Actualités

"Produire en France": "concurrence démagogique" des politiques (Chevènement)


Dépêche AFP, mardi 13 décembre 2011, 20h28.


"Produire en France": "concurrence démagogique" des politiques (Chevènement)
Jean-Pierre Chevènement, candidat MRC à la présidentielle, a ironisé mardi sur la "concurrence démagogique" des responsables politiques sur le "produire en France", à l'occasion du déplacement de Nicolas Sarkozy sur le thème de la réindustrialisation.

"Je m'amuse aujourd'hui, et je pourrais dire que je m'indigne dans mon for intérieur, de voir tous ces hommes politiques qui étaient partisans, à l'époque, du franc fort puis de l'euro surévalué (...) et qui sont les responsables de la situation actuelle" prôner le "produire en France", a-t-il déclaré sur Europe1.

"Je regarde la concurrence démagogique de tous ces hommes politiques qui ont une responsabilité écrasante et je dis, que pour sortir de l'ornière, il vaut mieux ne pas faire confiance à ceux qui nous y ont mis", a ajouté le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen, qui a souligné que lui-même "achetait français" et avait "une 308 Peugeot et une Clio Renault".

"Une monnaie moins chère est la condition principale de la réindustrialisation de la France" de même qu'une "politique plus favorable aux PME", a ajouté M. Chevènement pour qui "c'est un travail sur 20 ans, 30 ans qui n'a pas été fait".


Rédigé par Chevenement.fr le Mardi 13 Décembre 2011 à 20:52 | Lu 2321 fois



1.Posté par Jean-Philippe DELALANDRE le 14/12/2011 15:17
JPDelalandre
Bonjour,
je reviens quelques décennies en arrière, lorsque Georges Marchais provoquait des sourires ironiques et condescendants chez des commentateurs comme Elkabach ou Alain duhamel, et bien d'autres, quand il parlait de "produire français" et de "consommer français". Personne n'ose le rappeler ! C'est un peu comme les critiques de Jean-Pierre Chevènement à l'égard du traîté de Mastricht... (Presque tous se sont ralliés à l''analyse d'un écchec programmé", mais les conclusions qu'ils en tirent est radicalement différente et, surtout, éminemment politique :
certains se servent de cette crise pour aller vers une Europe technocratique supranationale, se faisant sans et contre les peuples (mais en s'appuyant sur les régions, pour achever de détruire les Etats-nation)... C'est un remède "anti-alternance", la voie vers un libéralisme sans retour gravé dans le marbre de textes...
Ducoup, c'est bien là que se situe le véritable clivage idéologique et politique entre ceux qui prétendent régler la crise par une plus grande intégration économique, fiscale, allant jusqu'à imposer des plans d'austérité généralisé qui provoqueront récession.. et révolte des peuples ! Et les autre, plus pragmatiques, partisans d'une Europe confédérale et démocratique.
Qui n'aurait pas compris que c'est là que ce situe le véritable clivage de la campagne présidentielle de 20212, et bien au delà, et non dans un "rapport droite-gauche" quelque peu brouillé, commettrait une erreur...
C'est, à mon avis, ce sur quoi il faut insister...
Cordialement, JPD

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter