Actualités

Fondation pour l'islam de France: Chevènement balaie les critiques à son encontre


Dépêche AFP, mardi 30 août 2016.


Fondation pour l'islam de France: Chevènement balaie les critiques à son encontre
Jean-Pierre Chevènement balaie les critiques sur sa nomination attendue à la tête de la Fondation pour l'islam de France et ses récentes déclarations, dénonçant des "procès d'intention fielleux" souvent mus par une "philosophie communautariste" dans un entretien au Figaro à paraître mercredi.

Après avoir invité les musulmans à la "discrétion", l'ancien ministre de l'Intérieur, âgé de 77 ans, a provoqué le trouble en affirmant sur France Inter qu'il y avait "à Saint-Denis, par exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu", alimentant selon ses détracteurs la théorie du "grand remplacement".

"La plupart de ces critiques ont un arrière-plan politique : elles procèdent d'une philosophie communautariste que j'ai toujours combattue en tant que républicain laïc", réplique-t-il.

Il s'agit de "procès d'intention fielleux qui me sont faits par quelques snipers de plume et de micro dont je suis la cible depuis très longtemps", ajoute-t-il.

A propos de ces déclarations à France Inter, Jean-Pierre Chevènement dit avoir déploré le communautarisme et la disparition de la "classe ouvrière française", un "puissant facteur d'intégration". "Notamment à travers ses organisations politiques et syndicales ou à travers l'école où la maîtrise de la langue française n'est plus assurée dans les petites classes", justifie-t-il.

Quant aux critiques sur le choix d'un non-musulman pour présider la fondation, il rappelle qu'elle est "d'intérêt public et que son objectif (...) nullement cultuel". Son budget, évalué par le ministère à cinq millions d'euros, proviendra de fonds "exclusivement français".

La fondation pour l'islam de France, qui sera créée à l'automne, doit permettre de lever des financements pour des projets en matière profane (thèses de recherche sur l'islam, bourses d'études...). Laïcité oblige, le volet religieux (formation théologique des imams, construction de mosquées...) sera entre les mains d'une association cultuelle (loi de 1905) administrée par des musulmans.
Le recteur de la grande mosquée de Paris (GMP), Dalil Boubakeur, prendra la présidence du conseil d'orientation chargé de repérer les projets financés par la future fondation, selon des sources concordantes


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 31 Août 2016 à 08:12 | Lu 2746 fois



1.Posté par SERGE BARISON le 31/08/2016 09:19
Soutien à JPC. Il a le courage d'appeler un chat un chat.

2.Posté par Marc Faivre le 31/08/2016 10:56
Les critiques stupides qui se sont abattues sur JPC témoignent allègrement des enjeux pour la France et la République, mais ils font également apparaître comment l'on a pu s'aveugler et se mentir durant tant d'années.
Ce n'est même plus là du politiquement correct.
On est face à une doctrine de rupture d'avec la République française, tendant à refonder notre société sur la base d'un autre modèle, plus proche des standards anglo-saxons.

3.Posté par Benjamin RIVIÈRE le 31/08/2016 11:23
Être de nationalité française ne veut pas dire être Français de cœur et encore moins Français de racine, ce n’est que purement administratif..., et étant Dionysien, je confirme que parmi les Français habitant à St Denis, beaucoup sont des Français de papier, peu sont des Français de cœur et une quantité ridiculement faible sont des Français de racine et cette situation ne fait que s’aggraver d’année en année...

Le Français de papier est un parasite, Français uniquement sur sa carte d'identité, profitant des avantages qu'il n'a pas dans son pays d'origine mais rejetant la culture française et crachant sur la France et les Français à la moindre occasion, contrairement au Français de cœur d'origine immigré, qui lui est respectueux de la France, de sa culture et de ses valeurs, et qui a voulu faire l'effort de s'intégrer et par conséquent parfaitement assimilé.
Cette représentation de cette "nationalité française" majoritaire à Saint Denis (et partout ailleurs en France), s’explique par le fait que les conditions les plus élémentaires pour l’obtention de la nationalité française ne sont même pas exigées : savoir parler, lire et écrire correctement le Français et faire preuve de respect envers les valeurs de la France sous peine de privation de nationalité.
Il en résulte un nombre toujours plus important de "nationalité française" accordé à des individus sachant à peine s’exprimer et se faire comprendre des Français et par conséquent, un grand nombre de Français de papier à St Denis se cachent derrière cette "nationalité française" qu’ils ont obtenu et garde avec la plus grande facilité, ce qui explique ces statistiques fallacieux de l’INSEE…

Aujourd’hui, l’effrayante réalité est la suivante : n’importe qui peut avoir la "nationalité française", de l’honnête et respectable citoyen d’origine française ou immigré jusqu’au terroriste, en passant par le banquier apatride et l’islamo-racaille passant son temps à cracher sa haine de la nation Française pour le plus grand bonheur de nos maîtres afin de nous diviser dans le but de mieux nous asservir.

Non, décidément, il n’y aura jamais de "vivre ensemble" tant que la nationalité française sera donné à n’importe qui et pour ceux qui vivent en banlieue, le Grand remplacement n’est malheureusement pas un mythe.

4.Posté par Emmanuel GILQUIN le 31/08/2016 19:44
Un article peu bienveillant de Jean Pierre Filiu dans " Le Monde"
Les Euménides se déchaînent sur Chevènement. Ici on lui reproche de pas avoir cautionné la première guerre d'Irak.
Je conseille cette lecture notamment à CH17, et à tous ceux ne ce méfient pas assez des Raminagrobis.

5.Posté par Emmanuel GILQUIN le 31/08/2016 20:30
Oops il faut lire "ceux qui ne se méfient assez" Raminagrobis est un chat tellement gentil...

6.Posté par Photini MITROU le 01/09/2016 09:54
Il y a trente ans, personne ne savait quelle était la deuxième religion de France. N'était-ce pas ça la laïcité? Alors qu'aujourd'hui on nous bassine les oreilles en permanence avec la deuxième religion. Quelles sont les troisième, quatrième etc.

7.Posté par Emmanuel GILQUIN le 01/09/2016 11:08
Bizarre, bizarre .Qui fait les statistiques sur les religions?
A partir des patronymes? Dans quel cadre autorisé par la loi?

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter