Actualités

Nouveau traité européen: Chevènement appelle le PS à s'opposer ou s'abstenir


Dépêche AFP, mercredi 24 octobre 2007, 19h08.


Nouveau traité européen: Chevènement appelle le PS à s'opposer ou s'abstenir
Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du MRC, a appelé mercredi le PS à voter contre, ou du moins à "ne pas prendre part au vote" sur le nouveau traité européen, dont l'adoption par voie parlementaire serait, selon lui, un "viol de la souveraineté populaire".
"Le président de la République, son gouvernement, sa majorité et ceux qui viendraient à la rejoindre vont commettre un viol de la souveraineté populaire", a affirmé l'ancien ministre sur France 5.
"Si certains socialistes veulent rejoindre M. Sarkozy, libre à eux, mais je pense que le PS s'honorerait à voter contre ou en tout cas à ne pas prendre part à un vote qui a toutes les apparences d'une mascarade", a-t-il dit, à la suite du soutien apporté au texte par le maire de Paris Bertrand Delanoë.
Il a aussi épinglé la position de Ségolène Royal en faveur du traité: "elle fait preuve d'une excessive flexibilité", a-t-il dit, estimant que pour reconstruire la gauche "il ne faut pas faire preuve de trop de flexibilité, il faut avoir des convictions et des principes".
M. Chevènement avait soutenu la campagne de la candidate socialiste à la présidentielle.
"M. Sarkozy --voilà l'entourloupe, le subterfuge-- veut nous faire accepter par la lucarne parlementaire ce que le peuple a choisi de sortir par la grande porte du suffrage universel", a-t-il ajouté.
Le président "parlait de mini-traité, une petite souris", mais "c'est un éléphant qu'on nous propose", a affirmé l'ancien ministre, en brandissant les quelque 250 pages du nouveau traité. Il s'agit d'"un texte illisible, il faut être Vichnou avec ses mille bras pour comprendre ce dont il s'agit", a-t-il ironisé.


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 24 Octobre 2007 à 22:44 | Lu 4897 fois



1.Posté par Franc-tireur le 25/10/2007 09:11
Monsieur Chevènement,

Si je ne m'abuse, compte tenu du seuil des 3/5e des suffrages exprimés, ne pas prendre part au vote revient tout bonement à permettre l'adoption du traité par la voie parlementaire, en contradiction avec les engagements du PS.

Je n'ai pas vu l'emission, donc il se peut que la dépêche AFP déforme vos propos... mais si ceux-ci sont exact, je ne vois pas pourquoi offrir une porte de sortie au PS via l'abstention, alors qu'il que seul le vote "contre " ce traité serait légitime et permettrait d'obliger le président à passer par la voie rérerendaire.

Pour résumé, je trouve que vous ménagez trop la direction du PS... qui de toute façon, j'en ai la certitude n'hésitera pas à râvir les dernières municipalités MRC....

2.Posté par Dominique le 25/10/2007 12:00
La seule question qui vaille est la suivante : Le PS veut-il recouvrer une certaine crédibilité dans son rôle d'opposition constructive au capitalisme financier ou entend-il maintenir sa position de parti d'accompagnement des politiques menées actuellement ?

Il y a les discours, les postures et les incantations, d'une part, et il y a les actes positifs et les faits, d'autres part.

Les parlementaires de la majorité présidentielle et apparentés ne disposent pas des 3/5ème des suffrages nécessaires pour permettre la ratification du nouveau traité. Il leur faut l'appoint d'un certain nombre de votes de parlementaires de l'opposition.

En s'abstenant, ils permettront de fait la ratification d'un traité qui a été rejeté massivement par les citoyens français en 2005, et comment imaginer que ces derniers seront dupes de la manoeuvre ?

En votant contre, ils enverraient un message clair à l'ensemble du peuple français mais aussi à l'ensemble des autres peuples des Etats membres eux aussi privés de référendum : Que c'est aux institutions européennes de se réformer AVANT au lieu de leur donner un blanc seing qui leur permettra de continuer leur politique de démantèlement des Etats nations et de privatisations tous azimuts.


3.Posté par Alex le 25/10/2007 12:09
Bravo Monsieur Chevènement, et courage !

Pour participer à "la CHAINE DU REFERENDUM" en informant un maximum et monde et signer la PETITION nationale pour un référendum (déjà 3000 signatures), faites passer le diaporama suivant à au moins 5 de vos connaissances, via Internet : tout est expliqué ici :
http://www.levraidebat.com/article-7204925.html

Courage !


4.Posté par Xavier DUMOULIN le 25/10/2007 13:36
Faux-semblants et manoeuvres autour du traité

La procédure de ratification proposée par le président permet, selon l'expression de JPC, de “faire rentrer par la lucarne parlementaire ce que le peuple a sorti par la grande porte du suffrage universel” lors du référendum de 2005. Malgré toutes les arguties utilisées, Benoît Hamon, dans son entretien du jour à Libé, n'est pas du tout convainquant. Ses propos ont cependant le mérite de se démarquer des dirigeants socialistes, ex-candidate en tête, qui renient froidement leur engagement en faveur de la voie référendaire et rallient purement et simplement Sarkozy en annonçant la nécessité de voter le texte adopté à Lisbonne. A l'évidence moins à droite, la position de Benoît Hamon serait adroite si elle ne conduisait pas de facto à la capitulation de la gauche face à cet enjeu majeur qui conditionne notre capacité de conduire en France et en Europe des politiques alternatives.

Le Bureau national du PS s'est acordé un sursis de deux semaines avant de trancher le débat avec pour seule alternative :

Le ralliement pur et simple au traité que VGE qualifie de copie conforme au TCE;

La non participation ou l'abstention au vote du Congrès.

Dans cette dernière hypothèse, privillégiée par Benoît Hamon, le PS accepterait de facto l'adoption du texte, celle-ci supposant la réunion des 3/5°de suffrages exprimés.

De notre point de vue, il n'existe qu'une seule façon d'agir à gauche en cohérence avec les engagements des campagnes présidentielle et législative : c'est de faire barrage à la procédure de révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité. Selon l'article 54 de la Constitution « Si le Conseil Constitutionnel, saisi par le Président de la République, par le Premier Ministre, par le Président de l'une ou l'autre assemblée ou par soixante députés ou soixante sénateurs , a déclaré qu'un engagement international comporte une clause contraire à la Constitution, l'autorisation de ratifier ou d'approuver l'engagement international en cause ne peut intervenir qu'après révision de la Constitution. » Cette révision s'impose, l'article 88-1 étant devenu caduc du fait de sa référence à l'ancien texte dit TCE. De cela nul ne disconvient. Ce n’est qu’une fois franchie cette étape que l’Assemblée nationale et le Sénat pourraient procéder à la ratification voulue par Nicolas Sarkozy.

La moyenne requise au Congrès étant des 3/5° des suffrages exprimés, un vote négatif de toute la gauche ( qui bénéficierait alors de l'appoint d'individualités souverainistes) mettrait bel et bien le président dans l'obligation de rendre la parole au peuple souverain en recourant au référendum prévu dans l'article 11 de la Constitution.

Notre conclusion sera toute entière empruntée au sénateur socialiste, Jean Luc Mélenchon, pour qui ” cette exigence de référendum n’est pas rien dans la bataille que les socialistes et la gauche mènent pour retrouver de la crédibilité dans les milieux populaires. Dans tous les cas mieux vaudrait qu’on ne compte pas parmi les parjures des voix de gauche !”


NB : selon les calculs autorisés du sénateur Jean Luc Mélenchon, il manquerait à la droite 14 votes d'individualités souverainistes pour atteindre les 3/5°.


5.Posté par Hélène le 25/10/2007 15:32
à Xavier Dumoulin

"Notre conclusion sera toute entière empruntée au sénateur socialiste, Jean Luc Mélenchon, pour qui ” cette exigence de référendum n'est pas rien dans la bataille que les socialistes et la gauche mènent pour retrouver de la crédibilité dans les milieux populaires. Dans tous les cas mieux vaudrait qu'on ne compte pas parmi les parjures des voix de gauche !”


NB : selon les calculs autorisés du sénateur Jean Luc Mélenchon, il manquerait à la droite 14 votes d'individualités souverainistes pour atteindre les 3/5°. "
---------------------------------------------------------------------------------

J'ai lue attentivement l'analyse très adroite de Jean Luc Mélenchon, et j'avoue que si l'abstention pour le vote concernant la modification de la constitution est le moyen de se dédouaner de l'adoption de la constitution européenne par le parlement,

le ps aurait tout à y gagner,

1/ il montrerait ainsi aux citoyens Français que malgré sa position il respecte le référendum,

2/ lui laissant le temps, par ailleurs de se réorganiser au regard de ses divers courants.

6.Posté par la fourmi rouge le 25/10/2007 19:33
Bonjour Xavier,

Benoît Hamon ne se démarque de rien ni de personne, surtout pas d'Hollande ni de l'appareil.

Il est porte-parole, et est désigné par le BN (ou CN ?), pour une étude précise du dossier (sa compétence est rélle : il est député Européen) et pour tenter de trouver une position "unanime". A un iota prés.

L'obsession du PS et de Hollande (dont Hamon est très proche : il lui doit son ascension ces 6 derniers mois) est de ne pas succomber au piège de Sarkozy bien sûr qui veut finir de diviser ce PS. Avec tout ce qui plombe Sarkozy en ce moment (de Dati à l'ADN) !

Les propos de B.Hamon ne sont en rien une position perso comme ceux de J.L.Mélenchon. Il a un mandat du PS.


Le PS veut aussi se donner une porte de sortie (2009): ne pas cautionner les décisions du Nabotléon tout en sortant de l'ornière (les 27 se sont entendus; les partis socio-dem Européens étant sur cette ligne)

*

Avez-vous vu le sondage (conservateur?) du Financial Time commandé par l'I.Louis Harris ? Marianne en parle. A lire cependant avec une pince à épiler !

Bien amicalement



7.Posté par yves le 25/10/2007 23:35
A l'évidence la position de JPC n'aura pas pesé lourd dans le soutien accordè par Royal et les socialistes au Traité de Sarkozy.

Comment s'en étonner d'ailleurs quand on se souvient que la majoritté des socialistes étaient favorables au traité constitutionnel rejeté par referendum ?

Ainsi va la "démocratie" dans ce pays où face à une opinion majoritaire à 55 %, un parlement de prétendus "représentants du peuple va apporter son soutien massif à ce que le peuple a rejeté.

JP Chevènement était autrement convaiquant en 2002 quand il dénonçait la collusion UMPS. De reniements en ralliements, tout cela appartient hélas à un passé révolu.

8.Posté par guillaume le 26/10/2007 12:01
Monsieur Chevenement, un peu de sérieux !!

PAS D'ABSTENTION ! IL FAUT VOTER CONTRE LA REFORME INSTITUTIONNELLE, POUR MECANIQUEMENT EXIGER UN REFERENDUM !

9.Posté par Claire Strime le 26/10/2007 14:09
Trouvé sur Le Figaro en ligne, ça vaut le coup d'être reproduit en entier:
"InternationalPublié le 26 octobre 2007 à 13h20 VGE critique le traité de Lisbonne
Le traité de Lisbonne n'est pas un traité simplifié mais "dispersé dans les traités anciens", a regretté aujourd'hui l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing déplorant que les institutions bruxelloises aient fait "un pas de plus qui les éloigne des citoyens". "C'est un traité non pas simplifié mais dispersé dans les traités anciens. Il se présente sous un aspect curieux, c'est un traité d'amendements" où "l'on modifie un par un des articles des traités anciens pour y ajouter le contenu du traité constitutionnel", a déclaré sur RTL l'ex-président de la Convention qui avait rédigé le projet de Constitution européenne rejeté en 2005. "Est-ce qu'il y a des choses plus simples que ce que nous avions proposé? Non, il y a des choses qui sont mises dans un ordre différent", a ajouté M. Giscard d'Estaing.
Relevant qu'au lieu d'un texte "il va y avoir trois textes : un traité sur l'union européenne, un traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, et un traité modificatif", auxquels s'ajoute "la charte des droits fondamentaux", il a estimé que c'était "assez difficile à comprendre pour un citoyen". Dans une tribune publiée aujourd'huidans le Monde, M. Giscard d'Estaing enfonce le clou en reprochant aux "institutions bruxelloises" d'avoir avec ce nouveau traité "imposé le retour au langage qu'elles maîtrisent et aux procédures qu'elles priviliégient". Selon lui, elles ont ainsi fait "un pas de plus qui les éloigne des citoyens". Il regrette, notamment, que "le mot +Constitution+ et l'adjectif +constitutionnel+" soient "bannis du texte comme s'il décrivaient des maladies honteuses" et qu'on ait supprimé "la mention des symboles de l'union", comme le drapeau et l'hyme européens.
(Avec AFP). "

10.Posté par Marcel M le 26/10/2007 15:49
"Il faut avoir des convictions et des principes" IQui a voté non au référendum doit recommander et voter contre le nouveau traité.

11.Posté par la fourmi rouge le 26/10/2007 16:11
Réponse à Yves :

Si 2 personnes ont bien compté pour S.Royal durant la campagne, ce sont bien Jean-Pierre Chevènement (et le MRC, loyaux du début à la fin, à la différence de l'appareil du PS et des zéléfans) et Jean-Louis Bianco, présents tous 2, à 300%.

La colère du moment ne doit pas nous amener les un(e)s et les autres à la cécité.

12.Posté par Elie Arié le 26/10/2007 22:42

Ségolène Royal avait réussi à dépasser le clivage entre partisans du OUI et du NON au TCE, en proposant un nouveau referendum sur un nouveau traité, qui prendrait en compte, lui, les raisons pour lesquelles beaucoup avaient voté NON, en particulier:

-un plus grand pouvoir des politiques de l' Eurogroupe sur la BCE,

-une facilitation des coopérations renforcées entre États,

-un respect de la conception française des services publics qui n'est pas celle des services d'intérêt général du Traité,

-la disparition de "la concurrence libre et non faussée" comme règle de base de l' UE.

C'est sur ce projet qu'elle avait obtenu le soutien à sa candidature de certains partisans très déterminés mais réalistes du NON, comme Chevènement.

Aujourd'hui, rien de tel ne figure dans le traité dit simplifié, qui ne fera pas l'objet d'un referendum.

On ne peut pas reprocher à Ségolène Royal et aux socialistes (la majorité d'entre eux) , qui était partisan du OUI lors du referendum, de prôner le vote OUI au Parlement sur le traité dit simplifié: ils sont logiques avec eux-mêmes.

Mais il faut constater que cette décision constitue un retour à la situation de 2005, et l'abandon de l'ambition de dépasser le clivage entre partisans du OUI et du NON : ce clivage de la gauche, que Ségolène Royal avait réussi à surmonter, est aujourd'hui reconstitué.

Et on peut se demander si le PS a bien mesuré les conséquences de cette décision,qui, à mon avis, est une erreur: la majorité des électeurs de gauche avaient voté NON au referendum, et le clivage entre l'électorat de gauche et le PS va réapparaîre: ceci risque de constituer un lourd handicap pour le prochain candidat socialiste à la Présidentielle, quel qu'il soit.

13.Posté par la fourmi rouge le 27/10/2007 01:18
Bonsoir Elie,

- oui Ségolène Royal malgré les critiques de ses adversaires nonistes du PS ou ailleurs, avait su avec responsabilité dépasser le clivage, pour rassembler.

- vous avez entièrement raison que rien dans ce nouveau texte n'est dit sur un référendum.

- au PS vous trouvez les ouistes avec leurs arguments classiques (Moscovici...) mais aussi ceux qui veulent toujours assumer cette responsabilité de dépassement (Peillon ou Ségolène Royal...) toujours pour rassembler la gauche.
Ségolène ne reprend pas SA position initiale : relisez la bien.

Ils ne sont pas tous à mettre dans le même sac.
C'est pourquoi je suis convaincue de l'opportunité d'une rencontre S.Royal - J.P.Chevènement. Discuter, s'expliquer n'est jamais une perte de temps.

- Pour ma part, j'analyse qu'en tous cas au moins Ségolène, entérine le fait que Sarkozy a les cartes en mains (vous avouerez bien que le contexte actuel diffère singulièrement de celui de la campagne, donc avant élection) : quoique l'on fasse, l'agité du bocal refusera le référendum. Ce n'est pas une de ses promesses de campagne, n'est-ce pas ?

Donc autant s'attaquer au fond, l'aspect social qui pourra être proposé par les Députés Européens "progressistes", au Parlement Européen, petit à petit, comme par un(e) prochain(e) Président(e) Français(e) éventuelle de gauche en 2012. Et rassembler autant que faire ce peut la gauche, à commencer par le PS.

On ne peut raisonner de façon statique : octobre 2007 n'est pas mai 2005. C'est difficile à intégrer mais je crois que cette position de S.Royal est dynamique.

Celles de Mélenchon et Moscovici, aux 2 extrêmes, sont statiques. La vôtre aussi si vous pensez qu'elle peut "revenir" à l'époque de 2005 !
Il y a eu les Présidentielles, ça change tout.

- regardez comment depuis juin, le tout d'un coup discret Fabius, sur ce sujet majeur, a changé son fusil d'épaule. Je rappelle son interview au Monde, en juin où il proclamait "le traîté simplifié est une victoire du non" (sic)...car le trés intelligent Laurent Fabius avait acté de la nouvelle situation, pardi ! Sarkozy venait d'être élu avec une majorité godillot au Parlement !!!

Ségolène-Fabius même combat ! et d'autres nonistes...alors ce ne sont pas des pro-oui du PS, qui sev positionnent ainsi. Non c'est inexact.

- on peut toujours s'opposer, pétitionner....et pourquoi au bout du compte ? on se "fait plaisir" en se présentant puriste, et Sarkozy fait sa tambouille sans nous !!! bon on le fait et puis?

- il faut avancer, quitte à le faire par étapes. Et comme le PS est comme il est (zéléfans qui s'accrochent encore car espèrent, fuite de militants à cause d'eux, tendances-écuries qui perdurent, transfuges-carriéristes, ...) et que le contexte Européen a aussi bigrement changé (accord des 27, avec les partis socdem...), le but du BN du PS est de ne pas plonger encore une fois, la tête la première dans les manoeuvres du célibataire de l'Elysée.

Je crois que c'est au contraire une démarche trés réfléchie du PS, (avec Hollande, Fabius, Ségolène Royal et le missionné Hamon par le BN) qui ne considère sûrement pas ses alliés, à commencer par JPC et le MRC, par-dessus la jambe ! Quelle erreur de l'imaginer une seule seconde !

Bien cordialement.


14.Posté par yves le 27/10/2007 11:46
N'empêche que Royal promettait un REFERENDUM et qu'elle n'en veut plus. Si ce n'est pas se déjuger ou retourner sa veste, qu'est-ce que c'est ? Cela rejoint les prmoesses auxquelles elle ne croyait pas davantage : 35 h, hausse du smic. Il faut un peu de courage en effet pour affoonter les médias qui font la pluie et le beau temps plutôt que de suivre le vent sarkozyste. Car la volonté du peuple elle n'a âs changé depuis 2005.

Royal pour sa part se révèle à nouveau telle qu'elle a toujours été, après tant de volte-face de circonstance pour séduire les nonistes : européiste et deloriste.

Il serait triste que pour je je sais quel accord électoral, JPC renonce pour sa part à EXIGER que la parole soit rendue au peuple, et non plus confisquée par le système UMPS du pareil au même.

15.Posté par Hélène le 27/10/2007 11:59
Ce qui m'interpèle dans tout cela, c'est que les thèmes de discussions qui reviennent le plus souvent concernent :

> le rassemblement au ps
> de quoi va t-il avoir l'air si il se divise
> les bases d'accord avec JP Chevènement
> ce que N Sarkozy va pourvoir tirer comme parti d'une division de la gauche

Oui mais, où sont les Français dans tout cela ?
Et les retombées sur la France d'un accord parlementaire sur ce traité ?

Ne croyez vous pas que le sujet est suffisamment d'importance pour qu'il soit de nouveau soumis au vote des Français ?

De plus, si le ps fait en sorte pour que sa voix aille dans le sens d'un référendum, cela ira tout de même dans le plus grand respect de la démocratie.

Je ne vois que du bien à retirer pour lui d'une telle démarche.

Pour le reste, le oui et le non existent dans son sein, et bien je ne comprends pas en quoi cela peut affecter son image. Bien au contraire.

Préfère t-il ne rien faire pour que le peuple puisse avec logique de prononcer,
au risque dans quelques temps, de voir un virage à gauche se négocier en europe, de s'entendre dire qu'il n'ont fait ni plus ni moins que les partis de droite.

16.Posté par la fourmi rouge le 27/10/2007 14:05

Bonjour Yves,

NON, relisez ce qu'a dit Royal comme Peillon : ils réaffirment clairement que ce devrait être tranché par un référendum.


MAIS, c'est la majorité sarkozyste qui va tout décider....conformément à ce que Tsarkozy avait dit avant d'être élu.


Ils en prennent acte.
Voilà le nouveau contexte qui oblige à parler autrement sur le plan tactique et stratégique, SANS SE RENIER.


Royal poursuit elle, son positionnement de campagne que Jean-Pierre lui avait aidé à prendre : dépassement du clivage.

*

Yves, vous revenez sur les 35h et le SMIC... je vous avais répondu, mais vous êtes myope ou sourd !

Elle a commencé là, un début d'inventaire et d'autocritique juste aprés les élections en soulevant ces questions.
Ce que l'on aurait aimé tous de Jospin, même en n'ayant pas voté pour lui.

Le projet du PS qu'elle a dû reprendre pour l'essentiel, était incomplet, irréaliste car truffé de propositions non chiffrées, contradictoires, avec des non-dits.....le tout conséquence d'une synthèse bancale du dernier congrés : de Bockel à Emmanuelli !

C'est ce qu'elle a dit avec franchise.
Si l'on touche au SMIC, il faut toucher aussi aux petites pensions, allocations en tous genres et salaires proches du SMIC !

Les 35H n'ont pas été suivies sur le terrain : * à l'Hôpital, il n'y eut aucune création simultanée de postes. Résultats les agents hospitaliers ont effectué un floppée d'HS, QUI NE LEUR SONT TOUJOURS PAS REGLEES !
* Ailleurs, les cadences ont été augmentées par des patrons, sans aucune vergogne, au nez et à la barbe des syndicats et des inspecteurs du travail....etc etc etc etc

Elle n'a rien dit d'autre. Il faut être honnête et ne pas travestir ses propos.

*

Maintenant, pour revenir au traîté on peut fonctionner comme Mélenchon, qui est au PS et fonctionne comme dab, en étant hors de ce parti....mais Monsieur Le Sénateur gardera son fromage quand même !
Faut pas déc, retourner dans le monde du travail, c'est bon pour les militants, adhérents à 20€ et les classes populaires !

17.Posté par yves le 27/10/2007 21:15
A fourmi rouge,

Ok, j'attends de voir si effectivement Royal va tout faire pour exiger ce referendum à Sarkozy. Après tout, forte de ses 47 % de voix n'est elle pas la mieux placée pour le faire ? Ou bien préfèrera-t-elle la jouer "discret" de peur qu'un tel referendum ne vienne pas diviser le PS ? Privilégiera-telle les prinicpes et l'intérêt national ou bien sa tactique de prise de pouvoir sur le PS ? Sur le traité lui-même je ne l'ai pas encore entendu s'y opposer fermement au contraire de ce qu'écrit clairement JPC.

Pour ma part je coris qu'il vaudrait mieux oublier Royal et son "socialisme" de droite.

18.Posté par la fourmi rouge le 27/10/2007 22:47
@ Yves,

Bien sûr qu'elle ne va pas "revendiquer le référendum" comme aucun "leader" du PS, d'ailleurs.
Aucun ne s'est tranformé en mélenchonnesque ermite retiré du Monde, de l'Europe et surtout du PS.

Pas plus qu'elle ne s'oppose au traîté : lire ce qu'a dit Hollande. Tous sont dans la même barque. Ca me paraît clair.

Je n'ai jamais dit cela ! relisez-moi.

*
Et les questions de "tactique de prise du pouvoir" en l'occurrence me paraissent ne pas rentrer du tout en question justement :

-le PS joue gros avec et contre son électorat au contraire

-et si l'on parle du PS strict : il est tellement fragilisé, que les uns et les autres tentent de le sauver par un positionnement commun. J'ai cru comprendre que c'était le sens de la mission confiée par le BN du PS à Benoît Hamon.

*

SR prend acte de ce qui est. Même si c'est dur à admettre.

Et donc elle regarde ce qu'il convient de faire pour l'avenir (traîté social) "sans tergiverser"......because c'est cuit !
Tsarkozy va tout dérouler pour arriver à son but.

Pourquoi alors se déchirer inutilement ? Faut voir la pénible réalité en face.


19.Posté par Patrice le 28/10/2007 01:00
A fourmi rouge. vos contorsions à justifier la position de notre candidate préférée sont méritantes, MAIS
Le TCE simplifié ne doit pas passer. L'abstention a-t-il la même incidence que le vote contre pour bloquer l'aval du Congrès? si oui, les ouiouistes socialistes ne devraient que s'abstenir, sinon seul le vote "contre" serait respectueux du vote des Français pour SRoyal.
Les déclarations de Royal et Peillon en faveur du traité sont déconcertantes. NDAignan votera Non je suppose.
Les Français peuvent-ils faire confiance à un(e) ouiouiste non repenti(e)? Dénigrer Mélenchon est très pensée unique, mais lorsqu'il dénonce le le courage des lâches sur les retraites, on sait qu'en fréquentant les stars socialistes cette expression doit souvent lui venir à l'esprit.
NONc'est NON, une phrase des premiers députés du Nord à la Convention est gravée sur la Grand Place de Lille, elle se termine par "nous ne serons pas des parjures", c'est moins "tactique" que "charente de poitou, tradition du goût" mais plus politiquement digne.

20.Posté par yves le 28/10/2007 09:03
Non c'est non en effet, et le peuple jugera de la position de chacun pour accorder sa confiance à ceux qui ne l'auront pas trahi. Le prochain leader de la gauche ne sera pas de ceux qui auront dit oui à ce traité Sarkozy, ni de ceux qui auront retiré au peuple le pouvoir de s'exprimer (qu'est-ce autrement que cette fameuse "démocratie participative" dont on s'est gargarisé ?).

Il faut sans doute pour cela le courage d'une traversée du désert, d'être contre la pensée unique, comme de Gaulle l' a été deux fois en 40 puis en 46, comme Mitterrand l'a été en 58 en n'approuvant pas l'état de fait du 13 mai...

C'est sur ces NON que ces hommes se sont imposés.

Chacun jugera ce qu'il en est avec le temps, mais pour moi c'est NON tant à Sarko qu'à Royal et NON à ce traité qui signe l'enterrement de la France et de la République dans le triomphe du mercantilisme mondial sur toute autre considération sociale. Mais c'est aussi sur ce clivage que va naître la vraie opposition de demain, tandis que les autres se rallieront peu à peu au sarkozysme ou à ce centre mou qui se dessine entre PS et "Modem"

La position que chacun va prendre sur ce referendum escamoté et sur ce traité va en dire long sur l'avenir politique des uns et des autres.

21.Posté par C.Tasin le 28/10/2007 09:17
Que les socialistes n'envisagent pas de voter "non" montre, volens nolens, leur désir de voir réalisé le voeu de 2005 de la majorité du parti ( mais pas de la base ! ). Quand ce parti cessera-t-il de jouer les élites parisiennes qui savent mieux que le peuple ce qui est bon pour lui ? Il faudra combien de Sarkozy au pouvoir pour qu'ils ouvrent enfin les yeux ?
En tout cas, il NOUS faut demander aux députés PS de voter non et non pas de s'abstenir, ce qui revient à voter oui !

22.Posté par Hélène le 28/10/2007 10:07
Et si avant de parler du oui et du non, il y avait une mobilisation pour le référendum ?
Cela me paraîtrait sage, car les Français seraient plus motivés à regarder à quelle sauce ils vont être mangés :

Quant à moi, entre ces deux positions, j'ai déjà pris celle de Fabius, qui pourtant jusque là n'était pas ma tasse de thé.

Voix discordantes au PS sur le mini-traité européen

1/ FRANCE INFO - 27 OCTOBRE 2007 - 18:21

François Hollande qui sera reçu lundi à l’Elysée ne demandera pas au Président Sarkozy d’organiser un referendum sur le nouveau traité européen.
C’est ce qu’il a indiqué aux journalistes qui suivaient la réunion aujourd’hui du Conseil national du PS. « Il est clair que les socialistes ne s’opposeront pas au traité » a-t-il indiqué ensuite dans son intervention.
Une position qui ne fait pas l’unanimité au Parti socialiste où les partisans du NON au referendum de 2005,
comme par exemple Laurent Fabius, souhaitent que les français soient à nouveau consultés.


2/ Laurent Fabius demande un référendum pour approuver le nouveau traité européen
LEMONDE.FR avec AFP | 28.10.07 | 08h10 • Mis à jour le 28.10.07 | 08h10

Nouveau désaccord au Parti socialiste à propos de l'Europe. Alors que la direction du Parti a décidé de ne pas s'opposer au nouveau traité et de ne pas demander son adoption par scrutin au suffrage universel, l'ancien premier ministre PS Laurent Fabius demande un référendum. Il souligne, à propos du nouveau traité européen, que "ce qui a été décidé par référendum ne peut être réexaminé que par référendum" et met en garde contre "un déni de démocratie".


Dans une interview à paraître dimanche dans le Parisien-Aujourd'hui en France, le député de Seine-Maritime juge que le projet de traité qualifié par certains de simplifié "n'est avec ses 250 pages et ses 297 amendements, pas plus simplifié que le précédent".
"En 2005, le peuple s'était prononcé par référendum. Ce qui a été décidé par référendum ne peut être réexaminé que par référendum. Une autre procédure ne serait pas vraiment démocratique", ajoute-t-il. "Sur cette base, j'espère que ce sera l'occasion pour les socialistes de se rassembler".
Comme on lui demande s'il votera oui ou non le texte issu du sommet de Lisbonne, le responsable répond : "je ne vois pas comment on pourrait approuver un déni de démocratie. Chaque socialiste, tenant du oui ou du non, devra être prêt à faire un effort pour tenir cette position".

23.Posté par Rémi THOULY le 28/10/2007 13:52
Bonjour,
s'abstenir si aucun référendum n'est organisé est une trahison et une forfaiture.
Dans ce cas la seule attitude responsable et démocratique est de voter:
CONTRE.

24.Posté par la fourmi rouge le 28/10/2007 21:29
Que de choses à dire ! Je commence par répondre à Hélène (post de 10h07 ce 28/10 ):

Vous qui êtes une pure, avec des convictions aussi sincères que passionnées, je vais vous dire 2 mots (je vais me limiter donc) sur ce personnage de Laurent Fabius plus faux et roué qu'il n'est imaginable.

Les propos qu'il tient actuellement devant micros et caméras (que vous citez) avec son courage habituel du politique fielleux....en se présentant comme un roc opiniâtre dans la constance,.... bien caché, comme le couard qu'il a toujours été, derrière Hollande et le BN du PS !

Le plus méprisant de tous vis à vis des militants car il n'a comme seules convictions : son talent et sa qualité pour accéder aux plus hautes fonctions de l'Etat. Son ambition forcenée est son unique moteur pour parler et agir.

Car vous le savez, Hélène, Il a tenu un tout autre langage au dernier BN, comme à B.Hamon missionné par le BN et Hollande, pour trouver une position au moins majoritaire sinon quasiment unanime, hormis Mélenchon. Emmanuelli idem.
Xavier en sait quelque chose et en est assez malheureux.

Revenons à ce mois de juin, où Fabius dénonça "le triple déficit" de la candidate Ségolène Royal, vous vous souvenez sans doute ?
Propos recuillis par Isabelle Mandraud pour le Monde.fr, article publié le 27 juin 2007. Il y précisait qu'il entendait devenir "un sage" actif (autoproclamé) pas moins !

C'est à ce moment là que tous les nonistes auraient dû hurler à la trahison.

Il dit " le NON Français a permis de "corriger" le traîté Européen "...
"il serait plus juste d'appeler le "traîté simplifié", "le traîté corrigé"..."
"là où en cas de NON Français, on nous menaçait d'un enlisement pendant au moins 30 ans, il était donc possible d'apporter des modifications en quelques semaines" ! (si si !)...
"ce texte reprend plusieurs avancées institutionnelles comme la présidence stable de l'Union, mais il ne constitutionnalise plus des politiques Européennes inadaptées et du même coup, la...."

Bref, Fabius nous explique que ce "traîté simplifié" est une victoire du non !!!

Henri Emmanuelli a tenu à quelque chose prés ce discours, le 28 juin au matin sur France Inter, invité par Bernard Guetta. Mieux il assené que Giscard avait bien été le seul à avoir parlé "d'un plan B" !

Ces 2 hommes, sans aucune gène ni scrupules, ont insulté là les Français qui les ont crus...

*

Ségolène Royal bien qu'elle fut favorable au OUI, pour rassembler le PS et la gauche, a voulu dépasser le clivage OUI/NON, le vote étant derrière nous alors.
Jean-Pierre l'a donc particulièrement aidée pour développer une dynamique vers l'avenir avec un projet Européen assis sur le social.

Je pense qu'elle est dans le même état d'esprit actuellement.

Le texte va passer chez les 27, qui est le minimum commun des 27, et permettra de débloquer (comme dit Fabius!) la situation inchangée depuis 2005.

Ce qu'il faut voir, ce sont les possibilités dynamiques et les perspectives que l'on va pouvoir travailler à partir du texte. En particulier le pan social.

*

Le PS aurait dû s'y attaquer avec ses alliés depuis juin !

Enfin, tout de même ! Sarkozy avait annoncé la couleur (sa). Les gens bien informés savent également tout le travail réalisé par Angela Merckel depuis des mois...!
Là on arrive à une situation de conflit aberrante à cause d'un PS divisé et attentiste, et des zéléfans plus soucieux de réger des comptes au travers de livres, et d'interviews, ce qui leur évite des analyses coûteuses !

Mais tout le monde à gauche aussi a sa part de responsabilité en n'ayant pas bougé avant.

Bien cordialement.

25.Posté par la fourmi rouge le 28/10/2007 23:52
Petite remarque complémentaire:

Le Monde a titré sur " Fabius dénonce le triple déficit de la candidate SR" ....ce qui est bien plus raccoleur que par exemple "Fabius n'a jamais cru ce qu'il disait depuis 2005 sur le NON" !

Les autres médias relayant à qui mieux mieux.

Ou comment des élus PS et à un très haut niveau, se sont comportés même aprés les élections (on a la rancoeur tenace) en alliés objectifs de Sarkozy et de la droite extrême....mais chut !.....

Grâce à ces titres montés en épingle qui mettaient au pilori SR, le passage relatif au "traîté simplifié" est passé à l'as.
Fabius eut une discrétion de violette ainsi qu'Emmanuelli sur leurs toutes nouvelles positions Européennes !

Mais il faut lire et avoir de la mémoire, pour trier le son du blé.
A +

26.Posté par Hélène le 29/10/2007 08:42
à Fourmi rouge :

Ne croyez pas que je sois pure, malheureusement j'en ai passé l'âge.

Non, je connais Laurent Fabius pour l'avoir eu comme premier ministre sous Mitterand, et pour ses différentes positions au cours des 20 années passée.

Aujourd'hui, trop de bagarre pour des objectifs personnels viennent polluer le message de la droite comme de la gauche ;
impossible de savoir si une déclaration est faite pour le bien du peuple ou pour le bien de la personne qui la prononce.

Aussi, devant cet énorme problème, j'ai décidé d'adapter ma propre position :

> peu importe qui parle, je n'en retiens que le propos.

> si à l'instant "i" quelqu'un défend une idée que je partage, je prend le train avec, pour une, deux ou trois stations.

> par contre, si quelqu'un avec qui j'ai voyagé, change de direction, je déscends et prend un autre train.

Pour revenir au traité européen, je vous assure que pour moi le sujet à ce jour passe après cette question :

> comment une décision prise par voie de référendum, décision suprême puisque prise par le peuple français, peut elle être évacuée par la simple décision de la re-soumettre au parlement.

> la question à elle seule passe avant le oui ou le non au traité européen. Je vous dis cela en toute franchise. Une telle décision est une porte ouverte à toutes les dérives.

> concernant le traité européens, si il doit être adopté tel quel, ce ne serait que décision de la majorité des Français, qui je le pense, voterait cette fois oui.

bien sincèrement, Hélène

27.Posté par la fourmi rouge le 29/10/2007 14:23
Chère Hèlène,

Il s'agissait d'un vrai beau compliment de ma part :
Vous êtes rafraîchissante, Hélène. N'entendez pas "pure" comme "naïve", mais dans le sens "droite" et sincère comme je vous l'ai écrit aussi. J'aime vous lire car je me retrouve dans ce que vous écrivez si bien. Vous me rajeunissez pas votre allant. La pureté n'est pas une histoire d'âge. Il s'agit de qualités humaines et de pensée.

*

Vous vous contredisez dans votre dernier post :
"trop de bagarres pour des objectifs personnels polluent le message"... et plus loin vous écrivez :
"j'ai décidé d'adapter ma position....je n'en retiens que le propos" !

C'est cela qu'il serait bon de revoir pour éviter de se faire piéger par des margoulins sans scrupules vis à vis des électeurs.

On se doit en politique :
1) d'avoir de la mémoire des propos (et actes) antérieurs, c'est à dire : prendre le temps avec calme de revenir en arrière pour saisir la cohérence de pensée d'un homme politique .
2) lire en filigrane les arrière-pensées de l'interviewé, les propos étant loin de suffire.
3) comprendre les calculs de médias, qui désirent vendre leur papier ! et ont un positionnement politique qui n'est pas neutre.

*

Moi aussi je fais des constats basiques sur lesquels j'asseois mes raisonnements:
-Jean-Pierre Chevènement a la tête aussi bien faite qu'elle est pleine
-Son choix d'aller vers Ségolène Royal était motivé
-Ce ne sont pas des écrits et propos de ses rivaux ou autres haineux, qui peuvent d'un coup de baguette magique, changer cette donne
-Pas plus que des phrases de Ségolène Royal, tronquées, interprétées par les médias de Sarkozy qui continuent de crier haro sur le baudet, ( car on la charge la mule vous noterez, les autres étant d'une sincérité, sans nom "eux" !!!) en l'état actuel des choses, elle apparaît bien la seule encore, pour s'opposer à la droite, et ce quoique l'on pense d'elle.
etc etc

J'ai bien lu relu le peu qu'a dit SR, et je maintiens toujours mes affirmations. Comme de suggérer qu'elle rencontre JPC pour débattre au fond, à son retour d'Amérique du Sud. Je me suis même permise de lui adresser un mail, en ce sens.

*

"Référendum-pas référendum" s'explique puisque ce n'est pas le même texte qui nous revient.
Il est donc inutile de dramatiser le débat. Et il convient de considérer ce traîté pour ce qu'il est ! Le PGCD des 27 !

Et positiver en se projetant sur l'avenir, et le travail de propositions d'un nouveau projet à gauche du PS au MRC en passant par tous ceux qui veulent y collaborer :
Recherche, fiscalité des entreprises, tout le pan social, Défense Européenne, .....
Un tel projet est maintent à définir par la gauche, pour se battre avec de vraies munitions contre la droite en France comme en Europe : avec les Députés Européens, ...et pour le PS au sein du PSE (ben oui)


Amicalement

PS : encore un petit complément à mon dernier post:

Le Fabius est si roué et manoeuvrier, qu'il savait qu'en lançant en juin ses banderilles contre Ségolène, les médias ne soulèveraient pas, du coup, le lièvre de sa veste retournée sur le "traîté corrigé".

J'ai mis du temps à le piger !

28.Posté par Patrice le 29/10/2007 14:29
D'accord avec l'analyse factuelle d'Hélène, à l'exception de l'issue du vote: la campagne n'a pas commencé...comme en mai 2005, le Non l'emporterait comme dans presque tous les autres pays européens si une campagne référendaire équilibrée était organisée.

Sur les procès d'intention contre Fabius, Emmanuelli, ...facile, n'empêche qu'il demande un référendum,lui, et nous savons que si Fabius n'a pas voulu prendre le risque de se présenter comme candidat logique de la gauche du Non en dehors de l'appareil du PS, c'est tout simplement une question de survie financière pour son courant. Tout le monde ne s'appelle pas Chevènement.
Le verrou de la gauche est la direction du PS façonnée sociale-libérale par Le Monde-Libé-l'obs depuis 1983: les Français les rejettent, mais les finances publiques les arrosent et ils nous disent c'est ou nous sans sarko ou sarko avec certains d'entre nous.


29.Posté par Claire Strime le 29/10/2007 16:55
Une fois de plus le PS s'apprête à tourner le dos aux aspirations populaires. Ce n'est certes pas la première fois depuis le milieu des années 80 mais la quantité de ruptures avec le peuple finit par se transformer en qualité. De + s'agissant du méris d'1 vote populaire il tourne le dos aux principes élémentaires de la démocratie par suffrage universel.
Dans cette histoire le PS (s'il confirme la position de son 1er secrétaire) n'est ni Républicain, ni Démocrate.
Il convient alors aux autres forces de gauche, aux Républicains, progressistes, au monde du Travail, etc... d'en tirer toutes les conséquences.

30.Posté par Xavier DUMOULIN le 29/10/2007 18:34
Oui d'en tirer toutes les conséquences Claire Strime et d'abord celle-ci : ne pas renoncer et exiger de donner la parole au peuple. Avec JPC, le MRC doit se faire entendre. Et il y a d'autres forces politiques et associatives qui peuvent aussi s'engager dans ce combat. C'est le défi de la période avec, ne l'oublions pas, la nécessité d'opposer une logique d'ensemble à celle du capitalisme financier mondialisé et à la politique de Sarkozy qui le sert plutôt bien !

31.Posté par la fourmi rouge le 29/10/2007 18:45
Cher Patrice,

Je vous lis toujours avec plaisir pour votre précision et votre argumentation fouillée.

Permettez que je vous conteste un peu malgré tout cette fois-ci, en tenant compte également de votre post précédent.

Deux mots sur mon parcours même si je ne suis qu'un pion, et que cela n'intéresse pas grand monde.
Ceci pour répondre à certaines de vos critiques. J'essaie le + possible de ne pas" succomber à la pensée unique "justement. JPC est mon seul vrai repère idéologique...depuis toujours. Maintenant je pense aussi par moi-même....

Entrée au PS début 1974, j'ai rejoint "naturellement" le CERES. J'étais ce que il convenait d'appeler une cryptocommuniste. Au bout de 15 ans, j'ai lâché prise à cause de Laurent Fabius qui était en train de fusiller le PS, en structurant son courant.
L'apogée de ses manoeuvres qui amena des charters entiers de vrais militants à quitter le navire car écoeurés, se situe dans la période où Fabius était à l'Hôtel de Lassay pratiquant le "socialisme hôtelier" : tous les petits élus, pour exister et grappiller quelques subventions, sont obligés de s'agripper à un gros élu. Et Laurent Fabius a du savoir faire pour capter les affamés !
La crypto est revenue au PS avec son mari PC (famille de réfugiés Espagnols) pour bouster ce PS en 2006. Je suis toujours sur un même positionnement de la gauche Républicaine.
Les gesticulations d'un Mélenchon qui n'a aucunement l'esprit de parti pas plus qu'une vraie conscience de classe, me laissent complètement froide. Qu'on m'explique ce qu'il construit !
J'ajoute qu'après ma traversée du désert politique à partir de 1989, j'ai milité dans le syndicalisme plus de 10 ans gérant des situations sociales insupportables:
....Des femmes de ménage non mensualisées (si !), sans couverture sociale et travaillant plus de 60h par semaine..... me suppliant en +, de ne pas les défendre par peur de perdre leur emploi..!!!..etc...
Alors les Mélenchon planqués comme Cambadélis qui n'a jamais travaillé de sa vie, ou certains permanents du PCF qui viennent donner des conseils sur le pourquoi du comment faire , me faites pas rire, j'ai les lèvres gercées !

Patrice, il ne s'agit pas de procés d'intention. Je comprends que ce soit dur à admettre.
-demandez à Xavier qui connaît Emmanuelli, Vidalies.
-je vous ai donné les références des interviews De Fabius et Emmanuelli les 27 et 28 juin : vérifiez par vous-même, en analysant leurs propos. Nous en reparlerons si vous le voulez bien.
Je ne suis pas du genre à m'engager, à affirmer sans biscuits.

Amitié et Fraternité

32.Posté par Hélène le 29/10/2007 21:24
A fourmi rouge,

Si j'ai cité Fabius, c'est uniquement parceque chaque voix qui se fait entendre par le biais des médias sur le sujet, est une voix qui compte pour moi.

Je ne sais plus si je vous l'ai dit, mais c'est Ségolènet ET JP Chevènement qui m'ont fait basculer directement à gauche.
Ce que représentait l'udf ne correspondait absolument pas à mes convictions.

J'ai adhéré à Désirs d'avenir, ainsi qu'au ps pour Ségolène.

Ni je l'accablerai, ni je lui en voudrai.

Mais pour moi la voix du peuple français est trop majeure pour que le fait d'accepter de passe outre m'ait refroidie. Que voulez-vous, on ne change pas à 60 ans ; Gaulliste j'étais à 20 ans (alors que mes meilleurs amis étaient au céres), Gaulliste je reste à 60 ans.

Bizarement, c'est en JPC que je retrouve depuis quelques années, les valeurs que j'ai toujours défendues.

Pour Ségolène, jamais je n'aurai une attitude négative, ne vous inquiétez pas, cependant peut-être que le chemin qu'elle souhaite prendre ne correspond plus à celui qu'elle avait pendant les présidentielles.

Ainsi va la vie.

Allez va ! je trouve que c'est vous fourmi rouge qui êtes rafraichissante, et j'apprécie moi aussi de vous lire.

33.Posté par Patrice le 30/10/2007 01:48
Chère fourmi (crypto:-))rouge, un réel respect pour votre parcours, la sincérité de vos convictions et votre sens de la formule audiardesque "me faites pas rire, j'ai les lèvres gercées" qui fleure bon paname (une communale dans le 20ème, çà laisse des traces faute de biscuits).

Vous exprimez certaines réserves sur la sincérité de Laurent Fabius, en clair l'abominable Dr Mabius, ses propos de juin 2007 ou au BN du PS.
Observons qu'en juin ,sauf erreur,le TCE simplifié n'était qu'un projet au contenu non défini et que les déclarations de Fabius au BN ou à la buvette de Solférino sont inconnues et sans importance. En revanche, son blog reprend sa position à la fois claire sur un referendum à exiger par tous les socialistes et soucieux de ménager la cohésion de ce grand et beau parti. Le syndrome de l'étouffoir social libéral agit comme une chappe de plomb sur tous les socialistes; son intérêt personnel serait d'ailleurs de s'y rallier franchement pour bénéficier comme DSK des faveurs du monde dit économique.
Je n'ai jamais été au PS (personne n'est parfait), mais force est de constater que Fabius est avec quelques autres comme Lienneman, ce qu'il y a de "mieux" dans leur magasin .

34.Posté par yves le 30/10/2007 07:50
Il faudrait peut-être sortir des considérations de sympathie personnelles à l'égard de tel ou tel pour revenir à l'analyse politique que fait chacun du traité et tout spécialement de la nécéssité d'un référendum.

Que Fabius ou Emmanuelli soient finalement pour le traité, ce sera à eux de nous expliquer pourquoi, de même qu'à JP Chevènement de nous expliquer le contraire, mais ce qui est important maintenant c'est que le peuple puisse VOTER, et que lle débat ne soit pas escamoté.

Quant à la position de Royal qui défendait la démocratie "participative" et qui se contente désormais de prendre acte sans protester de la procédure parmementaire, il n'y aura que ses inconditionnels qui lui trouveront comme toujours une cohérence imperceptible au commun des mortels...

35.Posté par la fourmi rouge le 30/10/2007 12:34
Bonjour Patrice,

Je ne concède rien à Fabius.
D'autant plus qu'il est d'une puissante intelligence.
Tout est méticuleusement calculé et pesé chez lui. Mais vous le savez n'est-ce pas ?
C'est un renard sans convictions : son moteur est son ambition féroce.

Rappellez-vous dans cette même période, une semaine à peine aprés, le vendredi 6 juillet au matin, il s'est précipité à l'Elysée tenté par le poste de DG du FMI que lui proposait Sarkozy.
Sans en dire 2 mots à la direction du PS, bien entendu. Comme DSK, monsieur est au-dessus de ces contingences subalternes ! Ni Dieu, ni Maître pour domi et lolo !
Avant que Juncker et autres libéraux ne le récusent pour cause de vote NON en 2005. Il s'est trahi encore une fois, pour rien, sinon beaucoup de déception chez certains de ses amis.

Les mots et déclarations n'ont de valeur que si des actes ne les trahissent pas.
Donc Fabius non "n'est pas mieux". Sûrement pas.


36.Posté par Claire Strime le 30/10/2007 14:49
"ne pas renoncer et exiger de donner la parole au peuple. Avec JPC, le MRC doit se faire entendre. Et il y a d'autres forces politiques et associatives qui peuvent aussi s'engager dans ce combat." (XD)

Il n'y aurait pas quelques appareils actuellement plus soucieux de sauvegarder quelques miettes aux municipales que d'appeler à la mobilisation (dans la rue avec relais à l'assemblée et au Sénat) contre ce déni de démocratie élémentaire???

Sinon pas la peine de s'exciter spécialement contre Ségolène...il y a tant de Moscovici, Hollande, Peillon, Montebourg...qui sur ce sujet s'apprêtent à bafouer la voix du peuple!!!

Les Argentins n'ont pas que du soja, ils ont aussi un mauvais gin pas cher la genièvre (ginebra); Mélenchon (voir son blog avec de jolies images) a du en abuser un peu...Mais j'aime bien malgré tout l'image d'Eva Peron protégeant l'enfant péroniste; le populisme a été plus utile aux Sud-Américains qu'un mouvement ouvrier social-démocrate comme en Europe...

37.Posté par la fourmi rouge le 31/10/2007 13:11
Patrice, Yves,

Si vous avez quelques minutes à perdre, pour vous détendre, je vous conseille d'aller sur le site de Marianne et de lire sur les forums relatifs au "traîté complexifié", les posts de Républicains de gauche et de droite "Georges GLISE" et "le Bigorneau libre".
Un plaisir toujours renouvelé dans leurs chamailleries quotidiennes, avec un humour ravageur !
Faut voir ce qu'ils passent à "F'affabulateur" !


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter