Actualités

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Parisien : « La gauche est à refaire »


« La gauche est à refaire », Entretien de Jean-Pierre Chevènement, Le Parisien, propos recueillis par Philippe Martinat, mercredi 29 août 2007.


Le Parisien : La gauche peut-elle se relever de sa défaite?
Jean-Pierre Chevènement : Je trouve d'abord peu élégant de taper à bras raccourcis sur une candidate qui a quand même fait 47% des voix, soit 17 millions de suffrages. Ségolène Royal a fait une campagne courageuse, elle a su résister victorieusement à l'offensive pro-Bayrou menée de l'intérieur même du PS par les Gracques, Michel Rocard, Bernard Kouchner et quelques autres. Il faut examiner sérieusement ce qui s'est passé: il n'est pas vrai que la candidate a été désignée par les sondages. C'est la crise interne du PS après le rejet de la constitution européenne le 29 mai 2005 qui lui a ouvert un boulevard en la mettant en meilleure situation que ses concurrents.

Faut-il réunir des assises de la gauche?
La gauche est à refaire. Ce qui a manqué au PS en 2007, comme en 2002, c'est, outre une analyse solide de la globalisation, un projet à la fois original et crédible pour la France. La gauche doit à la fois assumer la nation et « penser mondial ». Le Mouvement républicain et citoyen (MRC), qui tiendra son université d'été les 8 et 9 septembre à Saint-Pol-sur-Mer (Nord), peut contribuer à redonner à la gauche ce logiciel puissant qui attirera vers elle les jeunes générations et lui permettra de reprendre pied dans les milieux populaires. Ce n'est pas le PS tel qu'il est, trop enlisé dans ses querelles de personnes, qui peut seul provoquer ce déclic. Il faut imaginer un nouvel Epinay (NDLR: le congrès fondateur du PS en 1971). Il y a place dans notre pays pour un grand parti de gauche républicain, progressiste, moderne. Ségolène Royal a dit, à juste raison, que c'était un effort de longue haleine.

Que retiendrez-vous des dix années de François Hollande à la tête du PS?
Je regrette qu'il n'ait pas cherché à faire une synthèse anticipatrice avant même le référendum sur la constitution européenne entre ceux qui s'apprêtaient à dire non et ceux qui se rangeaient dans le camp du « oui ». Il a tout subordonné au maintien de l'unité d'un parti en fait profondément divisé sur le fond. Mais il mérite des circonstances atténuantes: la tâche était rendue très difficile par le poids de l'héritage.

Comment jugez-vous le volontarisme de Nicolas Sarkozy?
Le président de la République mérite d’être jugé sur les actes. Chaque fois qu'il prend des mesures positives, soyons prêts à le reconnaître. Par exemple la gouvernance autonome des universités ou l’amélioration du crédit impôt-recherche sont de bonnes initiatives. D'autres mesures sont moins opportunes, comme les cadeaux fiscaux aux plus favorisés ou encore le voyage de Bernard Kouchner à Bagdad qui n'a pas été une réussite. L'occupation en permanence de la scène médiatique me parait dangereuse, grosse de dérapages.

Que pensez-vous de la candidature Dominique Strauss-Kahn au FMI?
Je le jugerai lui aussi sur les actes.

La France s'aligne-t-elle sur les Etats-Unis ?
Ce que je crains dans la politique de Nicolas Sarkozy, c'est que, sous prétexte de ménager l'hyperpuissance américaine, il ne lui résiste pas quand il le faut. Nous sommes devant un chapelet de crises : le chaos au Moyen-Orient, l’Irak toujours occupé, l’évocation – à mon sens malheureuse – d’un « bombardement » de l’Iran, le ralentissement prévisible de l’économie mondiale, l’euro cher, conséquence de l’affaiblissement du dollar, etc. Or, le gouvernement n’anticipe pas : son budget repose sur une prévision de croissance à 2,5 %. En bien des domaines il risque d’être pris à contre-pied. A mon sens, la France n’a pas intérêt à donner le sentiment d’un alignement systématique sur les Etats-Unis.


Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 29 Août 2007 à 09:35 | Lu 6905 fois



1.Posté par C.Tasin le 29/08/2007 10:39
Moi, je trouve d'abord peu logique de défendre à tout prix une candidate qui a fait 47% des voix, soit 17 millions de suffrages, constitués pour au moins la moitié de voix d'anti-Sarko et non d'adhésion à un programme (une absence de programme), des incohérences, de la démagogie et une personnalité jugée inquiétante et peu fiable.
Pour le reste, le MRC pourrait devenir ce creuset appelé par J.P. Chevènement.

2.Posté par la fourmi rouge le 29/08/2007 15:19
Bonjour,

Pourquoi ces résultats (17 millions de voix) seraient-ils soudain différents de ce qui se passe habituellement pour la gauche ?
Mais bien sûr que non !

Mitterrand admiré et respecté par une partie de l'électorat à gauche, n'en a pas reçu, malgré tout, pour le reste, les suffrages de citoyens ne l'appréciant guère (c'est un euphémisme si l'on se souvient des réactions de l'électorat communiste par exemple, ou de la ligue) ayant voté contre Giscard ou Chirac.

Un vote "utile", ou par défaut comme l'on veut.


Par ailleurs noter que jamais candidat(e) de gauche ne recueillit autant de voix, dépassant largement Mitterrand : les Français se sont mobilisés. Ségolène Royal a rameuté dans l'isoloir des compatriotes qui se désintéressaient complètement jusque là, de leur devoirs et droits de citoyens-électeurs.

Les jeunes aussi.

Mais les plus jeunes et ceux des banlieues tout particulièrement, risquent bien de ne plus revoter de si tôt à cause des invectives stériles à gauche au regard du danger de Jean-Marie Sarkozy, et du carriérisme des zéléfans, comme de leur mépris du peuple et de leurs mandats.

Rocard maintenant...mais le ciel s'éclaircit.

Bientôt nous n'aurons bientôt plus que des socialistes au PS !

Bonne nouvelle : le travail va pouvoir commencer. Il était temps non?


En politique, le choix se fait généralement sur le "moins pire" ! donc les anti-sarko d'aujourd'hui valent bien les anti-chichi d'hier !

3.Posté par benflasherbe le 29/08/2007 20:47

1. Posté par C.Tasin le 29/08/2007 10:39
Moi, je trouve d'abord peu logique de défendre à tout prix une candidate qui a fait 47% des voix, soit 17 millions de suffrages, constitués pour au moins la moitié de voix d'anti-Sarko et non d'adhésion à un programme (une absence de programme), des incohérences, de la démagogie et une personnalité jugée inquiétante et peu fiable.
Pour le reste, le MRC pourrait devenir ce creuset appelé par J.P. Chevènement.
http://christinetasin.over-blog.fr


Je trouve scandaleux ce genre de réflexion !!!!! On a voté pour le projet de Ségo ET contre Sarko, il faut arrêter de nous prendre pour des abrutis les bobos !!!

Amitiés Ségolénistes

4.Posté par F.GEORGES le 29/08/2007 21:47
N'y aurait-il pas urgence à cesser de nous entre-déchirer!

Est-ce raisonnable?

Je fais le pari que sur deux socialistes qui se déchirent, l'un d'entre eux - au moins - se satisfait très bien de la situation. Sinon, pourquoi, cela continuerait-il?

Salutations républicaines

5.Posté par domino78 le 29/08/2007 23:08
Les propos de Christine Tasin sont égaux à eux-mêmes. Depuis l’investiture de S. Royal, vous ne faites, ici ou sur votre blog, que de « casser du Ségo ». Vous n’avez apparemment pas compris que, plus vous tapez sur S. Royal et plus vous crédibilisez Sarkosy.
On n’est jamais d’accord à 100 % avec un candidat mais tout homme ou femme de gauche se devait de soutenir le candidat de gauche le plus à même de l’emporter. Maintenant tous ces apprentis sorciers vont commencer à se mordre les doigts.

Le seul point positif est que le PS va devoir faire son grand nettoyage et se débarrasser des pseudos hommes de gauche que sont les sociaux démocrates ou démocrates sociaux, c'est à dire bonnet blanc et blanc bonnet, Rocard étant le dernier en date à faire allégeance à Sarkosy.

Oui, vraiment la gauche a besoin d’être refaite.

6.Posté par Claire Strime le 30/08/2007 10:11
Ce n'est pas le PS qui se débarrasse des pseudo hommes de gauche (pas tellement des femmes) mais plutôt les pseudos hommes en question qui larguent le PS (qui ne s'en portera pas forcément plus mal).
La gauche a besoin de se refaire une santé pas un lifting.

7.Posté par C.Tasin le 30/08/2007 10:14
"plus vous tapez sur S. Royal et plus vous crédibilisez Sarkosy" : absolument faux, on peut critiquer l'un sans valoriser l'autre ! On veut ( a voulu ) justement faire croire aux Français qu'il n'y a que le choix d'être pour ou contre la gauche ou la droite, en oubliant les valeurs de la gauche républicaine. J'aurais été la première ravie que S.Royal en incarne les valeurs et incarne ainsi véritablement la gauche, hélas, ses positions anti-Etat centralisateur, son apologie inquiétante de la démocratie participative en font, à mes yeux, quelqu'un de dangereux pour la République. Je le pense et je le dis. Point.

8.Posté par mael strom le 30/08/2007 11:56

J'espère qu'un jours chevènement ira de nouveau pardelà le clivage de droite/gauche pour défendre la République et ses valeurs.

homme de gauche / peuple de gauche : cette conception est à mon avis largement dépassée, le clivage, c'est plutôt une certaine vision de la France et de la République.

Je ne pense pas que le MRC soit plus proche de la LCR plutôt que de mouvement comme DLR, certains anciens pasquaiens...

Pour une bonne partie du PS, le concept de nation est dépassé, l'heure est à l'Europe fédérale.

Républicains de tous les partis, unissez-vous !

9.Posté par F.GEORGES le 30/08/2007 13:04
L'union des républicains est une entreprise que J.P. Chevènement a essayé. Il a échoué, parce que dans son entourage, certains et parmi les plus présents, s'appréter à renier la gauche, mais également la République.

Aujourd'hui, ils font partie de la France sarkozyste, et ils ont un large accès aux médias.

C'est leur droit d'avoir ainsi évolué, mais on peut également se demander si leurs engagements antérieurs étaient sincères.

Ces évolutions sont à rapprocher de leur situation personnelle; ils font partie de l'élite du pays, et ont toujours été proches du pouvoir.
Comme ils n'acceptent pas d'y renoncer, et ayant fait le calcul que l'actuel Président resterait longtemps en place, ils ont tourné la veste, pour un habit de couleur.

C'est extrêmement triste, et peu glorieux pour la dite République.

Le problème vient vraisemblement que le mauvais fonctionnement de notre démocratie peut valider leur calcul.

Salutations républicaines

10.Posté par la fourmi rouge le 30/08/2007 13:37
Bonjour Claire Strime,

C'est vrai ce que vous dites: ce sont eux qui partent .

Mais pas par véritable choix :
-parce qu'ils sentent le rejet de la majorité des adhérents à leur égard.
-D'autant qu'avec la cure d'opposition du PS, leur avenir est irrémédiablement bouché. Du coup ( ce ne sont plus des perdreaux de l'année ), ils poursuivent leur carrière : avec Nicolas Le Pen ou avec le PS, quelle différence pour eux ? étant donné leur niveau de convictions...

Bas les masques ! oui la gauche et singulièrement le PS, ne s'en porteront pas plus mal !
Ce n'est peut-être qu'un lifting, mais ça va aider bigrement !

11.Posté par mael strom le 30/08/2007 17:57
L'union des républicains est une entreprise que J.P. Chevènement a essayé. Il a échoué, parce que dans son entourage, certains et parmi les plus présents, s'appréter à renier la gauche, mais également la République.


Question : l'éternel dilemme, faut-il nécéssairement être à gauche pour être Républicain ?

Etre Républicain n'est ce pas justement être au dessus de ce clivage droite/gauche ?

Je trouve particulièrement gênante l'expression "peuple de gauche". Pour moi il n'y a qu'un peuple, le peuple français.


12.Posté par FRANCOIS jean M.R.C. 62 le 30/08/2007 18:06
j'espère aussi que le M.R.C. aura un rôle à jouer dans la construction du nouveau logiciel de la gauche
dans le cadre de notre université d'été, javais proposé un atelier sur "la prospection locale'' qui n'a pu être programmé
a mon avis, il eut été aussi important de réflèchir à notre prochaine contribution pour ce logicilel afin d'attirer les jeunes générations vers le M.R.C.
par exemple, nous allons participer à la 11ème édition des chantiers du P.D.C. du P.S. où il sera question de la commune, de l'emploi local, de l'école du quartier, du village de la qualité de vie de chacun
afin d'être prêts dans nos régions, nous devrions rédiger des propositions M.R.C. et ne pas laisser au seul P.S. l'initiative du logiciel
notre engagement lors de la dernière campagne justifie notre implication dans cette action et préparera les municipales

se réunir est un début,
rester emsemble est un progrés
travailler ensemble est la réussite
HENRY FORD


13.Posté par mael strom le 30/08/2007 18:10
j'espère aussi que le M.R.C. aura un rôle à jouer dans la construction du nouveau logiciel de la gauche


Au delà de la gauche,il y a la France et la République.

Le succès de l'UDF aux présidentielles démontre que l'opposition frontale droite/gauche ne fait plus recette auprès des français.

Chevènement peut reprendre le flambeau républicain au dessus de la gauche et de la droite, au service de la France et de la République.

en tout cas j'espère que Chevènement, la leader le plus connu des républicains reprendra du service pour défendre l'idéal de la République et l'amour de la France !


14.Posté par Dugelay Danièle le 31/08/2007 15:09
La Gauche est malade, c'est vrai. A mon avis, il existe 2 Gauches. La première, héritière du Mouvement Ouvrier, est pour une économie mixte, la reconnaissance de l'existence de classes sociales aux intérêts divergents et pour qui il est normal de s'affronter. Franchement, lorsqu'on voir comment ont évolué d'une part la rétribution du travail et, d'autre part, celle du capital (c'est à dire le rendement de l'argent placé), croyez-vous que la Lutte des Classes n'existe plus ? Bien sûr il faut l'adapter aux réalités con-temporaines et à la mondialisation.,mais l'exploitation (chômage, délocalisation, reculs sociaux) et l'oppression (harcèlement au travail, chantage) continuent. Marx est mort, mais on peut toujours s'appuyer sur ses analyses. Pour cette Gauche-là, l'économie doit être au service des choix politiques. et l'Etat doit être fort.

L'autre Gauche reconnaît les différences économiques et de pouvoir entre les citoyens,; elle veut instaurer la concertation, certains diraient la collaboration de classes. Elle se veut réaliste et pragmatique (résignée ?) et veut travailler à une réduction des inégalités afin que les plus pauvres ne soient pas quand même trop pauvres. Elle est souvent favorable à la décentralisation dans tous les domaines, au principe de subsidiarité et à une organisation sociale en cercles concentriques. Est-ce un hasard si tout cela correspond aux principes de la Doctrine Sociale de l'Eglise catholique (élaborée pour combattre la lutte des classes) ? Est-ce un hasard si tout cela a été à la base du discours des philosophes personnalistes et que ce sont eux qui ont inspiré la Deuxième Gauche de Rocard et autres ?Est-ce un hasard si ce sont les fondements de l'ex-Constitution de l'U.E.? Il faudra bien que le PS, d'autres partis de Gauche, certains syndicats choisissent entre ces deux Gauches afin que les citoyens aient enfin droit à des choix politiques bien définis.

La Droite aussi est divisée. Mais celle qui est au pouvoir maintenant, c'est celle qui doit amener la France, jusqu'alors trop attachée à ses valeurs républicaines à son avis, vers l'intégration dans une société non seulement européenne, mais mondiale soumise au tout-libéral économique. Cela fait bien une cinquantaine d'années qu'ils y travaillent, par imprégnations idéologiques successives. Nous vivons les dernières offensives d'une révolution idéologique réactionnaire. Camarades, Citoyens et Citoyennes, il faut résister, il faut réagir. Où sont passés les intellectuels du MRC, le parti toujours en avance dans ce domaine ? Moi, je ne suis pas une intellectuelle, je n'ai pas les connaissances nécessaires, je suis simplement une militante âgée , mais qui entend bien lutter vers le progrès et le bonheur de l'humanité jusqu'au bout de ses forces.Merci de m'avoir lue. Danièle Dugelay (MRC Essonne).

15.Posté par Claire Strime le 03/09/2007 14:45
"Au delà de la gauche,il y a la France et la République.
Le succès de l'UDF aux présidentielles démontre que l'opposition frontale droite/gauche ne fait plus recette auprès des français. "(mael strom)

Et le succès de Sarko montre que l'opposition frontale entre Capital et Travail reste l'essentiel.
Comme alternative gaulliste, Villepin commence à entretenir la flamme...

16.Posté par la fourmi rouge le 24/09/2007 11:36
Bon sang Claire Strime, non seulement votre culture estomaque, votre esprit d'analyse est extrêment fin mais en plus, vous avez cette force, cette capacité de percevoir les prémices d'un avenir difficile à décoder pour des citoyens lambda même trés curieux.

Avant tout le monde, il y a 3 semaines, noter que " Villepin commence à entretenir la famme " est tout simplement visionnaire.
Je vous avais lu vite, et il a fallu les articles de ces derniers temps, dans la presse, pour que je comprenne votre réflexion !!!

Effectivement, le locataire de l'Elysée qui n'est pas à la hauteur (si je puis dire) va dégringoler... et la Droite aura besoin de se raccrocher à un leader classe, d'une toute autre carrure.
Villepin ne sera(it) pas seulement une alternative gaulliste.

Si le PS, au lieu de se complaire dans des bagarres infantiles et stériles, vous lisait un peu Claire Strime.... !!!

Merci à vous pour vos commentaires et analyses qui nous élèvent.


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter