Carnet de Jean-Pierre Chevènement

François Bayrou remet ça !


M. Bayrou ne parle jamais des délocalisations industrielles. C’est un signe, non ?


En, revanche M. Bayrou propose d’inscrire l’équilibre des finances publiques dans la Constitution. C’est ce que demande, comme par hasard, la Présidente du MEDEF, Mme Parisot.
Il y a un mauvais usage des Constitutions : celui qui consiste à y inscrire les politiques à suivre et non pas seulement les règles du jeu. On l’a vu avec le projet de « Constitution européenne ». On connaît la suite. M. Bayrou veut remettre ça !


Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le Mardi 27 Février 2007 à 19:05 | Lu 7437 fois



1.Posté par cnr le 27/02/2007 21:16
Le rabaissement de l'Etat au rang d'agent économique lambda et l'achèvement de la neutralisation de ses moyens d'action sont en effet une base commune de la pensée des libéraux-consevateurs et des libéraux-centristes, tous européïstes fanatiques.
Pourtant, un mal plus discret (et non mois redoutable) que les traités européens ronge déjà la gestion publique et limite le champ du possible des politiques économiques : la LOLF, votée en catimini durant l'été 2001sous l'impulsion d'un gouvernement de gauche...
Celle-ci, véritable carcan bureaucratique (multiplication par trois voir quatre du nombre des opérations comptables, entres autres)pousse à l'externalisation des missions de l'Etat. La "fongibilité asymétrique" qui en est le coeur, érige la dépense de personnel en mal absolu. L'ensemble fait déjà au quotidien la preuve de sa lourdeur extrème et de ces effets destructeurs.
Il y a malheureusement fort à craindre que ceux qui ont présidé à son adoption ne fassent rien pour son abrogation en cas de résultat élecoral favorable au centre gauche.

2.Posté par Louis le 28/02/2007 11:35
Le programme "social-économique" de M. Bayrou est la transposition de celui du MEDEF. Il est d'une affligeante indigence. Dans le pays qui a vu s'épanouir les idées de Marx, Bourdieu, et l'école de la Régulation en économie, Bayrou n'a rien compris aux règles de l'accumulation, qui sont la loi principale de la vie économique, mais jamais prises en compte par les détenteurs de la l'ortho-doxa économiciste. Le rêve de faire table rase de ce qui existe en France, en particulier ce qui nous reste d'un tissu industriel de chétive constitution, témoigne d'une absence totale de réflexion. Imaginer la prospérité de "l'économie des services et de la connaissance" sur un champ de ruines industrielles, c'est fantasmer de faire paître des vaches dans le désert parce qu'il fleurit à la première pluie. Je vote NDA maintenant, car il est le vrai continuateur de JPC (en espérant qu'il n'en suive pas la funeste voie d'ultra-socialisme et de démissionite aigüe, à long terme néfaste), je me fous de ce qui peut arriver à Royal qui aligne des preuves de bêtise à même de lui faire ravir la place des Sarko et Bayrou. Que le Che se fasse entendre! Qu'il lui apprenne sur quoi repose l'économie de notre pays, et que nous attendons un discours churchillien sur les enjeux à venir!

3.Posté par Claire Strime le 28/02/2007 13:06
La LOLF a remplacé un ancien système (celui des lignes budgétaires à peu près immuables) et de la reconduction quasi automatique des "services votés" précédents, système qui s'accomodait bien d'une politique keynésienne de relance et d'une monnaie faible et dévaluée de temps en temps (la dévaluation et l'inflation réajustant les dépenses nouvelles, notamment en matière de salaires et de GVT-avancement à l'ancienneté garanti par le Statut).

Avec la LOLF et l'euro surévalué, la variable d'ajustement devient la masse salariale, ce qui se traduit avant tout par moins de recrutements et la baisse du salaire réel des fonctionnaires, surtout en début de carrière. Et donc des enchaînements récessifs (on l'a vu surtout sous les gouvernements Raffarin où la baisse des impôts, corollaire de la baisse de la dépense publique n'a pas produit de relance par la consommation-qui soit dit en passant favorise maintennat surtout les importations-, mais une hausse de la spéculation immobilière).

4.Posté par Militant Istréen le 28/02/2007 14:32
Décidement, vous ne manquez pas d'air M. Chevènement....

Est ce donc faire le jeu du MEDEF que de souhaiter que les finances de l'état doivent être à l'équilibre...

Comparez donc à la gestion de votre budget personnel ou vous dépenseriez 20 % de plus que vos revenus tous les ans....

5.Posté par Francis le 28/02/2007 17:18
je voudrais répondre au "militant Istréen" ou le « fan » du poujadiste béarnais!

arrêtes de nous donner des leçons et de nous parler de la dette et de la comparer avec ton porte monnaie.
Si il y a des dettes c'est qu'on emprunte et comme tu le sais "on ne prête qu'aux riches" donc quand on veut parler de la dette on met en façe un patrimoine.
Si par français le « poids » de la dette représente 17500 € par habitant, son patrimoine lui est estimé à 166 000€. La France consomme nettement moins qu'elle produit et donc ne « vit » pas à crédit!
La dette est un outil « politique » pour faire des arbitrages.
Bayrou et le grand patronnat le savent bien eux qui veulent « casser » aussi le droit du travail pour en faire « un code de Principe »

6.Posté par Breizhmaine le 28/02/2007 18:22
Détrompez vous M Chevenement, François Bayrou parle bien des délocalisations industrielles et propose même une harmonisation fiscale européenne afin d'éviter que nos entreprises aillent dans d'autres pays européens... mais ça vous ne pouvez l'entendre.

Quant à sa proposition sur les budgets en équilibre dans la Constitution, c'est une question de bon sens et il l'a proposée bien avant que le Medef s'en empare !

Bonne journée.

JF

7.Posté par Louis le 28/02/2007 20:11
Soyez intelligent dans vos critiques à Bayrou, M. Chevènement. Attaquez-le sur l'indigence de son programme et l'incohérence de ses propositions avec le dogme européiste qui l'habite.
Les électeurs sont parfois assez stupides pour penser voter pour vous initialement puis se reporter sur Bayrou quand vous vous retirez, simplement parce qu'ils sont en quête de rupture avec le système plus que de cohérence des idées. Ainsi l'étiage que vous avez (hélas) atteint le 21 avril 2002 par rapport aux bons scores des premiers sondages correspond à ceux qui adhérent à vos idées, les tacticiens politiques à la petite semaine vous ayant quitté entre les deux.
Souvenez-vous de l'effet 29 mai: tous les français n'ont pas voté "non" au TCE, mais au système qui le portait. Deux conclusions 1/ Ils peuvent voter "non" en 2005 puis Bayrou en 2007 (incohérence politique absolue...) 2/ le tabassage de Bayrou ne peut que le renforcer.

Mais peut-être je me trompe.


8.Posté par vaterlandslose-gesellen.de le 01/03/2007 15:17
il va bien falloir s unir contre la Droite Dure Sarkosy - Le Pen.

9.Posté par Nanard le 01/03/2007 18:55
Pour moi, le temps des interrogations est dépassé. Tant que je n’ai pas vu le contenu des accords PS-MRC, J’ai été très inquiet de la prise de position de JPC. Maintenant, j’en suis au stade de l’espoir. Ca fait 30 ans que je me bât aux cotés de JP Chevènement et je n’ai jamais été déçu. S’il a choisi de soutenir Ségolène, c’est que le moment était venu de peser de tout son poids pour repousser le PS vers la gauche. Oui, après on verra ! Si la candidate est élue, les accords existent, ils ont été signés par les deux partis et ils devront être respectés. Plus il y aura de citoyens décidés a en finir avec le glissement du PS vers le libéralisme, plus ils seront nombreux a soutenir JPC dans sa démarche et plus il aura des chances de réussir. Ca n’est pas le moment de disperser nos forces. Quand on entend certain dire qu’il doute de la ‘’gauchitude’’ de Ségolène et que pour cela ils sont prêts à voter Beyroud j’aimerai qu’ils nous expliquent leur logique. Oui après on verra ! Si Sarkozy est élu, sa politique destructrice de notre société ne sera pas à l’avantage des petits ni des couches moyennes.
Quant aux éléphants, il vaut mieux les mettre dans un enclos que de les laisser livrés à eux même, ils pourraient causer trop de dégâts Je n’oublie pas quand même tout le mal que le PS nous a fait depuis 5 ans.
Aujourd’hui, il y a un risque que tout le monde ne semble pas avoir mesuré. Sarkosy c’est la fin des valeurs de la république, une société libérale impitoyable où la loi de la jungle règnera et écrasera les plus faibles. Alors pour éviter ça à la France qui n’en a pas vraiment besoin il faut mettre un terme au temps des interrogations et aider Jean Pierre à gagner son parie en lui apportant un soutien ferme et déterminé.

10.Posté par salomon le 04/03/2007 12:32
Bonjour Mr Chevenement,

Vous n'avez pas encore compris que les Français que les Français en ont ral le bol de les enfermer dans la "droite" ou la "gauche" ?
Vous n'avez pas compris que "droite" ou "gauche" ne veut plus rien dire en 2007?
Est ce que vous savez qu'on est en 2007 et que la France doit se battre pour survivre ?
Oui, Mr Bayrou veut revenir l'equilbre budgétaire comme Mme Parisot ? Et alors ? Quel est le probleme ? : Est ce honteux de penser aux futures génération qui vont porter le fardeau des erreurs de gestion successives de la "gauche" et de la "droite" ?
Est ce honteux de ne pas dépenser plus que ce qu'on gagne?
Est ce que vous savez ce que c'est qu'entreprendre, prendre des risques, innover, céer ?
De quoi vivez vous, Mr Chevenement ? Des subventions c'est àdire des impôts ?
J'espère un sursaut pour la France et les Français.

Robert , entrepreneur à 55 ans car je ne suis pas subventionné, comme vous.

Salutations.



11.Posté par MERCIER Jean-louis le 04/03/2007 18:59
J'espère que je ne vais pas me faire gronder...
Jeudi dernier nous déjeunions à sept (le plus jeunot d'entre-nous avait 67 ans...) et nous avions quelque chose en commun : nous adorons la France... pourquoi pas ?...
A la suite de ce repas, très sage en produits alcooliques, j'ai écrit à Monsieur Bayrou, voici, très Cher Monsieur Chevènement, le texte que je lui ai adressé, un peu de la part de nous tous... :

"Bien entendu je suis entièrement d'accord sur la valeur de Madame Weil... mais une chose encore, à vous qui avez tellement d'idées qui se rejoignent, quelle est la raison qui vous empêcherait de vous rappocher de Monsieur Chevènement. Je l'aime beaucoup et le connaissant depuis des décades, très certainement, je puis affirmer que tant
de Français seraient si heureux de vous, tous deux, avec une moindre distance qui vous sépare. La France ne serait pas mal comme cela... et ainsi vous ne peineriez pas des gens trop âgés
pour ruer franchement dans les brancards!
Notre drapeau est bleu, blanc et rouge, alors... pourquoi pas ?... il est beau ce mélange de couleurs.
Merci de m'avoir lu...
JL Mercier de Paradou...

12.Posté par francois le 08/03/2007 10:10
Vous dites que bayrou ne parle pas de délocalisation. Mais royal quant à elle, les desire. Elle veux mettre le smic à 1500 €.
Plus de nouveaux emplois, la france deviendra un pays dorttoir, trop chèr pour y travailler, mais tout juste rentable pour y toucher des allocations...

13.Posté par Jeanne le 09/03/2007 12:16
Monsieur Chevènement, je vous respecte, j'ai voté pour vous et me suis intéressée à vos idées, et je comprends même votre ralliement quand je vois des socialistes aujourd'hui applaudir les mêmes idées qu'ils huaient il n'y a pas si longtemps en vous traitant de "vieux con". Mais parfois, vos prises de position me gênent, par leur absence de finesse, et presque d'honnêteté.

* Traiter d'intégristes obscurantistes des gens qui interpellent la société sur la recherche sur des embryons me semble exagéré, pour quelqu'un qui a sans doute lu Kant et son impératif de traiter la personne humaine toujours uniquement comme une fin, jamais comme un moyen, bien sûr que la réalité est complexe mais pourquoi se refuser un questionnement éthique - à l'heure où les bitechnologies menacent la nature même de l'homme, il importe de poser des limites, d'affronter une réflexion morale sur la personne et sur la science, sans jugements à l'emporte-pièce. Cela pour prévenir toute dérive de marchandisation du corps humain, cette dérive étant déjà bien amorcée.

*dans un tout autre domaine, même si je comprends que votre situation n'est pas facile, il faudrait revoir votre argumentaire sur Bayrou. Ce n'est pas vrai que l'interdiction constitutionnelle d'un budget en déficit de fonctionnement soit un empiètement d'une politique sur la constitution. Pourquoi ne pas préciser que c'est le déficit de fonctionnement qui est seul visé, et pas les déficits d'investissement? Ce n'est quand même pas vous qui allez défendre le grand train de la Mitterandie et de la Chiraquie ainsi que toutes les dépenses injustifiées de l'Etat!

Je vous remercie de votre attention. J'espère un peu plus de... lucidité? sincérité? de votre part. Ce qu'on admire chez vous, c'est votre manière de dire la vérité, pas vos propensions de stratège. Ne fermez pas votre gueule, s'il-vous-plaît, notamment sur l'Euro-Méditerrannée, qui en a bien besoin, sur les coopérations renforcées... Soutenez qui vous voulez mais gardez s'il vous plaît votre indépendance d'esprit. Merci.

14.Posté par MERCIER Jean-louis le 31/03/2007 11:19
Monsieur Bayrou, Monsieur Bayrou, toujours Monsieur Bayrou, mais voyons il ne peut pas être au courant de tout Monsieur Bayrou, il apprendra avec le temps, quand il sera mûr...


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:18 A propos des primaires à gauche

Mardi 6 Décembre 2016 - 11:47 Deux bonnes décisions




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter