Chevenement.fr | le blog de Jean-Pierre Chevènement
Agenda et médias

Entretien à La Dépêche du Midi: "Il faut des opérations chocs"


Entretien de Jean-Pierre Chevènement à La Dépêche du Midi, vendredi 7 septembre 2012.


Entretien à La Dépêche du Midi: "Il faut des opérations chocs"
La Dépêche du Midi: Peut-on encore taxer la gauche d'angélisme sur la sécurité ?
Jean-Pierre Chevènement:
On ne peut absolument pas taxer Manuel Valls d'angélisme. C'est un ministre de l'Intérieur sérieux qui fait son travail de manière conséquente et qui s'efforce de ne pas envoyer des messages contradictoires.

Plus généralement est-ce que la philosophie de l'ensemble de la gauche a changé depuis l'époque où vous étiez ministre de l'Intérieur ?
Au niveau des principaux responsables, François Hollande, Jean-Marc Ayrault, et Manuel Valls, ça ne fait aucun doute. S'agissant de l'affaire de Marseille, le gouvernement aurait intérêt à affiner sa position par rapport à la répression des trafics de drogue. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Des quartiers sont tombés sous la coupe réglée de petites bandes de voyous puissamment armés dont la police a peine à s'approcher. Donc, on ne peut pas à la fois évoquer la dépénalisation du cannabis, qui serait suivie immanquablement par un glissement vers des drogues comme l'héroïne ou la cocaïne, ou encore l'ouverture de salles de soins où l'on peut se shooter, et en même temps prétendre vouloir empêcher les trafics. C'est l'un ou l'autre. Le problème, c'est la drogue. Il faut des opérations chocs. En réalité, la tentation existe chez certains édiles d'acheter plus ou moins la paix sociale en n'allant pas voir de trop près ce qui se passe dans les quartiers. Le problème de fond pour le gouvernement, c'est de mettre de la cohérence dans sa démarche. Jean-Marc Ayrault le fera, j'en suis sûr, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain car dans la gauche il y a des sensibilités différentes qu'il faudra réduire.

Ne faut-il pas mettre davantage de moyens pour combattre les trafics de drogue et d'armes ?
La police sait à qui elle a à faire. Il faut savoir si on veut lui donner non seulement des moyens mais des ordres continus dans la durée pour lui permettre d'obtenir des résultats. Il faut savoir aussi si la société française est prête à payer le prix d'affrontements inévitables. Car quand on voudra entrer dans les quartiers pour saisir les armes et les stocks de drogue qui s'y trouvent, la police se heurtera à des formes de résistance violente que certains n'hésiteront pas à soutenir voire à sublimer...

Propos recueillis par Jean-Pierre Bédéï


Rédigé par Chevenement.fr le Vendredi 7 Septembre 2012 à 12:42 | Lu 2293 fois




1.Posté par Vincent GOMES le 07/09/2012 21:45
Bonjour
Les gouvernements s'achètent aussi une paix sociale en n'intervenant pas dans les cités, dévorées par le chômage. Au moins ils resteeront chez eux et ne viendront pas aller déranger les bobos du 5 ème!!

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire

Ma conférence à #Alger : "#France-#Algérie, une ambition à forger au service de la #paix dans le monde" http://t.co/RzdHbEYcSm
Samedi 18 Octobre - 10:35

Abonnez-vous à la newsletter









Dernières vidéos
15/10/2014 | 1240 vues
1 sur 60