les rumeurs de démantèlement de l'entreprise Alstom, dont la partie Power (qui fournit notamment les turbines des centrales nucléaires et à charbon) - que Mr Chevènement doit connaitre car il y a un site à Belfort - serait vendue à l'américain General Electric ?
Je ne pense pas que Mr Montebourg laisse faire, mais si c'était le cas ce serait vraiment la perte d'un secteur stratégique sans précédent et la mort signée de l'industrie en France!

2.Posté par Robert HARNEIS le 25/04/2014 22:02
Préserver et - pourquoi pas ? - développer la relation franco-russe en 2014

'...mais la déstabilisation durable de l’Ukraine n’est de l’intérêt de personne,...'
Vraiment? Même pas les néocons et autres Américains? Ils cherchent qu'a diviser l'Europe en permanence.

3.Posté par Fabien Morandini le 07/05/2014 14:08
Facebook
Monsieur Chevènement, que connaissez vous réellement des aspirations du peuple ukrainien ? Combien de fois êtes vous allé en Ukraine ou en Russie et y avez vous des amis proches ou de la famille ? Avec combien de simples citoyens de ces deux pays avez vous débattu de votre point de vue ? Mon épouse est française d'origine Ukrainienne, russophone et ses parents vivent à Zaporozhia (Oblast du même nom) dans l'est de l'Ukraine. Nous avons de nombreux amis, et mon épouse de la famille en Russie (St Petersbourg, Moscou) en Biélorussie (Minsk) et en Ukraine (Dniepopetrovsk, Zoporozhia) ou en Crimée (Sébastopol) Mon épouse est en contact régulier avec sa famille et ses amis via les réseaux sociaux ou par téléphone. Aujourd'hui les citoyens russes comme ukrainiens vivent dans la peur du clan Poutine et c'est pourquoi, surtout en Russie, aucune voix ne s'élève plus pour manifester son opposition. La majorité du peuple russe ne veut plus vivre dans la crainte et l'absence de toute opposition politique, ainsi que du racket organisé par des bandes mafieuses soutenues par l'état russe. Mon épouse rentre d'Ukraine il y a quelques jours où elle était parti voir ses parents. Le sentiment partagé par une majorité de la population silencieuse russophone ou ukrainophone est de vivre en paix, et que la Russie arrête de s'immiscer dans leurs affaires. Les ukrainiens se sont soulevés à Maïdan pour demander simplement le départ du président Ianoukovitch et rien d'autre. Pourquoi ? parce que cet homme avait organisé un racket généralisé au niveau du pays tout entier. Plusieurs de nos amis qui avaient des entreprises se sont vu proposé de soit de céder 50% de leur société au racketeur de l'état, soit la prison pour fraude fiscale et la confiscation de leur entreprise. Trois d'entre eux on refusé et ont tout perdu. Dans les villes "pro-russe" il existe au maximum 40% de population réellement d'origine russe et dans ces 40%, 12% souhaitent réellement un rattachement à la Russie. Ces quelques milliers de personnes, souvent âgées, ont été savamment apeurés et effrayés par la propagande diffusée par les chaines TV Russes et quelques officiers du GRU, qui présentent tout ce qui vient de l'ouest comme fachiste (y compris l'Europe et surtou l'Otan) Les médias occidentaux se focalisent sur quelques villes, et tout au plus un dizaine de millier de personnes qui ont une réelle volonté séparatiste. Doit-on laisser une minorité armée et agressive décider du sort d'un pays de plus de 40 millions d'habitants ? Est ce votre version de la démocratie républicaine ? Affirmeriez vous que la Russie d'aujourd'hui est encore une démocratie ? Avez vous regarder la retransmission de l'entretien de 4h00 accordé aux chaines Russes par Mr Poutine il y a quelques semaines ? (mais peut-être ne comprenez vous pas la langue de Dostoïevski ) Alors faite vous traduire le discours dans son intégralité et méditez sur sa teneur, surtout concernant la Novorussia : extrait «Kharkov, Lougansk, Donetsk, Odessa ne faisaient pas partie de l'Ukraine à l'époque tsariste mais ont été transférées dans les années 1920, Dieu sait pourquoi» Tout comme vous je suis un républicain français, peut -être un peu radical et plus dans l'esprit d'un Clemenceau d'hier, que de vous aujourd'hui. La république française est le berceau d'un idéal et des droits de l'homme et du citoyen. Notre pays a longtemps été un modèle pour les jeunes démocraties. Nos valeurs, qui sont désormais universelles, ne souffrent d'aucune compromission et doivent être défendues partout où elles sont menacés, y compris à l'étranger. Malheureusement, nous aurions pu intervenir comme médiateur neutre et être force de proposition dans ce conflit, si nous n'avions adhéré à l'Otan, nous rangeant ainsi dans un camp, face à un autre camp. Le Général de Gaulle avait raison en refusant l'adhésion à l'Otan, même si nos alliés américains n'approuvaient pas il ont reconnu la pugnacité de notre pays et de son chef et l'ont respecté pour cela : si le France veut à nouveau jouer dans le futur un rôle diplomatique important, elle doit retrouver son indépendance bradée. En attendant, prenez votre bâton de Pellerin, et allez prendre les informations là où elles naissent : directement auprès du peuple et non pas des médias et des élites..... Bon voyage en Ukraine Mr Chevènement
PS : Dernière information de ce jour : il n'est plus possible pour une citoyenne d'origine ukrainienne résidant en Crimée d'y accoucher aujourd'hui (c'est une histoire vécue par une de nos amies enceinte de 8 mois hier à la frontière entre l'Ukraine et la Crimée) Elle est en train de préparer son départ de Crimée vers l'Ukraine et ne peut emporter que ce que sa voiture lui permet (Ceux qui veulent quitter la Crimée pour l'Ukraine n'on pas droit à un camion pour emporter leurs biens) Elle a également perdu les 4 pharmacies qu'elle possédait depuis 15 ans, qui ont été saisies par l'Etat. Demandez donc également pendant que nous sommes en Crimée à M.Jemilev, représentant des Tatars de Crimée, qui vient d'être expulsé et banni de sa propre terre natale et ce pour cinq ans par les nouvelles autorités russes locales ce qu'il en pense.......

4.Posté par YVES RACORT le 11/05/2014 23:08
Je trouve l'analyse de Jean Pierre Chevènement très pertinente.
Et cela fait plaisir de voir un avis éclairé et impartial à propos d'un sujet où la plupart des média et de nos politiques me semblent bien ignorant. ou bien...

Ma belle famille est russe et à travers elle, je comprend mieux la Russie.
Vladimir Poutine n'est ni détesté ni adulé par la population russe.
Les Russes se sentent actuellement bien plus libre qu'à l'époque soviétique.
Ils critiquent facilement Validmir Poutine dans une conversation.
Ils trouvent les média trop en sa faveur.
Ses interventions en judoka, en hockeyeur ou au pilotage d'un canadair font rire.

Ils connaissent à peine les Pussy riot et ont pratiquement oublié le joueur d'échec Kasparov que l'on nous présentent comme les Sakarov et Soljenisitsine du 21eme siècle.

Ils reprochent à Vladimir Poutine de "forcer le destin" lors des élections et surtout d'avoir appauvri la classe moyenne. En effet lors de 14 dernières années, le niveau de vie de la classe moyenne russe a chuté alors que le PIB a augmenté.
La richesse du pays est au main d'une poignée de Russes depuis la chute de l'union soviétiques et ces personnes placent leurs revenus dans des paradis fiscaux étrangers dont des pays d'Europe.
Poutine et ses proches collaborateurs font maintenant partis de ce groupe, ce qui les rend impopulaire même dans la "Russie profonde" contrairement à ce que raconte nos média.

Mais beaucoup de Russes considèrent que l'ère Eltsine a été la vrai catastrophe.
Sur le coup ils l'ont vécu comme la libération du joug soviétique.
Mais maintenant il constate l'éclatement de leur pays.
De nombreuses familles se trouvent séparer par des frontières.
La richesse a été bradé a des entreprises étrangères par des dirigeants corrompu.
Les mafia ont fleuri.

Dans ce contexte, le travail de Poutine pour rendre la richesses nationales à des Russes, sa lutte contre certaines mafia, la création d'un paradis fiscal dans l'est de la Russie pour faire revenir les capitaux, la défense de l'intégrité territoriale russe et la défense des minorités russes des ex république soviétique est assez apprécié par la plupart des russes

Quand à l'Ukriaine, je la connais moins que l'intervenant précèdent mais je connais quelques Ukrainien. Le peuple est très très pauvres, bien plus pauvre que les Russes..
Comme en Russie la richesse a été partagée entre les apparatchicks dont Ioutchenko, Timochenko ... font parti. Tous ces dirigeants me paraissent bien incompétent e fort peu patriotes.
Ils se différencient par leur allégeance soit à la Russie soit à l'occident et en particulier aux Etats Unis.

Ma femme a une cousine en Ukrainienne alors que les parents, les frères et soeurs sont russes. De même, J'ai connu un collègue Ukrainien qui se présentait comme Russe et non comme Ukrainien car sa famille était Russe.
Il est d'ailleurs facile de comprendre qu'un pays dont la capitale Kiev a été russe de 1661 à 1991, ne peut pas couper les ponts aussi facilement que cela avec la Russie.
On se retrouve dans un schémas qui est pire que l'éclatement de l'empire Austro-Hongrois, car le 20ième siècle a connu des flux migratoires bien plus importants que les siècles précédents.
Une amis de ma femme Ukrainienne "Ukrainisante" si l'on peut dire .
Elle a été très outrée par la prise de la Crimée par la Russie. Mais elle est profondément choquée par les scènes de guerre civile et par la mort de nombreux pro-russes. A tel point que le bruit court en Ukraine que se serait des mercenaires étrangers qui ferait ce sale travail.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter