Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Ingérences


M. Barroso s’ingère sans pudeur dans le débat électoral français.


« On ne peut pas donner d’instructions précises à la Banque centrale, déclare-t-il sur France 2, parce que cela pourrait mettre en cause la crédibilité de l’euro ». Exit donc l’idée d’un gouvernement économique de la zone euro !

L’organisateur du sommet des Açores devenu Président de la Commission européenne ignore sans doute l’étroite concertation aux Etats-Unis entre le gouverneur de la Banque Centrale et le Secrétaire d’Etat au Trésor. Par ses propos, il outrepasse évidemment les pouvoirs que lui donnent les traités. Les Commissaires européens lui emboîtent le pas : Joaquin Almunia, Neelie Kroes et même le bon Jacques Barrot.

Mais où est-il écrit que le Président de la République – à ma connaissance encore en fonctions – veille à faire respecter l’indépendance de la France ? Celle-ci est-elle obsolète comme dirait Mme Neelie Kroes ?


Mots-clés : barroso, bce, euro, europe
Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mardi 3 Avril 2007 à 16:01 | Lu 5987 fois



1.Posté par félicia le 04/04/2007 09:24
et ça, encore, Mr chevênement, c'est-y-pas beau ? on n'entend pas grand monde sur le sujet. On aimerait avoir l'avis de Ségolène.
-------------------------------------------------

Les pharmaciens en appellent à l'Etat face à la Commission de Bruxelles


Caducée de la pharmacie représentant la coupe d'Hygie (fille d'Asclépios et déesse de la santé), dans laquelle le serpent crache son venin servant à la préparation de remèdes.


espace pour la mise en page

Article du jeudi 22 mars 2007 dans le journal Charente Libre :

" La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a estimé, hier, que "l'Etat français devait défendre les pharmacies contre la Commission européenne" après que celle-ci eut engagé une procédure d'infraction contre la France sur la propriété des officines.

La Commission a adressé hier aux autorités françaises "une lettre de mise en demeure", première étape d'une procédure d'infraction pouvant aboutir à une saisine de la Cour européenne de Justice. Dans ce document, Bruxelles s'attaque aux contraintes d'actionnariat imposées par l'Etat français aux professionnels souhaitant ouvrir une pharmacie.

La France interdit notamment qu'un même titulaire puisse posséder plus d'une pharmacie et exige que le propriétaire d'une officine soit un pharmacien, deux conditions qui empêchent la détention de pharmacies par de grands groupes de distribution. "L'Etat français doit défendre les pharmacies contre la Commission européenne", a indiqué le président du FSPF, Pierre Leportier.

Selon lui, "la pharmacie est basée en France sur trois piliers : la répartition, qui permet à chacun de disposer d'une officine à moins de six minutes de chez lui, le monopole de compétence en matière de délivrance des médicaments et le principe de propriété, contesté par la Commission".

"Il faut que l'Etat préserve ces trois piliers, notamment celui sur la propriété qui empêche des groupes d'ouvrir des chaînes d'officines", a fait valoir M.Leportier. "
---------------------------------------------

Vous parliez d'ingérence ? On en a marre de la Commission de l'UE !!!!!!!!!!!!! .... Que n'en est-on resté au marché commun !!!!!!!! cette déviance est insupportable !!!!!!!!!!!!!!!

Et dire qu'on le doit autant au ps qu'à la droite. Ils ont tous perdu la tête !!!!!!!!!!!!!! c'est d'ailleurs pourquoi j'hésite à voter sr. Je ne la sens pas claire sur le sujet. Elle veut ménager le oui et le non, pourtant il lui faudra bien prendre parti.

2.Posté par Lionel le 04/04/2007 11:04
SR, elle fait des moratoires sur tous les sujets qui peuvent lui faire perdre des voix (le nucléaire et les EPR, le trangénique...). Sur l'entrée de la Turquie, elle ne prend pas position et dit que son avis et celui du peuple de France. Quelle démagogie !!!

Et de l'autre coté, NS dit ce que les gens veulent entendre, c'est un nouveau Chirac.

Depuis l'affaire Bosman et les juges européens qui veulent tuer les nations et les nationalités, l'europe est mal barré et les dirigeants français se couchent dans les négociations à Bruxelles sous prétexte de faire avancer l'union européenne.

Ce qui m'attriste c'est le fait qu'il n'y a aucune personne crédible du non au TCE qui se présente à l'élection présidentielle : le Ché a été "acheté" par le PS pour quelques petites circonscriptions (moins que le PRG je crois, alors que Toubira a fait beaucoup plus que le Ché en 2002!!!!!!!), NDA a été censuré par l'UMP tandis que Le Pen a été aidé...

J'ai peur aussi de la décision de la cour européenne de justice concernant le procès des caricatures de mahomet concernant Ph. Vial.
Dans le cas d'une condamnation, j'espère que le président français sura en tirer toutes les conséquences....

3.Posté par deslilas le 05/04/2007 16:46
Coup d'arrêt au dumping social en Finlande
Le Syndicat des électriciens de Finlande vient de remporter une victoire. Il a contraint une entreprise polonaise qui employait des électriciens polonais sur des chantiers en Finlande à respecter les salaires prévus par les conventions collectives de la Finlande.

Les salaires horaires des ouvriers polonais sont ainsi passés de 5 euros à 12,30 jusqu'à 14 euros.

Un coup d'arrêt au dumping social !

Communiqué du blog de Juhani Artto

Thanks to the Finnish Electrical workers’ union:
Over EUR700,000 paid afterwards to the Polish electricians

Helsinki (05.04.2007 – Juhani Artto) Over EUR700,000. - That’s the amount of money the Finnish Electrical workers’ union was able to secure to some 90 Polish electricians who had worked in Finland for only about EUR5 hourly wages. The blockade and other means, applied by the union, compelled the Polish company MSB to agree on hourly wages from EUR12.30 to EUR14.00. The agreed wages are based on the collective agreement, applicable for electricians at construction sites.

Ce qui tendrait à prouver que les arguments des "nonistes" français font leur chemin en Europe !

4.Posté par DoNgocTran le 06/04/2007 22:37
Quelle que soit la position dans le passe, le candidat a la presidentielle doit maintenant prendre une ferme decision sur l'Europe, dominee par des ultras tels que ce Barroso, arc-boutee sur le sacro-saint de la BCE et envahie par un elargissement inconsidere, avec des pays a peine evolues, aux structures politiques douteuses (voir la Pologne), pratiquant le dumping economique et social, ..., et a notre charge.
Qui veut vraiment de cette Europe, sinon les Eurocrates grassement payes, dont on tait les avantages exorbitants?
Allons un peu de courage, denoncez cette gabegie, Madame Royal!

5.Posté par arnautic le 07/04/2007 10:04
ce qui est effectivement regrettable, c'est que de tels propos viennent de la bouche d'un commissaire ou du président de la Commission. comme aux plus belles heures de la campagne sur le referendum de 2005, pour alimenter le débat national, ou plutôt peut-être pour l'évacuer -peut-être aussi pour faire de l'audimat-, on en appelle à des 'autorités' qui ne semblent avoir pour elles que leur faramineux pouvoir politique et le fait qu'elles apparaissent situées 'au-dessus' de l'autorité nationale, alors qu'on oublie qu'elles sont en réalité partisanes et aussi étrangères, comme vous le soulignez justement. la question que pose Barroso mérite d'être examinée, mais certainement pas d'être abordée avec des arguments aussi définitifs, comme l'était il n'y a pas si longtemps l'argument selon lequel la gestion de l'euro n'avait pas à être remise en cause compte tenu de l'excellente santé des exportations allemandes. le parti pris idéologique des journalistes ou de leurs chefs, ou leur appartenance sociale, joue un grand rôle dans la confiscation du débat et de la démocratie. après avoir contribué à saper la république pendant des années, tous ces gens-là n'ont fait que réveiller la lutte des classes pour le referendum. à la veille de l'élection présidentielle, on attend toujours des vrais débats. et des confrontations contradictoires directes.

6.Posté par Beuzelin Claude le 09/04/2007 15:53
J’ai été estomaqué par le commentaire de Lionel à propos de l’accord conclu entre le mouvement de Jean-Pierre Chevènement et le Parti Socialiste. Je ne sais qui se cache derrière ce prénom « célèbre », mais je puis lui dire que son cerveau ne fonctionne plus très bien. Ainsi, il est devenu incapable de concevoir qu’il puisse exister des hommes politiques intègres, rigoureux dans leurs analyses, fidèles à leurs engagements et prêts à sacrifier leur carrière pour défendre le bien public. De vrais hommes d’Etat quoi. C’est devenu en effet inconcevable pour les médias audiovisuels et la plupart des journaux où l’on a pu retrouver majoritairement ce type de « commentaires ».

A droite, je ne vois guère que Dupont-Aignan qui réponde à ces critères de rigueur et de fidélité. On sait le sort que lui a réservé celle-ci sous la houlette de Sarkosy.

Alors, mon cher Lionel, lisez les œuvres de JPC. Cela va être difficile d’ici le premier tour, je sais, mais essayez quand même. Cela vous remettra peut-être la cervelle à l’endroit.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:18 A propos des primaires à gauche

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:47 Deux bonnes décisions




Derniers tweets
RT @Place_Beauvau: La Fondation de l'#Islam de 🇫🇷 soutient des projets culturels et éducatifs pr une meilleure connaissance de la religion…
Jeudi 8 Décembre - 15:00
RT @Place_Beauvau: [Communiqué] @BrunoLeRoux salue le lancement de la Fondation de l'Islam de France. https://t.co/E662y8efkL
Jeudi 8 Décembre - 14:09
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04

Abonnez-vous à la newsletter