Actualités

A lire sur Marianne2.fr : une tribune de Christian Hutin sur le traité de Lisbonne


La maxi traîtrise du Traité de Lisbonne, Christian Hutin, Marianne2.fr, lundi 28 janvier.


Les raisons de refuser ce traité sont nombreuses mais je n'en citerai que quelques unes qui me paraissent fondamentales.
Lire la tribune sur le site Marianne2.fr


Rédigé par Chevenement.fr le Lundi 28 Janvier 2008 à 19:51 | Lu 5748 fois



1.Posté par Instit le 29/01/2008 20:53
La spécialité des grands médias en France en 2008, c'est l'étouffement des sujets qui fâchent. Un exemple d'actualité : aucun média n'a osé comparer les engagements européens de Sarkozy pendant la campagne électorale de 2007, et la réalité du traité de Lisbonne.

Nicolas Sarkozy a pris l’engagement suivant :

« J’ai proposé à nos partenaires un traité simplifié, limité aux questions institutionnelles que nul n’a contestées pendant la campagne référendaire, afin que l’Europe se dote rapidement des moyens de fonctionner efficacement à 27 États membres. »

http://www.sarkozy2007.com/

Page 6.

Dans la réalité, le traité de Lisbonne n’est pas un traité simplifié, et il n’est pas limité aux questions institutionnelles. Sarkozy a trahi ses engagements. Sarkozy a trahi ses promesses.

1- Le traité de Lisbonne n'est pas un traité simplifié. Il est lisible ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i0439.pdf

Le traité de Lisbonne a 281 pages ! Par comparaison, le Traité Etablissant une Constitution pour l’Europe que nous avions reçu dans notre boîte aux lettres en 2005 n'avait que 191 pages.

2- Le traité de Lisbonne n'est pas limité aux questions institutionnelles. A partir de la page 62, vous pouvez lire la troisième partie du traité de Lisbonne intitulée « Les politiques et actions internes de l'Union (articles 26 à 197) ». Cette troisième partie explique quelles doivent être les politiques concernant :

- le marché intérieur (articles 26 et 27)
- la libre circulation des marchandises (articles 28 à 37)
- l'union douanière (articles 30 à 32)
- la coopération douanière (article 33)
- l'interdiction des restrictions quantitatives entre les Etats membres (articles 34 à 37)
- l'agriculture (articles 38 à 44)
- la pêche (articles 38 à 44)
- les travailleurs (articles 45 à 48)
- le droit d'établissement (articles 49 à 55)
- les services (articles 56 à 62)
- les capitaux et les paiements (articles 63 à 66)
- l'espace de liberté, de sécurité et de justice (articles 67 à 76)
- les contrôles aux frontières (article 77)
- l'asile (article 78)
- l'immigration (article 79)
- la coopération judiciaire en matière civile (article 81)
- la coopération judiciaire en matière pénale (articles 82 à 86)
- la coopération policière (articles 87 à 89)
- les transports (articles 90 à 100)
- les règles de concurrence
- les règles applicables aux entreprises (articles 101 à 106)
- les aides accordées par les Etats (articles 107 à 109)
- les dispositions fiscales (articles 110 à 113)
- le rapprochement des législations (articles 114 à 118)
- la politique économique (articles 120 à 126)
- la politique monétaire (articles 127 à 133)
- l'emploi (articles 145 à 150)
- la politique sociale (articles 151 à 161)
- le fonds social européen (articles 162 à 164)
- l'éducation, la jeunesse et les sports (article 165)
- la formation professionnelle (article 166)
- la culture (article 167)
- la santé publique (article 168)
- la protection des consommateurs (article 169)
- les réseaux transeuropéens (articles 170 à 172)
- l'industrie (article 173)
- la cohésion économique, sociale et territoriale (articles 174 à 178)
- la recherche et le développement technologique (articles 179 à 190)
- l'espace (article 189)
- l'environnement (articles 191 à 193)
- l'énergie (article 194)
- le tourisme (article 195)
- la protection civile (article 196)
- la coopération administrative (article 197).

2.Posté par Instit le 30/01/2008 09:26
Je vous propose de lire cet article du Figaro, écrit par leur correspondant à Londres Cyrille Vanlerberghe :

" Seuls 26 % des Irlandais déclarent vouloir voter «oui» au traité de Lisbonne sur les institutions européennes. Les indécis sont en revanche très majoritaires.

Le sort du traité de Lisbonne sur les institutions européennes dépend maintenant du choix des quelque trois millions d'électeurs irlandais. La République d'Irlande est en effet le seul pays européen dont la constitution l'oblige à passer par un référendum avant de pouvoir ratifier le fameux minitraité. Or une immense majorité des Irlandais les deux tiers selon un sondage paru ce week-end dans le quotidien Irish Times se disent encore indécis. Avec cette proportion d'électeurs hésitants, la faible avance du oui sur le non (26 % contre 10 %) pourrait bien basculer d'ici le jour du scrutin.

En 2005, les sondages sur l'ancien projet de constitution européenne donnaient une bien plus large avance au oui, avec 46 % des intentions de vote. Après le non de la France et celui des Pays-Bas, le référendum prévu en Irlande avait été annulé.

Cette fois, les Irlandais sont les seuls à voter, et la pression monte, car le référendum doit absolument avoir lieu avant la fin de l'année 2008. Or le débat sur le traité de Lisbonne n'a pas réellement commencé en Irlande, et la date du vote n'a pas encore été donnée par le gouvernement du premier ministre Bertie Ahern.

Le mauvais souvenir de 2001 est encore dans tous les esprits : les électeurs irlandais avaient alors rejeté le traité de Nice, avant d'être appelé à un nouveau référendum sur le même sujet deux ans plus tard. La question de la neutralité de l'Irlande avait été au passage précisée. Et les Irlandais ont finalement accepté le traité…

«Il est urgent que le gouvernement lance une campagne agressive d'information et de discussion sur les enjeux du traité de Lisbonne», tonne Lucinda Creighton, députée et porte-parole pour les affaires européennes du Fine Gael, le principal parti d'opposition. «C'est la responsabilité du gouvernement de tenir des réunions publiques sur le sujet, d'imprimer des prospectus, de monter des sites sur Internet, et d'organiser des débats, car la majorité du public ignore ce qui est dans la balance. Et pour lancer cette campagne réellement, le mieux serait de fixer une date rapidement pour les élections.»

Dick Roche, ministre des affaires européennes, a affirmé de son côté à l'Irish Times que la campagne était bien lancée, et que le gouvernement « devait continuer d'informer le public d'une manière équilibrée sur les bénéfices politiques et économiques que ce traité aura pour l'Europe et l'Irlande».

Et pourtant, selon le sondage de l'Irish Times, 68 % des personnes interrogées estiment ne pas être suffisamment informées sur le contenu du traité. Il est vrai que le sujet ne passionne pas les médias, sans doute parce que tous les grands partis politiques irlandais ont pris position en faveur du oui. Seul le Sinn Féin (7 % des voix aux dernières législatives en 2007) s'y est déclaré opposé.

Il y a dix jours, le traité a tout de même fait l'objet d'une polémique en Irlande : Jean-Marie Le Pen a été invité par une association étudiante de l'University College de Dublin pour venir parler prochainement de son opposition au minitraité. Cette invitation a provoqué des protestations unanimes de la part des politiques, y compris du Sinn Féin. "

http://www.lefigaro.fr/international/2008/01/29/01003-20080129ARTFIG00004-l-indecision-irlandaisemet-en-danger-le-minitraite.php

Le mot le plus important de cet article : " une campagne agressive d'information ". Le gouvernement irlandais et les grands médias irlandais se préparent à entrer en campagne. En clair, le gouvernement irlandais et les grands médias irlandais vont mener une guerre psychologique. Ils vont faire de la propagande en faveur du traité de Lisbonne. Ils vont faire du bourrage de crâne.

Ca ne vous rappelle rien ? Moi, ça me rappelle ce que nous avons vécu en France lors du référendum sur la Constitution européenne en 2005. Le gouvernement français et les grands médias français ont fait " une campagne agressive d'information " en 2005.

Entre les fédéralistes et nous, c'est la guerre.

Pour le moment, ils gagnent.

3.Posté par Instit le 30/01/2008 10:40
Les sénateurs ont voté OUI à la révision de la Constitution française, révision nécessaire pour la ratification parlementaire du traité de Lisbonne.

http://www.senat.fr/scrupub/2007/scr2007-76.html

Il y a eu 258 suffrages exprimés.
210 sénateurs ont voté OUI.
48 sénateurs ont voté NON.

Je veux remercier les 48 sénateurs qui ont voté NON. Je veux rendre hommage aux 48 sénateurs qui ont sauvé l’honneur :

- 23 sénateurs communistes et MRC (Chevènement): Mme Éliane Assassi, M. François Autain, Mme Marie-France Beaufils, MM. Pierre Biarnès, Michel Billout, Mme Nicole Borvo Cohen-Seat, MM. Robert Bret, Jean-Claude Danglot, Mmes Annie David, Michelle Demessine, Évelyne Didier, MM. Guy Fischer, Thierry Foucaud, Mmes Brigitte Gonthier-Maurin, Gélita Hoarau, MM. Robert Hue, Gérard Le Cam, Mme Josiane Mathon-Poinat, MM. Jack Ralite, Ivan Renar, Mme Odette Terrade, MM. Bernard Vera, Jean-François Voguet.

