Agenda et médias

"Un nouveau président pourrait utiliser le référendum afin de redéfinir notre relation à la construction européenne"


Jean-Pierre Chevènement était l'invité du Talk du Figaro, vendredi 1er avril 2016. Il répondait aux questions d'Yves Thréard.


Verbatim express :

Je ne comprends pas le recul de François Hollande sur la révision constitutionnelle.
Une erreur de formulation sur la déchéance de nationalité en spécifiant que cela s’appliquait aux binationaux avait été corrigée. Par exemple Abdelslam n’est pas un binational, mais il aurait pu être déchu de sa nationalité. Personnellement, cela ne me gênait pas.

Je ne comprends pas comment on s’est fait tout un monde de l’aptridie. Le statut d’apatride est très bien protégé, par conséquent cela ne posait aucun problème.
Il fallait une réponse unie après l’agression terrifiante dont la France a été victime le 13 novembre. Il fallait une grande fermeté. La gauche libérale libertaire n’a eu de cesse que de décrédibiliser la proposition du président de la République et la droite n’a pas résisté à la tentation de mettre à profit son erreur initiale, de sorte que des forces d’émiettement, de désagrégation se sont conjuguées pour contraindre le président de la République à reculer.
Personnellement, cela ne me gêne pas qu’une poignée de criminels puissent être déchus de la nationalité française. C’était une erreur de cibler les bi-nationaux.

La réforme du marché du travail n’est pas équilibrée. On nous parle toujours du modèle allemand, mais c’est aussi la cogestion c’est-à-dire l’introduction des salariés dans le mécanisme de décision. Or il aurait fallu le faire à la mode française. On aurait pu penser que l’entreprise, ce n’est pas tout pour les actionnaires. Ce projet ne met l’accent que sur la flexibilité. Alors on me dira, il faut bien l’être puisque les autres le sont et nous le sommes peut-être un peu moins qu’eux. Cela demande quand même à être vérifié puisque 85% des embauches se font en contrat à durée déterminée, il y a donc une certaine flexibilité. Il y avait matière à réformer. Je souhaite que cette réforme puisse être discutée par le parlement et améliorée, mais je critique ceux qui ne veulent pas de cette réforme mais ne remettent pas en cause les choix qui nous conduisent à cette situation économique dramatique.

Le choix de la monnaie unique nous a conduit à une stagnation de longue durée. Nos coûts sont trop élevés par rapport à ceux de l’Allemagne et en s’accrochant d’abord au Mark puis à la monnaie unique, on s’interdit les marges de flexibilité que nous avions traditionnellement. L’Allemagne a creusé l’écart très tôt à la fin du XIXème siècle. Elle a développé des concentrations et une industrie moderne que nous n’avons pas été capables de promouvoir avant 1945.

Je souhaite que le gouvernement puisse gouverner. Le Président de la République a été élu pour cinq ans. Je suis légitimiste. Je considère qu’il doit aller au terme de son mandat. Je serai inquiet qu’aujourdhui la capacité du gouvernement à gouverner disparaisse. Naturellement ce qui se passe ne me surprend pas du tout. Il y a très longtemps que j’ai multiplié les mises en garde, à propos de l’accrochage à la monnaie forte et de la désindustrialisation qui s’en est ensuivie. Mais voilà, nous sommes au résultat, et moi je n’aime pas appuyer encore sur un homme qui se noie, ce n’est pas mon genre.

Le quinquennat était une erreur. Le Président de la République doit être l’homme de la nation, il doit rassembler et puis il y a un parlement qui reflète les aspirations populaires. C’était une erreur, je l’ai commise moi-même d’ailleurs que de penser qu’il fallait revenir à un rythme plus banal dans la démocratie.

Le président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire s’il décide de se représenter, il le décide lui-même.

A propos de la candidature de Bastien Faudot (MRC) à l’élection présidentielle de 2017 :
Je ne suis plus membre du MRC et je l’ai quitté pour ne pas avoir à commenter ce genre d’initiative. Je ne veux pas commenter ce genre d’initiatives, c’est la preuve que je ne l’approuve pas vraiment…

Il y a deux manières de remédier à l’actuel émiettement politique : ou bien on change de logiciel, mais cela je ne l’attends plus de l’actuel gouvernement, ou bien on passe par une formule qui est celle des primaires. Cela ne vaut que ce que ça vaut, mais c’est une manière de créer un minimum de discipline.

Par rapport à la référence à 1958 :
Il faut rebattre complètement les cartes. La France est affrontée à d’immenses défis gravissimes. On sous-estime le risque du terrorisme djihadiste, il y aura à nouveau des attentats et le carburant est là. Je suis inquiet parce que le but de Daesh c’est de nous conduire à la guerre civile. Il y a un parti d’extrême droite qui est puissant, il y a beaucoup de gens dans les associations à gauche qui n’ont pas pris la mesure des enjeux. Tout est réuni pour créer les conditions d’un immense malentendu, de la désunion et par conséquent de la fragmentation.

Les institutions de la Vème république donnent une solidité à la France, il ne faut pas lui enlever.

Je ne veux pas revenir au régime d’assemblée qui a perdu la IIIème et la IVième République. Si la VIème République, c’est le retour au régime d’assemblée, je suis contre. Mais par contre, je suis favorable à un changement de logiciel, je pense que c’est la vérité de la politique qui manque. Quand on aura redonné de la lisibilité à l’action politique, la confiance reviendra. Par exemple, je souhaite qu’on utilise davantage le référendum. Un nouveau président pourrait utiliser le référendum afin de redéfinir notre relation à la construction européenne, qu’il faut réorienter.

Je considère que le combat d’idées est toujours nécessaire. Si je peux permettre, aider au redressement politique, j’aurais accompli ma tâche.

A gauche, je vois trois personnalités qui émergent : Valls, qui cherche une réponse républicaine à la crise, Macron, une réponse libérale mais humaniste, et puis Arnaud Montebourg qui est resté fidèle à son sillon, produire français, la réindustrialisation.


Rédigé par Chevenement.fr le Vendredi 1 Avril 2016 à 20:36 | Lu 4249 fois



1.Posté par Jules DUNORD le 02/04/2016 09:19
Je vous rejoins, M. Chevènement, sur tous les points sauf quand vous dites que Valls et Macron sont de gauche. Pour moi les mots libéralisme et humanisme sont antinomiques car leurs intérêts divergents. Que Macron soit intelligent et qu’il sait qu’il faut lâcher des miettes pour faire prospérer le libéralisme, c’est tout à fait vrai mais cela ne le rend pas humaniste. Lui et Valls (ainsi que Hollande) ont dénaturé l’humanisme de gauche. Ils en paieront le prix fort en 2017.
Ceci n’empêchera pas Macron de se retrouver dans un gouvernement de droite. Pari tenu ?

2.Posté par Patrick LENORMAND le 03/04/2016 13:31
Les personnalités de gauche ? Macron etc.... Vous les classez donc encore à gauche !
Soyons sérieux, sur le fond, réellement l'élection de 2017 se jouera entre les patriotes et les tous les autres. Et j'aimerai beaucoup que vous envisagiez la candidature Dupont-Aignan ...
En fait, c'est la seule option possible pour les patriotes républicains.

3.Posté par Bernard DEFRANCE le 30/05/2016 06:26
Monsieur Chevénement,
le débat d'idées et utile et necessaire, pas le combat qui pour ma part je considère responsable de la situation actuelle ou même dans le plus petit village de moins ded 100 habitants, une moitié du village se bat et ne parle plus à l'autre moitié ?
Il serait simple de modifier quelques lois pour qu'un élu battu ne puisse plus se representer, de facon à renouveler les élus et les mettre en garde contre le mensonge qui a ecarté un grand nombre d'electeurs des urnes, et ce n'est pas fini ?
Il faut aussi se rendre à l'evidence que leclivage gauche droite est entretenu artificielemnt por diviser le corps electoral de maniere absurde ( des ouvriers, des pauvres, des chomeurs qui votent maintenant pour l'extreme droite, tant ils on été trahis !
Il faudrait aussi integrer tous les politicien dans un PARTI COMMUN , bien sur avec chacun leur idée et leurs point de vue , pas un parti unique qui ont le sait pose des problemes insolubles ?
Ce parti commun aurait l'avantage d'avoir ses debet en interne , ne laissant transpirer que les choses graves, sans en permanence "monter" le citoyen contrre tel ou tel parti qui de fait actuelement sont quasiment identiques ?
De plus dans ce parti commun les candidats seraient libre de leurs choix et obtienfdraient tous les mêmes subventions pour leurs campagnes, allouée par un " bureau de citoyens tirés au sort" qui serait régulièrement renouvelé ?
Cordialement,
Bernard

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter