Actualités

Chevènement veut que l'Etat "monte au capital d'Alstom" pour retrouver "confiance"


Dépêche AFP, mercredi 14 septembre 2016, 10h36.


Chevènement veut que l'Etat "monte au capital d'Alstom" pour retrouver "confiance"
Jean-Pierre Chevènement ex-élu de Belfort, demande que "l'Etat monte au capital d'Alstom" pour pouvoir retrouver "confiance" en ses dirigeants, voyant dans la menace sur l'avenir du site belfortain un nouvel épisode de la "saga de la désindustrialisation de la France".
"La nationalisation, dans certains cas, partielle, temporaire, ça peut être un moyen d'orienter une stratégie. Je demande donc que l'Etat monte au capital, remplace Bouygues, aille même un peu plus loin, c'est-à-dire à la minorité de blocage, de façon à ce que nous puissions avoir confiance dans la direction d'Alstom, que nous pussions penser qu'il y a quand même une once de patriotisme économique dans la tête de ses dirigeants", a déclaré l'ancien ministre sur France info.
"Il ne suffit pas que (le PDG) M. Poupart-Lafarge dise qu'on va surseoir pendant dix jours. L'usine de Belfort est l'usine-mère du groupe Alstom. C'est là qu'on fabrique en France les locomotives depuis 1879. (...) Du point de vue du ressenti historique, Alstom c'est Belfort", a-t-il fait valoir.

"C'est ce que la direction d'Alstom sait très bien car elle a constamment voulu diminuer l'importance de Belfort, parce qu'il y a cette mémoire à la fois ouvrière, sociale. De 1.500 emplois quand j'étais maire de Belfort nous sommes passés aujourd'hui à 500 et la perspective c'est 60", a expliqué l'ancien maire de Belfort (1983-1997, 2001-2007).
"J'ai vécu la saga du groupe Alstom qui était autrefois un conglomérat. C'est la saga de la désindustrialisation de la France". "Aucun pays ne se laisse dépouiller de son industrie comme la France. L'Allemagne défend son industrie. (...) Ne nous racontons pas d'histoires au nom des réalités économiques, tout ça c'est du bla-bla", a développé M. Chevènement.
"On ne peut pas comprendre ce qui se passe en France aujourd'hui sans introduire cette hypothèse qu'il y a eu un choix délibéré de nos élites de considérer que dans l'Europe telle qu'elle se faisait, la France n'était plus un pays industriel. Donc nos grandes entreprises se développent, investissent à l'étranger", a-t-il analysé.
Quant à Emmanuel Macron, "je l'ai vu en juillet, il n'était nullement question de la fermeture du site de Belfort. Au contraire nous avons parlé de produire le TGV du futur à Belfort". "Donc il n'était pas au courant. Je pense que la direction d'Alstom a mis à profit le départ d'Emmanuel Macron pour faire cette annonce précipitée".


Mots-clés : alstom, belfort
Rédigé par Chevenement.fr le Mercredi 14 Septembre 2016 à 17:09 | Lu 2610 fois



1.Posté par Carl GOMES le 14/09/2016 23:51
Les PDG de la SNCF et d'EDF, qui pourtant des entreprises publiques, semblent prendre un main plaisir à faire jouer la concurrence européenne, voire extra-européenne. Ils doivent prendre leur responsabilités ou être démis de leurs fonctions. L'exemple turc!

2.Posté par Carl GOMES le 14/09/2016 23:51
Les PDG de la SNCF et d'EDF, qui pourtant des entreprises publiques, semblent prendre un malin plaisir à faire jouer la concurrence européenne, voire extra-européenne. Ils doivent prendre leur responsabilités ou être démis de leurs fonctions. L'exemple turc!

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @AnouarKbibech: Accueil au Siège du @CfcmOfficiel de @chevenement : échange sur les Projets de la Fondation de l'islam de France et Conc…
Jeudi 8 Décembre - 00:04
A ce stade, j’entends avant tout préserver ma liberté de jugement et d’expression afin de faire valoir ces exigences https://t.co/YK1tUAN3BY
Mercredi 7 Décembre - 13:30
Deux défis pour la France: se plier à un devoir de vérité et accomplir un effort de rigueur équitablt partagé https://t.co/YK1tUAN3BY (2/2)
Mercredi 7 Décembre - 13:30

Abonnez-vous à la newsletter