Agenda et médias

Identité nationale, politique de la France, gauche, présidentielle de 2012 : Chevènement au Grand entretien de RCJ


Jean-Pierre Chevènement était l'invité du Grand entretien de RCJ dimanche 13 décembre à 11h. Il répondait aux questions de de Shlomo Malka et Yves Derai pendant 30 minutes.


L'émission peut être écoutée sur la bande FM (94.8 FM à Paris) ou sur le site de la radio en direct et est podcastée ci-dessous.

http://www.chevenement.fr/docs/audiovideo/20091213-RCJ.mp3 Grand entretien de RCJ 13122009




Rédigé par Chevenement.fr le Dimanche 13 Décembre 2009 à 12:46 | Lu 6053 fois



1.Posté par célestine le 13/12/2009 14:10
Monsieur Chevènement, allez-vous vous présenter à la présidentielle de 2012, afin de donner un peu d'espoir au peuple français?

2.Posté par Garçon le 13/12/2009 15:04
Bravo, il s'en ai bien sorti......

Je note simplement que les deux premières questions ont porté sur l'identité nationale et l'autre sur la place de l'islam en France......

J'ai noté également que les interlocuteurs de M. Chevenement avaient l'air surpris qu'il y ait des cathédrales et des processions en FRANCE.......personnellement, je n'aurai pas fait exactement la même réponse que M. Chevénement.....N'y -t-il pas une volonté de monter les musulmans de France contre les catholiques.......depuis la seconde intifada ? (mais bon.....).



"Vous plaisantez, vous m'avez bien regardé ???!!!!".
"Les cons ne doutent de rien, c'est d'ailleurs à cela qu'on les reconnait". Michel Audiard.

A +. Amitiés résistantes.

nb. Total accord sur l'Europe.

3.Posté par PENIT Gérard le 13/12/2009 15:36
après avoir entendu cela on se demande pourquoi JPC continue à négocier avec le PS qui va le berner une nouvelle fois
la solution passe par le Front de Gauche Jean Pierre! comprend le avant qu'il ne soit trop tard pour la gauche!

4.Posté par Beillard le 13/12/2009 19:51
Jean-Pierre nous n'avons qu'une seule chose à mettre en place promouvoir nos valeurs sociales et républicaines pour redonner espoir au peuple.

5.Posté par lenormand le 15/12/2009 18:54
Très bonne intervention de jpc... Mais si Sarko a parfois de bonnes idées qu'en est-il de celles de Dupont-Aignan ? NDA aurait pu en effet reprendre à 80% (sans exagération) cet interview ! Comme le journaliste l'a dit ..les partis pour une europe des nations sont faibles ..Alors qu'attendent-ils pour coopérer ? (laicité-role des nations - services publics c'est déja un bon socle !)
Pour un accord mrc - dlr .
Cordialement

6.Posté par Fabien le 16/12/2009 23:22
Totalement d'accord avec vous sur l'Europe.
En revanche, vous semblez moins à l'aise sur la question de la place de l'Islam en France.


Sur les minarets.
Je ne saisis pas très bien lorsque vous dites: "mais on n'a pas le droit d'interdire la construction d'édifices cultuels...".
Il me semble que ce n'est pas la question de la votation des Suisses, que vous reconnaissez comme tolérants et attachés à la liberté religieuse. Lapsus de votre part?
"... sauf pour des raisons d'urbanisme qui doivent trouver leurs solutions de manière consensuelle".
Les solutions d'après vous doivent résulter de "consensus" avec les cléricaux?
Je croyais naïvement que dans une république laïque, leur avis ne concernait pas le politique.

Au sujet des minarets, la solution simple serait à mon sens d'interdire la construction de toute excroissance verticale : ni nouveau clocher, ni nouveau minaret, dans l'esprit d'éviter l'ostentation sans privilégier l'ascendant d'un culte quelconque. Vous préférez joindre votre voix à ceux qui condamnent comme illégitime la votation suisse. Déjà nombreux, ils n'avaient pas besoin que vous leur apportiez votre respectable caution.

Les Suisses, qu'ils aient eu tort ou non, ont voté, et c'est un peuple souverain. Leur votation présente le mérite d'avoir mis la question de l'Islam sur la table, et il y a là du bon, car peut être l'a-t-on trop longtemps étouffée ou résolue par des "accommodement raisonnables" multiples, souvent en violation des principes républicains que vous défendez.



Sur l'égalité homme/femme
Vous reprenez le chiffre (minoré) des burqa, c'est une façon commode de minorer la question, de même que la question du voile que vous avez préféré ne pas aborder.
Ne reconnaitrez vous cette question que lorsque dans certains quartiers dits "sensibles", les pères de famille ordonneront à leur filles de le porter pour leur sécurité?
C'est sans doute déjà le cas lorsque nombre d'entre elles s'habillent long ou dans des sacs, et préfère éviter la jupe synonyme d'ennuis.
On en voit d'autres qui regardent doit devant et surtout évitent de répondre. Les associations qui ont témoigné devant la mission parlementaire sur le voile intégral parlent également de problème d'accès au planning familial, et d'autres réalités....
Vous conviendrez qu'il est inacceptable de laisser se développer une loi parallèle, séditieuse, dont les femmes sont les premières victimes.

Vous déclarez à ce sujet : "L'lslam a peut ëtre un problème, mais avec des valeurs anté-islamique".
Je ne sais pas s'il s'agit de valeurs anté-islamique, mais ces inégalités sont aujourd'hui codifiées par écrit dans le Coran, elles ont donc une portée dogmatique. Que nous importe qu'il s'agit de valeurs anté-islamique ou non, une fois que c'est écrit?

Le politique et le religieux sont séparés, car leurs intérêts ne seront pas communs de toute façon. Les intérêts politiques des représentants d'une faction religieuse ne coïncideront pas avec ceux du peuple pris dans son ensemble. C'est précisément la raison d'être de la loi de 1905.

Que les représentants religieux restent attachés à leurs textes auprès de leurs ouailles n'a rien de surprenant, puisque c'est leur rôle.
Que de leur coté les élus jouent le leur, sans négocier avec les "cléricaux" imam ou mufti, puisque, vous le dites vous même, la république les connait, mais ne les reconnait pas.

Vous voulez croire que négocier les questions sociétales que pose le dogme islamique peut se faire "consensuellement" avec les représentants religieux.

Comme si le pape pouvait se permettre de recommander le préservatif, en contradiction de son dogme : le plaisir oui mais pour procréer!
Comme si une loi comme La loi Veil sur l'IVG pouvait se négocier avec le pape.
Comme si l'Eglise avait co-rédigé la loi de 1905, qu'elle a mis du temps à admettre!
100 ans après, le pape n'a pas vu que la laïcité était quelque chose de positif, il veut une "laïcité positive". Laquelle?
De telles lois ne peuvent pas faire consensus!

Croyez vous que les représentants religieux de l'Islam seront plus accommodants, plus "consensuels" que les catholiques?



Sont en jeux: La liberté de conscience (interdiction de l'apostasie), de mariage en dehors de la communauté pour les femmes, de choix de l'alimentation, liberté de s'habiller dans les limites de la décence commune, de montrer ses cheveux,

Comment ne pas voir que les interdits religieux sont justement conçus dans le but de verrouiller la cohésion d'une communauté, c'est à dire auto-discriminants, que c'est le sens même de ces interdits qui compromet l'intégration sereine de nos concitoyens?

Peut on promouvoir le métissage comme facteur d'intégration (ce qui est exact) et accepter en même temps l'endogamie et le marquage des femmes?
Promouvoir la liberté de conscience sans dénoncer l'interdit d'apostasie? (D'ailleurs vous avez été il me semble confronté à cette question lors de vos "négociation" avec les cléricaux, qui refusaient de préciser explicitement la liberté de l'apostasie, et sans doute la refuseront toujours!).
Quand bien même ils reconnaitraient tout ce que vous voulez, que proposez vous s'il se dit l'inverse dans la mosquée ?

Et l'ordre public ? Ne peut on fixer aucune limite au prosélytisme, aux prières sur la voie publiques, au marquage religieux des individus par la tenue, à la volonté évidente de visibilité dans l'espace public? La liberté religieuse, oui, mais l'abus de cette liberté, la négation de l'égalité, de la dignité, et les excès qui font que les autres finissent par partir, non!

Ce n'est pas en accommodant la laïcité et les règles régissant la voie publique ou la mixité dans les piscines que nous éviterons le communautarisme, au contraire.
Ce n'est pas ainsi que nous aiderons les musulmans.



Prompt à dénoncer les entorses à la Laïcité de Monsieur Sarkozy, (qui le mérite bien), je ne vous entend pas dénoncer la pratique du bail emphytéotique, qui n'est qu'un contournement de la loi de 1905.
Or la république n'a pas a financer les cultes, ni les nouvelles églises, ni les nouvelles mosquées! Et il n'y a pas à comparer des églises qui étaient là avant 1905, (patrimoine artistique) avec des mosquées à construire.
Les musulmans sont libres de construire des mosquées (bien intégrée) avec leur argent.

J'aurais aimé vous entendre dénoncer avec la même rigueur les explications confuses de Daniel Vaillant concernant la situation du quartier Barbès le vendredi, où nombre de participants à la "prière publique" viennent de banlieue (voir les immatriculation des véhicules) pour bloquer rues et trottoirs.
Cette simple constatation répond à son argument fallacieux du "manque de place"dans les deux mosquées de ce quartier et du besoin d'une mosquée supplémentaire. D'autre part "la république ne finance aucun culte" n'est ce pas? Cette anomalie commence à générer des tensions palpables.

Vous avez mis de l'eau semble-t-il dans votre vin laïque, lorsqu'il s'agit de l'Islam.
Je vous trouve brillant lorsque vous parlez de l'Europe, je vous attendais plus clair sur la question islamique qui n'est pas du tout une question seconde lorsque l'extrême droite s'en empare seule et que le débat glisse vers l'intolérance, le racisme, l'affirmation d'une France chrétienne, blanche.

Si la république ne prend pas la mesure du problème, sans réaction claire ferme et courageuse, je craints que des débordements graves ne menacent l'unité nationale.

La loi de 1905 résulte de plusieurs décennies de dispute entre les cléricaux (concordat) et républicains (laïcité).
Monsieur Sarkosy souhaite manifestement, avec sa laïcité positive, une sorte de concordat avec les musulmans.
J'aurais aimé vous voir plaider, à contrario, pour un renforcement de la laïcité, concernant tous les cultes, ou, à minima, pour son application la plus stricte.

Malheureusement, et ce quel que soit le choix retenu, laïcité ou concordat, et tout comme en 1905, cela ne se fera pas sans heurt.
Mais ne rien faire dans le contexte actuel serait pire. Nous allons droit à la constitution d'enclaves théocratiques. Tous les éléments d'affrontements communautaires sont en place.

7.Posté par Pascal Olivier le 17/12/2009 12:20
Assez d'accord avec Fabien. La gauche républicaine a une énorme responsabilité devant l'histoire. Elle se doit d'être à l'avant-garde de la lutte contre l'offensive islamique, se serait une faute de l'ethniciser en la laissant à l'extrême droite.

Toutes les valeurs de l'islam sont anté-islamique, le problème vient de son dieu législateur qui les a fixées à tout jamais par une inlibration, le Coran, incrée selon le dogme, donc anhistorique.

Il y a beaucoup d'inexactitudes autour de la question JPC-CFCM-apostasie. Dans son dernier numéro Riposte Laïque a publié mon texte sur la question. Je ne suis cependant pas l'auteur du titre.
http://www.ripostelaique.com/Je-n-aurais-jamais-cru-que-Riposte.html

Les réponses de mes deux interlocuteurs, bien que fraternelles, mettent l'accent, comme Fabien, sur les positions actuelles de JPC. Voilà qui ne facilite pas les mises au points nécessaires sur la légende bien ancrée, d'un JPC ayant accepté un cadre juridique privant nos concitoyens musulmans de leur liberté de conscience.

Je termine mon texte en évoquant la dimension géopolitique de l'islamisation qui s'inscrit dans le cadre de la globalisation et d'une politique d'Empire. Il serait temps que la gauche en prenne la mesure.

"La démocratie qui ne s’exerce que dans le cadre national et qui prend appui sur les classes moyennes éduquées ne peut survivre à la disparition de la nation et à la paupérisation des classes moyennes. Or le capitalisme financier a décidé d’en finir avec la main d’œuvre et les classes moyennes occidentales. Le transfert se fait vers l’Asie, de même que le transfert de souveraineté des nations se fait vers l’UE, chausse-pied de la mondialisation libérale. Nous rentrons donc inéluctablement dans une société post-démocratique. Il se pourrait bien que l’instrument de coercition rêvé en pareil cas soit l’islam."

8.Posté par Hippie le 20/12/2009 12:49
Dans ce débat, je crois qu'on élude la vraie question qui est de savoir si la France reste fidèle à sa tradition d'accueil ou pas. Aujourd'hui, quelle est la capacité d'accueil de la société française vis-à-vis de ceux qui la rejoignent, en particulier des musulmans? C'est la vraie question. tout ce qui peut dresser les communautés les unes contre les autres, et en particulier les musulmans contre les autres, est détestable.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @Place_Beauvau: La Fondation de l'#Islam de 🇫🇷 soutient des projets culturels et éducatifs pr une meilleure connaissance de la religion…
Jeudi 8 Décembre - 15:00
RT @Place_Beauvau: [Communiqué] @BrunoLeRoux salue le lancement de la Fondation de l'Islam de France. https://t.co/E662y8efkL
Jeudi 8 Décembre - 14:09
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04

Abonnez-vous à la newsletter