Agenda et médias

Pourquoi je dis "non" au traité budgétaire européen


Entretien de Jean-Pierre Chevènement au site Atlantico paru lundi 24 septembre 2012.


Pourquoi je dis "non" au traité budgétaire européen
Atlantico : Examiné mercredi en Conseil des ministres, le projet de loi autorisant la ratification du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l'Union européenne arrivera au Parlement le 2 octobre. Vous avez annoncé que vous ne voterez pas ce texte. Quelles sont vos raisons ?
Jean-Pierre Chevènement : J'ai eu l'occasion de dire ce que je pensais de ce traité à la tribune du Sénat, juste après sa signature par Monsieur Sarkozy et Madame Merkel le 2 mars 2012. Je m'efforce de donner une certaine constance à mes positions. Je rappelle que je fais partie des rares députés socialistes qui ont voté contre le traité de Maastricht en 1992. Partisan d'une Europe construite dans le prolongement des nations, j'ai toujours maintenu ma ligne de pensée qu'il s'agisse de la constitution européenne ou du traité de Lisbonne auxquels je me suis opposé. Ma position et celle du Mouvement républicain et citoyen (MRC) n'ont jamais varié. J'ai développé nos idées durant la campagne pédagogique que j'ai menée de novembre 2011 à février 2012. J'ai retiré ma candidature à l'élection présidentielle le 1er février 2012, et le 13 mars, j'ai apporté mon soutien à François Hollande. Mais notre soutien ne comporte nulle servilité : nous conservons intacte notre liberté de jugement et d'expression. Sinon d'ailleurs, que vaudrait ce soutien? J'ai ici le texte de l'accord qui est intervenu le 9 mars 2012 entre le MRC et le PS s'agissant du traité européen (TSCG) :

"Les deux partis conviennent que le traité européen tel qu'il a été convenu par le sommet du 30 janvier 2012 et signé le 2 mars dernier est inacceptable. La vision purement budgétaire et disciplinaire qui est celle du traité déboucherait sur une austérité et une récession généralisée. Le traité doit être renégocié afin d'introduire dans l'architecture de la zone euro des moteurs de croissance aujourd'hui défaillants : rôle clé de la BCE dans le rachat des dettes publiques et dans le soutien à la croissance, emprunt européen permettant de financer un grand plan d’investissement, relance salariale dans les pays auxquels leur compétitivité le permet, politique de change assurant un euro compétitif."


Où en sommes-nous aujourd'hui ? Le "pacte de croissance" prévoit le redéploiement de 55 milliards de crédits FEDER (Fonds européen de développement régional) qui existaient déjà. Il prévoit une augmentation du capital de la banque européenne d'investissement. Augmentation du capital qui est censée pouvoir financer 60 milliards d'investissements sur un laps de temps à définir. Enfin, il prévoit ce qu'on appelle les "project bonds", mais pour un montant extrêmement modeste : quatre ou cinq milliards d'euros. Aucune de ces mesures n'est à même de contrebalancer l'effet déflationniste du traité et d'inverser la marche à la récession aujourd'hui engagée.

François Hollande n'aurait donc pas tenu sa promesse de renégocier le traité ?
Je pense qu'il faut l'encourager à aller plus loin. Nous lui donnerons du temps car le président de la République, nous en sommes conscients, a des marges de manœuvre limitées. Les quatre parlementaires MRC voteront la loi de finances. En revanche, ils ne voteront pas le traité européen (TSCG) pour deux raisons principales : premièrement, l'effet "récessionniste" qu'aura assurément l’application de ce traité dans toute l'Europe ; deuxièmement, la dépossession réelle des pouvoirs du Parlement qu'il entraine.

Le président de la République doit-il soumettre le texte à référendum ?
Ce choix qui avait ma préférence appartient au président de la République. Le conseil constitutionnel en jugeant le traité conforme à la constitution lui a donné cette liberté.

Le 6 septembre, Mario Draghi, le Président de la Banque centrale européenne (BCE), a évoqué l'achat "illimité" par la BCE d’obligations publiques. N'est-ce pas un signe fort en faveur de la relance ?
Les engagement de Monsieur Draghi pour la Banque centrale européenne ne doivent pas être surestimés. Il a parlé de "rachat de titre de dettes publiques en quantité illimitée" et la presse s'est arrêtée sur le mot "illimitée" . Je fais observer que ce rachat s'opère en réalité sur un créneau très limité : à trois ans et uniquement sur le marché de la revente. Par ailleurs, ces rachats sont subordonnés à des conditions très restrictives. Il faut que le pays en question ait demandé l'aide du Mécanisme européen de stabilité (MES), c'est-à-dire qu'il ait accepté un plan d'ajustement structurel rigoureux sous le contrôle de la Troïka (la BCE, la Commission européenne et le FMI). Ces conditions sont très lourdes.

En outre, une clause de stérilisation est prévue : la Banque centrale devra vendre des effets privés pour compenser les achats d'effets publics. Tout cela pour satisfaire aux critères de la Bundesbank qui ne veut surtout pas augmenter la masse monétaire. On est tout à fait à l'opposé d'une politique de création monétaire comme elle est pratiquée aux États-Unis et qui contribuerait à la croissance. Enfin, dernier point, l'euro est actuellement à 1,31 dollar soit à plus de10% de son cours de lancement, qui était de 1,16 dollar. Cette monnaie surévaluée pèse depuis près d'une décennie sur notre compétitivité.

Justement, vous êtes favorable à une sortie organisée et concertée à l’échelle européenne du système de la monnaie unique. Comment cela peut-il s'opérer de manière pratique ?
J'ai longtemps préconisé le rachat direct par la la Banque centrale des émissions de dette pour casser la spéculation. Les réticences allemandes ne peuvent pas être vaincues. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe vient de limiter à 190 milliards les engagement de l'Allemagne au titre du Mécanisme européen de stabilité (MES). Je rappelle que nous nous sommes engagés de notre côté pour 142 milliards ce que, en France, personne ne semble avoir enregistré. Là encore, on peut s'interroger sur la qualité de l'information fournie par les grands médias directeurs...

Un grand économiste allemand, Hans Werner Sinn, a expliqué que, compte tenu des écarts de compétitivité qui se sont creusés entre les pays de la zone euro et qui sont le vrai problème, il y a a deux méthodes : soit la dévaluation directe par un retour plus ou moins provisoire aux monnaies nationales, soit un plan de déflation interne par une pression exercée sur les salaires, les pensions et les dépenses publiques. Hans Werner Sinn fait remarquer que cette deuxième méthode est très douloureuse et serait peut-être intolérable pour les peuples. Il préconise donc la mise en congé au moins provisoire de certains pays pour permettre à la zone euro de retrouver une certaine homogénéité. Cette thèse a pour elle le mérite de la logique. C'est une observation que j'avais faite depuis 1992 : une monnaie est faite pour un pays.

Les États européens ont des structures économiques très différentes, même l'Allemagne et la France entre elles. Notre industrie pèse moins de la moitié de l'industrie allemande. Nos parts de marché ont décliné de moitié depuis l'an 2000 et l'écart de compétitivité s'est creusé d'une quinzaine de points entre la France et l'Allemagne. Comme l'a exprimé un ancien ministre brésilien des Finances, Monsieur Bresser-Pereira, la question de la sortie concertée et programmée de l'euro, en tant que monnaie unique, se pose. On pourrait, toutefois, conserver l'euro comme monnaie commune. Non seulement comme monnaie étalon, mais aussi comme pivot autour duquel fluctueraient dans des bandes négociées le cours des autres monnaies en fonction de la compétitivité relative de chaque économie. On pourrait utiliser l'euro, panier de monnaies qui s'apprécie sur les marchés, comme monnaie de règlement dans les transactions internationales.

On conserverait donc le symbole de l'euro. Je ne suis pas insensible au fait que l'euro est le symbole d'un effort de rapprochement entre les peuples européens dont, sur le fond, je suis, moi aussi, partisan. Mais ce rapprochement doit se faire sur des bases réalistes. J'étais pour la monnaie commune en 1990, nous avons choisi la monnaie unique. C'est une erreur, car nous avons fait l'impasse sur l'hétérogénéité des 17 nations qui composent la zone euro. Mais lorsqu'on fait une erreur, on peut rebrousser chemin et revenir à la bifurcation initiale pour reprendre le bon chemin.

La sortie de l'Euro ne serait-elle pas synonyme de retour de l'inflation et d'explosion de la dette ?
Non, je ne crois pas du tout. Dans l'hypothèse d'une sortie concertée de l'euro, il faudrait continuer à libeller les créances et les dettes en euros-francs, en euros-marks ou en euros-drachmes. On exagère tout à fait les risques d'inflation. Ils sont très faibles compte tenu de la très large ouverture de l'économie mondiale et de la pression des pays à bas salaires.

Mais je reconnais bien volontiers que cette hypothèse n'est pas politiquement réaliste, à cause de la position actuelle du gouvernement allemand et de celle des gouvernements de la zone euro qui lui sont inféodés. La réalité, c'est que nous irons de répit en répit, de sommet de la dernière chance en sommet de la dernière chance. Nous vivrons une crise de l'euro qui risque de durer, faute qu'aient été prises les mesures que j'ai préconisées pendant la campagne présidentielle, c'est-à-dire une intervention beaucoup plus active de la Banque centrale pour racheter la dette quitte à créer de la monnaie, et une politique de change permettant à l'euro de redevenir compétitif. Un euro compétitif doit être au maximum à son cours de lancement : 1,16 dollar. Je rappelle qu'il était à 82 centimes de dollars en 2000. Nous avons donc perdu plus de 60 points de compétitivité par rapport à la zone dollar, ce qui induit un mouvement de délocalisation de notre industrie, y compris dans des domaines comme l'aéronautique.

Aujourd'hui, Airbus fabrique plus en zone dollar qu'en zone euro. La question qui se pose désormais pour EADS est de savoir si la France continuera à peser dans la direction des affaires du nouveau groupe envisagé : si le siège social reste à Toulouse, s'il y aura une alternance par pays au niveau de la direction, quelle sera la part de l’État au niveau du capital. Toutes ces questions, qui sont pourtant majeures, ne sont pas évoquées dans la presse. L'industrie aéronautique est pourtant l'une des rares industries, avec l'automobile, qu'il nous reste.

Durant la campagne des primaires, Arnaud Montebourg, le chantre de la "démondialisation", a défendu des positions proches des vôtres sur le protectionnisme. Aujourd'hui, il s'apprête à voter en faveur du traité budgétaire européen et se révèle, pour l'instant, impuissant dans sa volonté de ré-industrialisation. Doit-il démissionner, comme vous par le passé ?

Je n'ai aucun conseil à lui donner. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Personnellement, je n'ai jamais employé le mot "démondialisation". Je m'efforce d'avoir une expression qui puisse se traduire au niveau d'un gouvernement. On a confié à Arnaud Montebourg un portefeuille très difficile. Je pense qu'il fait de son mieux pour limiter les plans sociaux et surtout re-muscler l'appareil productif. Il faut du temps pour juger. Je veux donner au gouvernement de Jean-Marc Ayrault et à François Hollande le temps d'agir dans la durée. Le MRC est dans la majorité présidentielle. Il votera le budget et les principaux textes sur lesquels nous n'avons pas de divergences.

Il y a par ailleurs bien sûr des divergences connues. Il est clair que sur le nucléaire ou la charte des langues régionales et minoritaires, nous ne sommes pas d'accord. Nous n'abdiquerons pas notre liberté de conscience. Nos parlementaires sont libres de leur expression. Les accords que nous avons avec le Parti socialiste nous la garantissent. Nos députés sont membres du groupe socialiste républicain et citoyen, mais ils ont une clause de conscience. Ils ne voteront que les textes avec lesquels ils se trouvent en accord.

Depuis le début de votre carrière, vous défendez une ligne idéologique d'indépendance, mais vous finissez presque systématiquement par vous rallier à la gauche à chaque élection présidentielle. Et à chaque fois, cette dernière finit par trahir les engagements et les accords pris avec vous. N'êtes-vous pas un peu désabusé ?

Sur le long terme, on ne peut pas dire que nous n'ayons pas exercé une certaine influence. Il est vrai que nous n'avons pas encore réussi à imposer une ligne euro-réaliste. L'idée d'une intégration solidaire trouvera ses limites. Nous avons contre nous pratiquement l'essentiel de l'establishment bien-pensant et conservateur, même s'il se dit de gauche. Cela fait vingt ans, depuis la création du Mouvement citoyen, qu'on veut nous éradiquer. Mais qu'on me cite dans l'Histoire l'exemple d'une dissidence socialiste qui ait duré plus de 20 ans...

Dès le congrès d'Epinay en 1971, avec le programme commun, nous avons exercé une stratégie d'influence. Au début des années 80, avec le triomphe du néo-libéralisme, nous avons campé sur une ligne républicaine plus rassembleuse. Mais personne ne peut contester le rôle que j'ai joué sur les orientations de la politique de recherche, un temps sur celles de l'éducation nationale et durablement sur la dissuasion nucléaire ou sur les affaires de sécurité ou d'organisation territoriale. C'est vrai qu'en matière industrielle, je n'ai pas eu le dernier mot, puisqu'en 1983 François Mitterrand a choisi l'ouverture, la libéralisation et l'abandon de notre politique industrielle. On en voit le résultat aujourd'hui...

Aujourd'hui, 64% des Français, avec le recul, diraient "non" au traité de Maastricht. Je pense qu'il faut maintenant préparer les redressements nécessaires. C'est dans cet esprit que j'ai apporté mon soutien à François Hollande. Nicolas Sarkozy avait signé le traité, le candidat socialiste promettait au moins de le renégocier. Et même si je l'encourage désormais à aller beaucoup plus loin, il a au moins eu le mérite de faire resurgir une thématique liée à la croissance qui va tout à fait dans le sens de nos préoccupations.

En matière d'éducation nationale, les orientations de Vincent Peillon sont injustement critiquées. Il a eu tout à fait raison de dire qu'il faut revenir à la semaine de quatre jours et demi. En annonçant le recrutement de quarante mille postes de professeurs, dont vingt-deux mille sont en fait des remplacements de départs à la retraite, il va dans le sens des engagements pris par François Hollande. Manuel Valls exprime aussi des idées clairs et cohérentes. J'approuve l'action qu'il mène comme ministre de l'Intérieur.

Justement, le nouveau ministre de l'Intérieur est souvent comparé à vous et il vous cite parfois en exemple. Considérez-vous Manuel Valls comme l'un de vos héritiers ?
Son itinéraire politique n'est pas le mien. Il était jadis président des jeunes rocardiens. Ses orientations économiques ne sont pas forcément les miennes. Mais pour ce qui est de son action place Beauvau, je juge ses qualités en toute liberté et en toute sympathie, car le métier de ministre de l'Intérieur est très difficile, surtout dans un gouvernement de gauche. Il s'en acquitte, je crois, avec le préjugé favorable d'une large majorité de Français.

Aujourd'hui, au-delà du traditionnel clivage droite-gauche, on a le sentiment qu'une nouvelle opposition se structure, entre les partisans d’une économie mondialisée plus ou moins libérale presque toujours pro-européens et un « front du non » plus protectionniste et plus attaché à la nation...
Ce n'est pas exact. Il y a des questions sur lesquelles le clivage droite gauche reste tout à fait opératoire : la fiscalité, par exemple. La loi de finances va comporter un certain nombre d'augmentations d'impôts pour les ménages et les entreprises. Il y a là une ligne de clivage très nette entre la gauche et la droite.

Par contre sur d'autres sujets, vous avez raison. Mais il n' y a pas que les sujets économiques : il peut aussi y avoir des sujets de politique étrangère ou des sujets d'ordre sociétal. Sur ces sujets, la ligne est en effet mouvante. Elle oppose davantage les républicains et les libéraux. Si on veut bien donner au mot République la signification exigeante que je lui donne. Tout le monde n’est pas « républicain ». La République, ce n’est pas seulement le droit de vote. La vie sociale implique des règles que seul peut fixer un État républicain porteur d'un sens élevé de l'intérêt général. La République est un régime de liberté, mais la liberté d’un individu s’arrête là où, elle attenterait à celle des autres.

Depuis trente ans, le néolibéralisme triomphant n’a cessé de dénigrer l'État, de vouloir saper son autorité pour faire triompher la seule loi qu’il révère : celle de la jungle. L'exigence républicaine est particulièrement actuelle dans une époque dominée par l’Argent roi, celle du capitalisme financier à son apogée, où les marchés financiers rançonnent les États et où le Capital met les territoires en concurrence, en n’hésitant pas à coup de plans sociaux, à délocaliser la production au nom d’intérêts purement financiers. La République est également nécessaire face au déchaînement des intérêts particuliers et des corporatismes, à l’explosion de l’individualisme et des inégalités, et à la fragmentation de l’espace public au profit de revendications identitaires et communautaristes.

Tout au long de votre carrière politique, vous avez défendu la République. Aujourd'hui, comme le montrent les événements récents, la France semble touchée par la montée des communautarisme et des intégrismes. Par le passé, la gauche n’a-t- elle pas manqué de courage sur les questions de citoyenneté et de laïcité, sur les valeurs républicaines ?
La tentation est grande pour tout gouvernement, et je l'ai observé particulièrement sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy, de céder au clientélisme, aux corporatismes et aux différentes communautés. Un gouvernement républicain doit garder constamment le cap de l'intérêt général. Il se discrédite en courant après les revendications identitaires particulières. Il y a l'identité républicaine de la France. Pour le reste, chacun exerce ses droits de citoyen sans avoir besoin de se soumettre aux injonctions d'une communauté particulière.

S'agissant de la laïcité, elle ne se définit pas contre les religions. La laïcité, c'est la liberté de conscience, la confiance faite en la raison humaine pour définir le meilleur intérêt général dans un espace commun soustrait à l'empire des dogmes. Ce n'est pas la provocation gratuite à l'égard de croyances religieuses.

Considérez-vous les caricatures de Charlie Hebdo comme une provocation ?
Dans le contexte géopolitique actuel, Charlie Hebdo a manqué d'un sens élémentaire de la responsabilité... Quand la vie de plusieurs diplomates est menacée, quand la France est obligée de fermer ses ambassades et ses consulats, on est tenu à un certain esprit de responsabilité. On doit défendre la liberté d'expression lorsqu'elle est menacée. En l’occurrence, il ne s'agissait pas de défendre Calas menacé de la roue ! A l'époque de Voltaire, la société était fondée sur l'absolutisme lui-même, sur le droit divin. Son combat était méritoire. Là, on est dans un affrontement entre des groupes salafistes potentiellement djihadistes d'un côté et de l'autre côté, nous l'avons vu avec le film sur Mahomet, des fondamentalistes chrétiens américains. On voit très bien le jeu pervers qui oppose les extrémistes des deux bords. Et je pense qu'il faut éviter d'apporter de l'eau au moulin de ces extrémismes.

Mais, je suis partisan de la liberté d'expression. Charlie Hebdo a le droit de publier ce qu'il veut. Simplement, on a eu tort de donner autant de retentissement à la publication de ces caricatures. Elle ne méritait pas un tel fracas médiatique.

Au-delà des polémiques sur les caricatures, la France semble fracturée, sur le plan social, mais aussi identitaire. Dans ce contexte, êtes-vous favorable au droit de vote des étrangers ?
Je n'ai pas pris part au vote lorsque cette question est venue à l'ordre du jour du Sénat. Je pense que le but, c'est l'intégration. Mais, la question qui se pose est : quel est vraiment le meilleur moyen d'y parvenir ? Je refuse de joindre ma voix à ceux qui pressent le gouvernement d'inscrire tout de suite cette affaire à l'ordre du jour.

J'ai évolué sur ce sujet. Il y a vingt ans, je l'aurais certainement voté. Aujourd'hui, je suis plus attentif au vote communautariste. Je ne crains pas du tout qu'un maire étranger puisse être élu dans telle ou telle ville de banlieue. Mais je me souviens des négociations sur la révision du programme commun. George Marchais avait mis en garde les socialistes contre ce projet disant qu'à Champigny, il se trouverait à la merci de telle ou telle minorité ethnique ou culturelle. A l'époque, cette réflexion n'avait pas frappé autre chose que mes oreilles. Maintenant, je m'interroge : quel est le meilleur moyen de hâter l'intégration des étrangers dans la communauté nationale ? Le saucissonnage de la citoyenneté ou la facilitation des naturalisations pour ceux qui le souhaitent ?


Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Source: Atlantico


Rédigé par Chevenement.fr le Lundi 24 Septembre 2012 à 11:04 | Lu 5408 fois



1.Posté par Sylvie GOMES le 25/09/2012 22:03
C'est amusant , chaque fois qu'on parle de sortie de l'Euro, les journalistes parlent d'inflation!
(l'inflation étant pour eux le pire qui puisse arriver). Les journalistes sont ils les défenseurs des grandes fortunes? On peut le croire.
L'entrée dans l'euro a t'elle été marquée par une baisse des prix? Non, mais par une extraordinaire inflation pour les produits de base (jamais vue auparavant), du prix de l'essence, de l'immobilier, de l'automobile et des assurances.

2.Posté par Sylvie GOMES le 25/09/2012 22:10
Pour illustrer mon commentaire, entre 2001 et 2011:
- beurre: +48%
- carburants: +62%
- pain: +85%
- steak haché: +107%
- pizza surgelée: +127%
- laitue: +150%
- spaghettis: +162%
- lait et yaourts: +187%
- T shirt: +550%

3.Posté par Alain FELER le 25/09/2012 22:21
Ce texte est riche, mais je m'en tiendrai à l'histoire des soi-disant caricatures de Charlie Hebdo.
M. Chevènement aurait été, me semble-t-il, mieux inspiré de se référer à l'affaire du Chevalier de la Barre (condamné à mort et exécuté en 1766 pour avoir - en résumé - refusé de s'agenouiller au passage d'une procession) plutôt qu'à l'affaire Calas, 'simple' scandale judiciaire.
L'esprit de responsabilité impliquerait-il de s'agenouiller au passage des processions musulmanes, s'il en était ? Charlie Hebdo n'est-il pas au contraire plutôt judicieux de nous poser la question au moment où le consensus consiste à s'abstenir de la poser ? Le recul du poids de l'église dans la société n'a pas été que le résultat de l'écoulement du temps, mais aussi d'oppositions actives.

4.Posté par Cyril CG le 27/09/2012 14:26
clausier.cyril@laposte.net
Un florilège des déclarations de certaines personnalités du PS surla première mouture du TSCG, identique à la mouture actuelle. Pour la bonne bouche
M. AYRAULT ( son blog du 22 février 2012):
ce traité est "un carcan budgétaire concocté par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et qui étend l'austérité infligée à la Grèce à toute la zone euro"

. M. MONTEBOURG ( Fête de la Rose de Frangy 2011):
" la règle d'or, c'est la victoire des marchés, là où il faudrait au contraire les faire plier."

M. MONTEBOURG ( les Echos 4 avril 2012):
" il n'y aura aucune majorité dans le pays et au Parlement pour ratifier un tel traité. Donc il est caduc"

Mme VALLAUD-BELKACEM ( Parisien 7/12/ 2011):
" en disant NON à la règle d'or, nous disons NON à T.I.N.A.
(there is no alternative")

M. FABIUS ( Parisien 4/12/2011):
"L'idée que tout cela serait soumis en dernier recours à une Cour de justice est à écarter.Ce ne sont pas des spécialistes non élus du droit constitutionnel européen qui vont décider à la place des représentants des peuples si les politiques budgétaires sont pertinentes."

M. MOSCOVICI ( Libérartion 13 mai 2010):
" l'idée d'une mise sous tutelle des politiques budgétaires me parait absurde.Je vois mal un gouvernement soumettre son budget à la représentation nationale après autorisation de la Commission ! Je suis tout sauf souverainiste, mais je suis contre la limitation des droits des Parlements.Ce sont des prérogatives intouchables."

M. CAHUZAC ( I-Télé mars 2012):
"Sur un sujet aussi politique que les traités européens, relatifs à des abandons de souveraineté, à de la surveillance budgétaire, à de l'austérité, à des sanctions dans l'hypothèse où les pays ne respectent pas cette austérité, je constate que pour des sujets aussi majeurs Nicolas Sarkozy hésite à consulter le peuple (....) Je constate que François Hollande en 2005 a demandé un referendum; donc, sur le principe, j'imagine mal qu'il y soit hostile."

5.Posté par BRUNO DIAZ le 28/09/2012 12:29
J'apprécie toujours les analyses, critiques, positions claires et argumentées sans pour autant s'abstenir de nuances de J-P Chevènement. Je n'en rajouterais pas davantage sachant que même y compris la classe politique la plus extrême reconnait la valeur de ses analyses...
Son point de vue sur les valeurs en danger de la République n'est que bon sens et constat ...
Constat que malheureusement Sarkozy comme Peillon évoquèrent chacun avec leurs mots. L'un avec « sa religion », l'autre avec sa "morale républicaine".

Quand à son soutien à la politique gouvernementale, c'est son choix! Choix acceptable au regard des garanties, certes floues sur beaucoup de points (banques, écologie, retraite à 60 ans, nucléaire...) du programme du candidat Hollande.
Il avait une autre option: le programme du Front de Gauche et de son candidat Mélenchon! Programme qui, du point de vue économique tout comme social, fait partie de la longue tradition sociale-démocrate française et/ou européenne occidentale. Jacques Généreux conseiller économique et soutien de Mélenchon est loin d'être un marxiste léniniste pas davantage qu'un ultra libéral... Il a toujours ce choix !
Il avait également la possibilité de soutenir le souverainiste Dupont dont le programme n’avait rien d’extrémiste qui n’a jamais fait de la peur de l’autre, du travailleur immigré un épouvantail ni un fétichisme du drapeau contrairement à l’extrême droite qui recrute sur ces «valeurs» essentiellement. Il aurait vraiment fait « bouger les lignes » !
Que les hommes politiques fassent des promesses de cadeaux puis ne les tiennent pas ou puissent ne pas tenir c'est bien connu! A l’inverse estimer que la le fait d'entrer au gouvernement, dans un pays de plus en plus ultra libéral, ne suffise pas à redresser la croissance et diminuer le chômage quelques semaines plus tard c'est aussi faire preuve d'un minimum de lucidité!
Dans nos économies il y a un lien systématique, une corrélation factuelle entre le faible taux de croissance et le fort taux de chômage. Il y a toujours un décalage dans le temps entre la chute de celle-ci et la hausse du chômage ! Or ces quatre dernières années nous avons une croissance moyenne inférieure à 0.5 % alors qu’elle était de prés de 2% pendant la période 2001-2007 engendrant un chômage inférieur à 9% certes peu satisfaisante mais préférable à ce qui nous attend.
Le plein emploi implique une croissance de 6% !
Conclusions : nous commençons à ressentir le contre coup de cette faible croissance. Dire qu’un que nous nous dirigeons vers un chiffre record de taux de 12.5% de chômage en 2013 soit autour de 4 millions de sans emplois officiels n’est pas de la divination mais une prévision logique! Cette baisse de croissance est elle-même le contrecoup de la chute de notre industrie…
Donc les décisions prises aujourd’hui auront des résultats positifs ou négatifs plus ou moins prévisibles dans plusieurs mois ou plusieurs années. Ainsi les décisions de Sarkozy en matière de fiscalité en 2007 d’assistanat aux plus riches et à ceux qui n’étaient pas dans la nécessité (bouclier, défiscalisations, taux Zero, Sellier, primes casse, écologique…) aux banques, etc., malgré les mises en garde de son premier ministre, ont eu les conséquences que nous connaissons. De 1200 Milliards d’€ d’endettement nous arrivons à près de 2 Milliards fin 2012 et ... à ce traité !

L’analyse de J-P Chevènement sur le traité européen me paraît très sérieuse d’autant plus qu’elle nous engage pour les années à venir. Mais ceci fait que je ne comprends plus sa position de soutien acharné au gouvernement qui devait montrer de la fermeté et faire infléchir l’Allemagne, mais alors plus du tout. Il ne s’agit pas d’une question de fierté. Il ne s’agit pas d’une promesse de cadeau non tenue, une petite augmentation de « ma retraite » non faite. Il s’agit d’une décision catastrophique pour la France, et beaucoup d’Etats européens…et pour l’Allemagne elle-même.

6.Posté par Sylvie GOMES le 02/10/2012 21:35
L'analyse (de Mr Chevènement) est très bonne, mais le choix de s'être rallié aux socialistes qui sont en faveur de se traité est tout de même plus que fâcheux.
Je rappelle que le sujet de l'Europe est aujourd'hui un des seuls grands sujets de la politique, puisque c'est l'Europe qui désormais décide de tous les sujets (grâce à nos politiques aussi bien de droite que de gauche).
Le et gouvernement parlement français sont assujettis à leurs décisions.
Sarkozy avait il est vrais essayé d'influer et a su rester indépendant sur certains sujets.

7.Posté par Pierre ROBES le 03/10/2012 19:00
Le 10 juillet 1940, 80 parlementaires ( sur un total de 569 ) ont refusé de voter pour la révision de la loi constitutionnelle accordant les pleins pouvoirs à Pétain. La semaine prochaine, combien de parlementaires refuseront de voter ce Traité budgétaire européen qui autorisera à la Commission européenne de mettre la France sous tutelle?

8.Posté par Milan Karell le 05/10/2012 16:44
Facebook
L'austérité budgétaire aveugle n'est évidemment pas la solution à la crise (mondiale), mais compter sur le retour de la croissance est tout aussi suicidaire.

Le Japon en a fait la douloureuse expérience.

C'est le pays qui a le plus investi dans l'espoir de retrouver la croissance, depuis l'explosion de sa bulle immobilière en 1990 (5 plans de relance successifs, investissement massif dans la recherche, financement public à taux 0 par sa banque centrale, déficit public record etc...).

Or il n'est jamais parvenu à lui faire dépasser les 1%.

Voir les analyses et solutions alternatives préconisées par le collectif ROOSEVELT 2012 (70 personnalités suivies par plus de 84000 citoyens).

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter