Agenda et médias

"Les 1,4 million de Poilus tués ne l'auront pas été en vain si la France continue"


Jean-Pierre Chevènement était l'invité de LCI et Radio Classique lundi 11 novembre 2013. Il répondait aux questions de Guillaume Durand.


Verbatim express :

Sur le sens de la commémoration du 11 novembre
  • Les femmes ont joué un rôle important pendant la guerre de 14.
  • Les 1,4 million de Poilus tués ne l'auront pas été en vain si la France continue.
  • Il y a deux interprétations de cet immense événement : ou bien cela clôt l'histoire de France (un pays si affaibli par la 1ère GM qu'il s'effondre en 1940, ce qui clôt notre histoire), ou bien au contraire c'est une guerre de trente ans, qui commence en 1914 et se termine en 1945. La France subit l'essentiel du choc en 1914-18 et la résistance des Poilus est ce qui permet à la France de retrouver son statut à la fin de la 2ème GM. La France ne pouvait pas faire deux fois Verdun.
  • Je pense qu'il faut avoir beaucoup de gratitude pour les soldats de la Grande guerre : ils ont permis que la France puisse continuer. Mais les dés roulent toujours : est-ce que dans l'Europe ou dans la mondialisation il y a encore une place pour la France ?

Pour une Europe confédérale au XXIe siècle
  • L'Allemagne pose toujours un problème. C'est un grand pays, au cœur de l'Europe, qu'elle domine économiquement, mais plus politiquement et militairement, et n'a plus le désir de domination qui animait ses élites.
  • Aujourd'hui il y a des sujets à débattre avec l'Allemagne. Le cours de l'euro écrase notre compétitivité, installe l'Europe dans un équilibre de sous-emploi.
  • François Hollande n'a pas renégocié le TSCG contrairement à ce à quoi il s'était engageait. Mais il a considéré que la pression des marchés financiers était telle qu'il ne pouvait pas se le permettre.
  • Le problème est toujours là. C'est celui de la monnaie unique, qui est une hérésie, qui juxtapose des pays trop différents, qui crée des déséquilibres massifs, qui nous enferme dans une stagnation de longue durée, et il va bien falloir s'attaquer à ce problème !
  • Transformons l'euro monnaie unique en monnaie commune, quelque chose qui permet des ajustements sans douleur entre les différents pays, et de combattre à armes égales sur les marchés internationaux.
  • L'histoire des nations continue. L'Allemagne elle-même, peut-elle renflouer la monnaie unique à perpétuité ? Il va falloir de nouveaux plans de renflouement de la Grèce et du Portugal, c'est sûr ! Des pays comme l'Espagne et l'Italie vont voir s'envoler déficit et endettement ! La crise de la monnaie unique est devant nous. Donc l'Allemagne peut-être amenée à demander par négociation la sortie de ce système imbécile.
  • Je compte sur la pression de l'Italie, de l'Espagne, de la France. François Hollande sera confronté, peut-être, à des événements tels qu'il faudra des choix courageux.
  • On ne peut pas faire l'Europe sans la France. Je propose que on redéfinisse l'Europe, qu'on fasse une Europe confédérale, une Europe de peuples libres, dans un monde qui sera dominé par la Chine et par les États-Unis. Si l'Europe peut continuer d'exister, ce sera sous une forme différente.

    Questions politiques d'actualité
  • Manuel Valls fait bien son travail. Il rappelle la nécessité de la règle en République.
  • Il appartient au gouvernement de définir qui sont les bons interlocuteurs. On donne à la Bretagne comme interlocuteur Stéphane le Foll, car en tant que ministre de l'Agriculture, il peut plus de choses pour les problèmes de l'agro-alimentaire breton.
  • Marine Le Pen prospère sur la base d'une politique engagée depuis bien longtemps, plusieurs décennies, qui a manifestement échoué. Il faut remettre en cause cette orientation politique, si on veut réduire les scores que peuvent faire Marine Le Pen et le FN.
  • Je ne vois pas la nécessité d'un remaniement. Jean-Marc Ayrault, dans les limites qui lui sont tracées, fait vraiment ce qu'il peut. Changer de gouvernement sans changer d'orientation politique, ça ne servirait à rien !
  • Il y a de bons ministres, et il y en a de franchement moins bons. Certains sont mêmes inexistants. La ligne dominante à Bercy ne représente pas l'orientation que je souhaite, ça c'est clair.

    -----
    Découvrez le nouveau livre de Jean-Pierre Chevènement 1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire? (éditions Fayard)


Rédigé par Chevenement.fr le Lundi 11 Novembre 2013 à 13:41 | Lu 1376 fois


Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter