Actualités

La reconnaissance du Kosovo, c'est une triple faute


Tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Figaro, vendredi 22 février 2008.


La reconnaissance du Kosovo, c'est une triple faute
M. Thaci a déclaré l’indépendance du Kosovo et derechef nos médias s’illuminent devant la profusion des drapeaux agités à Pristina. On peine un peu à nous expliquer la signification du nouveau drapeau kosovar, vu la difficulté à justifier que les étoiles censées représenter les « minorités ethniques » sont précisément rejetées à l’extérieur du dessin du pays.

Reconnaître « l’Etat du Kosovo », c’est une triple faute.

Une faute contre l’Histoire
Celle-ci, contrairement à ce qui s’est passé pour les pays baltes, n’a jamais connu de Kosovo indépendant. Longtemps soumis au pouvoir turc (comme le fut aussi la Serbie), le Kosovo était, depuis plusieurs décennies, partie intégrante d’un Etat né par accord international : la Yougoslavie. Au sein de cet Etat fédéral il faisait partie de la Serbie qui, comme il a été mille fois rappelé, plaçait dans le Kosovo l’origine même de son identité. Que la démographie ait changé assurément. Belgrade elle-même favorisa cette évolution en accueillant généreusement dans sa province du Kosovo les Albanais qui fuyaient la dictature d’Enver Hodja. Il y avait là matière à imaginer un régime d’autonomie. Cela fut fait. On sait que Milosevic supprima ce régime. Certains, qui auront la curiosité de lire les chroniques, découvriront que l’une des raisons de cette décision fût la plainte des Serbes qui étaient fort mal traités dans un Kosovo « autonome ». Milosevic abolit l’autonomie. Il fit mal. Mais la réponse n’est certes pas d’aller à l’excès inverse, créer un Etat là où il n’y en eût jamais un. Ou alors allons jusqu’au bout. Bafouons l’Histoire : Reconnaissons la République Turque de Chypre, intéressons-nous au Cachemire, découpons un peu en Espagne, au Mali, au Tchad, etc. et en France, pourquoi pas ?

Les Français ne veulent plus rien savoir de l’Histoire. Mais ce qui est tout récent devrait quand même rester en mémoire et faire réfléchir. La Serbie, objet aujourd’hui de tant de critiques, n’a pas fait la moindre difficulté pour reconnaître l’indépendance du Monténégro, preuve qu’il ne s’agit pas de la part de Belgrade d’attitude obtuse maniaque.

Une faute contre le droit
Il y eût guerre, déclenchée en 1999 par l’OTAN en ignorant les principes du droit international, pour mater les Serbes coupables d’avoir réprimé durement – trop durement – un mouvement d’indépendance qu’ils qualifiaient de terroriste.
Mais la guerre aérienne de l’OTAN n’a rien réglé. Pour vaincre, l’OTAN devait aller à terre, ce que les Alliés, pas fous et se rappelant la manière dont les divisions nazies furent accrochées, ne voulaient pas. On négocia donc un nouvel accord – Serbes – Russes – Américains - Européens – qui déboucha sur une résolution des Nations Unies, celle dont on voudra bientôt nous faire oublier l’existence, mais qui est le seul droit applicable : la Résolution 1244 du 10 juin 1999 : Réaffirmation de l’attachement de tous les Etats-membres à la « souveraineté et à l’intégrité territoriale de la République fédérale de la Yougoslavie ». Appel en vue d’une « autonomie substantielle et d’une véritable auto-administration du Kosovo ».
Autonomie. Pas d’indépendance, pas de nouvel Etat. Préservation de ce vieil acquis européen que sont les Accords d’Helsinki. C’est à cette condition qu’il y eut paix, et que l’Europe (et les Etats-Unis) s’épargnèrent une guerre horrible.

Certes une résolution n’est pas intangible. Si le Conseil de Sécurité juge que les Kosovars ont raison de proclamer leur indépendance, il adoptera une nouvelle résolution qui se substituera à la Résolution 1244. Mais si le Conseil de Sécurité ne modifie pas la Résolution 1244 – et il ne le fera pas – le droit reste aujourd’hui ce que dit ce texte.
Que la France, après les beaux discours de 2003 sur le respect du droit, suive l’exemple des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne est une triste évolution. Nous aurons rejoint le camp ni des réalistes, ni des cyniques mais celui des veules, de ceux qui se refusent, par lâcheté, à négocier encore et toujours.


Une faute contre l’Europe unie
Nous sortons d’une de ces brèves périodes où l’on nous a refait le coup de l’Europe projet, de l’Europe politique.

Et si le Kosovo, situé lui aussi comme on le disait avec excitation de la Bosnie, à deux heures d’avion, n’était pas précisément un beau sujet de délibération pour l’Europe unie à laquelle nous sommes censés tant aspirer. Et que fait donc l’Europe unie ? Rien. Bien sûr, sinon constater ses divisions.
Mais faute contre l’Europe, au sens plus large, l’Europe de nos pères, l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, l’Europe qui veut bien accepter de considérer que la Russie n’est pas une steppe peuplée de Tatares aux yeux cruels, que les Slaves sont aussi européens, et allons jusqu’au bout de l’ouverture, que les Slaves orthodoxes sont aussi Européens. La singularité de la France fut d’être ce pays occidental, majoritairement de culture catholique mais heureusement de tradition laïque, qui tendait la main à l’Orient orthodoxe et noua en particulier de solides relations avec la Serbie et avec la Russie. Vis-à-vis de Belgrade, notre seule offre est celle de l’argent européen. Et vis-à-vis de Moscou, faut-il prendre les devants, déployer des éléments de système anti-missiles, agiter des drapeaux américains à la barbe des vieux popes ? Prenons garde dans notre excitation, de ne pas perdre entièrement raison. Réputée – bien théoriquement – vieux pays recru d’épreuves, etc., la France est-elle assez futile pour se flatter d’avoir un nouvel ambassadeur dans sa capitale avant même que le Parlement ait été saisi, et de gâcher très sérieusement des chances de paix sur le continent ? Alors que l’on peut – tout aussi bien – faire comprendre – comme c’est le cas pour les Chypriotes – que la négociation est toujours possible et vaut mieux – mille fois mieux – que le « bling-bling » d’une « reconnaissance » à la remorque.


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Vendredi 22 Février 2008 à 12:33 | Lu 10832 fois



1.Posté par Huneïn le 22/02/2008 12:50
Merci pour vos analyses, Mr Chevènement, vous qui avez si souvent vu loin et juste. Mais... les desseins de l'Amérique se contrefichent de l'analyse et de la vérité: les intérêts, toujours les intérêts.
Ce que je ne comprend pas, c'est pourquoi l'Amérique joue ce coup risqué ? Qu'y gagne-t-elle ? La France, je ne pose pas la question, la suit. Je ne sais même pas si elle a calculé, et si c'est le cas, c'est sans doute le même que celui des usa. Je ne peux croire que les Etats-unis soutiennent quelque chose sans qu'ils en tirent un avantage direct .

2.Posté par la fourmi rouge le 22/02/2008 19:31
et oui...

Encore une analyse extra, argumentée et fouillée.

3.Posté par L.R le 22/02/2008 23:58
Heureux les simples d'esprit, moi je vais finir par déprimer. Je ne sais pas comment vous faîtes pour ne pas lâcher la bar, mais moi je sent que je ne la tiens plus que d'une main...

4.Posté par Pascale Rouast-Bertier le 23/02/2008 01:24
Monsieur le Ministre,

bravo et merci pour votre courageux article sur le Kosovo. Une fois de plus vous ne craignez pas le politiquement incorrect. En tant qu'avocat, je suis choquée par la désinvolture à l'égard des résoluitions du Conseil de Sécurité, dont la France se prévaut lorsque ça l'arrange et qu'elle piétine lorsque c'est "nécessaire". La faute commise à l'égard des bosniaques ne sera pas rachetée par cette nouvelle lâcheté, cette fois à l'égard des serbes du Kosovo (de même que la faute de l'Europe contre ses Juifs il y a 65 ans n'est pas lavée par la complaisance à l'égard d'Israël et l'es violations du droit international qui l'accompagnent ). Je souhaite que cette faute politique n'ait pas des conséquences dramatiques en Europe, mais tout me porte à penser le contraire. Vous me faites penser à Churchill. Je vais étudier sérieusement vos idées (y compris en matière économique, là où j'en suis a priori le plus éloignée). Respect, grand respect, Monsieur.

5.Posté par Hélène le 23/02/2008 08:26
Monsieur Chevennement,

Bien évidemment tout cela ne s'est pas fait
parce que les dirigeants des pays européens qui ont reconnu cette indépendance,
sont bons, généreux, et respectueux des individus ...

Vladimir Poutine a eu une réaction assez effrayante,
avec des mots très durs,
dont le fond était tout à fait juste,
puisqu'il rappelle que cette reconnaissance d'indépendance du Kosovo
s'est faite en dehors des clous,
remettant ainsi en cause les fondements des accords entre pays

Ainsi donc, nous voilà en Europe aussi, sur une poudrière.

Pourriez vous aller un peu plus loin dans votre analyse, et
expliquer vers quoi cela pourrait nous amener ?

Merci pour vos combats

6.Posté par Hélène le 23/02/2008 12:23
Extrait du site Yahoo lundi 18 février 2008 :

« …. Selon cette missive, Fatmir Sejdiu a informé dimanche la France par lettre
de la décision de l'Assemblée du Kosovo de proclamer l'indépendance de ce territoire en majorité albanophone
et de s'engager à mettre en oeuvre "l'intégralité" du statut préparé par l'émissaire de l'ONU Martti Ahtisaari, y compris les dispositions en faveur de sa communauté serbe. »

"… Les ministres des Affaires étrangères des 27 Etats membres de l'Union européenne, prenant acte de cette nouvelle réalité, ont confirmé aujourd'hui l'engagement européen au Kosovo", poursuit le président français.

"J'ai l'honneur de vous informer que la France, en plein accord avec cette déclaration de l'Union européenne et tirant les conséquences de la résolution adoptée par l'Assemblée du Kosovo le 17 février 2008, reconnaît dès à présent le Kosovo comme un Etat souverain et indépendant", ajoute-t-il »

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""
>> Missive informant la France de la proclamation d’indépendance du Kosovo : > Dimanche 17 février 2008

>> Réponse du Président de la République Française : > Lundi 18 février 2008

Heureusement que la France a envoyé sa réponse entre la poire et le dessert,
car, au fromage, les lettres auraient eu des chances de se croiser ...

7.Posté par dejan le 23/02/2008 14:24
Je me demande après tout ça si nous pauvres citoyens pouvons changer quelquechose a l'évolution de la situation...

8.Posté par Claire Strime le 25/02/2008 10:42
Coïncidence, le lendemain de la pseudo-proclamation d'indépendance du Kosovo, le palais de justice d'Ajaccio était mitraillé. Et ce n'est peut-être que le début:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/02/25/01011-20080225FILWWW00406-une-mairie-mitraillee-en-corse.php

9.Posté par la fourmi rouge le 26/02/2008 00:28


Mais oui demain la Corse, après-demain les Bretons, puis les Alsaciens.

Dans 2 mois les Auvergnats, à l'automne les Catalans....



Ne parlons pas du Pays Basque, qui rejoindra par un vote authentiquement populaire, la partie Espagnole.





En novembre, les Wallons....ensuite en décembre les Savoyards voteront leur rattachement à l'Italie.






Où est 1789 ? tout le travail des Jacobins ?

10.Posté par Patrice Camus le 26/02/2008 00:57
Bravo j'ai beaucoup de respect pour vous Mr Chevenement,
je pense sincérement vous feriez un trés bon Président ,
mais comme vous le savez certainement mieux que personne,
au pays de Descartes,certains paradoxes laissent pantois !
Merci pour votre pédagogie
Amitiés sincéres et courage

Ps:cogito ergo sum

11.Posté par Antoine Pierson le 26/02/2008 16:17
Monsieur le Ministre,
Je tiens à vous féliciter pour un tel article, chose hélas trop rarement vue dans les média grand public qui font et défont les images dont notre monde se nourrit.
J'habite depuis 3 ans à Belgrade et je peux vous assurer que cette reconnaissance du Kosovo va créer de très gros problèmes dans la région, et donc indirectement à tous ceux ayant reconnu cette "indépendance" : Republika Srpska, minorités albanophones de Macédoine et Monténégro, minorités magyarophones de toute la région... Les serbes sont en plus littéralement poussés dans les bras des russes (à quand la base militaire russe en Serbie ?), bravo l'union européenne...
Je ne vais pas parler de la première faute (historique) car l'histoire est faite et refaite suivant les besoins de ceux qui en usent (ceratins quotidiens n'avaient pas hésité à titrer "les Serbes sont fort en histoire mais faibles en géographie"), par contre, je pense que les 2 fautes suivantes sont tellement évidentes.

J'apprécie particulièrement la solidarité européenne, surtout envers l'Espagne qui va vraiment souffrir de cette décision abérrante.
une chose que vous soulignez peu est la valeur du mot "indépendance":
Comment en effet parler d'indépendance lorsque:
- il y a 18 000 militaires étrangers au Kosovo (officiels, sûrement plus réellement)
- il y a 3 000 fonctionnaires européens
- les 3 premières rentrées d'argent proviennent 1-de l'ONU, 2- de l'UE et 3- de la diaspora albanaise
J'ai aussi eu des haut le coeur en voyant que M. Barroso parlait d'un MILLIARD d'euro pour le Kosovo en donation européenne, c'est à dire 500 MILLIONS d'EUROS PAR HABITANT du Kosovo...
Nos amis africains vont vite comprendre comment faire pour obtenir de telles subsides.
Encore merci de nous permettre d'entendre votre voix. "Respect" comme disait un commentaire précédent
Antoine PIerson

12.Posté par F. Clairefond le 27/02/2008 17:52

13.Posté par Hélène le 27/02/2008 19:20
@ Fabien

Sur votre aquarelle du Liouquet, l'ile verte et le bec de l'aigle sont très beaux.

14.Posté par Moussars le 05/12/2008 19:27
Si, en février, j'avais écrit que le Kosovo est un pays aux mains de la pire maffia qui soit, les pro-américains manipulés (pléonasme ?) auraient souris de leur suffisance...
Aujourd'hui, c'est jusqu'à l'Allemagne (et ses services secrets) qui le reconnait et vient d'en subir les conséquences.
Silence radio dans les médias comme d'habitude...
L 'indépendance du Kosovo fait partie du plan d'atomisation de l'Europe.
Point barre...

15.Posté par Pierre R. le 14/10/2009 05:30
Monsieur le Ministre,

Je suis français d'origine ukrainienne et diacre orthodoxe. Historien de formation et marié à une Bulgare, je connais bien les Balkans et leur complexité. J'ai été très touché par votre désir de "main tendue" en direction du monde slave orthodoxe (si méconnu, voire méprisé des politiques occidentaux) et par votre remarquable analyse de l'indépendance du Kosovo. Comme vous l'avez fort bien remarqué, il est incroyable que la France, qui a envoyé ses fils donner leur sang pour libérer la Serbie pendant la Première Guerre mondiale et qui a accueilli tant de Russes fuyant le bolchévisme ait pu se fourvoyer en reconnaissant un Etat autoproclamé et maffieux au mépris de tout droit international, créant ainsi un précédent dangereux (les Espagnols et les Chypriotes ne me contrediront pas).

Je n'ai jamais approuvé la politique de Milosevic, mais l'indépendance du Kosovo a été proclamée sous la présidence de B.Tadic, un démocrate convaincu qui n'a pas une goutte de sang sur les mains. Il n'en va pas de même pour A. Thaçi, grand ami de B. Kouchner et maffieux confirmé. Par ailleurs, les criminels de guerre kosovars (comme Karadinaj) n'ont jamais été inquiétés et se présentent aux élections.

J. Lang et H. Védrine justifiaient l'intervention de 1999 en promettant un "Kosovo multiethnique". Mais où sont passés les Serbes, les Roms, les Turcs, les Slaves musulmans et tant d'autres ? Que sont devenus les 150 églises et monastères détruits et profanés, dont certains sont classés patrimoine mondial par l'UNESCO ? L'UE et les Etats-Unis, qui n'ont rien dit lorsque 200 000 Serbes ont été chassés de Krajina par les Croates (il est vrai qu'il n'y étaient "que" depuis trois siècles...) restent aujourd'hui tout aussi indifférents au sort des minorités du Kosovo. A ceci s'ajoute un. silence consternant des médias.

J'espère que de nombreux chrétiens orthodoxes de France, attachés aux valeurs d'une République qui a accueilli un grand nombre d'entre eux, liront votre article.

Monsieur le Ministre, merci.

16.Posté par Claire Strime le 14/10/2009 12:22
Remue-ménage dans les régions des futurs tracés des gazoducs Nabucc o et South Stream...

"La Géorgie accusée d'aide à al-Qaida
AFP
13/10/2009 | Mise à jour : 09:52 |
Les services secrets géorgiens aident le réseau extrémiste Al-Qaïda à "former et à envoyer des terroristes" sur le territoire de la Tchétchénie, a affirmé ce matin le directeur du FSB (ex-KGB) Alexandre Bortnikov, cité par l'agence Ria-Novosti.
"Des rapports audio saisis chez des combattants prouvent que ceux-ci, conjointement avec des émissaires d'Al-Qaïda, ont établi des liens avec des représentants des services secrets géorgiens qui ont participé à la formation et au transfert de terroristes" en Tchétchénie, a déclaré M. Bortnikov.
Les services secrets géorgiens "tentent constamment de livrer des armes et des explosifs et des moyens financiers pour commettre des actes terroristes (...) sur les oléoducs et les gazoducs du Daguestan", autre république russe du Caucase, selon le responsable russe. Depuis janvier, le FSB russe a déjoué 45 actes terroristes et mis un terme aux activités de 178 rebelles dans le Caucase russe, selon le responsable."

17.Posté par Ioanna Diez le 22/07/2010 19:02
‎Rappels : 1er Janvier 1918 : le Kosovo devient serbe ; Mots clés : Conférence de Paix - Traité de Versailles - Démantèlement de l'Albanie : presque 50% des territoires de l'Albanie (nord/est/sud) sont incoporés dans les Etats voisins : Grèce, Serbie, et Macédoine se servent, le Monténégro s'étant servi fin 19e grace à la Turquie. Violation de la volonté de l'Albanie. Prétexte : l'Albanie a des musulmans (elle est multiconfessionnelle à cause de l'occupation Turque) et faisons "disparaitre" les "musulmans" (au passage les catholiques et les orthodoxes albanais avec).

Dardanie - Kosovo : l'une des 4 régions de l'Albanie, a son indépendance NON à l'indépendance de la Serbie 1878, mais à celle de l'ALBANIE en 1912. La Conférence des Ambassadeurs de Londres, sous les pressions de la Russie pro Serbe, "s'écrase" et donne le Kosovo à la Serbie. L'Etat Albanais n'a que ses yeux pour pleurer, et le mépris de la Société des Nations. Violation de toute volonté politique des albanais.

Kosovo annéxé le 1er Janvier 1918, sera donc restée de facto annexée de 1918-1998 (80 ans, début de la guerre) et de juro - 1918-2008 (90 ans, l'Indépendance).

Extrait de « Paul d'Estournelles de Constant, l'admission de l'Albanie à la Société des Nations et la défense de son indépendance et de sa souveraineté nationale », Relations internationales 2/2008 (n° 134), p. 5-18.

"C’est pour cette raison que d’Estournelles adressa sa protestation au gouvernement de Belgrade afin de ne pas permettre au groupe radical d’ignorer l’Albanie.(...)

« Vous savez que je n’obéis à aucun parti pris ; je prends la défense de l’Albanie comme j’ai pris jadis celle de la Grèce et de la Serbie et de toutes les populations opprimées de la péninsule des Balkans. »

« M’abstenir serait aujourd’hui une abdication ; c'est de l'intérêt de (...) tous nos Alliés, ce sera leur honneur de ne pas laisser, par lassitude, commettre un crime qui ne sera, si grand soit-il, jamais assez complet pour rester impuni et qui laissera derrière lui des germes de haine sans fin. "

Monsieur Chévenement, Dieu tarde, mais n'oublie pas.

18.Posté par LIONEL RONDET le 27/08/2016 11:42
Merci monsieur le ministre pour cet article aussi criant de vérité. Après toute ces années de politique la langue de bois ne vous à visiblement pas contaminé, j'en suis ravi.
Ancien membre de la coalition ayant occupé le Kosovo sur ordres à trois reprises, j'ai effectivement constaté que dès que l'armée Serbe a été contrainte de se retirer, un véritable "appel d'air" albanais a rempli très vite ce territoire avec des gens qui pour beaucoup n'avaient jamais résidé au Kosovo. Milosévic dans sa folie avait fait brûler les cartes d'identités des Kosovar albanais, ce qui s'est avéré être une erreur majeure par la suite, car le Kosovo a toujours été considéré comme un Eldorado par les albanais.
J'ai pu voir également que les premiers à occuper le terrain furent des mafieux qui ont installé leur réseau de trafic de stupéfiant, de prostitution et de contrefaçon.Le rêve de la "grande Albanie prenait forme grâce à nous...
Je peux témoigner de la volonté systématique des Kosovar albanais d'épurer les Serbes localisés au Sud de Mitrovica par un harcellement incessant. Leurs propriétés ont été volées et occupées illégalement par des familles albanaises sous notre protection. Aujourd'hui les familles Serbes du sud du Kosovo sont réfugiées au nord et vivent dans une misère et une indifférence totale.
Par ailleurs les dirigeants actuel du Kosovo "indépendant" avec lesquels nos élus traitent d'égal à égal sont les mêmes que la KFOR désignait comme les terroristes du parti UCK, vous en penserez ce que vous voudrez...
Je veux également témoigner de la volonté systématique des Albanais du Kosovo de détruire systématiquement les églises Orthodoxes situées au sud de Mitrovica certaines étant classées au patrimoine mondial de l'humanité.
Également je témoigne que j'ai pu voir dans le nord du Kosovo, des serbes orthodoxes vivant pacifiquement avec des serbes musulmans et ce depuis des siècles. Ils partagent la même nourriture et boivent la même "Slibo" (alcool de prune). Les Serbes ne sont pas anti-musulman ils ne veulent tout simplement pas adopter le mode de vie des albanais que la communauté internationale veut leur imposer par un chantage ignoble pour intégrer l'Europe.
Le Kosovo que nous avons créé en 1999 est toujours divisé au niveau de la vallée de l'Ibar qui passe par Mitrovica.
Au nord de pauvre gens qui vivent avec un retard de développement important faute de crédits et d'emplois, mais qui ont depuis toujours un niveau de culture et d'éducation très supérieur à la majorité d'entre nous (études supérieures, tri-lingues...) et qui ne feront jamais de concession pour perdre leur culture (c'est tout ce qu'il leur reste) . Au sud, c'est le règne du désordre et des trafics en tout genre. Il existe beaucoup de magasins de contrefaçons et j'y ai même croisé des enfants au volant de voitures !
Lors d'un dîner avec un dirigeant français de l'époque impliqué sur ce dossier, celui-ci nous à confié qu'il regrettait de ne pas avoir chassé tout les Serbes du nord du Kosovo (présents depuis des siècles) cela aurait été plus simple avec une région à 100% albanaise, quel cynisme...
Si demain les musulmans de France décidaient de se regrouper et de nous imposer leur façon de vivre et leur culture et qu'une coalition étrangère nous obligeait à nous séparer par exemple de la PACA sous prétexte qu'ils sont devenus majoritaires, trouverions nous cela normal ?
Certains de nos élus vont en ce sens par exemple en supprimant la mixité des piscines et en autorisant les tenues islamiques sur notre territoire. Regardez qui sont leurs conjoints et vous comprendrez mieux ces décisions.
L'histoire se répète toujours et notre ignorance voulue par nos dirigeants nous conduira à notre perte. Pour vous faire une idée je vous conseille d'aller faire un tour à Belgrade puis à Pristina, observez, discutez et constituez ainsi votre propre jugement, ensuite vous saurez quel est le mode de vie qui conviendra à vos enfants car c'est l’enjeu actuel de toute notre actualité. Notre histoire est liée à celle de la Serbie, je vous suggère de vous intéresser à la vie d'Hélène d'Anjou au XIII siècle.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter