Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Une girouette qui n’a pas l’excuse du vent



De la visite de M. Sarkozy en septembre dernier aux Etats-Unis où il a rencontré le président George W. Bush, les deux plus influents quotidiens américains, le New York Times et le Washington Post, ont relevé la tonalité pro-américaine. Il a «prononcé, sans aucune honte, un discours pro-américain», relevait au terme de cette visite le Washington Post. «Pour lui, le surnom de Sarko l’Américain n’est pas une insulte mais un honneur», soulignait pour sa part la correspondante à Paris du New York Times.

«Son rejet d’un anti-américanisme primaire qui a dominé les relations américano-françaises depuis la guerre en Irak est courageux et rafraîchissant et devrait valoir à Sarkozy des amis à Washington», écrivait pour la part Sally McNamara, une experte des questions européennes au centre de réflexion néo-conservateur Heritage Foundation.

Et voilà que le 14 janvier 2007, M. Sarkozy est venu expliquer aux Français qu’il «avait changé» et que «l’invasion de l’Irak était une faute».

Que s’est-il passé entre septembre 2006 et janvier 2007 pour que M. Sarkozy change aussi radicalement de position ?

A la place de nos amis américains, je me méfierais d’une telle girouette qui n’a même pas l’excuse du vent.


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Vendredi 2 Février 2007 à 16:44 | Lu 6895 fois



1.Posté par Mog le 02/02/2007 20:36
Je suis également contre l'anti américanisme primaire. Et j'ai également comme l'impression que la France les considère (désolée si selon vous j'exagère) comme des intégristes. Je pense qu'on peut considérer les américains comme un peuple civilisé et non pas le comparer à nos "amis irakiens" qui considèrent la femme comme moins que rien et qui pratiquent la polygamie. Sinon je vous remercie d'être allée sur mon blog, mais je regrette que vous n'ayez pas laissé un message dessus. Cela m'aurait intéressée de connaître votre avis sur les sujets de société que j'aborde tous les jours. A bientôt, au plaisir de vous lire peut être

2.Posté par rajeev le 02/02/2007 21:23
J.P Chevènement a raison d'insister sur les contradictions de l'ensemble du discours de Sarkozy. Qu'il s'agisse des relations internationales, de l'Europe, du travail, des successions, M.Sarkozy tient aujourd'hui des propos contraires à ses actes et à ce qu'il a toujours dit.
Comment faire apparaître au mieux ces contradictions ? Telle est la question qui se pose à la gauche et aux partisans de Ségolène.
Rajeev

3.Posté par amir le 03/02/2007 12:43
La fustigation de Jean-pierre Chevènement est très juste et illustre bien l'hypocrisie de certains hommes et femmes politiques.Selon que l'on soit de droite ou de gauche on peut avoir une vision atlantiste comme nous avons pu le constater lors du début de la guerre en irak oû des hommes politiques de droite comme de gauche n'étaient pas présents lors des manifestations contre cette guerre. A l'instant présent, il ne suffit pas de critiquer la politique américaine pour avoir la paix au Moyen-Orient car le courage est avant tout dans l'action politique.L'histoire jugera de ceux qui étaient là.Comme nous l'a transmis le général de Gaulle : « Soyons fermes, purs et fidèles au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n'ont pas cédé  »

4.Posté par Elie Arié le 03/02/2007 12:48
Il est bien évident que ce qui s'est " passé entre septembre 2006 et janvier 2007", c'est que Sarkozy, conscient de son image trop "droitière", a décidé de changer de stratégie, et de prendre exemple sur la campagne de Chirac de 1995, qui, lorsqu'il était au plus bas des sondages et loin derrière Balladur, avait lancé à son entourage son fameux: "Je vous étonnerai par ma démagogie".

Et ce qui est inquiétant, c'est que ça a très bien marché.

5.Posté par vieux mandrin le 07/02/2007 12:49
Le ralliement de Max Gallo qui était proche de nous depuis toujours est un faux pas dû à son machisme invétéré. Cela me confirme le bien fondé de l'accord entre le mrc et le ps pour soutenir Ségolène Royal car il est temps que les vieilles croûtes mâles mais impuissantes cessent de gouverner la France en exclusivité. A quelques exceptions près, les révolutionnaires septuagénaires de 1789 n'existaient pas, car ils avaient tous été guillotinés... on se demande parfois pourquoi, mais l'observation des gens nous renseigne mieux que l'Histoire elle-même sur le pourquoi de ces moeurs expéditives. Je sais que je suis dur, mais ce qui m'arrive avec Max gallo que j'admirait me plonge dans une sorte de désespoir. Avec mes excuses, et de grâce, ne me censurez pas, surtout aujourd'hui où Charlie Hebdo doit répondre de l'exercice de sa liberté d'expression.

6.Posté par michel le 09/02/2007 19:19
Nicolas parle et est toujours d'accord avec son interlocuteur ce qui en fait une girouette voire le caméléon qui change de couleur avec la couleur son interlocuteur HI HI Hi....
Et puis la presse aux ordres, nous parle de Nicolas et c'est tous les jours une grande fête de la St Nicolas sur nos ondes publiques ou non publiques.
Et puis toue ces manipulations politico-médiatiques des citoyens sans parler du débat de fond me font horreur.

7.Posté par fildariane le 11/02/2007 22:28
Nicolas le petit jardinier ratisse large:
un large coup à l'extreme droite-colonialisme,
un coup vers les patrons exclavagiste-remettre la France au travail, le contrat de travail inique
un peu coup provoc' à gauche (la réincarnation de Jaurès et Blum)
un petit coup de rateau vers des supposés travailleurs(la Fance qui se lève tot)
un petit coup vers les journalistes-ça ne fait jamais de mal! (soutien à Charlie Hbdo)
On est subjugué par cette agitation brouillonne ,mais c'est quant même curieux:les coup de raeau à gauche sont moins amples et beaucoup moins convaincants.
Je me demande bien pourquoi?lorsu'il parle avec parisot je l'imagine sans peine taillant ,le paiement majoré des heures sup , les minima sociaux ,ce qui reste du code du travail et réduisant la retraite par répartition à un pétale de rose.Par contre lorsqu'il racle le droit au logement opposable et la réhabilitation de la valeur du travail on sent bien que ce n'est pas demain que la friche sera travaillée.
N'est pas paysagiste qui veut et Sarkopen n'est pas un apprenti très doué.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:18 A propos des primaires à gauche

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:47 Deux bonnes décisions




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter