Agenda et médias

Entre Trump et Merkel, adapter la politique de la France


Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Figaro, édition du 6 septembre 2018.


La critique que l'establishment nord-américain exerce à l'égard de la politique de Donald Trump juxtapose de très nombreux griefs. Ainsi, l'ancien président Obama incrimine un réflexe de conservatisme émanant de couches sociales menacées dans leur «stabilité économique», leur «statut social», leurs «privilèges» ou leur «identité culturelle» (discours de Johannesburg du 17 juillet 2018). Cette critique trop rapide me paraît révélatrice d'une certaine tache aveugle qui dissimule à l'establishment nord-américain les fractures sociales engendrées par la globalisation dans les régions industrielles traditionnelles - ainsi la «Rust Belt» - et surtout la montée d'une inquiétude plus générale dans la société américaine: et si la globalisation conduisait non seulement à la désindustrialisation mais aussi à un certain déclin des États-Unis?

Trump, sans le dire explicitement, incrimine les conséquences des choix opérés il y a quatre décennies par l'establishment américain, républicain d'abord puis démocrate, en faveur du libre-échange notamment avec la Chine. L'actuel déficit commercial américain (862,7 milliards de dollars en 2017 dont 395,8 milliards avec la Chine) ne montre pas que les États-Unis vivent au-dessus de leurs moyens: pour Trump, ce déficit abyssal est d'abord le résultat de l'alliance déséquilibrée nouée entre les firmes multinationales américaines et le Parti communiste chinois au temps de Deng Xiaoping.

Trump attaque sur tous les fronts à la fois. D'abord le déficit commercial avec la Chine, dont par ailleurs le PIB (en dollars courants) s'approche de celui des États-Unis (12.237 milliards de dollars contre 19.390) et l'a même nettement dépassé en parité de pouvoir d'achat (23.000 milliards de dollars contre 19.000), selon la Banque mondiale, une Chine qui n'applique qu'avec réticence les règles de l'OMC en matière de propriété intellectuelle et de subventions publiques. Ensuite la dénucléarisation de la Corée du Nord, véritable test à l'égard de Pékin. En troisième lieu le déficit avec l'Union européenne (160,8 milliards de dollars), principalement avec l'Allemagne qui ne consacre par ailleurs qu'un très modeste effort à sa défense (1,1 % de son PIB). Trump, enfin, veut remettre en cause la domination de l'Iran sur le Moyen-Orient, résultat des deux guerres du Golfe, en dénonçant l'accord du 14 juillet 2015 qui était pourtant un autre moyen de la contenir.

Le président des États-Unis se veut «antisystème»: il combat le libre-échange qui est la philosophie de base des institutions de Bretton Woods (FMI, Banque mondiale) et plus encore de l'OMC. Il rompt avec le multilatéralisme qui organisait autour de l'establishment américain la solidarité de tous les autres, y compris le Parti communiste chinois, au sein d'un ensemble mondial hiérarchisé. Son mot d'ordre: «America first!» exprime avant tout la volonté de rebattre les cartes d'un jeu dont il estime que les règles doivent être revues, l'objectif central étant évidemment d'enrayer la montée de la Chine sur le long terme et de perpétuer l'hégémonie mondiale des États-Unis.

Ce retournement de tendance historique par rapport au paradigme libre-échangiste et multilatéral qui organisait depuis quarante ans l'hégémonie «soft» des États-Unis sur leurs alliés prend ceux-ci par surprise. Ils sont confrontés à une hégémonie «hard» qui les transforme en États tributaires. Ainsi leurs entreprises, si elles rechignent à plier devant les oukases du Centre (en matière d'investissements à l'étranger par exemple), sont-elles mises à l'amende en vertu de l'extraterritorialité du droit américain. En maintenant un conflit à demi gelé en Ukraine, les États-Unis croient s'être enfin approprié la clé de la sécurité européenne.

Dans le système de domination états-unien, un paradigme dur s'est ainsi substitué à un paradigme mou. À bien y réfléchir, cela a commencé avant Trump: avec les «révolutions arabes» et la crise ukrainienne. Dans les deux cas, la volonté d'exporter les «valeurs occidentales» a engendré la crise (sanctions ou diverses formes d'ingérence en Libye et en Syrie).

Ce changement de paradigme se fait au nom de l'intérêt national américain: ce sont deux conceptions de l'intérêt national qui s'affrontent dans le débat de politique intérieure américaine sur le multilatéralisme.

La cristallisation de ce débat autour de la Russie n'est qu'un trompe-l'œil. Le vrai sujet, c'est la Chine. Trump avec elle raisonne d'abord en termes commerciaux. L'establishment traditionnel met davantage en avant les «valeurs» face aux régimes qualifiés d'«autoritaires». La Russie à cet égard n'est qu'une pièce dans un dispositif plus vaste. Confrontés à l'échec de leur politique de «changement de régime» à Moscou, les États-Unis aujourd'hui ne peuvent espérer freiner le rapprochement de la Russie avec la Chine et l'Asie qu'en revoyant une politique des sanctions manifestement contreproductive. Il suffirait pour cela d'exercer sur l'Ukraine les pressions qui l'amèneraient à appliquer enfin les clauses de l'accord de Minsk qui lui incombent. Tel ne semble pas être aujourd'hui le chemin choisi. En attendant, rien ne s'opposerait à des «deals» circonscrits (à la Syrie par exemple), où la realpolitik, des deux côtés, trouverait son compte, si la question de l'Iran n'y faisait obstacle.

Fondée sur des rapports de force brutaux, la politique de Trump peut paraître procéder d'une logique simpliste: un déficit commercial abyssal peut-il être réduit par la hausse des droits de douane? Cette politique ne sera-t elle qu'une parenthèse qui se refermera bien vite? Il peut paraître bizarre de substituer à une politique étrangère globale visant à rassembler des alliés une somme de «deals» dont le premier effet est de rapprocher adversaires et partenaires. Ceux-ci dans l'immédiat paraissent tétanisés et divisés quant à la réponse à apporter à une politique dont le véritableobjet - la perpétuation de la suprématie américaine - est soustrait au débat public.


L'Union européenne est divisée par nature. Elle n'est pas capable aujourd'hui de définir une relation stratégique avec la Chine ou face aux États-Unis. Sur l'Iran ou en matière commerciale, Trump est en position de force. Il peut sans peine exciter au sein de l'Union européenne les contradictions: Brexit, taxation des grosses cylindrées, insuffisant effort de défense des Européens, et notamment de l'Allemagne, dont le statut politico-militaire limite la capacité qu'elle a de jouer «dans la cour des grands», sanctions rédhibitoires à l'égard des entreprises qui ne respecteraient pas les orientations de la politique américaine en Iran, faiblesse intrinsèque de la monnaie unique face aux secousses internationales prévisibles, etc.

Une lecture historique de la première mondialisation (1860-1914) ne permet pas sans aveuglement d'écarter un scénario qui ressusciterait encore une fois le «piège de Thucydide», c'est-à-dire le déclenchement par accident d'une «guerre préventive» entre deux coalitions formées l'une autour d'une puissance dominante (Athènes au Ve siècle avant J.-C. ou la Grande-Bretagne au XIXe siècle), l'autre autour d'une puissance montante (Sparte dans la guerre du Péloponnèse ou le IIe Reich allemand avant 1914).

Ce scénario qui fait partie du jeu de Trump face à la Chine peut rester virtuel. Y a-t-il une alternative? La Chine sera de toute façon demain une très grande puissance mais pas forcément la puissance hégémonique mondiale.

L'Union européenne, à certaines conditions réalistes, pourra peut-être devenir une entité stratégique. Ce n'est pas tant le néoprotectionnisme de Trump qui menace la paix dans le monde. En effet, le regain du protectionnisme à la fin du XIXe siècle a montré que la croissance de l'économie mondiale et même celle du commerce international pouvaient s'en accommoder. L'accord avec le Mexique est un bon accord, malheureusement trop peu commenté, qui subordonne l'importation aux États-Unis de voitures fabriquées au Mexique à un salaire minimum des ouvriers mexicains. Le néoprotectionnisme peut aller de pair avec le recentrage des économies chinoise et américaine sur leur marché intérieur. C'est plutôt de la configuration bipolaire du monde (en «G2») et de l'exacerbation des tensions entre les deux pôles que procède aujourd'hui le plus grand danger.

Un certain multilatéralisme peut-il être restauré? Avec peu de moyens, la Russie a rétabli sa souveraineté. L'Union européenne ne peut, selon moi, y parvenir par la voie de l'intégration. Les rapports de force en son sein sont trop déséquilibrés. Les résultats de notre commerce extérieur témoignent du manque de compétitivité de l'économie française qui depuis quatre décennies a laissé s'effilocher son industrie. Moins que jamais le gouvernement de Mme Merkel issu des élections de 2017 ne veut d'une «union de transferts» que le président Macron ne lui a d'ailleurs pas proposée. Un budget de la zone euro «à deux chiffres» ne peut être l'outil d'une politique économique contracyclique sérieuse. Certes la France pourrait proposer une politique contracyclique plus efficace où les investissements s'effectueraient principalement sur le territoire des pays contributeurs. Il serait peut-être ainsi possible de tempérer le mercantilisme allemand (un excédent de la balance courante, manifestement excessif,de 8,1 % du PIB).

La France et l'Allemagne pourraient aussi essayer de promouvoir l'euro comme monnaie internationale parallèlement au dollar, mais la volonté politique en existe-t-elle alors que les Européens, depuis les accords de la Jamaïque (1976), se sont toujours accommodés de l'abus du privilège du dollar par les États-Unis?

Plus encore qu'une politique économique contracyclique, ce qui fait défaut à l'Union européenne, c'est une capacité d'action stratégique dans le domaine monétaire mais aussi en matière de politique extérieure et d'intervention militaire, de politique migratoire, d'aide au développement, et enfin de promotion des technologies du futur.


À ces défis, l'intégration n'est pas une bonne réponse: les processus de décision à vingt-sept ou à dix-neuf sont trop lents. Surtout manque la volonté politique appuyée sur un puissant sentiment d'adhésion populaire qui pourrait fonder une ambition stratégique à l'échelle mondiale. Soyons réalistes: l'Union européenne restera pour l'essentiel une union de nations, c'est-à-dire une confédération. La nation reste en effet le cadre de la démocratie et de l'affirmation de la volonté politique des peuples. Au sein de l'Union européenne, plusieurs grands États pourraient ensemble constituer le noyau d'une entité stratégique opérationnelle. Un traité dans les traités serait sans doute pour cela nécessaire. Il n'y a pas de contradiction entre ce «noyau dur» et l'UE à vingt-sept ou la zone euro à dix-neuf, mais au contraire complémentarité. Ce qui compte, c'est la volonté politique de défendre les intérêts européens. Par ailleurs, le bon sens commanderait de réfléchir à un nouveau partenariat stratégique avec la Russie pour lever l'hypothèque de la sécurité européenne.
Desserrer les pinces du «G2» et contribuer à restaurer un véritable multilatéralisme

L'Europe, à ces conditions seulement, pourrait peser comme acteur stratégique mondial. Elle pourrait ainsi desserrer les pinces du «G2» et contribuer à restaurer un véritable multilatéralisme, plus propice que le tête-à-tête sino-américain à la stabilité et à la paix dans le monde.

L'Union européenne pourrait même tirer parti du néoprotectionnisme américain: la défense de l'État social en effet exige des frontières. Une certaine régionalisation de l'économie mondiale permettrait une meilleure régulation sociale au plan intérieur. De même, en matière migratoire, la prise en compte de tous les facteurs (développement des pays d'origine qui ont besoin de leurs élites, capacité d'intégration des sociétés d'accueil) pourrait conduire à un «mix» consensuel entre pays du Nord et pays du Sud, autour de formules équilibrées, cohérentes avec le maintien des valeurs universelles: il faudrait pour cela aider les pays du Sud à devenir de véritables États nations.

Trump incarne un défi qui ne peut être relevé que sur la base d'une vision stratégique, par une France remise au centre du jeu européen», selon la formule employée, un jour, parle président de la République. De toute évidence, des révisions s'imposent à notre politique pour tenir compte des changements majeurs intervenus depuis un an.


Source : Le Figaro


Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 6 Septembre 2018 à 12:47 | Lu 2180 fois



1.Posté par Carl GOMES le 07/09/2018 22:27
Certains intellectuels (les socialistes) on voulu nous faire croire que la globalisation allait de pair avec la démocratie; que les pays développés devaient passer par là...Or rien n'est moins vrai!... La globalisation enrichit certaines couches de la société, les élites et les milieux financiers, aux dépens des autres...alors bien sûr ils pestent quand un certain Trump aux Etats-Unis veut supprimer leur vache à lait...
Il est temps à ces "élites" de faire leur auto-critique, afin d'espérer, au crépuscule de leur vie, une hypothétique "rédemption"...car elles ont trahi leur pays, ce qui n'est quand même pas rien!....

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Octobre 2018 - 14:19 "Faire connaître la culture musulmane"




Derniers tweets
Retrouvez l'entretien que j'ai donné à @ReformeHebdo : "Faire connaître la culture musulmane"… https://t.co/LH89TgWmuk
Vendredi 19 Octobre - 14:30
"Il faut avoir le coup d'oeil politique, c'est ce que l'on demande à un ministre, pas d'être un expert. Il doit aus… https://t.co/MCisWcmYMI
Jeudi 11 Octobre - 12:46
"Le ministre de l'Intérieur est là pour penser les politiques, son rôle n'est pas de faire la police lui-même. On p… https://t.co/251MPKkFu7
Jeudi 11 Octobre - 12:45

Abonnez-vous à la newsletter