Agenda et médias

Chevènement, après la mort de Séguin : "Dommage que nos chemins n’aient fait que se croiser"


Entretien de Jean-Pierre Chevènement avec Public Sénat, propos recueillis par François Vignal, paru sur Le Post, jeudi 7 janvier 2010.


Chevènement, après la mort de Séguin : "Dommage que nos chemins n’aient fait que se croiser"
L’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, ex-socialiste aujourd’hui président du Mouvement républicain et citoyen, éprouve « beaucoup de peine » après l’annonce du décès de Philippe Séguin. « J’aurais aimé que les Républicains des deux rives puissent s’unir pour proposer une perspective à la France face à la dérive libérale et européiste », dit-il.

Philippe Séguin était un fervent républicain, comme vous. Comme réagissez-vous à son décès ?
Jean-Pierre Chevènement : J’éprouve beaucoup de peine. Nos chemins se sont croisés. Nous avons combattu ensemble le Traité de Maastricht au nom d’une certaine idée de la République et de la France. Il est dommage que nos chemins n’aient fait que se croiser. J’aurais aimé que les Républicains des deux rives puissent s’unir pour proposer une perspective à la France face à la dérive libérale et européiste à laquelle nous sommes confrontés.

Quelles relations aviez-vous avec lui ?
Nous sommes restés en contact jusqu’en 1995, quand il était Président de l’Assemblée nationale. Ensuite il a essayé de peser sur la campagne présidentielle de Jacques Chirac, avec le discours sur la fracture sociale. Mais Chirac ne l’en a pas récompensé, sauf avec une nomination tardive à la Cour des comptes, synonyme de fin de sa carrière politique. A ce moment là, sa voix a manqué à la France.

Vous sentiez-vous parfois plus proche de lui que de certains camarades de gauche, notamment du Parti socialiste ?
Philippe Seguin avait une fibre sociale, c’était un gaulliste de gauche. Sur beaucoup de sujets, nous nous étions trouvés. J’ai cherché à rassembler le plus largement autour du pôle républicain, lors de ma candidature à la présidentielle de 2002. Mais la vie politique est ainsi structurée qu’en de telles circonstances, nous ne nous retrouvions pas dans le même camp. C’est le lot du bipartisme largement factice.

Recueilli par François Vignal

Source : Le Post


Rédigé par Jean-Pierre Chevenement le Jeudi 7 Janvier 2010 à 17:41 | Lu 4547 fois



1.Posté par Lambersartois le 08/01/2010 13:39
Il est certain que pour faire rêver la génération de l'époque , au cours de laquelle M. SEGUIN était en activité sur le plan politique , il y avait lui et Jean-Pierre CHEVENEMENT. Le premier n'est pas allé jusqu'au bout de sa logique. Même s'il bénéficiait de vraies excuses , le constat est là. On l'a dit caractériel et ingérable. Je n'en sais rien. Ses coups de gueule étaient parait-il mémorables , ce dont aurait fait les frais le mobilier national. Peut-être était-il trop sensible , avec une sensibilité épidermique. On l'a dit de nature dépressive , alternant périodes d'euphorie de désarroi.Cela le rendait plus humain.Le métier de politique n'était pas pour lui probablement. Cela n'empêche que c'était un grand Monsieur qui aurait pû faire de grandes choses avec son alter-ego de Gauche , homme de caractère également mais aux nerfs d'acier. Deux trés grandes personnalité mais un destin gaché pour M. SEGUIN. Dommage. Pour lui et surtout pour la France. Un duo SEGUIN-CHEVENEMENT aurait été le rêve. 2002 a failli concrétiser nos espoirs . Nous sommes encore orphelins de cette campagne. Rassembler les Républicains des deux rives , quelle magnifique ambition. Je garde l'espoir. J.P. CHEVENEMENT est toujours là.

2.Posté par hervet le 08/01/2010 18:09
Chevenement est toujours là, certes comme quelques uns de sa génération qui, par l'âge ont rêvé de la République sans réaliser que, souterrainement, elle était minée. Ils ont rêvé de la République comme devant sortir naturellement des épreuves de la guerre qui avait nourri des espoirs:mais les générations qui ont suivi n'ont pas reçu la formation républicaine que l'école devait leur donner , ce qu'elle n'a pas été en mesure de faire ; les "valeurs" de la consommation ont remplacé les valeurs que cette formation aurait sans doute permis de perenniser malgre les problemes de décolonisation et de la mondialisation culturelle.
Est il trop tard?
Des courants grossissent qui veulent redonner à ces valeurs, à ces principes, force et vigueur. Il n'est jamais trop tard pour les rappeler au risque de perdre des élections; Que l'éducation populaire se remette sur les rails et réapprennent la République.
Déplorant dans un discours de 99 (que dirait il aujourd'hui?) le "marais"qu'était devenu son parti,,il concluait:
"Je sais que le reniement des principes auxquels on croit est le meilleur raccourci pour les victoires électorales. Je n'y consentirai jamais"
Il a tenu parole.
H.HERVET, Président Union des familles Laïques de la Réunion(UFAL-974)

3.Posté par lenormand le 08/01/2010 19:19
"C’est le lot du bipartisme largement factice".
Tout à fait d'accord.... Alors chiche... Ne recommençons pas les erreurs du passé qui ont couté si chères à la France...
Pour un rapprochement avec DLR et Dupont-Aignan !

Cordialement

4.Posté par Baboeuf le 09/01/2010 10:21
lenormand , cet extrait du site du Réseau Voltaire , puisque vous évoquez NDA:

La clef du système d’influence de la French-American Foundation est sa capacité à recruter des personnes appelées à occuper de hautes fonctions. Sa grande force est d’accueillir en son sein les représentants politiques issus de courants qui, officiellement, s’opposent – des socialistes à l’UMP en passant par le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan ou le responsable de la communication de la campagne présidentielle de José Bové, Bernard Loche. Pour éviter toute conclusion hâtive, soulignons que les personnes approchées par la Fondation et qui ont accepté de la fréquenter n’ont pas pour autant accepté les offres de services qui leur ont été ultérieurement présentées.

5.Posté par R et N le 09/01/2010 11:56
Je regrette sa disparition il va manquer à notre démocratie surtout depuis sarkoland. La seule chose que je lui reprochais , son attitude dans l'opposition, elle n'était pas à la hauteur de son intelligence , juste partisane .

6.Posté par lenormand le 09/01/2010 14:39
@Baboeuf
"Pour un rapprochement entre mrc et dlr" Je ne pensais pas à un club de réflexions ...Certes Il y'a des gens de bonne volonté dans beaucoup de partis... Mais à la naissance d'une force politique qui regroupe des hommes s'opposant au traité de Lisbonne, qui comprennent l'importance de la fonction publique dans notre pays, soutiennent la laicité et l'europe des nations, combattent les communautarismes .....
Ce genre de personnes ne peuvent, à mon avis, se retrouver que dans 2 partis: DLR et MRC !

7.Posté par mcbob le 09/01/2010 17:58
C'est un peu simple comme regret. Quand on veut on peut...

8.Posté par Géry le 12/01/2010 23:16
Nous ne connaissons pas la petite cuisine, ni ce qui se passe en arrière cuisine. Mais à DLR ils sont nombreux qui attendent un rapprochement avec la gauche patriote et républicaine, par ailleurs haïe par le reste de la gauche, ce qui rend d'autant plus incompréhensible l'acharnement de M. Chevènement à participer à son impossible refondation...
C'est stupéfiant de lire aujourd'hui ce genre de déclarations.

Quant aux allégations du réseau Voltaire sur NDA... C'est sans intérêt. Il n'a sans doute pas le talent de JP Chevènement ni du regretté Séguin, en attendant il est le dernier républicain à s'opposer à la droite libérale et à la gauche communautariste au parlement...

9.Posté par Lambersartois le 15/01/2010 23:31
Quel intérêt pour le réseau Voltaire de démolir NDA , d'ailleurs sympathique ? A mon avis , il joue la carte du Gaullisme Social. Est-il sincère ? Je l'espère. Il a peut-être changé. Les horizons sont bouchés à l'UMP. Il faut exister. Il est quand même resté dans le giron de l'actuel président de la République un certain temps. Il est vrai que les vaines querelles doivent laisser la place à quelque choses de constructif. A ce jour , les résultats ne sont pas à la hauteur. Faute de fonds ? De relais d'opinion ? De paresse intellectuelle ou d'esprit de renoncement de l'électeur ? Un peu de tout cela probablement. Un réveil de l'opposition se profile avec un leader qui monte : Martine Aubry. Bleu bonnet et bonnet rose. On est pas sorti de l'auberge ( avec la gueule de bois ).

10.Posté par Géry le 16/01/2010 18:41
"NDA est quand même resté dans le giron de l'actuel président de la République un certain temps"

NDA s'est opposé à la création de l'UMP en 2002. Il s'est présenté contre Sarkozy à la tête de ce parti en 2004. Il a quitté l'UMP en janvier 2007.
Il ne retient pas ses coups vis à vis du "Président de la République".

Son erreur est sans doute de s'être engagé à ne pas se défiler de ses responsabilités en appelant à voter pour NS au 2nd tour. Il aurait du assortir ce choix -- ni plus ni moins catastrophique que celui de Mme Royal, désolé -- de conditions très fermes, ce qui lui aurait permis de se dédire.

11.Posté par Naradatta le 17/01/2010 10:54
Les chevènemento-conspirationistes qui balancent des trucs sur NDA feraient mieux d'élever le débat, ne serait ce qu'en vérifiant leurs sources.
Voilà pour le docte fondateur du réseau voltaire

http://www.iran-resist.org/article2271.html

Après, on peut toujours passer sa vie devant son pc à croire que les illuminatis et l'homme de Roswell nous observent et conspirent contre nous pour nous imposer un nouvel ordre mondial...

12.Posté par Lambersartois le 17/01/2010 18:54
Cela ne vaut pas la peine de s'écharper là-dessus. Je crois en la bonne foi de NDA. Ce qui est plus préoccupant , c'est que le discours ne passe pas chez nos concitoyens , que ce soit à droite ou à gauche. Je veux parler du notre. Souverainiste des deux rives. On peut toujours dire que les medias sont contre nous mais cela n'explique pas tout. Le manque d'argent non plus. Les justes critiques sur le rôle de la banque centrale , la technocratie bruxelloise , le déficit social etc , n'empêchent pas un vote d'opposition au gouvernement emmené par un PS toujours européiste , hégémonique et maintenant des écologistes surfant sur la planète et le réchauffement climatique. PG et PCF ont du mal à tirer leur épingle du jeu.
Le Modem est condamné par le système bipartite. Et pourtant , la crise est là et installée durablement. Aucune alternative donc. Qu'est-ce qu'on fait ?

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Novembre 2016 - 21:55 "Jacques Berque, mon ami et mon maître spirituel"




Derniers tweets
RT @vtremolet: La gauche,l'islam,la France.Le 11 janvier @chevenement invité des grandes rencontres du @Le_Figaro Réservations https://t.co…
Lundi 5 Décembre - 22:15
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17

Abonnez-vous à la newsletter