- 22 sénateurs socialistes : M. Bernard Angels, Mmes Maryse Bergé-Lavigne, Alima Boumediene-Thiery, MM. Michel Charasse, Pierre-Yves Collombat, Roland Courteau, Jean Desessard, Michel Dreyfus-Schmidt, Mme Josette Durrieu, MM. Charles Gautier, Jean-Pierre Godefroy, Mme Annie Jarraud-Vergnolle, M. Alain Journet, Mme Bariza Khiari, MM. André Lejeune, Alain Le Vern, Marc Massion, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Michel, Marcel Rainaud, Robert Tropeano, André Vantomme.

- 2 sénateurs UMP : MM. André Lardeux, Charles Pasqua.

- 1 sénateur proche de Philippe de Villiers : Bernard Seillier

Si on additionne les 48 sénateurs qui ont voté NON et les 77 députés qui ont voté NON, on obtient 125 parlementaires qui veulent un référendum.

Sur un nombre total de 908 parlementaires, ça fait 13,8 % de parlementaires qui veulent un référendum.

13,8 % de parlementaires démocrates.

86,2 % de parlementaires anti-démocrates.

86,2 % de parlementaires qui s’apprêtent à désavouer le peuple français lundi à Versailles.

4.Posté par Claire strime le 30/01/2008 12:16
Dominique Voynet (figure verte) a voté oui ou s'est abstenue?

5.Posté par Instit le 30/01/2008 14:16
Dominique Voynet s'est abstenue !

Encore une grande démocrate !

Pour mémoire, voici quelques citations trouvées sur le site des Verts :

Le 19 octobre 2007, les Verts publient un communiqué de presse :

« Enfin, pour ce qui concerne la ratification, Nicolas Sarkozy va un peu vite en besogne en disant qu’il a été élu pour faire ratifier ce Traité par voie parlementaire et non par un référendum. Preuve de cela, un sondage fait apparaître aujourd’hui qu’une majorité des français souhaitent un référendum. Les Verts plaident depuis toujours pour un référendum européen (le même jour dans tous les pays de l’UE). »

http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=3501&id_mot=64&id_groupe=1

Le 24 novembre 2007, le Conseil National des Verts « dénonce avec la plus grande fermeté le manque de parallélisme des formes que le président français veut instituer pour le débat et la décision concernant le TME. La précédente consultation étant faite par référendum, il est démocratiquement normal et cohérent de s’adresser de nouveau aux mêmes citoyens pour la ratification du TME. Le Conseil National des Verts rappelle que les Verts européens demandent à chaque consultation sur ce sujet une démarche simultanée sur l’ensemble du territoire de l’Union. C’est un manque de courage politique et un déni démocratique qu’exprimerait Nicolas Sarkozy s’il recourait à la simple consultation des deux assemblées. »

http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=3557&id_mot=365&id_groupe=1

Ca, ce sont les paroles des Verts.

Maintenant, comparons avec leurs actes : combien de députés Verts ont voté NON ?

Aucun.

Combien de sénateurs Verts ont voté NON ?

Aucun.

Les parlementaires Verts sont des traîtres.

6.Posté par Claire Strime le 01/02/2008 08:48
Les 2 sénateurs verts de Paris (Desessard et Boumediene) ont voté avec les communistes au Sénat. Voynet n'est pas du lot.
A l'assemblee 1 députée verte sur 4 (M.Billard de Paris) a voté la proposition de loi du groupe communiste. Les 3 autres députés(Cochet, Rugy, Mamère) se sont abstenus ou étaient absents.
Ils auront effectivement des comptes à rendre à leurs électeurs.

Nouveau commentaire :
(*) Votre message est modéré à postériori par le webmestre du blog. Merci de respecter les règles générales de modération de ton et de respect de la loi. Enfin ne monopolisez pas la parole, car cela dissuade les autres internautes de laisser des commentaires.
Détails : http://www.chevenement.fr/Connectez-vous-desormais-pour-commenter-les-articles-du-blog_a950.html

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Novembre 2016 - 13:59 Une perte considérable




Derniers tweets
RT @NLenFrance: "Nous avons besoin d'un djihad laïque", dit Jean-Pierre @Chevenement sur l'#Islam en FR lors d'une réunion des ambassadeurs…
Vendredi 2 Décembre - 11:06
François Hollande a su trouver une issue digne à une situation qui ne l’était pas
Jeudi 1 Décembre - 21:17
Entretien @lArcheMag : "L’idée d’une guerre de civilisations est un piège" https://t.co/J0CjqfxXzJ
Vendredi 18 Novembre - 21:59

Abonnez-vous à la newsletter