Actualités

Municipales en Corse: Chevènement dénonce «une menace inacceptable» du FLNC-UC


Dépêche AFP, jeudi 28 février 2008, 17h43.


Municipales en Corse: Chevènement dénonce «une menace inacceptable» du FLNC-UC
Le président d'honneur du MRC Jean-Pierre Chevènement a qualifié jeudi de "menace tout à fait inacceptable" la recommandation d'indépendantistes corses "aux Français" inscrits sur les listes électorales locales de ne pas se rendre aux urnes aux municipales.
"C'est une menace tout à fait inacceptable. Le FLNC est fidèle à lui-même, c'est-à-dire à l'ethnicisme qui est, je dirais, sa définition même. C'est le refus de la République et ce sont des pressions inadmissibles exercées sur nos concitoyens", a déclaré l'ancien ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin, interrogé par l'AFP.
Le FLNC-Union des combattants, l'une des principales organisations indépendantistes clandestines en Corse, a lancé mercredi un avertissement aux "Français étrangers aux intérêts vitaux de notre terre de ne pas se rendre aux urnes", dans un communiqué à France 3 Corse.
En outre, M. Chevènement "s'étonne de l'absence de réaction des autorités qui, trop souvent, négocient en sous-main avec les indépendantistes corses et cultivent une ambiguïté regrettable".
Aucun commentaire n'a été fait par l'exécutif après la publication du communiqué indépendantiste.


Mots-clés : corse, flnc
Rédigé par Chevenement.fr le Vendredi 29 Février 2008 à 13:46 | Lu 7058 fois



1.Posté par JF CAYLA (Chatou) le 02/03/2008 12:51
Il ne reste plus qu'à envoyer B.Kouchner superviser le nettoyage ethnique et préparer l'indépendance ... !

Merci JP Chevènement pour la poursuite du combat républicain qui
semble de plus en plus à la fois nécessaire et désespéré.


2.Posté par Claire Strime le 03/03/2008 08:53
Je viens de parcourir les sites nationaux du PS, DU PCF, du PRG et n'ai rien trouvé sur le sujet...

3.Posté par Claire Strime le 03/03/2008 15:40
1 livre sûrement très intéressant:
http://www.communautarisme.net/Corse,-nationalisme-ethnique,-Republique-entretien-avec-les-auteurs-de-Geopolitique-de-la-Corse_a1001.html?PHPSESSID=1b094c2ccde30be96c5696409f027562

4.Posté par Instit le 03/03/2008 17:58
Ca sent le rousssi pour Sarkozy.

Le dernier scandale à la une, c'est les 1,5 millions d'euros que l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie a donnés à son président Denis Gautier-Sauvagnac pour qu'il se taise face aux juges.

L'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) a donné 1,5 millions d'euros à son président Denis Gautier-Sauvagnac pour qu'il ne révèle pas le nom des syndicalistes et des hommes politiques que le patronat a corrompus pendant des années.

Bien entendu, plusieurs syndicats vont être éclaboussés par ce scandale.

Bien entendu, plusieurs hommes politiques vont être éclaboussés par ce scandale.

Bien entendu, Nicolas Sarkozy va être éclaboussé par ce scandale. En 2004, la cellule anti-blanchiment du ministère de l'Economie et des Finances alerte le ministre Nicolas Sarkozy des retraits de centaines de milliers d'euros effectués par Denis Gautier-Sauvagnac. Quelle a été la réaction du ministre Nicolas Sarkozy ?

Il a refusé que le dossier soit transmis à la justice ! Pourquoi ? Pourquoi le ministre Nicolas Sarkozy a-t-il protégé Denis Gautier-Sauvagnac ?

A votre avis ?

Je vous suggère de lire cet article du site Marianne2.fr . Il est écrit par Eric Decouty :

" UIMM : pourquoi Parisot est aussi responsable.

Durant tout le week-end, Laurence Parisot a joué les Madame Propre du patronat. Eric Decouty démontre sa part de responsabilité dans les scandales qui éclaboussent l'UIMM et le Medef.

C'est la guerre civile au MEDEF. La révélation par Marianne numéro actuellement en kiosque) des accords secrets offrant à l'ex-patron de l'UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie), Denis Gautier-Sauvagnac (DGS), une prime de retraite de 1,5 millions d'euros et la prise en charge de ses futures condamnations sans limitation de montant est en train de dynamiter le patronat français. Le scandale des valises de billets de DGS et des cadeaux occultes qu'il en a tirés, a donné lieu ce week-end à des querelles publiques sans précédent entre Laurence Parisot, censée être la patronne des patrons, et les représentants de la puissante industrie métallurgique.

Mais ces déclarations soigneusement médiatisées par lesquelles la présidente du Medef a pris la posture de la patronne outragée ne feront pas illusion très longtemps. Les communiqués tout autant offensés de DGS et de son successeur, Frédéric Saint Geours ne convaincront pas davantage. Quant au pouvoir politique et à la justice les voilà confrontés à une affaire dans laquelle ils portent chacun une part de responsabilité.
Que nous enseignent ces derniers développements ?

1°) Le rôle de Laurence Parisot.

En septembre dernier, la présidente du MEDEF avait attendu plus d'une semaine pour réagir aux révélations sur les millions d'euros tirés en cash des caisses de l'UIMM par Denis Gautier-Sauvagnac. Elle avait alors juré «tout ignorer de ces pratiques d'un autre âge» et annoncé un grand ménage au sein du patronat de la métallurgie. Nous allions voir ce que nous allions voir avec Frédéric Saint Geours, successeur de DGS à la présidence de l'Union… Résultat: quatre mois plus tard, Madame Parisot, a rejoué le couplet…

Certes, cette fois, elle n'a pas attendu une semaine pour réagir. Elle a même pris soin d'orchestrer bruyamment sa partition : un communiqué, vendredi, pour annoncer son retour précipité de vacances, une interview samedi, sur France 2 et un entretien, dimanche dans le Journal du Dimanche, avec photo de la dame à son bureau, histoire d'illustrer une reprise en main indignée…

On peut admettre sans trop de difficulté que Laurence Parisot ignorait la teneur des accords secrets entre DGS et l'UIMM. Pour le reste, la colère et l'indignation ne sont que de circonstance. Dans cette histoire, la responsabilité indirecte de la présidente du MEDEF est engagée pour au moins cinq raisons.

a) Si Denis Gautier Sauvagnac a démissionné à la mi-novembre de la présidence de l'UIMM, poste symbolique et bénévole, tout le monde savait qu'il était toujours délégué général et le seul véritable décideur. DGS ne se cachait d'ailleurs pas, occupant comme auparavant son bureau de la rue de Wagram, d'où il dirigeait avec la même autorité l'union patronale, laissant sa première collaboratrice également mise en examen signer les chèques tout en participant presque officiellement aux négociations syndicales… Laurence Parisot a laissé faire sans mot dire.

b) La présence de Michel de Virville, secrétaire général de Renault et président de l'UNEDIC, considéré comme un des hommes de confiance de Madame Parisot était censé ramener une nouvelle moralité au sein de l'UIMM, au même titre que l'élection de Frédéric Saint Geours. Or, le premier a négocié en catimini les cadeaux de DGS et le second les a couverts. Qu'ils n'en aient rien dit à la présidente du Medef en dit long sur son autorité de et sur la portée réelle de ses décisions.

c) Outre Michel de Virville, quelqus uns des plus hauts représentants du patronat français ont validé le versement de 1,5 millions d'euros à DGS ainsi que la prise en charge de ses condamnations financières à venir. La liste des membres du bureau de l'UIMM publiée par Marianne est éloquente : Anne Lauvergeon, présidente d'Areva, Joël Karecki, président de Philips France, Christian Streiff, président de PSA Peugeot-Citroën, Jean-Marie Poimboeuf, président de la Direction des constructions navales (DCN), ont, parmi d'autres, autorisé les accords qui font aujourd'hui scandale. Or, ces hommes et femmes sont des figures emblématiques du patronat français et donc du Medef. Ils attestent que les cadeaux à DGS n'ont pas été décidés entre amis de la métallurgie mais bien dans le gotha du patronat. Voilà pourquoi la distinction que tente aujourd'hui d'établir Laurence Parisot entre l'UIMM et le Medef est fallacieuse. Même si sa présidente n'était pas dans la confidence du parachute doré de DGS, le Medef, via ces grands patrons, est clairement impliqué, ce qui lui laisse comme Arnaud Lagardère dans l'affaire des délits d'initiés d'EADS, que le choix délicat entre incompétence et mahonnêteté.

d) Laurence Parisot a laissé entendre qu'elle pourrait saisir la justice, expliquant hier dans le JDD «que l'accord entre l'UIMM et son délégué général (lui) semble très discutable». C'est pourtant la même Laurence Parisot qui a l'automne dernier n'a pas estimé nécessaire de déposer plainte après la révélation des opérations occultes de l'UIMM et ne s'est pas davantage constituée partie civile après l'ouverture de l'information judiciaire. Si aujourd'hui la présidente du MEDEF envisage de saisir la justice pourquoi ne pas l'avoir fait à l'automne ?

e) Enfin, dans ses différentes interviews du week-end, la présidente du MEDEF n'a jamais affirmé sa volonté de faire la lumière sur le principal mystère de l'affaire : où est donc allée la vingtaine de millions d'euros retirés par DGS entre 2000 et 2007 ? Laurence Parisot n'a pas davantage appelé la justice à mettre tout en œuvre pour identifier les destinataires des valises de billets du patronat… La transparence, même dans le discours, a des limites.

Au bout du compte, la purge que veut désormais imposer Laurence Parisot à l'UIMM montre évidemment la faiblesse de son influence sur les barons de la métallurgie. Mais ses déclarations s'apparentent surtout à une posture de circonstance, la présidente du MEDEF cherchant à apparaître comme «la madame propre» du patronat alors qu'elle a laissé perdurer manoeuvres et sombres arrangements depuis bientôt six mois.

2°) DGS, Saint Geours et la loi du silence.

L'élection de Frédéric Saint Geours à la présidence de l'UIMM devait tout changer. Elle a en réalité permis la survivance d'un système opaque, constitué de transactions secrètes et de petits arrangements. Il est d'ailleurs piquant de constater que les mêmes cabinets d'avocats ont représenté l'UIMM avant et après le départ de DGS… Certes, l'ancien président a choisi son propre défenseur, Me Jean-Yves Leborgne, mais sa défense semble bel et bien établie en concertation avec les conseils du patronat de la métallurgie.

Malgré ou à cause de l'enquête judiciaire, les différentes parties semblent aujourd'hui s'être entendues pour renforcer la loi du silence établie depuis des lustres. Comme dans un film noir, DGS n'a pas estimé nécessaire de répondre personnellement, hier, aux attaques de Laurence Parisot, mais il a envoyé dans les médias son avocat fidèle. Tiré de sa torpeur, Me Leborgne, a pris la pose non pas pour dire que son client rendrait l'argent, mais pour demander à Madame Parisot de retrouver son sang-froid et rappeler que les histoires de valises de billets étaient vieilles comme l'histoire du patronat de la métallurgie… Bref un avertissement sans frais à la patronne des patrons, à tout le Medef et sans doute au pouvoir et à la classe politique toute entière, pour dire que beaucoup avaient à perdre au grand déballage. Un message que Frédéric Saint Geours s'est empressé de recevoir cinq sur cinq sur les ondes…

3°) Sarkozy en toile de fond.

Cette menace du grand déballage a-t-elle porté ? Toujours est-il que si la gauche a tonné tout le week end, la droite et le gouvernement se sont montrés bien discrets. Certes, quelques ministres ont dit en substance et sans rire qu'ils faisaient confiance à la justice… François Fillon, gêné aux entournures, aussi. Nicolas Sarkozy, en voyage officiel puis de noces en Afrique du Sud n'a, en revanche, rien dit. Pour lui plus que pour beaucoup d'autres, un grand déballage dans l'affaire de l'UIMM pourrait avoir de fâcheuses retombées. Il pourrait notamment devoir enfin s'expliquer sur les raisons pour lesquelles en 2004, alors ministre des Finances, alerté par Tracfin (la cellule anti-blanchiment de Bercy) des retraits effectués depuis 2000 par DGS il avait refusé que le dossier soit transmis à la justice…

Le silence d'une grande partie de la classe politique pourrait également s'expliquer par les subsides qu'auraient tiré certains de ses représentants des valises de DGS. Car si la piste de financements syndicaux est privilégiée par les enquêteurs, celle de financements politiques et/ou électoraux n'en existe pas moins.

4°) La faute du procureur de la République de Paris.

Saisie fin septembre le parquet de Paris a attendu la mi-décembre pour ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d'instruction, lequel n'a mis en examen DGS que le 15 janvier. Mieux, il ne lui a été signifié aucune mesure de contrôle judiciaire ce qui lui permet de rencontrer en toute quiétude tous les protagonistes de l'affaire. Du jamais vu !
Les atermoiements du procureur de la République de Paris, aux ordres ou non de la Chancellerie et donc de l'Elysée, ont permis que soient signés les accords occultes au profit de DGS. Si comme dans l'affaire de la Société générale et du trader Jérome Kerviel, DGS avait immédiatement mis en examen avec interdiction de voir les autres dirigeants patronaux et ceux de l'UIMM, nul doute qu'il aurait été plus difficile de passer le fameux pacte du silence découvert aujourd'hui.

5°) L'illusion du grand déballage.

Reste la suite de l'histoire. Le séisme annoncé au patronat annonce-t-il une révélation sur les destinataires des vingt millions d'euros distribués entre 2000 et 2007 par Denis Gautier-Sauvagnac ? Peu probable. L'omerta patronale renforcée par une évidente passivité syndicale devrait s'accommoder de ces soubresauts d'autant plus facilement que le pouvoir politique se fera son complice et que la justice poursuivra aussi sagement l'enquête qu'elle l'a commencée… Derrière les grands discours sur la transparence, les secrets semblent mieux gardés que jamais. "

http://www.marianne2.fr/UIMM-derriere-la-transparence,-l-omerta-renforcee_a84582.html?preaction=nl&id=2940569&idnl=25398&

5.Posté par Claire Strime le 03/03/2008 18:16
Voilà une occasion de fustiger unitairement l'ethnicisme du FLNC:

4 mars : Grand meeting de la gauche pour les municipales
avec François Hollande (PS), Marie-Georges Buffet (PCF) et Claude Nicolet (MRC)
Salle des fêtes François Mitterrand.

6.Posté par Claire Strime le 04/03/2008 09:15
Il y a eu aussi 1 attentat contre la résidence privée de 2 "continentaux" vendredi dernier je crois; il y a bien 1 trève "touristique" mais pas de trève électorale.

"Corse: attentat dans un restaurant
Un restaurant a été endommagé par un attentat cette nuit à Propriano (Corse-du-Sud), a-t-on appris auprès des services de sécurité intérieure de l'île.
L'explosion s'est produite à 03H25 mardi, infligeant à la salle et à la façade du Riva Bella des "dégâts moyens", selon les enquêteurs.
L'attentat n'a pas été revendiqué et aucune précision n'était disponible sur la nature et la quantité d'explosifs utilisée.
Source : AFP"

7.Posté par Claire Strime le 05/03/2008 12:47
Ils tiennent le rythme...

"Un attentat à Porto-Vecchio
Un local de la compagnie des eaux situé à la sortie sud de Porto-Vecchio a été la cible d'un attentat à l'explosif la nuit dernière, a-t-on appris auprès des services de sécurité intérieure de l'île. L'attentat a été découvert ce matin par un employé, a précisé la gendarmerie de Porto-Vecchio, les dégâts sont légers, a précisé la même source. Aucune signature ni revendication n'a été découverte sur les lieux.
Source : AFP"

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter