Actualités

Corse: "effarement" de Chevènement devant la demande d'inscription constitutionnelle


Dépêche AFP, vendredi 04 octobre 2013, 10h30


Corse: "effarement" de Chevènement devant la demande d'inscription constitutionnelle
Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du MRC, a exprimé son "effarement" face à la demande d'inscription de la Corse dans la Constitution.

"J'apprends, non sans effarement, que l'Assemblée de Corse demande l'inscription du mot +Corse+ dans la Constitution", écrit l'ancien ministre dans un communiqué reçu vendredi.

Le 27 septembre -une semaine avant la venue du président François Hollande dans l'île - cette assemblée avait adopté à une large majorité de 46 voix sur 51, un projet de réforme prévoyant d'accorder une place spécifique à la Corse dans la Constitution de la République.

M. Chevènement évoque deux hypothèses : "soit il s'agit de faire passer des revendications inconstitutionnelles, telle la coofficialité du corse et du français pour couvrir une politique d'exclusion de l'emploi au détriment des continentaux, ou bien de geler le corps électoral à la mode calédonienne, ou bien encore de réserver l'appropriation du foncier aux autochtones, ou bien enfin de déléguer une compétence législative à la Corse".

Mais "le référendum de 2003 a clairement écarté tout ce qui pouvait séparer le destin de la Corse de celui de la France", poursuit le sénateur de Belfort.

"Deuxième hypothèse, certains veulent nous faire croire que l'inscription du mot +Corse+ dans la Constitution n'aurait qu'une portée purement symbolique. A quoi alors rimerait-elle ? Il faut donc l'écarter".

Sinon, conclut M. Chevènement, "pourquoi ne pas inscrire le Territoire de Belfort dans la Constitution ?"

C'est sur le dossier corse que le reponsable souverainiste avait quitté en 2000 le gouvernement de Lionel Jospin. Il a depuis souvent rompu des lances contre ce qu'il dénonce comme de l'endoctrinement" nationaliste ou des "liens" entre banditisme et nationalisme insulaires.

En juillet 2003, lors d'un referendum organisé par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et proposant de fusionner les deux conseils départementaux corses, le non l'avait emporté de justesse dans l'île.


Mots-clés : corse
Rédigé par Chevenement.fr le Vendredi 4 Octobre 2013 à 11:56 | Lu 1755 fois



1.Posté par Patrice George le 04/10/2013 13:13
Twitter
Je suis abasourdi itou. A quel jeu jouent les corses? L'ile a déjà un statut particulier. Il ne faut pas en rajouter et dire NON sans ambiguïté à cette manoeuvre!

2.Posté par Charles ANTONIN le 04/10/2013 19:00
Vous avez parfaitement raison. Si 75% des élus, issus de la gauche, de la droite et des nationalistes, sont en faveur d'une réforme institutionnelle, c'est qu'ils sont très probablement de sombres crétins. De toute façon, si la Corse s'est libérée toute seule du nazisme, avant le débarquement et sans les Américains, c'est parce qu'elle est peuplée d'imbéciles. Si la Résistance y a été si forte, c'est parce qu'elle était peuplée d'imbéciles. D'ailleurs, si aucun Juif n'a été dénoncé pendant l'Occupation en Corse, et si Serge Klarsfeld a qualifié la Corse d'ïle de Justes, c'est parce qu'elle était peuplée de lâches.
De toute façon, si 90% des Corses veulent sauver leur langue, c'est parce que ce n'est pas une langue. C'est un galimitias de chimpanzés, qui a progressivement disparu depuis que la France a attaqué et envahi l'île, et qu'il y a apporté l'humanité.
Il faut remercier ceux qui ont apporté cette humanité. Je souscris comme vous à la maxime de Clémenceau : "la solution au problème corse, c'est l'immersion pendant 15 minutes". Chiche ?

3.Posté par Charles ANTONIN le 04/10/2013 19:06
Rectification : ce n'est 75 % des élus qui ont voté, mais 90%.
Difficile de dire m.rd. à une telle demande de discussion, si on est démocrate.
Après, si on n'est pas démocrate, alors là, il n'y a plus de problème... Et si c'était ça, la solution; abolir la démocratie ?

4.Posté par Carl GOMES le 06/10/2013 15:00
C'est la philosophie des socialistes: cultiver les différences (corses, langues régionales, etc...) , les exacerber, pour semer une pagaille généralisée!
Faire venir des étrangers de partout dans le monde si possible ayant des cultures les plus éloignées de la notre, pour lesquels l'intégration est impossible et auxquels finalement c'est à nous de nous intégrer.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter