Carnet de Jean-Pierre Chevènement

La France a besoin d’une conscience claire de son Histoire si elle veut la poursuivre



Le Président Hollande, dans son discours du 22 juillet 2012, a malheureusement omis de dire que les crimes commis par les policiers et les gendarmes français, lors de la rafle du Vel d’Hiv, l’ont été sur l’ordre de l’Etat français de Vichy collaborant avec l’Allemagne nazie. C’est occulter les accords passés avec la gestapo par René Bousquet, alors secrétaire général de la police, agissant pour le gouvernement de Vichy. C’est faire comme si Pétain était la France et comme si le véritable coup d’Etat opéré le 10 juillet 1940 par un gouvernement de capitulation n’avait pas existé.

Deux Présidents de la République, Charles de Gaulle et François Mitterrand, avaient tenu sur la ligne selon laquelle l’Etat français de Vichy n’était ni la République ni la France. Ce débat est trop important pour l’idée que la France se fait d’elle-même, pour qu’une déclaration, fût-elle celle du Président de la République, puisse y mettre un terme.

La France a besoin de retrouver confiance en elle-même. Elle ne pourra le faire que sur la base d’une conscience claire de son Histoire. La vérité exige que le débat continue. Pour ma part, je n’ai pas changé d’avis par rapport au point de vue que j’avais exprimé dans Libération, le 7 aout 1995, au lendemain du discours de Jacques Chirac.


Rédigé par Chevenement.fr le Lundi 23 Juillet 2012 à 13:25 | Lu 4626 fois



1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire

#FF la @fondarespublica et son site Internet rénové : http://t.co/YTQxAFpUYg #thinktank #recherche http://t.co/OXKglI3EJA
Vendredi 31 Octobre - 15:53

Abonnez-vous à la newsletter









Dernières vidéos
25/10/2014 | 875 vues
15/10/2014 | 1518 vues
1 sur 60