Agenda et médias

Jean-Pierre Chevènement à l'Institut Pierre Mendès France pour une table-ronde sur «La laïcité en question»


J-P. Chevènement participe le jeudi 27 novembre 2008 à 18 heures à une table ronde sur “La laïcité en question” à l’amphithéâtre Gestion de la Sorbonne (14 rue Cujas, Paris 5ème).


Jean-Pierre Chevènement à l'Institut Pierre Mendès France pour une table-ronde sur «La laïcité en question»
Avec :
-François Bayrou, président du Modem
-Rémi Brague, philosophe, professeur à l’université Paris IV
-Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement Républicain et Citoyen
-Marcel Gauchet, philosophe, rédacteur en chef de la revue Le Débat
-Axel Kahn, président de l’université Paris Descartes

Tous les détails sur le site de l'Institut Pierre Mendès-France et l'audio du débat ici.


Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 27 Novembre 2008 à 15:28 | Lu 7250 fois



1.Posté par furaxauboulot le 29/11/2008 20:31
J'ai un immense respect pour Pierre-Mendés-France. Pour autant , on assiste parfois au procès du Guesdisme et de Guy Mollet , hors contexte historique. Saviez-vous que PMF en 54 avait menacé d'envoyer le contingent en Indochine si les pourparlers suite à Dien Bien Phû n'aboutissaient pas rapidement ? Refaire l'Histoire expose parfois à de cruelles remises en cause des mythes. Soyons modestes dans notre jugement du passé. Si la Révolution est un bloc , l'Histoire de France l'est tout autant. Même les icones ne sont pas à l'abri d'une analyse objective. Ne parlons pas de l'erreur monumentale de PMF vis-à-vis du général De Gaulle dont il ne se relèvera jamais alors que le duo aurait pû être détonnant. L'épouvantable Guy Mollet a , de ce point de vue , été infiniment plus lucide et pour tout dire honnête.
Paix à leur âme.

2.Posté par Pascal Olivier le 02/12/2008 13:02
Un grand parti de toute la gauche, oui, mais avec JPC à sa tête . C’est le seul homme d’Etat que nous ayons gauche et droite confondues. Lui seul peut relever la gauche et la France, et sans relèvement de la gauche il n’y aura pas de relèvement de la France. La bourgeoisie n’ayant plus d’intérêts dans la nation, il y a pas d’espoir à droite.

A gauche la partie s’annonce difficile même avec les partisans du non au TCE.

La laïcité de Jean-Luc Mélenchon est toute relative, sans doute un héritage de sa période lambertiste, très virulent contre le christianisme ou le bouddhisme tibétain, assez doux avec l’Islam. Peut-être confond-il la religion des pétromonarchies avec celle des pauvres. A moins que ce ne soit la tendance naturelle des hommes à tirer sur les ambulances. A vaincre sans péril...

Le PS a mis à sa tête la plus anti-laïque des socialistes, Martine Aubry, instigatrice des créneaux horaires réservés aux femmes dans les piscines et complice de l’UOIF.

Les Verts et le PC à l’exception notable d’André Gérin font du communautarisme et du différentialisme.

La LCR a théorisé une alliance stratégique avec les islamistes. Il faudrait amicalement lui rappeler ce qui est arrivé au parti toudeh en Iran à la suite d’une alliance contre nature du même type.

La “stratégie de collaboration” avec la gauche et le mouvement social prônée par les islamistes semble fonctionner.

Le pari d’un islam de France compatible avec la République et qui entraînerait par exemplarité le monde musulman vers la modernité a fait long feu. C’est le contraire qui s’est produit, l’avancée de l’islam en France et en Europe conforte et accentue les régressions dans le monde musulman et en Europe.

En Grande-Bretagne des tribunaux islamiques sont institués, la charia y est appliquée à l’exception de sa partie pénale. En France un récent sondage CSA/le Monde des religions indique que 54% des musulmans sont pour l’application de la charia, 70% pour le voile islamique et 78% favorables au financement des mosquées par l’Etat.

J’ai assisté à la table ronde “la laïcité en question” organisée en Sorbonne le 27 novembre dernier par l’Institut Pierre Mendès France. Les propos de Rémi Brague étaient fort pertinents. “Comment être anticlérical avec l’islam sunnite dépourvu de clergé ?” En réponse à François Bayrou qui définissait la laïcité par la séparation de la loi et de la foi il lui répondit : “vous raisonnez en chrétien, comment faites vous avec l’islam qui est avant tout une loi, vous séparez la loi de la loi ? ” En réponse à JPC qui précisait que le statut des femmes en islam était pré-islamique donc pas uniquement imputable à l’islam, il répondit que tout ce qu’il y a dans l’islam préexistait à l’islam, le problème c’est de l’avoir fixé à tout jamais par une inverbation, une inlibration de Dieu, le coran incréé et anhistorique. JPC contesta à Rémi Brague l’origine chrétienne de la laïcité, il évoqua à juste titre la Grèce et les Lumières. “La laïcité c’est la Grèce plus le Christ” écrivait Emmanuel Lévinas, voilà un joli trait d’union entre JPC et Rémi Brague. Plus proche de nous, Régis Debray ne dit pas autre chose dans son Cours de médiologie général, “le mystère de l’incarnation c’est l’année zéro du militant laïc” ou plus loin “notre loi de 1905 trouve son origine entre 325 et 451 de notre ère soit entre le concile de Nicée et celui de Chalcédoine” ou encore “la séparation du temporel et du spirituel c’est notre ADN civilisationnel”.

La droite est passée maître dans l’art de s’approprier par la rhétorique les thèmes de la gauche laissés en déshérence et ainsi de remporter les élections nationales. Fracture sociale en 1995, sécurité en 2002, nation en 2007. J’ai le sentiment qu’en 2012 la question de l’islam sera utilisée contre la gauche et ce sera bien plus payant pour la droite que le débat sur la crise. Nous avons un problème avec l’islam et la gauche ne peut pas faire l’économie d’une critique de gauche de l’islam, sauf à subir le sort de la gauche italienne. Pourquoi pas un secrétariat national à une critique de gauche de l’islam au MRC ? Ce serait un choc salutaire qui aurait le mérite de provoquer un débat et de prendre la droite de vitesse.

3.Posté par Yvon Grinda le 02/12/2008 17:22
Réponse à Furaxauboulot qui dit que " PMF / de Gaulle aurait été un duo détonnant" ; je suis totalement d'accord sur une telle appréciation.
C'est la raison pour laquelle le clivage droite/gauche actuel est totalemnt artificiel et la culture politique de nos concitoyens pas suffisemment affinée pour séparer le bon grain de l'ivrée ( par exemple quand on entend le nouveau parti P.D.G. et son leader Mélenchon dire qu'i accueillerait nos amis trostkistes....ils ne se rend pas compte qu'il se fera bouffer... ce qui rajoutera à la cacophonie à gauche )

PMF et de Gaulle incarnaient l'un et l'autre la noblesse de l'Etat républicain, l'intégrité morale, le désir de justice et surtout la vision lointaine du politique l'un pour la France l'autre pour l'intérêt collectif.
Bien vu pour Guy Mollet : iI ne suffit pas d'être honnête en politque mais savoir s'il faut donner l'ordre de tirer le 6 Février 1956 à Alger pour éviter une guerre qui fera plusieurs centaine de milliers de morts !
Une seule anecdote que j'ai tristement vécue, adolescent, l'avant veille de cette date quand la Présidence du Conseil était en jeu entre PMF et Guy Mollet :
Mon père, haut fonctionnaire à Alger prenait préalablement ses ordres à Paris auprés des chefs de cabinets de l'un et de l'autre :
réponses des intéssés :

- Pélabon (chef cabinet de PMF) :
"Nous organiserons prélablement une vaste résidence surveillée dans le Département des Territoires du Sud pour tous les extrémistes pieds-noirs dont je vous communiquerai la liste confidentielle et il sera nécessaire de pourvoir à la réquisition immédiate d'avions gros porteurs pour les y amener"

- Biget ( chef de cabinet de Guy Mollet) :
"Dans un premier temps nous aimerions pouvoir manger un bon Couscous avant de nous rendre au Palais d'Eté"

On sait ce qu'il s'est passé le sur-lendemain 6 Février : aprés avoir reçu des tomates sur sa 15 CV Citroën Guy Mollet ne signa pas, au Palais d'Eté la paix que Ferhat Abbas lui apportait sur un plateau !

Jusqu'à la fin de ma vie, je penserai toujours à ces maudits 24 heures-là où un vrai chef d'état aurait pu éviter le drame algérien !

Désormais, je me méfie toujours des femmes et hommes qui portent leur "gôche" en bandouillère.
Dans l'état actuel de la crise, le seul rempart contre la pouvoir de l'Argent est encore l'Etat-Nation et ses élus du peuple.



4.Posté par furaxauboulot le 02/12/2008 23:00
Mille fois d'accord avec vous Yvon. Une précision ; en 56 , à Alger , une bonne partie des lanceurs de tomates était à la SFIO et au PC. PMF était trop polarisé par le modèle britannique , une vision un peu trop mythique de la politique à mener dans un pays particulier comme la France. La politique ne repasse pas les plats ( même de couscous).Puisqu'il est question d'éthique et de courage , permettez-moi de vous livrer un article sur un martyr méconnu en cette période d'élection d'un président noir aux USA :


Tiré de Wikipedia :
John Brown (né le 9 mai 1800 à Torrington dans l'État du Connecticut aux États-Unis et pendu le 2 décembre 1859 à Charlestown en Virginie) est un des premiers blancs abolitionnistes de l'histoire des États-Unis.

Sommaire [masquer]
1 Genèse d'un engagement
2 L'activisme abolitionniste
3 Réactions
4 Le symbole
5 Liens externes
6 Notes et références



Genèse d'un engagement [modifier]
Fils d'un calviniste, à l'âge de douze ans il est amené à parcourir le Michigan, où il séjournera chez un homme qui possédait un esclave. Il assiste aux violences qu'on fait subir à l'esclave noir ; ces scènes fondent son engagement, autant que les convictions de son père.

Il était par ailleurs, un temps, franc-maçon, association qu'il quitte ensuite[1]. En 1837, après l'assassinat d'un de ses amis, directeur d'un journal abolitionniste, Brown se donne pour mission d'éradiquer l'esclavage.


L'activisme abolitionniste [modifier]

Les Marines attaquant l'arsenal tenu par John Brown lors de son raid à Harper's Ferry, gravure publié dans le Harper's Weekly en novembre 1859En 1847, il rencontre Frederick Douglass, ancien esclave noir devenu orateur et homme d'état (il brigua la vice-présidence des États-Unis). Il s'installe en 1849 dans une communauté noire de l'État de New York.

Son action devient plus violente à partir de 1855 : aidé de cinq de ses fils, il part dans le Kansas s'attaquer directement aux colons esclavagistes. Il est aidé pour cela, financièrement, par de nombreux abolitionnistes. Il rencontre le philosophe Henry David Thoreau qui lui voue, par la suite, une admiration sans bornes et qui prend une part active contre l'esclavagisme (nombreuses conférences et aide aux fugitifs).

Quelques années plus tard, en 1859, John Brown projette de provoquer un soulèvement d'esclaves : avec l'aide de quelques partisans, il s’empare d’un arsenal fédéral en Virginie pour lancer l’insurrection (16 octobre 1859). La révolte tourne au désastre : aucun esclave ne le rejoint et Brown est grièvement blessé de plusieurs balles, deux de ses fils sont tués. Il est arrêté et, après une parodie de procès, condamné et pendu le 2 décembre 1859. Il deviendra un symbole de la lutte pour l’abolition de l’esclavage.


Réactions [modifier]
Victor Hugo, depuis son exil à Guernesey, tentera d’obtenir sa grâce : il adressera une lettre ouverte qui paraîtra dans la presse européenne et américaine (cf. Actes et paroles - Pendant l'exil 1859). Ce texte, qui annonce comme une prémonition la guerre civile, vaudra au poète bien des critiques aux États-Unis.

« [...] Au point de vue politique, le meurtre de Brown serait une faute irréparable. Il ferait à l’Union une fissure latente qui finirait par la disloquer. Il serait possible que le supplice de Brown consolidât l’esclavage en Virginie, mais il est certain qu’il ébranlerait toute la démocratie américaine. Vous sauvez votre honte, mais vous tuez votre gloire. Au point de vue moral, il semble qu’une partie de la lumière humaine s’éclipserait, que la notion même du juste et de l’injuste s’obscurcirait, le jour où l’on verrait se consommer l’assassinat de la Délivrance par la Liberté. [...] Oui, que l’Amérique le sache et y songe, il y a quelque chose de plus effrayant que Caïn tuant Abel, c’est Washington tuant Spartacus. »
— Victor Hugo, Hauteville-House, 2 décembre 1859

Henry David Thoreau écrivit un long Plaidoyer pour John Brown et prononça un éloge funèbre, lors d'un office à Concord, le 2 décembre 1859, date de son exécution.

Le futur président Abraham Lincoln, dans un contexte tendu (nous sommes au bord de la guerre de sécession), quoique abolitionniste comme Brown, ne s’opposera pas à l’exécution et prendra même ses distances avec l’action de ce dernier, dont il condamnera notamment la violence.


Le symbole [modifier]
La condamnation à mort de John Brown fournit à la cause abolitionniste un martyr auquel se rallier. Dorénavant, celui-ci deviendra la référence de son combat, et inspirera une chanson qui deviendra l'hymne de la cause chez tous les abolitionnistes de l'Union :

John Brown's body lies a-mold'ring in the grave
His soul goes marching on
(Le corps de John Brown gît dans la tombe.
Son âme, elle, marche parmi nous.)

Paix aux hommes de bonne volonté.

5.Posté par furaxauboulot le 04/12/2008 23:04
Vous avez échappé à Edvige ? Sarkoland fait peut-être encore mieux :


FICHIERS DE RENSEIGNEMENTS
Un fichage par couleur de peau à titre expérimental ?
NOUVELOBS.COM | 04.12.2008 | 21:14
11 réactions
Dans un projet de rapport au ministère de l'Intérieur, le groupe de contrôle des fichiers propose d'expérimenter un fichage des suspects d'infraction combinant "gamme chromatique" et l'origine ethnique.


Le groupe de contrôle des fichiers propose d'expérimenter un fichage des suspects d'infraction combinant couleur de peau et origine ethnique (c) Reuters
Le groupe de contrôle des fichiers propose, dans un projet de rapport au ministère de l'Intérieur dont l'AFP a eu une copie jeudi 4 décembre, d'expérimenter un fichage des suspects d'infraction combinant la couleur de peau et l'origine ethnique. Le président du groupe a démenti.
La place Beauvau a de son côté assuré jeudi dans un communiqué que "si cette proposition devait être faite, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités locales, ne la retiendrait en aucun cas".
Michèle Alliot-Marie avait réactivé en septembre le groupe de contrôle des fichiers de police et de gendarmerie, à la suite du retrait du fichier policier controversé Edvige. Celui-ci s'était pas réuni depuis 2006.
Présidé par le criminologue Alain Bauer, le groupe a débattu notamment "sur les éléments les plus pertinents devant faciliter l'identification d'un individu suspecté d'avoir perpétré une infraction", peut-on lire dans son projet de rapport qui doit être finalisé lundi.

"Gamme chromatique"

"La question qui a fait l'objet de débats concerne la manière (de) caractériser une personne: doit-on utiliser l'appartenance vraie ou supposée à une origine ethno-raciale ou doit-on plutôt se servir d'une gamme chromatique?", ajoute le projet de rapport.
Le groupe préconise "à la majorité" de retenir une classification qu'il avait déjà proposée dans un précédent rapport en 2006 intégrant dix "types": méditerranéen et caucasien, africain/antillais, métis et autres, maghrébin, moyen-oriental, asiatique, indo-pakistanais, latino-américain, polynésien, mélanésien.
Cette classification reprend en l'actualisant les "types" retenus dans un logiciel baptisé "Canonge" utilisé par les policiers pour le signalement des personnes recherchées et intégré dans le "système de traitement des infractions constatées" (Stic).

"Expérimentation"

Le groupe de contrôle demande "la suppression du type 'gitan'" qui existe dans le logiciel Canonge.
Il propose aussi "à la majorité" une "expérimentation" pendant un an "sur un département incluant zone rurale et zone urbaine" d'un dispositif combinant "classification ethno-raciale et classification par gamme chromatique".
Cela "ne correspond a aucun élément du texte provisoire du rapport", a affirmé Alain Bauer dans une mise au point à l'AFP.
"La question qui a fait l'objet de débats" dans ce groupe "concerne effectivement la manière de caractériser une personne", a ajouté son président mais, a-t-il dit, "il a été constaté qu'aucune solution technique viable et consensuelle n'apparaissait sauf pour la suppression du type 'gitan' qui ne correspond à aucun critère rationnel".

"Evolution progressive"

Dans l'introduction au projet de rapport qu'il a signée, Alain Bauer écrit pourtant qu'"une majorité de membres du groupe a souhaité une évolution progressive issue des recommandations du groupe de 2006 tout en acceptant le principe d'une expérimentation d'un nouveau système basé sur une grille chromatique proposé par une minorité de membres du groupe (dont son président)".
"Cette proposition montre la difficulté de mettre en place un outil utile pour les victimes, efficace pour les policiers, et qui ne heurte pas frontalement l'opinion publique dans l'idée qu'elle se fait de la lutte contre les discriminations", écrit également Alain Bauer. (AFP)

On vit dans un monde formidable avec la bénédiction d'un ancien grand maître du GODF !
On a rêvé mieux pour la première obédience française réputée plutôt de gauche.

6.Posté par Naradatta le 05/12/2008 09:47
@ furaxauboulot

J'aime beaucoup le concept de "métis et autres". Très scientifique. Quand je dis qu'il y a une faillite de l'université française depuis 68, en voilà l'illustration. Etant trop nuls (à la différence des Américains) pour faire de l'anthropologie moléculaire à niveau décent, on utilise des critères purement subjectifs, de type en plus 3ème Reich.

Vivement que je me fasse passer pour un "noir" (dixit lozès) après une séance d'UV pour réclamer que l'on respecte plus ma diversité (c'est le but de la manoeuvre non?).

Cordialement.

7.Posté par furaxauboulot le 13/12/2008 23:32
Quelle tristesse que PMF n'aie pas compris les institutions de la Vème. Il s'est enfermé dans une logique mortifère alors qu'il aurait pu faire des choses formidables avec la Général De Gaulle , ce qu'a tenté de faire Chaban avec le réactionnaire Pompidou , fossoyeur du Gaullisme . L'appel de Londres n'était pas celui de Rome , trahison préméditée dont le l'héritier n'était autre que le tristement célèbre Chirac .Un rendez-vous manqué dont l'Histoire témoigne tristement.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter