Agenda et médias

Clearstream : «Je pense que Monsieur Gergorin est le manipulateur en chef »


Entretien de Jean-Pierre Chevènement au quotidien L'Alsace, propos recueillis par Céline Mazeau, 3 octobre 2009.


Clearstream : «Je pense que Monsieur Gergorin est le manipulateur en chef »
Jean-Pierre Chevènement, sénateur du Territoire de Belfort, ancien ministre et président du Mouvement républicain et citoyen fait partie des « faux listés » dans l’affaire Clearstream. Il s’est constitué partie civile. Interview.

L'Alsace : Qu’attendez-vous du procès Clearstream ?
Jean-Pierre Chevènement :
La vérité d’abord, la sanction ensuite et puis la réparation du préjudice grave que j’ai subi, parmi beaucoup d’autres, en voyant mon nom jeté en pâture à l’opinion publique. Je tiens à ma réputation d’intégrité, c’est le seul capital dont dispose un homme politique. Rien n’avait pu l’entamer, en ce qui me concerne, jusqu’à cette affaire Clearstream où l’introduction de mon nom dans des listings falsifiés a pu laisser croire pendant plus d’un an que je pouvais être impliqué dans des affaires douteuses. Je n’ai pas de compte en Suisse comme il a été allégué, ni d’ailleurs dans aucun pays étranger.

Pourquoi, selon vous, votre nom a-t-il été ajouté ?
Il faut rappeler qu’au départ cette affaire est une affaire industrielle. Ce qui était en jeu, c’était la succession de Jean-Luc Lagardère à la tête d’EADS. Il y avait deux candidats : Noël Forgeard dont Jean-Louis Gergorin était l’un des vice-présidents et Philippe Camus. L’opération visait à discréditer le couple Camus-Delmas. Une affaire sordide. On a ajouté, pour épicer le plat, le nom de quatre hommes politiques, deux de droite, Monsieur Sarkozy qui avait été ministre du Budget et Monsieur Madelin qui avait été ministre de l’Economie et des Finances et deux de gauche, il est vrai d’inspiration différente, Monsieur Strauss-Kahn, ancien ministre de l’Economie et des Finances et moi-même, qui avais été ministre de la Défense.

Pourquoi ces noms-là ?
La vie politique est d’une grande violence. Les hommes politiques sont exposés en permanence à la calomnie par tous ceux qui on intérêt à les salir pour les déstabiliser. D’autant plus s’ils sont considérés comme dangereux ou s’ils symbolisent une ligne politique claire. Vous connaissez l’adage : calomniez, calomniez, il en reste toujours quelque chose.

Vous dites : « on a ajouté ». Qui est ce « on » selon vous ?
Je pense que Monsieur Gergorin est le manipulateur en chef. C’est lui qui était directeur des services de sécurité d’EADS et ce n’est un secret pour personne que de très mauvaises mœurs s’étaient développées dans l’industrie de l’armement depuis plus d’une dizaine d’année.

Plusieurs parties civiles ont dénoncé une instruction uniquement centrée sur la plainte de Nicolas Sarkozy. Et vous ?
Je le redis : au départ cette affaire est un règlement de compte industriel. En centrant cette affaire sur la rivalité de Dominique de Villepin et de Nicolas Sarkozy, on la dénature inévitablement.


Mots-clés : clearstream, eads
Rédigé par Chevenement.fr le Dimanche 4 Octobre 2009 à 09:07 | Lu 4234 fois



1.Posté par Claire Strime le 10/10/2009 19:46
A ccélération en quelques jours de la crise politique (et morale) qui met à nu l'isolement des défenseurs du système néolibéral et le mur dans lequel ils entrainnet le pays;
-Villepin ne s'en tire pas mal dans son procès
-Guéant obligé de démentir les rumeurs de départ de Fillon
_(sur le fond le + important) charge de juppé contre la réforme territoriale de Sarkozy
- plusieurs personnalités nonistes mettent en cause les écrits de Frédéric Mitterrand-on imagine l'image de la France à l'étranger et pas que lors de conférences contre le tourisme sexuel)
-Vaillant et H.Désir en rajoutent dans le libéralisme: proposition de légaliser le cannabis

Une certaine forme de populisme (qui ne me déplaît pas en ces circonstances) n'est pas le terrain privilégié et habituel de JPC et du MRC. Cependant il n'est pas inutile de comprendre le fond de cette fièvre politique.

2.Posté par Pascal Olivier le 11/10/2009 16:33
Il n'est effectivement pas inutile de comprendre le fond de cette fièvre politique. Cependant ce genre d'affaire profite toujours à l'extrême droite. Aujourd'hui que cette dernière a trouvé beaucoup plus à droite, l'islam politique, c'est à lui que profite le crime. C'est un comble quand on connaît la biographie de leur "beau modèle" à imiter en tout point. http://oumma.com/Frederic-Mitterrand-pris-dans-un,4232

C'est tout à l'honneur de JPC et du MRC de rester discret dans ce genre d'affaire. Il vaut mieux comprendre la crise morale et tenter d'y remédier plutôt que de se livrer à une chasse aux sorcières.


3.Posté par Claire Strime le 12/10/2009 10:58
Il me semble que Laurent Fabius, tout en respectant certaines limites dues à sa qualité d'ex-premier ministre, a bien compris et le fond de l'affaire et la façon dont elle allait affaiblir le pouvoir sarkozyste, ainsi que la manière dont elle est ressentie par la majorité des Français de condition moyenne ou populaire.
Quand on connaît l'état électoral de l'extrême droite et ses divisions, l'argument perd toute pertinence. En 1992 la pensée unique nous faisait le coup du "Maastricht ou Le Pen", argument éculé.
A quelques exceptions près on retrouve dans cette affaire assez nauséabonde le clivage oui/non de Maastricht et du TCE.
Certains ont plus de sens politique que d'autres.

4.Posté par Pascal Olivier le 13/10/2009 11:08
C'est vrai que l'épouvantail de l'extrême droite a été habilement orchestré par François Mitterrand pour tétaniser la droite et mobiliser la gauche sur une voie de garage, l'antifascisme. En offrant à la gauche un combat à la hauteur de ses rêves il a pu faire passer l'horreur néolibérale. C'est pourquoi j'ai combattu en son temps la chimère de l'antifascisme. Mais il semble aujourd'hui que nous assistions à une décantation, les inoffensifs louveteaux du FN se rapprochant tout naturellement du puissant islam politique. ( cf. entretien Soral-Le Pen)

Je veux bien qu'on sacrifie Polanski-Mitterrand sur l'autel du peuple, mais au nom de quelle transcendance, de quelle divinité ? Il s'agit de ne pas se tromper. Je n'ai guère apprécié Dame Le Pen dans le rôle de la grande prêtresse. Si le contrôle du Comité de sûreté générale nous échappe, gare au 9 thermidor. Il est vrai qu'il y a des questions où l'on devrait faire plus souvent confiance au peuple, mais sur les têtes à faire tomber je trouve notre prudence salutaire.


5.Posté par Claire Strime le 13/10/2009 14:46
Nous ne sommes pas à l'époque de la convention jacobine, mais à celle de la cour de Versailles et du roi serrurier (flanqué de ses réformateurs à la Necker et Turgot) qui ne contrôlait ni l'explosion de la dette ni les frasques de ses proches.
Agiter le spectre d'un 6 février 1934 en 1983-84 (lancement de SOS racisme par Mitterrand1 et ses courtisans trotskomédiatiques) c'était avoir 1 guerre de retard (et cela relevait en fait -reconnaissons le- humblement d'1 art consommé de la manipulation).

Mais faire peur avec Le Pen (aux prises d'ailleurs avec ses dissidences Lang-PF et Bompard-Ligue du Sud)...La première fois c'est une tragédie, la seconde une farce.
D'ailleurs d'1 courtisan l'autre, après FM et les 8 millions de téléspectateurs (saluons pour 1 fois la pertinence de Laurence Ferrari), la France donne, avec l'EPAD et "le petit qui ira loin" JS, tout le spectacle de sa grandeur au monde qui n'en attendait pas tant (allez faire 1 tour sur les sites de quotidiens étrangers).

6.Posté par Claire Strime le 15/10/2009 14:31
Quel étrange M.Lahoud si j'en crois l'édtition du "Libération" d'aujourd'hui. Et quel homme d'Etat ne s'inquiéterait-il pas qu'EADS (donc des intérêts vitaux de la Nation) soit l'objet de curiosités mal placées?

7.Posté par Remarque le 16/10/2009 13:28
Bonjour,

J'arrive ici, ayant lu le nouveau texte de M. Chevènement sur Contre-info. J'ai trouvé ce texte intéressant. On peut y voir un effort d'organisation des idées ; c'est appréciable, ainsi qu'un certain volontarisme politique : c'est porteur.

Par ailleurs, j'apprends en feuilletant ce site que M. Pierre Bergé est un ami de M. Chevènement (!?..). Alors j'en profite pour dire que je souhaite faire savoir à M. Bergé qu'il existe, sur son site Fondation Pierre Bergé, dans l'onglet "littérature", une faute au mot "INNOCENCE". (2005 : Grand Prix - Armel Job, Les Fausses Innoncences (éditions Robert Laffont).

Merci à vous,

cd

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter