Chevenement.fr | le blog de Jean-Pierre Chevènement
Actualités

Kadhafi à l'Assemblée: condamnation de l'ex-gauche plurielle sauf Chevènement


Dépêche AFP, mardi 11 décembre 2007, 12h44.


Kadhafi à l'Assemblée: condamnation de l'ex-gauche plurielle sauf Chevènement
Les dirigeants de l'ex-gauche plurielle dont François Hollande, réunis mardi à Paris en sommet, ont condamné fermement la venue du président libyen Mouammar Kadhafi, à l'exception de Jean-Pierre Chevènement qui a adopté une position plus nuancée.
"Kadhafi n'a pas sa place à l'Assemblée nationale qui est un lieu où a été proclamée la Déclaration des Droits de l'Homme", a lancé le premier secrétaire du PS François Hollande, à l'ouverture de ce nouveau sommet de la gauche plurielle, rue de Solférino.
"Je ne peux pas oublier que le régime de Kadhafi a été accusé d'actes terroristes contre un avion français. On ne reçoit pas avec les honneurs de la République un dictateur comme Kadhafi", a-t-il poursuivi.
"On peut vendre de la technologie française et des produits de qualité partout sans avoir besoin de se compromettre", a-t-il conclu.
Abondant dans le même sens, la secrétaire nationale communiste Marie-George Buffet a estimé que dérouler "le tapis rouge alors que cet homme est un dictateur, c'est indécent. Nous sommes une République, tout ne peut pas se marchander".
La députée Verte Martine Billard a renchéri : "Il est hors de question de donner un blanc seing de démocratie à quelqu'un qui, il y a peu, détenait des infirmières, a torturé, maintient encore plein de prisonniers".
Il s'agit d'une "visite business et en même temps M. Kadhafi est un grand assassin", a pour sa part déclaré le président du PRG, Jean-Michel Baylet.
Plus nuancé, Jean Pierre Chevènement (MRC) a considéré qu'"on peut faire avancer les droits de l'Homme à l'occasion d'une politique mais on ne peut réduire une politique extérieure aux droits de l'Homme".
"Si on veut faire l'Union de la Méditerranéenne, on doit travailler avec des Etats qui sont sur la rive sud, que ce soit Ben Ali (Tunisie), Bouteflika (Algérie), le roi Mohammed VI (Maroc) ou le président Moubarak (Egypte)", a-t-il fait valoir.
"Rappelez-vous Pascal: 'l'homme n'est ni ange ni bête. Qui veut faire l'ange fait la bête'. Cette phrase s'applique à certains membres du gouvernement", a ajouté l'ancien ministre.


Rédigé par Chevenement.fr le Mardi 11 Décembre 2007 à 14:48 | Lu 7934 fois




1.Posté par emmanuel le 11/12/2007 15:37
Salut,

il y a tout juste quelques semaines, Sarkozy promettait de ne pas troquer le respect des droits fondamentaux contre la signature de contrats bien juteux. .. eh bien voilà c'est fait. . .

http://www.dailymotion.com/gerardonesta/video/x3q0c4_droits-de-lhomme-ce-quil-dit-ce-qui_politics

2.Posté par Franc-tireur le 11/12/2007 17:18
Baravo Monsieur,

pour votre position juste et courageuse.

Laissons les droits de l'homme (à géométrie varaible) aux tartuffes du gouvernement et du PS.

3.Posté par Yo le 11/12/2007 18:11
Je trouve votre position Mr Chevènement scandaleuse. Comment pourvez vous tolerer la venue de Khadafi en France? Pensez vous à chaque instant de torture qu' ont enduré les infirmières bulgares?
J' étais un adhérent fidéle et dévouer et j ai été un candidat sérieux au législatives pour le MRC mais je m en vais vite rendre ma carte car je ne supporte pas que notre cher leader puisse tolérer cela.

4.Posté par stéphane bougere le 11/12/2007 20:33
En même temps, si on ne doit rencontrer que des défenseurs des droits de l'homme, on ne verra plus beaucoup de dirigeants de pays arabes. Pouvez-vous me citer un seul dirigeant d'un pays arabe qui milite fermement pour la promotion des droits de l'homme dans son pays?

5.Posté par C.Tasin le 11/12/2007 20:51
Merci de ne pas hurler avec les loups. Les socialistes sont d'autant plus mal placés pour parler qu'ils s'apprêtentà réduire à néant le droit des peuples en votant le Traité de Lisbonne.

6.Posté par Instit le 11/12/2007 21:45
Pas seulement les socialistes ! Les parlementaires du MoDem aussi ! Lisez ce que l'équipe internet du MoDem vient d'envoyer à ses adhérents :

" L'équipe Internet du Mouvement Démocrate.

Vous avez été nombreux à vous interroger sur la position du Mouvement Démocrate sur le traité simplifié et nous vous en remercions. François Bayrou a tenu à porter un éclairage à vos interrogations, il vous en fait fait part ci-dessous:

"Le traité européen de Lisbonne, qu’on appelait « simplifié » avant de le lire, fait débat au sein de nombreuses formations politiques. Pour nous, notre jugement est insatisfait mais nous n’avons pas d’hésitation pour le vote.

Nous sommes insatisfaits parce que tout ce qui était symboles, raisons de vivre ensemble, « âme » du texte a disparu. Toute lecture par un citoyen de bonne foi est devenue impossible : le traité fait 256 pages, découpées en autant d’amendements aux textes antérieurs.

Les juristes ont fait leur travail, mais les citoyens ne peuvent pas s’y retrouver, sans doute pour éviter tout référendum... C’est d’ailleurs à peu près exactement ce qu’a déclaré Valéry Giscard d’Estaing… C’est ainsi que la perspective d’un référendum a été évacuée alors même que le peuple français avait été consulté en première lecture et que nous aurions souhaité qu’il le soit à nouveau.

Il est vrai que Nicolas Sarkozy s’était clairement prononcé sur ce point, alors que je soutenais au contraire la nécessité d’une consultation populaire et qu’il peut arguer du fait qu’il a reçu ainsi un mandat du peuple. Voilà pour nos regrets.

Pour le reste, la mécanique institutionnelle est convenable, conforme pour l’essentiel au texte de la constitution. Convenable pour la mécanique, déplorable pour l’âme… Voilà à peu près le jugement que ceux qui aiment l’Europe peuvent porter sur ce texte. S’il vient devant l’Assemblée nationale, puis devant le congrès, nous le voterons donc, parce que toute avancée, même minime, est bonne à prendre, mais cela n’enlèvera pas nos regrets."

Merci encore pour votre engagement qui nous est précieux,

Bien amicalement,

Joséphine
Equipe du Mouvement Démocrate
www.mouvementdemocrate.fr

7.Posté par eraserhead le 11/12/2007 21:50
Je n'ai pas vu tant de scandale fait pour la venue d'ariel sharon en France alors qu'il a le sang de qqes centaines de morts de Sabra et Chatila sur les mains.
Alors cessez vos indignation sélectives ! et Georges Bush avec l'embargo sur les médicaments en Irak... et l'occupation d'un pays souverain par son rejeton.

le pire c'est quand une démocratie bafoue ses règles les plus élémentaires... ce qui est le cas pour les etats unis et israel.

8.Posté par Yves le 11/12/2007 22:29
La position de JP Chevènement est pour moi aussi scandaleuse. Nul besoin d'un tapis rouge sang pour discuter si besoin est avec la Lybie de cette fumeuse union méditerranéenne chère à Sarkozy. Faut-il d'ailleurs une union qui s'affranchisse de tout principe du respect du DROIT ? Aurait -il fallu un "union européenne" avec Franco ou Salazar, pour ne pas remonter à Hitler ou Mussolini ?

Non Monsieur Chevènement nous no'oublirons jamsi l'ignoble chantage et l'ignoble troc par lequel Khadafi cherché à négocier l'achat d'une "respectablilité" en relâchant ses otages infirmières.

La "république" de Chevènement n'est pas celle de 1789 et de la déclaration des DROITS DE L'HOMME et du citoyen, elle se revèle finalement une imposture politicienne.

9.Posté par hervet le 12/12/2007 05:37
On peut regretter la venue de KADAFI ; qu'il n'ait pas été reçu à l'ASS. NAT , rien de plus normal. JPC a le courage de nuancer même si je ne suis pas d'accord avec lui , car l'argument pascalien, s'il est tout à fait juste, il ne doit pas justifiér n'importe quoi; il s'agit , peut être, de la part de SARKOZY de la pratique américaine de la "communauté -réalité"( monde diplomatique de décembre page 3: SARKO magicien de l'Elysée surfant sur les provocations. Mais l'arroseur peut être arrosé et la négation, le démenti apporté par kadafi à un entretien avec Sarko sur lesdroits de l'homme, c'est un upercut diplomatique. Qui est menteur? Et Bernard Kouchner a bonne mine qui devrait démissionner ou fermer sa gueule!

10.Posté par la fourmi rouge le 12/12/2007 14:47
Bonjour,

Je rejoins #4 Stéphane Bougère et #7 eraserhead.
Leurs propos tombent sous le sens.

Il n'empêche que Yves #8 met le doigt sur l'essentiel. Mais si je ne partage pas le gros bémol de JPC, je n'approuve pas pour autant la conclusion d'Yves.
On n'a pas besoin de dérouler un tapis rouge parsemé de pétales de roses pour ce type qui se fiche ouvertement de Sarkozy devant un parterre de journalistes, en France même.
Même si on ne peut faire la paix qu'avec son ennemi, évidemment !

Tout ceci m'apparaît bâclé, improvisé par le bourré de lexomil Elyséen qui comme dab n'est pas à la hauteur (si je puis me permettre !) , et tout en agissant seul (quid de l'Europe encore une fois ?), n'a pas calculé toutes les implications. Pressé qu'il est, d'apparaître le premier et le seul qui agit, ... sous les projecteurs et caméras... Pressé de fourguer ses armes et nucléaire, pour "aider au développement économique autant que démocratique " ...
sans rire ! sic !

Corollaire:
Qu'ont couvert les Koucouche ou autres Moscovici, là aussi !? parce qu'il a réussi à mouiller du monde le Nabotchodonosor ! même si ce sont aussi des petits...

11.Posté par rodolphe aragon le 13/12/2007 01:53
on ne relève pas assez ce que peut avoir de "réjouissant" cette visite : au sens ou peut etre pour la premiere fois de sa carriere, sarkosy à affaire à un interlocuteur dont la vulgarité intellectuelle est supérieure à la sienne...

12.Posté par la fourmi rouge le 13/12/2007 11:45
oui, aragon vous avez mis dans le mille !
Sarkozy a trouvé son maître... le malheur est que toute la France est rabaissée aux yeux du Monde !

13.Posté par Instit le 13/12/2007 19:52
Le 11 décembre 2007, les partis de gauche et écologistes font une déclaration commune. Dans cette déclaration, ils écrivent notamment :

« Les partis de gauche et écologistes demandent que des incitations fermes soient prises en faveur d’un gouvernement économique de la zone euro et d’une initiative européenne pour le financement d’investissement de long terme (recherche, formation, ferroutage, économie d’énergie et énergie renouvelable) et d’une baisse des taux d’intérêts de la BCE comme c’est le cas aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. »

http://hebdo.parti-socialiste.fr/2007/12/11/1068/#more-1068

Donc, les partis de gauche et écologistes doivent voter NON lors du Congrès à Versailles. Si le traité de Lisbonne était ratifié, il ne pourrait pas y avoir de gouvernement économique de la zone euro. Lisez cet article du traité de Lisbonne :

« Dans l'exercice des pouvoirs et dans l'accomplissement des missions et des devoirs qui leur ont été conférés par les traités et les statuts du SEBC et de la BCE, ni la Banque centrale européenne, ni une banque centrale nationale, ni un membre quelconque de leurs organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions, organes ou organismes de l’Union, des gouvernements des États membres ou de tout autre organisme. Les institutions, organes ou organismes de l’Union ainsi que les gouvernements des États membres s'engagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres des organes de décision de la Banque centrale européenne ou des banques centrales nationales dans l'accomplissement de leurs missions. »

http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i0439.pdf

C’est le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Troisième partie, Titre VIII, Chapitre 2, Article 130, page 108.



14.Posté par Yves le 13/12/2007 22:58
Oui comme le dit fourmi rouge, la France, et pas seulement Sarkozy, a été rabaissée, humiliée, ridiculisée dans ses propres valeurs républicaines dans cette visite du satrape lybien. Je dirais même que la France s'est vautrée dans la prostitution au pied de ce client-roi, au point de lui offir même le nucléaire.

J'aurais espéré une autre réaction d'indignation de la part de tous ceux qui se disent républicains, JPC en tête. Faut-il donc que l'affairisme et le cynisme ambiant aient gagné même ce camp ? Faut-il qu'on s'y moque comme tant d'autres de l'étouffement du peuple lybien depuis 40 ans sous la férule sanguinaire de son colonel dictateur ?

Pour moi ,au-delà de tout autre argument, c'est à ceux qui ont manifesté leur sensibilité et leur solidarité avec les opprimés lybiens que je peux accorder ma confiance, et non pas à ceux pour qui ces principes ne se sont révèlés qu'affichage politicien. J'avais encore espéré jusque à hier que JPC soit des premiers et non pas des seconds.


15.Posté par rajeev le 14/12/2007 00:03
Bonjour ,

D'accord avec Fourmi Rouge. La réception par la France de Khadafi, dans ces conditions, en lui déroulant le tapis rouge est inopportune et ridicule par certains côtés. Mais ce n'est pas Khadafi qui humilie la France. C'est Nicolas Sarkozy qui affaiblit la fonction présidentielle et la France ici en se mêlant de tout, là en invitant Khadafi, ailleurs en s'alignant sur les États-Unis et en signant le Traité de Lisbonne, à l'abri du peuple français. et sans doute ne sommes nous pas au bout de nos surprises.
Pour autant, on ne peut rejoindre, tous ceux qui, sous prétexte de défense des droits de l'homme, contestent que la France puisse parler au régime lybien. Sur une telle base, nous nous couperions du monde entier. Nous ne discuterions, ni avec la Tunisie, ni avec l'Égypte, ni avec la Chine et bien d'autres encore...D'un point de vue géopolitique ce serait désastreux.
J.P Chevènement a donc raison de nuancer les positions de la gauche et de Bayrou sur ce point.
Rajeev

16.Posté par Yves le 15/12/2007 08:45
(A Rajeev)
Qui a dit qu'il ne fallait pas parler au régime lybien ou à aucun autre ?

Personne ici.

Mais parler ne veut pas dire encenser, ni cautionner, ni faire l'impasse sur les principes républicains. On peut discuter avec la Lybie, la Tunisie ou l'Egypte ou la Chine si c'est nécéssaire pour les intérêts de la France, mais sans jamais cesser de considérer ces régimes comme despotiques et ennemis de la liberté, et de les traiter comme tels. Parler avec eux oui, mais pas comme à des amis.

Cela demande certes plus de courage que n'en ont nos dirigeants (mais on peut noter ici la différence avec une Angela Merkel en Allemagne...). Cessons donc de nous poser en modèles de la République si nous ne sommes pas capables d'assumer cette position devant la puissance des autres. Comment la France pourrait-elle imposer ses vues sur l'Europe par exemple, si elle se refuse à les faire valoir dans ses propres relations d'Etat à Etat ?

Pour moi cette visite aura au moins permis de révéler qui sont les vrais démocrates et les vrais républicains de ce pays. Ce n'aura peut-être donc pas été inutile pour l'avenir. Mais hélas, il apparait que JP Chevènement n'en était pas un. On pouvait peut-être s'en douter bien plus tôt (je parle pour moi, en repensant à bien d'autres prises de position de l'Irak à la Turquie, en passant par la Tunisie ou la Russie..., mais un jour lumière éclate même aux yeux des aveugles...). Les Droits de l'homme de 1789 sont donc désormais abandonnés, sacrifies en 2007 sur l'autel de la Realpolitik, par le leader des prétendus "citoyens républicains". Cela vaut mieux de le savoir

17.Posté par Jean-Paul metz le 15/12/2007 12:07
IIl ne faut pas confondre les relations normales d'Etat à Etat avec ses sentiments personnels.

18.Posté par Xavier DUMOULIN le 15/12/2007 17:09
J'abonderai à mon tour dans le sens de Fourmi Rouge en me situant sur le registre culturel. La visite éclair de Kadhafi au Louvre exprime, à l'évidence, le rapport ambigu de cet homme de pouvoir à la culture et à l'art. Trop pressé, Kadhafi l'Africain a sans doute manqué tous ses rendez-vous culturels dans la capitale. Un vrai gâchis et presqu'une offense, ce détour par Versailles, pour y admirer les fastes de la Cour du Roi Soleil aux dépens de l'Afrique. Celle-ci était pourtant à l'honneur lors du très controversé séjour du chef d'Etat Libyen. Que n'a -t- il pris le temps de regarder le Pariscope? Au lieu d'errer le long de la Seine en bloquant, ce faisant, tous les ponts de Paris, Kadhafi aurait pu avantageusement occuper son temps libre tout autrement. Et d'abord à l'Institut du monde arabe avec cette exposition sur les Phéniciens, ces proche-orientaux qui répandirent leur culture sur le monde méditérranéen. L'exposition nous apprend au passage la passion d'un Ernest Renan dans ses recherches pour décrypter ce tout premier alphabet phénicien. Le musée du quai Branly - dont on ne sait pas encore s'il est celui des arts premiers ou primitifs - attendait aussi notre hôte. Une riche exposition sur le Bénin réunit un mobilier d'art impressionnant : habitat, instruments de musique, armes, masques, orfèvrerie et autres productions artisanales de vocation variée. Une visite inoubliable dans ce temple des cultures indigènes d'Afrique, d'Amérique, d'Océanie et d'Asie! Le bédouin eut pu tout aussi bien changer de continent et rendre hommage au peuple Guarani en franchissant les portes de la Maison de l'Amérique latine pour y retrouver des oeuvres modernes faisant resurgir les mémoires indigènes face au regard du colonisateur. Cette exposition aussi troublante qu'enchanteresse évoque des périodes cruelles balisant l'histoire d'un Paraguay récemment encore sous la dictature. On peut pardonner à Kadhafi d'avoir boudé le musée d'Orsay qui recèle pourtant de nombreux trésors d'inspiration orientaliste. Le symbolisme d'un Hodler, ces jours à l'affiche, restera donc étranger à celui qui fut quelque peu conspué dans un bâtiment voisin : celui de l'Assemblée nationale. Pour revenir à la réalité ne doit-on pas regretter un autre rendez-vous dans le Paris des illuminations élyséennes? La grande exposition de notre peintre réaliste : le grand Courbet. On y retrouve toutes les oeuvres majeures à commencer par l'auto-portrait de l'artiste communard enfermé à la prison de Sainte Pélagie. Et bien sûr ” la naissance du monde “, ou bien ” un enterrement à Ornans “qui fait face dans la même salle à l'impressionnante toile de ” l'atelier du peintre “. En entrant ou en sortant du Grand Palais, l'hôte du président n'aurait pas manqué de se faire traduire l'épigramme sur le socle de la statue du Général ” Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré”… Des paroles inoubliables d'un officier rebelle devenu chef d'Etat et qui conduisit en toute indépendance et dans la plus grande dignité une diplomatie active vis à vis de l'Afrique et du monde arabe. Un modèle à suivre pour le président … et des idées de visites pour nos internautes amateurs d'art, cette fin de semaine, dans un Paris festif et foisonnant mais ô combien moins encombré!

19.Posté par CAMD le 01/04/2008 17:07
Le problème ne vient pas uniquement de Khadafi:si le peuple libyen ne bénéficie pas de high tech et donc du minimum d'instruction pour l'utiliser, ils ne penseront jamais à contester Khadafi ni le régime libyen, et le refus de transfert de technologie aura effet de donner raison à Khadafi aux yeux de son peuple sur l'hypocrisie occidentale


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Avril 2014 - 15:31 Crise ukrainienne, crise de l’Europe


1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire

Dans l’immédiat, l’UE et la Russie feraient bien de se concerter sous l’égide du FMI pour stabiliser l’Ukraine http://t.co/bgWrukCcVb
Jeudi 17 Avril - 15:55

Abonnez-vous à la newsletter









Dernières vidéos
15/03/2014 | 2171 vues
26/02/2014 | 2539 vues
25/02/2014 | 1637 vues
25/02/2014 | 3506 vues
1 sur 57