Carnet de Jean-Pierre Chevènement

Le Pen, bâtard de l’Establishment



14 novembre : J’ai souvent observé que les gens se rappellent plus souvent ce qu’ils ont dit que ce qu’on leur a dit. C’est dans la nature humaine.
La presse du 14 novembre revient sur un éventuel « retrait » que je n’ai même pas évoqué « au cas où Le Pen, etc. ».

Le Pen dont l’apparition aux élections municipales de Dreux coïncide – avec six mois de retard – avec la « parenthèse libérale » de mars 1983, apparition confirmée aux Européennes de juin 1984 et depuis enracinée dans le paysage politique, est un formidable outil de manipulation pour maintenir le cap de la politique de résignation devant l’installation du capital financier mondialisé, celle-là même qui l’a fait naître. Le Pen est le bâtard de l’Establishment. Celui-ci, qui l’a créé, se sert de ce spectre pour resserrer autour de lui la solidarité des enfants soi-disant légitimes qui croient naïvement que le capital financier mondialisé leur laissera encore quelque chose en héritage. L’Establishment et Le Pen fonctionnent en étroite symbiose. L’un l’a produit. L’autre le sert, en contribuant à maintenir le statu-quo.

Grâce à Le Pen, on ne parle plus de politique. Son installation dans le paysage correspond à l’intérêt des classes dominantes : Ni l’UMP ni le PS n’ont pensé à modifier la loi qui prévoit que seuls les deux candidats à l’élection présidentielle arrivés en tête au premier tour peuvent se maintenir au second. Et pour cause ! C’est tellement commode pour appeler à voter « utile » et occulter définitivement tout débat de fond. Hou ! Hou ! Dormez en paix braves gens, et votez comme on vous le dit !

Rares parmi les commentateurs sont ceux qui croient que je conquerrai mon espace pour arriver en tête au mois de mars 2007. Tel est pourtant mon objectif, car je crois à la force des idées : même dans une démocratie manipulée comme la nôtre, il faut y croire ! Sinon, ce serait donner congé au citoyen.


Mots-clés : le pen, médias
Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Jeudi 16 Novembre 2006 à 08:00 | Lu 8426 fois



1.Posté par Sabrina le 16/11/2006 09:35
Ouah, allez Jean-Pierre, continue à te lâcher, ça fait plaisir ! Montre ta vraie nature rebelle !

2.Posté par Pierre le 16/11/2006 10:10
Très bon analyse monsieur Chevènement, Le Pen est bel et bien l'idiot utile de l'UMPS !

3.Posté par Anhichem Driss le 16/11/2006 11:38
Grace a le pen,dans les années 80 les gens ne parlaient pas de l'insécurité de peur qu'on les accuse de partager les idées du front national.Je suis d'accord avec ton analyse monsieur Chévenement.

4.Posté par Elie Arié le 16/11/2006 13:39
Il faut aussi rappeler qu'il n'existe aucun risque de fascisme en France; que le fascisme ne se limite pas à gagner les élections, mais nécessite d'avoir les troupes d'assaut pour réduire au silence ses adversaires, les moyens politiques pour imposer une dictature, toutes choses que le FN n'a pas;et que le vrai risque que court la France n'est pas celui du fascisme, mais celui de la berlusconisation lorsque sa droite aura rompu avec ses valeurs gaullistes.

5.Posté par Josette Robert le 16/11/2006 14:58
Je crois que mon commentaire précédent faisait suite à cette rubrique et non à celle sur la poste ?

6.Posté par Eric le 16/11/2006 15:49
Il faut dénoncer l'usage courant et invraisemblable de l'expression "vote utile"

Comme souvent, par un sombre effet psychosocial, les termes les plus honteux sont ceux qui passent le mieux : "appelez au vote UTILE", ce n'est pas appeler au vote en conscience, ni au vote républicain, ni au vote raisonnable etc...

c'est appeler littéralement (et donc clairement) à un vote qui sert... mais qui sert quoi et qui? le système et les élites en place, nécessairement ;

car c'est appeler au vote "instrumental" et "mécanique".

il faut mettre un terme aux appels au vote utile.

7.Posté par Reault le 16/11/2006 19:10
L'expérience de la dernière élection présidentielle montre effectivement qu'il n'y a pas de danger Le Pen, du moins au niveau électoral. Allons jusqu'au bout!

8.Posté par Xavier DUMOULIN le 16/11/2006 20:42
Jean Pierre Chevènement a bien raison de dénoncer les faux semblant!
De ce point de vue Le Pen n'est pas le candidat hors système qu'il prétend être mais bien le faire valoir de l'Establisment pour lequel il roule!
Il faut reconquérir l'électorat ouvrier en utilisant les vrais arguments ; ceux de la dénonciation de la mondialisation libérale qui ont déjà porté leur fruit en Mai 2005.

9.Posté par niepceron le 16/11/2006 21:40
Voter utile?
Cela fait 25 ans que la sociale médiocratie nous demande de voter utile pour écarter le monstre réactionnaire qu'elle a réveillé et accompagné dans sa progression :
Pour l'euro,pour le traité constitutionnel, pour toton, pour yoyo,....
à force de faire renoncements et compromis ...nous sommes dans une Europe du plus petit dénominateur commun,de la médiocrité politique, une maison close où les tenants de l'europe libérale font leurs petites affaires personnelles avec leur monnaie:l'euro
Maitenant il faut voter pour la République et pour un Républicain.

10.Posté par Josette Robert le 17/11/2006 14:37
Pour préciser , mon commentaire indiqué ailleurs par erreur :

Bien sur qu'il faudra reconquérir un espace !

Mais si nous ne nous adressons pas à l'électorat désenchanté, qui le fera ?
Cordialement

11.Posté par Christine le 17/11/2006 16:02
En tout cas, il est inimaginable que le candidat Chevènement puisse se retirer au profit d'une S.Royal, qui n'incarne absolument pas la gauche. Bobo populiste, altière, défendant la sociale-démocratie et le libéralisme européen, elle ne peut que renforcer Sarkozy. Seul le MRC peut proposer une véritable alternative, que Le Pen soit présent ou pa a u premier tour.

12.Posté par BRUN Edwige le 17/11/2006 17:52
Selon Le Pen, tout ce qui va mal en France: chômage,insécurité problèmes scolaires,déficits sociaux, serait dû à l'immigration.
Ainsi Le Pen disculpe le libéralisme sauvage.
Mais la plupart des candidats ( dont Bayrou) restent sur son terrain et aucun ne l'oblige à expliquer publiquement son programme en dehors de la fin de l'immigration.
Pourtant Le Pen a un programme:
- Le chèque éducation
- la baisse des retraites
- la fin de l'Euro alors que sa mise en place à déjà été très coûteuse .
Pourquoi ne pas attaquer Le Pen sur son programme anti-ouvrier,anti-populaire?
Demander aux gens de voter Chevènement au lieu de Le Pen C'est bien mais comment leur faire comprendre le danger du vote Le Pen comme Sarkhosi.
Merci

13.Posté par B.VALENTIN le 17/11/2006 18:07
Et oui ! Le Pen a été utilisé par une certaine Gauche pour diviser la droite… sans en mesurer les risques et pan ! le 21 avril ! La droite, elle, agite l’épouvantail du fascisme pour s’attirer les faveurs des électeurs qui pourraient avoir peur…
Mais à qui profitait le crime ? Au FN… alors que des français en errance « idéologique », ne trouvant plus un écho vers cette même gauche, se sont tournés vers Le Pen…pas par envie mais par dépit.
Le Pen est bien dans le sillage du PSUMP, il sert le système… qu’il critique pour entretenir une « bonne » relation ! ! !

Alors, oui l’homme qui peut rassembler très largement et « récupérer » les électeurs perdus par la Gauche: c’est JP CHEVENEMENT

14.Posté par BULLE Hervé le 17/11/2006 19:14
D'origine très modeste, Bac+5, je partage les mêmes valeurs que Jean-Pierre CHEVENEMENT depuis que je suis en âge de m'intéresser à la vie politique.
Il est le seul homme politique pour lequel je puisse voter avec enthousiasme. Je supplie Jean-Pierre d'aller jusqu'au bout de sa démarche et surtout ne pas céder aux pressions et au chantage que ne va pas manquer de lui faire subir le PS. La vendetta à laquelle s'est livré le PS après 2002 (législatives, etc...) était injuste et pitoyable.
Si Le Pen a des chances d'être au second tour, le PS n'aura qu'à s'en prendre à lui même et à ses militants qui ont suivis (comme pour le référundum sur le projet de constitution européenne!) les médias et leurs sondages. Désigner S Royal, la féministe qui pour moi représente des valeurs non de gauche et qui ne dispose pas des compétences nécessaires pour être élue Présidente de la République.
Surtout que Jean-Pierre tienne bon et que je puisse voter avec enthousiasme !

15.Posté par David le 19/11/2006 20:58
NON à Le Pen qui est là depuis 1956 et qui n'a jamais rien réussi car il en est incapable, c'est un déchet de la vie politique
Oui Jean Pierre on peut changer les orientations de notre pays...oui, on peut faire gagner la République en s'appuyant sur un peuple qui veut le retour à l'égalité. oui, il faut rapidement remettre tout le monde sur le rail du travail...il faut établir un service national civil de 6 mois pour que tous les jeunes se sentent utiles et puissent prendre conscience de leur force (y compris les personnes handicapées qui y verraient une reconnaissance de leurs valeurs...). oui il faut abandonner le libéralisme au plus vite et s'appuyer sur les altermondialistes et leur expérience, car être Chevènementiste, ce n'est pas être contre l'Europe, contre le reste du monde, au contaire c'est pour construire un monde où le mot Fraternité aura plus de sens...et où les échanges seront équitables

16.Posté par Oualid le 23/11/2006 01:02
Merci Jean-Pierre pour ton retour ! depuis 2002 je lutte contre ce slogan rédhibitoire : "le vote utile !". je partage absoluement ton analyse. je suis natif de Noyon, une merveilleuse cité médiévale de 15 000 habitants. Le FN fait un carton si bien que la gauche avait pris l'habitude de se retirer à plusieurs reprises pour donner sur un plateau d'argent le pouvoir à la droite. même l'extrême gauche appeler les habitants à voter à droite dès le premier tour car il y avait deux listes de gauche qui se présentaient. je figurais dans la deuxième liste. j'ai bien insisté au sein de ma liste, entre le premier et dexième tour, pour que la gauche se maintienne coûte que coûte. le slogan "vote utile" m'exaspérait véritablement. les deux listes sont parvenues à fusionner puis nous nous sommes maintenus. nous nous sommes fait insulter, on nous accusait déjà d'être responsable du pire. rien à foutre !
le FN est arrivé avant nous mais la gauche a fait un timide retour avec deux sièges. c'est pas terrible mais c'est déjà ça !

pourquoi raconter cette anecdote ?

et bien j'ai bien l'impression que ce scénario devient à la mode à l'échelle nationale.

je proteste contre cette politique chantage. le vote utile c'est le vote de conviction.

c'est tout à fait juste de préciser et de répéter que Jean Marie Le Pen ne doit pas avoir ces 500 signatures.

nous n'allons pas pleurer tout de même !

au fait le Ché ! je crois bien que grâce à nous : 3 enseignants en réalité ! tu as fait le meilleur de l'Oise à NOYON en 2002 : 6%.
Nous avions utilisé la presse locale pour diffuser tes idées.

bon courage pour 2007. Vive la République et vive le vrai débat !


17.Posté par Alain le 01/12/2006 18:40
Contrairement à Jean-Pierre Chevènement, je souhaite sincèrement que Jean-Marie Le Pen obtienne ses parrainages.

Que penser d'une démocratie qui raye 15 % d'électeurs, sur le tapis vert, sous prétexte qu'ils vont se tromper de bulletin ?
Dans l'état des partis - hors UMPS - le Front National reste le seul qui puisse "turbuler" le système.
Je le regrette mais j'ouvre les yeux et espère que la campagne me démentira.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:18 A propos des primaires à gauche

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:47 Deux bonnes décisions




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter