Agenda et médias

"La déchéance de nationalité peut faire prendre au sérieux la question de la nationalité"


Jean-Pierre Chevènement était l'invité de Florent Peiffer sur iTELE, mercredi 30 décembre 2015.


  • La déclaration de Manuel Valls (« la Corse n’est pas une zone de non droit. L’Etat ne reculera pas ») est bienvenue. On aurait aimé l’entendre plus tôt car bien évidemment l’Etat ne peut plus reculer. Il est devant des exigences inacceptables que veulent les nationalistes installés à la tête de la collectivité territoriale. Ils veulent l’amnistie pour ceux qu’ils appellent les « détenus politiques ». C’est inacceptable: il n’y a pas de « détenus politiques ». Ils veulent un statut de « résident privilégié » du point de vue fiscal. La loi est la même pour tous sur toute l’étendue de la République. Troisièmement, ils veulent la co-officialité du corse et du français, mais on ne peut pas l’accepter en Corse, pas plus qu’ailleurs. Le Français est la langue de la République, sinon on va vers un système où les gens ne s’entendront plus puisque tous les actes de l’état civil pourraient être rédigés soit en français soit dans un idiome local.

  • J’ai le souvenir du processus de Matignon. On lui a offert le chemin qui l’a conduit là où il est, c’est-à-dire à la tête de l’assemblée de Corse. Disons que ce sont les reculades de l’Etat depuis des décennies et puis la liquéfaction de la classe politique locale, tant de droite que de gauche : M. Rossi, M. Rocca-Serra d’un côté, M. Giacobbi de l’autre. Cette classe politique s’est discréditée et effectivement la coalition des nationalistes et des autonomistes est arrivée en tête, mais je rappelle avec 35% des votants c’est-à-dire d’un tout petit tiers des inscrits, un quart sans doute.

  • Donc rien n’est perdu, il faut que les Corses se réveillent, fassent le ménage et se donnent des hommes politiques qui les représentent vraiment.

  • Il n’est pas usuel que des gens veuillent se faire justice eux-mêmes. Ils veulent se substituer aux autorités de l’Etat. Ces manifestations, dans la cité dite des Jardins de l’empereur, étaient tout à fait déplacées. C’est là tomber dans l’engrenage de la violence que peuvent souhaiter les terroristes. Le saccage d’un lieu de prière n’est pas admissible, pas plus que n’étaient acceptables les attaques contre des pompiers et des policiers. Mais là, il y a de résultats puisqu’il y a eu deux mises en examen. J’attends également qu’il y ait des interpellations concernant le saccage d’un lieu de prière.

  • Les nationalistes ont toujours porté des mots d’ordre qui étaient des mots d’ordre xénophobes. « Arabe Fora », par exemple, qui était écrit sur les murs de l’île depuis fort longtemps. Je pense que quand on est républicain, on ne l’est pas à moitié. On doit combattre les nationalistes aussi bien que le Front National.

  • J’avais accepté qu’on renonce au préalable de la cessation de la violence. Le processus de Matignon s’était engagé depuis presque un an mais ce que je n’ai pas accepté, c’était le projet de dévolution de la compétence législative à l’assemblée de Corse, c’était le démantèlement de l’Etat, qui d’ailleurs a beaucoup « progressé » depuis.

  • M. Valls essaie de mettre un coup d’arrêt à cette dérive.

  • Je pense que la situation est grave. En effet les attentats terroristes ne vont pas cesser. La France est dans une situation difficile, parce que le chômage est très élevé. Nous avons une immigration importante mais mal intégrée. Le défi pour l’avenir, c’est de l’intégrer vraiment et la réussite de cette intégration conditionne la capacité de la France à continuer son histoire mais encore faut-il qu’elle veuille agréger ces jeunes nés des générations les plus récentes de l’immigration et que ces jeunes le veuillent. D’où l’importance de cette question de la déchéance de nationalité.

  • Si on prend la lutte contre le terrorisme, on peut dire que cette mesure de déchéance de la nationalité n’est pas nécessaire. Effectivement des gens qui se font sauter au milieu d’une foule innocente ne se laisseront pas dissuader par la perspective du retrait de leur passeport. Mais si on se place dans la perspective de la réussite de l’intégration, une France du XXIè siècle, ouverte sur l’Afrique, le monde arabe et musulman, et ouverte sur le monde en général, c’est important pour faire prendre au sérieux la question de la nationalité car il faut que la France ait confiance en elle - et je crois en sa capacité de résilience - mais il faut aussi que ces jeunes prennent au sérieux la nationalité. On ne peut pas accepter qu’ils y aient des « Français de papier ». Des « Français de papier », cela n’existe pas. Ou bien on est Français, ou bien on ne l’est pas.

  • C’est une mesure symbolique, qui ne concernera que quelques dizaines de cas. Mais les mesures symboliques ont une importance du point de vue des valeurs, c’est-à-dire qu’elles permettent de dire que la nationalité française a une importance. Il faut que ces jeunes comprennent que leur avenir est en France, qu’on doit tout faire pour leur donner les moyens de réussir leurs vies - et de ce point de vue là, il y a encore beaucoup à faire du point de vue de l’emploi, de l’école .

  • Plus profondément, il y a cette question de l’envie de faire France. Est-ce que nous voulons que la France continue, qu’elle continue son histoire?

  • Il n’y a pas d’atteinte au droit français de la nationalité, qui combine le droit du sol mais aussi un élément de volonté. Si un jeune né en France et qui devient français à dix-huit ans ne veut pas l’être, il peut s’y opposer. C’est la théorie d’Ernest Renan : être français, c’est un plébiscite de tous les jours. Si quelqu’un ne veut pas être français, il peut ne pas être français. il y a le droit du sol, le jus soli, et il y a la volonté d’être français. Ceux qui s’expriment - j’ai beaucoup de respect pour Jean-Marc Ayrault - doivent le faire en connaissance de cause.
Manuel Valls rappelle un certain nombre de principes. Il rappelle que nous sommes engagés dans une lutte de longue haleine contre des terroristes qui veulent détruire la France parce qu’ils sont mus par la haine de la France et qu’ils veulent profiter de ses points faibles car elle en a.

  • L’idée qu’un argument serait discrédité par le premier qui l’a avancé - en l’occurence, pour la déchéance de la nationalité, c’est plutôt M. Sarkozy dans son discours de Grenoble que le Front national - ne suffit pas. Un argument mérite d’être combattu au fond. Les Français veulent des débats de fond.

  • Cette proposition donc, ne me choque pas dans la mesure où elle ne porte pas atteinte aux principes fondamentaux qui régissent le droit français de la nationalité. Il n’y a pas non plus de rupture d’égalité. Ou plutôt cette dernière existait déjà puisque je rappelle que des Français naturalisés peuvent être déchus de leur nationalité. J’ajoute qu’en 1804, tous ceux qui portaient les armes contre la France avaient été déchus de leur nationalité. Aujourd’hui, le fait que cette déchéance puisse frapper les binationaux qu’ils soient nés en France ou non est plutôt une amélioration dans le sens de l’égalité. Si l’on veut aller plus loin, il faut dire qu’y compris les Français nés en France peuvent être déchus de leur nationalité. Mais à ce moment-là, on fait des apatrides et il faut revoir les conventions internationales. Je demande que l’on y réfléchisse. Cela aurait un sens. Nous devons réfléchir dans le contexte de la lutte contre le terrorisme djihadiste, qui va nous occuper encore quelques années, et peut-être même davantage.

  • Sur la question du référendum, on peut en discuter à l’infini car ces sujets sont complexes. Ce sont surtout des publicistes, des spécialistes du droit constitutionnel qui s’expriment à ce sujet. Les Français, pour l’immense majorité d’entre eux, n’y entendent pas grand chose ou sont pour.
    Je pense qu’il revient au Président de la République de situer cette mesure dans une perspective généreuse : celle de l’intégration de tous les jeunes Français, quelle que soit leur origine, leur couleur de peau ou leur religion. C’est en même temps une question de vouloir-vivre national. est-ce que nous voulons que le bateau France continue à naviguer sur ces eaux tempétueuses qui sont devant nous. Par ailleurs, il y a un discours à tenir vis-à-vis du monde arabe-musulman. Il faut qu’il soit entraîné dans un dessein de progrès et pas laissé aux tendances les plus obscurantistes. C’est une vue d’ensemble. il faut tenir le même discours aux Français en général, aux jeunes nés de l’immigration et au monde arabe-musulman : que veut la France ?

  • Le Parti socialiste ne devrait pas se déchirer sur des sujets qui ne le méritent pas. Les vraies questions sont beaucoup plus loin : la politique d’intégration, la politique de l’emploi, la question de la monnaie unique et les contraintes qu’elle implique et puis notre politique étrangère vis-à-vis du monde arabo-musulman.
    Je pense qu’après une bonne discussion sur les arguments que j’ai avancés, les meilleurs esprits devraient se laisser convaincre.

  • (sur la question d’une éventuelle inquiétude d’un Front national au pouvoir qui disposerait de l’outil de l’état d’urgence dans la Constitution) C’est un raisonnement qui ne me paraît pas tenir la route. pour l’instant, le Gouvernement est dirigé par Manuel Valls, le Président de la République est François Hollande et ils doivent prendre des mesures pour protéger les Français.
    Le fait que le Front national pourrait arriver au gouvernement provoque évidemment en moi une inquiétude car ce que nous devons éviter, c’est l’engrenage de ressentiment, de haine, de violence dans lequel par myopie nous pourrions nous laisser entraîner. L’exemple de ce lieu de culte saccagé, c’est l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire. Il faut faire preuve de stoïcisme, de sang-froid, de détermination, de résilience.

  • (sur la phrase « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne » appliqué à Taubira) Je ne peux évaluer si Christiane Taubira doit démissionner ou non. Je ne peux le faire à sa place. C’est une question de conscience. Ce qui est en jeu suffit-il pour motiver une démission ? Moi je peux vous dire que j’aurais eu cent raisons de démissionner, par exemple la libération des mouvements de capitaux sans contrepartie en matière d’harmonisation fiscale : lorsque j’ai appris cela, j’ai failli démissionner et puis, comme j’étais tout jeune ministre et que c’était en application de l’Acte unique que tous les députés avaient voté, je n’ai pas pensé que c’était le moment, même si j’ai protesté. Je ne lui conseille donc pas de démissionner. Je lui conseille d’agir en conscience.

  • (sur le passage d’un jeune titulaire d’un bac scientifique à Drancy à Daesh) On voit que ces jeunes n’étaient pas tous abandonnés par la République. Donc pas de culture de l’excuse : c’est une démarche purement idéologique. Ce sont des gens qui sont mus par la haine peut-être de l’Occident en général mais de la France en particulier. Trop d’entre eux habitent dans des quartiers défavorisés, oui mais pas la majorité. 40% habitent dans des ZUS. Pour les terroristes djihadistes, certains à Bruxelles tiennent une auberge au bord de la route, d’autres ont des diplômes, etc, ils ne sont donc pas défavorisés, la République leur a donné la possibilité de réussir leur vie s’ils l’avaient voulu. Mais ils se sont laissés entraîner par une idéologie mortifère qui est fille de la mondialisation. J’ai parlé autrefois des « sauvageons », c’est-à-dire des jeunes qui confondent le virtuel et le réel. Eh bien nous sommes face à une espèce de « sauvageons » ici : ils ne se rendent pas compte des souffrances atroces qu’ils entraînent, je veux le croire. Ce sont des gens dont le passage à l’acte ne peut pas être excusé et nous devons combattre cette forme d’entraînement sectaire car c’est un comportement digne d’une secte.

  • Je pense que François Hollande a beaucoup observé François Mitterrand. Alors, il y a de bonnes leçons à retenir de François Mitterrand, et il y en a de moins bonnes. Je n’ai pas toujours été d’accord avec François Mitterrand.

  • François Hollande s’inspire de François Mitterrand tout entier. il y a une manière de faire face aux problèmes, par exemple du chômage ou de l’emploi qui me paraît témoigner d’un laxisme excessif. Je ne regrette pas de l’avoir soutenu. Je l’ai soutenu les yeux ouverts. Il faut dire qu’il a raison de ne pas se dédire car il nuirait non seulement à sa fonction mais à la clarté de la politique de la France qui, sur un sujet aussi difficile, doit rassembler tous les Français. Et je fais appel à tous mes amis de gauche et à tous ceux que je connais à droite pour faire prévaloir les intérêts de la France, la solidité dans l’épreuve, ne pas se diviser sur des questions qui sont relativement subalternes quand on a isolé les éléments de discorde.


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 30 Décembre 2015 à 20:45 | Lu 4599 fois



1.Posté par Jules DUNORD le 30/12/2015 23:36
Je rejoins tout à fait vos positions, M. Chevènement, comme les 85 % de Français favorables à la déchéance de nationalité pour crime terroristes. Ceci montre également l’écart (le gouffre) qui sépare le peuple de certains élus de gauche laxistes et adeptes de la théorie de l’excuse (ce qui est une honte au vu de l’ignominie des attentats commis).

Ceux qui disent que cette possibilité de déchéance créerait deux catégories de citoyens n’ont pas vu (ou pas voulu voir) qu’il existe déjà deux catégories de citoyens : les nationaux et les bi (ou tri) nationaux n’ayant pas à la base les mêmes droits et les mêmes devoirs (apparemment 3,3 millions de personnes soit 5 % de la population française en constante augmentation au fil des générations).

Oui, il faut intégrer les personnes d’origine étrangère, pas contre leur volonté mais avec leur volonté. Comment peut-on s’intégrer en ayant deux ou trois nationalités ?
Vers 16/18 ans, ces personnes devraient pouvoir choisir entre la nationalité Française et leur autre nationalité lors d’une cérémonie officielle. Certaines mairies organisent bien des cérémonies pour accueillir les nouveaux arrivants sur leur commune. Là ce serait l’accueil de nouveaux Français avec la suppression de la bi nationalité.

La demande d’un député de droite d’interdire à des bi nationaux d’exercer des fonctions d’élus ou de ministres tomberait d’elle-même s’il n’y avait plus de bi nationaux. Ceci peut être facilement source de conflit d’intérêt. Par exemple, il est cohérent qu’une ministre de l’éducation nationale Franco Marocaine se contrefiche du latin et du grec. Et que dire d’une Turque, Israélienne, Française, sénatrice EELV à ses heures dans le Val de Marne. Que ces personnes choisissent d’être uniquement françaises pour exercer leurs fonctions au service de la République.

2.Posté par Jp JP le 31/12/2015 08:10
Pour terminer l'an 2015 cette politicaillerie sur un sujet aussi simple à régler tourne au délire complet.
Nos compatriotes ont de bonnes raisons d'être déjà inquiets pour 2016 !!!

3.Posté par François DUBLARON le 31/12/2015 13:52
Bonjour,
Merci d'exprimer avec votre notoriété ce point de vue qui met en avant le besoin de cohésion et de valeurs de la majorité silencieuse à laquelle j'appartiens.
Il est bien certain que les assassins n'ont que faire de la mesure, il est tout aussi certain que les bi-nationaux qui sont intégrés ne sont pas discriminés (et même au contraire) par cette mesure.
Mais l'envie des Français de manifester leur valeur commune se voit à chaque épreuve.

4.Posté par Carl GOMES le 31/12/2015 16:15
Je pense que la déchéance de la nationalité pour faits de terrorisme est une bonne chose, qui mériterait d'être étendue aux cas des crimes graves. Par ailleurs, à mon avis, c'est le statut même de la double nationalité qui est critiquable, car elle est un frein à l'intégration. Elle n'est d'ailleurs pas inscrite dans le droit français.

5.Posté par Laroussi SATI le 01/01/2016 23:20
La déchéance de la nationalité : on va faire de cochons d'inde des apatrides. Caricaturons davantage. Cette déchéance ne va pouvoir que ravir les Corses nationalistes, les Basques séparatistes, les "Sem Catalan" français des Pyrénées orientales, quelques bretons, les Occitains. De même je propose de déchoir de la nationalité les français qui ne savent pas chanter par coeur la Marseillaise, les français qui ne mouillent pas le maillot, les français qui n'achète pas made in France.
Au bout du compte, peut t on me dire combien il y aura de français qui restent quand on sait que depuis 14-18, la grande guerre, il n y a pour ainsi dire plus trop de français de souche.
Bientôt on aura une France tribale, comme au temps des gaulois.
Après tout pourquoi pas, si c'est ce que veut la France.

6.Posté par 17 CHB le 04/01/2016 08:04
Merci, Laroussi SATI, de cette position de bon sens. Déchoir un kamikaze de la nationalité française ? Mais quel intérêt, sinon pour adopter vainement une posture de "défense de La France Eternelle" ? Joxe appelle cela « l’effet politique instantané ». En 2010, Manuel Valls avait qualifié le retrait de la nationalité de sujet “absurde” et “nauséabond”, rappelle Libération. C'est toujours absurde et nauséabond, et aussi inutile contre le terrorisme que l'état d'urgence... sauf à nous débarrasser de M. Valls et de qques autres menteurs.
Je note que c'est aussi l'occasion d'un revirement droitier. de la part de nos responsables.
Quant à « faire prendre la nationalité au sérieux » ? Mais qui aujourd 'hui se moque vraiment de la nation, diluée dans l'Europe, dans l'OTAN, dans la finance prédatrice (cf le recul étrange à l'Assemblée sur les détournements fiscaux) ?
Bonne 2016.

7.Posté par Laroussi SATI le 04/01/2016 23:21
Merci 17 CHB pour votre commentaire. J y vois un encouragement.
Je partage totalement votre point de vue et je note précieusement l'expression de Pierre JOXE , un Monsieur dont je recommande vivement la lecture "Droits des pauvres, pauvres droits" (vive les assistantes sociales, la plupart des incompétentes).
Maintenant, il me semble dans cet Etat d'urgence devoir urgemment lire Patrick Rambaud, ouvrage à paraître "François le Petit", extrait: "Sa Majesté venait d'inventer le "pacte de responsabilité" ce qui, dépouillé du jargon technique et fleuri que François le Visionnaire appréciait pour tout brouiller dans l'entendement, signifiait en langue claire qu'il entendait alléger de trente milliards les charges des entreprises, en songeant aux plus grosses et productives (...) Sa Majesté, en fait, confortait la finance dont il avait prétendu se méfier ; il se déjugeait. Son programme ne devait plus changer de tout le règne, même si les riches devenaient plus riches et les pauvres plus pauvres, comme dans le restant du monde." Après tout, y a la classe moyenne (j'en suis), elle supportera et fera frein et contrepoids. L'Etat d'urgence me semble permettre au politique de disposer de tous les pouvoirs mais n'être comptable d'aucun (raison d'Etat) : exit le judiciaire (pourtant réécoutons le Juge TREVIDIC), bienvenue l'Etat policier (cela dit je peux comprendre les forces de l'ordre qui sont exténuées, exsangues et donc un tout petit peu tendues).
Y aura t il enfin une commission parlementaire (avec nos représentants, enfin il paraît) en mesure de tirer toutes les conséquences que l'on peut imaginer d'un tel Etat d'urgence : suspicion, délation (annoncées par la loi sur le renseignement) paranoïa, fantasme.
Mais peut-être suis je atteint d'un délire de persécution.
Quoiqu'il en soit, cela devient bien délicat en France à tout le moins dans la Région où je me situe (en grande majorité peuplée d'espagnols, la plupart pires que Franco et même pas français de souche) et la déchéance de la nationalité ne va vraisemblablement pas arranger l'affaire.
Coutumier du grand oral, il ne me reste donc plus qu'à continuer de concourir quotidiennement pour défendre ma nationalité française et défendre une certaine idée de la France, celle qui m'a vu naître mais qui est insidieusement devenue bien étrange (depuis 1980) et dans cette France je me sens parfois (depuis récemment, cela s'est amplifié) étranger.
Défendre cette idée de la France est le plus sacré de mes droits et le plus indispensable de mes devoirs envers elle.
Avant, les français d'origine maghrébine représentaient de l'exotisme (lire "les féministes et le garçon arabe") maintenant ils semblent tous être au mieux "préjugés" et au pire jugés, bons comme mauvais, derechef.
"Bien faire et laisser dire", c'est désormais ma devise.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @Place_Beauvau: La Fondation de l'#Islam de 🇫🇷 soutient des projets culturels et éducatifs pr une meilleure connaissance de la religion…
Jeudi 8 Décembre - 15:00
RT @Place_Beauvau: [Communiqué] @BrunoLeRoux salue le lancement de la Fondation de l'Islam de France. https://t.co/E662y8efkL
Jeudi 8 Décembre - 14:09
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04

Abonnez-vous à la newsletter