1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire?


Le dernier livre de Jean-Pierre Chevènement, sortie le 16 octobre 2013 (Editions Fayard, 342 pages, 20 euros, ISBN 2213672571).


Commandez le livre papier


Achetez le livre numérique (extrait gratuit)

Présentation du livre par Jean-Pierre Chevènement

On peut prédire, sans risque de se tromper, que la commémoration, en 2014, du déclenchement de la Première Guerre mondiale sera instrumentée à des fins politiques. Au nom du «Plus jamais ça!», il s’agira, pour nos classes dirigeantes, de justifier la mise en congé de la démocratie en Europe au prétexte, cent fois ressassé, de sauver celle-ci de ses démons.

Même si comparaison n’est pas raison, il m’a paru éclairant, pour comprendre comment l’Europe a été progressivement sortie de l’Histoire, de rapprocher les deux mondialisations, la première, avant 1914, sous égide britannique, et la seconde sous égide américaine, chacune posant la question de l’hégémonie sans laquelle on ne peut comprendre ni l’éclatement de la Première Guerre mondiale ni l’actuel basculement du monde de l’Amérique vers l’Asie.

La brutale accélération du déclin de l’Europe ne tient pas seulement aux deux conflits mondiaux qu’a précipités un pan- germanisme aveugle aux véritables intérêts de l’Allemagne. Elle résulte surtout de la diabolisation de ses nations nécessaire à des institutions européennes débilitantes qui ont permis leur progressive mise en tutelle par de nouveaux hegemon.

Afin de ne pas être marginalisée dans la nouvelle bipolarité du monde qui s’esquisse entre la Chine et l’Amérique, l’Europe a besoin de retrouver confiance dans ses nations pour renouer avec la démocratie et redevenir ainsi actrice de son destin. Rien n’est plus actuel que le projet gaullien d’une « Europe européenne » au service du dialogue des cultures et de la paix, une Europe compatible avec la République où la France et l’Allemagne pourront de concert penser vraiment l’avenir d’un ensemble allant de la Méditerranée à la Russie. Dans une « réconciliation » enfin purgée de ses ambiguïtés et de ses non-dits : celle de deux grands peuples capables de poursuivre ensemble leur Histoire.
J.-P. C.

Plan détaillé

INTRODUCTION : D'UN SAUT L'AUTRE OU L'HISTOIRE INSTRUMENTEE

1914 : une part d'énigme

Une mémoire approximative... et surtout sélective
Un grand oublié : le front russe
L’ultime face à face
Le rôle des États-Unis dans la fin de la guerre
L’armistice ambigu
Le patriotisme oublié
La découverte du « Mal »

Quand le présent instrumente la lecture du passé
La crise de l’Europe néolibérale
Justifier le passage à une « Europe postdémocratique »
D’un saut l’autre
La question de l’hegemon dans la mondialisation

1914 et la genèse de l'actuelle construction européenne
Le « besoin d’Europe »
Au nom de l’Europe, un nouveau « despotisme éclairé »
Un contresens éclairant : la monnaie unique
L’Europe sortie de l’Histoire avec ses nations

Peut-on lire la première guerre mondiale en dehors des histoires nationales  ?
Pas de téléologie


PREMIERE PARTIE: COMMENT L'EUROPE A ETE PRECIPITEE DANS LE NOIR

Chapitre premier – Les responsabilités immédiates dans le déclenchement de la première guerre mondiale
La première mondialisation, facteur de paix ?
Le choix de la guerre
Le « Manuel franco-allemand » ou l’art de l’estompage

Chapitre II – L'Allemagne au XIXe siècle  : un pays à la recherche de son identité
La question du « Sonderweg »
Le tournant de 1891

Chapitre III – Le rôle du pangermanisme dans l'acheminement à la guerre et dans la guerre elle-même
Le projet d’union douanière de l’Europe centrale
L’idéologie du pangermanisme
Le ressentiment contre la modernité, un phénomène européen
Les « buts de guerre » de l’Allemagne en 1914

Chapitre IV – Était-il possible d'éviter la première guerre mondiale  ? Ses causes profondes  ?
La question de la responsabilité
Bouleversements dans la hiérarchie des puissances
Un projet de marché commun partagé eût-il permis d’éviter la catastrophe ?
D’une hégémonie l’autre : absence de vision d’une rive à l’autre de l’Atlantique

Chapitre V – De l'échec de Versailles à la normalisation occidentale de l'Allemagne
De l’armistice à la paix
Le réquisitoire de Keynes
Les Alliés auraient-ils pu jouer la carte de la social-démocratie allemande ?
La crise économique et la fin de la République de Weimar
La paix de Versailles un siècle après
Le discrédit de ses nations : un obstacle au redressement de l’Europe


DEUXIEME PARTIE : D'UNE MONDIALISATION L'AUTRE

Chapitre VI – La première mondialisation, laboratoire de la seconde  ?
Facteurs techniques et volonté politique
La mondialisation est aussi financière
Le phénomène de l’émergence
Mondialisation et propagation des crises
Illusions et inquiétudes
L’explosion de la sphère financière
Incertitudes stratégiques
Le « renversement du monde »
Guerres monétaires
La question de l’énergie
L’art de la guerre : entre puissance et précision
Une nouvelle bipolarité se dessine
Le destin de l’Europe
L’avenir de la démocratie

Chapitre VII – La question de l'hegemon au XXIe siècle
Le PCC, héritier de toute l’histoire de la Chine
L’oeuvre de Deng
La rencontre des États-Unis et de la Chine
La notion d’hégémonie est-elle dépassée ?
Réalité de la compétition économique
L’internationalisation du yuan
L’aspect militaire de la compétition
Le tournant de la politique américaine
Un nouvel « avant-1914 » ?
De l’occidentalisme à l’humanisme


TROISIEME PARTIE : COMMENT FAIRE REVENIR L'EUROPE DANS L'HISTOIRE?

Chapitre VIII – L'Europe piégée
Une Europe mise en pilotage automatique
Des nations « impuissantées »
Une politique européenne à la Laval
Comment en est-on arrivé là ?
L’embarquement pour Cythère
La revanche des marchés et des banques
Le principe de la responsabilité des États et les limites de l’« intégration solidaire »
Vers l’Europe postdémocratique
Le sentiment commun d’appartenance, mystère de la démocratie
Les responsabilités des classes dirigeantes françaises
Le désarroi français

Chapitre IX – L'Allemagne et la tentation du grand large
Une réunification globalement réussie
Une normalisation occidentale achevée
Au « sommet de l’Europe » ?
Le choix de la compétitivité externe
L’Allemagne a-t-elle encore besoin de l’Europe ?
La proposition de H. W. Sinn
Un tout petit fourgon-pompe
Une Europe allemande ?
Le « coup d’État européen » d’Ulrich Beck est voué à l’échec
Le dilemme d’Angela Merkel
Une Europe disciplinaire
Mme Merkel fera du Merkel

Chapitre X – Refonder la relation franco-allemande
Le second décrochage français
L’intérêt vital de la France
Le cinquantenaire du traité de l’Élysée
Un rapport enfin normal au passé franco-allemand
Asynchronie des histoires nationales et réalité de l’Histoire européenne
Le bilan du traité de l’Élysée
– La défense commune franco-allemande
– L’apprentissage de la langue de l’autre
Deux visionnaires
Cinquante ans après, une relation qui reste ambivalente
Le déséquilibre psychologique
La France vue d’Allemagne : une vieille dame
L’Allemagne vue de France : une grande Suisse
La réconciliation franco-allemande a été acquise il y a cinquante ans
Deux identités qui communiquent

Chapitre XI – La monnaie commune pour sortir du piège
Faire de la Banque centrale européenne une banque centrale comme les autres : un scénario qui risque de demeurer bancal
Un deuxième scénario plus sûr : la transformation de l’euro en monnaie commune
Deux conditions de réussite pour la monnaie commune
– Un plan européen d’investissements
– Le choix d’une parité monétaire ajustée
Des États responsables pour une démocratie retrouvée
Une vision d’homme d’État
La France doit d’abord compter sur elle-même

Chapitre XII – Un projet historique retrouvant le cap de l'unité européenne
Un fait massif s’impose, les nations européennes continuent
Des « nations postnationalistes » ?
Quand un problème est insoluble, il faut en changer les données
Un projet historique est nécessaire à l’Europe pour qu’elle puisse trouver sa place au XXIe siècle
Préserver et rénover l’État social
Codéveloppement et compétitivité
Protéger par la monnaie

CONCLUSION - GAGNER LA PAIX, ENSEMBLE
Une ambition de civilisation
L’Europe dans la géopolitique du XXIe siècle
Changer l’échelle de l’Europe
La « géométrie variable »
À la base de tout, l’étroite entente de l’Allemagne et de la France
Atouts de la France
La République tient la France debout



Lu 17978 fois





Sortir la France de l'impasse